Monthly Archives: January 2016

Sopor Culpabilis

sopor culpabilis_sunof.net

– Paul racontez nous donc ! Quelle bonne farce avez-vous commise durant la nuit passée  ?

– Eh bien, pour marquer le coup (car c’était une nuit de pleine lune sans nuages) je me suis introduit aussi discrètement que possible, dans la chambre à coucher du plus grand escroc connu de la planète …

– Intéressant ! Votre souffre-douleur assoupi était-il sur ses gardes et s’est-il réveillé au moment de votre intrusion ?

– Il n’a pas agité le moindre cil. Il roupillait tel le bienheureux ! J’avais été briefé que celui-là, rien ou presque ne l’empêcherait de pioncer comme une souche.

– Et quelle fût alors la nature du bon tour que vous lui avez joué ?

– J’ai commencé par réveiller sa conscience mais uniquement celle-ci. Croyez-moi, ce ne fût pas chose aisée, puisqu’elle était profondément endormie ! Et ce depuis plusieurs dizaines d’années,  …

– Vous n’avez pas fait dans la dentelle Paul !

– Vous imaginez l’affreux cauchemar qu’il a fait : de toute sa vie, c’était probablement le tout premier de cette ampleur. Il s’est vite trouvé très agité et prisonnier de ses draps. Imaginez, il s’est même mis à parler durant son sommeil, lui, réputé être l’un des filous les plus taiseux. Mon canular nocturne a dû sensiblement le changer de ces rêves de splendeur, de pouvoir et de puissance dont il était coutumier.

– Je dois avouer que vous vous êtes dépassé Paul. Continuez, nous sommes impatients de découvrir la suite de ce récit …

– Je crains fort que dans son délire, il n’ait dû revoir en personne de nombreux revenants truandés, quantité de spectres vengeurs, pléthore d’ombres glaçantes. C’est là que comme souvent, sa conscience a tenté de réveiller sa colère, dans le but de se décharger sur elle de toutes ses hantises. Mais je suis intervenu à temps et ai pu bloquer le processus de transfert !

– Vous maîtrisez parfaitement votre sujet Paul. Bravo ! Je vous félicite !

– Merci Maître ! Se voyant pressée de toute part, sa conscience a ensuite cherché à réveiller l’agressivité. L’expression faciale de l’ensommeillé s’est considérablement durcie. Mais pas la moindre trace de regrets ni de remords a témoigner aux visiteurs de son rêve. Alors, j’ai réveillé un à un quelques souvenirs de ses plus vilaines actions passées, ai ré-intensifié de vieilles amertumes, ai agité une belle série de ses casseroles ! Ce qui a du produire un tintamarre assourdissant dans sa tête ! A ce moment-là, j’ai constaté une légère surchauffe de sa conscience, qui n’a plus trouvé d’autre alternative que d’entreprendre de réveiller les glandes lacrymales…

– Vous voulez dire que vous vous êtes attribué le mandat de faire se larmoyer de culpabilité le plus grand escroc de la planète ? Nous en sommes très impressionnés Paul !

C’est bien cela Maître! Et pour finir je me suis dirigé vers la porte de la pièce, l’ai ouverte, ai claqué des doigts pour que le cauchemardeur se réveille bien en sueur. J’ai à haute et intelligible voix éclaté d’un rire angoissant* pour être bien certain qu’il m’entende avant de claquer la porte de sa chambre à coucher et disparaître dans la nuit comme si je n’avais jamais existé !

– Eh bien Paul, reste à espérer que le sujet ait su apprécier cette bonne farce autant que nous et qu’il en gardera comme nous un très bon souvenir !

..

.

* Ecoute en exclusivité le rire angoissant* de Paul :

Le rire angoissant*

..

.

[ n.d.l.r. ] L’auteur n’a jamais suivi une seule leçon de latin et ne connaît personne dans son entourage qui soit de langue maternelle latine. Ce titre là-haut est uniquement supposé faire intello…

La plus belle des fleurs

Mon lieu de travail d’alors, était situé à grande distance de ma résidence principale.

Pressentant que la cadence du pendulaire entreprendrait de m’accabler avant que le renouvellement de mon abonnement mensuel aux transports ne soit à l’ordre du jour, j’ai pensé préférable à l’incessant va et vient, de me porter locataire d’une modeste résidence secondaire à distance plus raisonnable de mon employeur.

Partant du vieux principe maintes fois confirmé que de fuguer hors de sa zone de confort reste la meilleure chance de l’élargir, je me suis alloué un bon petit coup de jeune et me suis mis en quête d’un loyer modeste pour un espace meublé en colocation. Dès lors, en semaine je passerais quelques soirées et quelques nuits dans ma mansarde, loin de ma bien-aimée, avant de m’en retourner trépignant la rejoindre tout là-bas pour la chérir encore, le vendredi soir venu,

Et puis s’en suivit une période de vacances qui me fît déserter ma piaule auxiliaire durant plusieurs semaines.

Lorsque la fin de ma période de congé me signala l’heure du retour vers mon petit refuge sous les toits, j’en repris le chemin. Arrivé devant ma porte, je me suis un court instant mis à voyager dans mes pensées :

Allais-je retrouver chaque chose à sa place ? Quelqu’un était-il entré durant mon éloignement ?

Un peu comme si j’allais pénétrer dans une caverne secrète inviolée depuis mille ans, j’ai introduit ma clé dans la serrure et l’ai faite tournailler. La porte s’ouvrit…

C’est en franchissant le seuil, que mon visage a été effleuré par une infime caresse, par un fil horizontal invisible, juste avant qu’il ne se rompe, un fin fil qu’avait du tendre en guise de message de bienvenue, une araignée gardienne. J’en frissonne encore à chaque fois que j’y repense !

Ce fût une si délicieuse émotion que je souhaite la partager avec vous.

Lorsqu’une aussi délicate réponse à vos tourments vous est ainsi personnellement adressée à l’instant opportun par dame nature , c’est qu’elle vient de vous faire la plus belle des fleurs !

..

..

Allez, on s’accroche tous comme d’hab !

deuxmillseize_sunof.net

Cette fois-ci, c’est vrai, je vous l’avoue,

Pour marquer la nouvelle année,

J’ai failli ne rien poster du tout !!

Pour une fois, Je m’étais dit  :

Houste, les abus de couleurs,

Basta, les indécents contrastes !

Finito les phrases grandiloquentes…

Une résolution que je n’ai pas pu tenir…

Pour 2016, accrochez-vous !

Attention départ !