Monthly Archives: April 2018

Super Carton

Les laboratoires SunOf viennent d’annoncer la production en série de leur dernière création : Le Super Carton !

Il s’agit, comme son appellation marketing le laisse aisément deviner, d’un carton de déménagement augmenté d’aptitudes spéciales, toutes inspirées des dernières innovations en matière de super-pouvoirs.

Ce carton peut être rempli à ras le couvercle de tout objet pouvant tenir à cœur le plus ambulant de ses acquéreurs ! En outre, l’avantage de cet emballage révolutionnaire est qu’il demeure étonnamment robuste et extrêmement léger lorsqu’il s’agit ensuite de le transporter à bras d’homme au travers des arrière-cours, dans les méandres des corridors et des cages d’escaliers.

Désormais, lorsque vous solliciterez de l’aide, sans oublier de faire référence au Super Carton, nul invité trié sur le volet, destiné à venir physiquement prendre part aux réjouissances de votre changement de domicile, n’osera plus esquisser la moindre grimace embarrassée ni ne trouvera d’assez crédible justification pour envisager sa non-participation au plus fastoche et distrayant jour de déménagement de toute son existence !

Autre avantage : Les super-cartons peuvent être empilés sans risque de conflit pseudo-hiérarchique et n’ont pas été conçus avec une obsolescence programmée dans leur capacité de collaboration ! Ils sont réutilisables !

Laissez-vous convaincre maintenant : Commandez dès aujourd’hui un kit de bienvenue de dix super cartons et vous multipliez instantanément par dix, dès la réception de votre colis, vos attentes en matière de vivacité et d’efficacité lors de votre prochain changement d’adresse !

Vous êtes Super Matérialiste ? Alors, pourquoi ne pas faire immédiatement confiance à Super Carton ?

Le dé des priorités

Au cours d’une vie, Il arrive parfois qu’on perde au moins en partie le sens des priorités. Il n’est pas toujours chose aisée de se trouver à la barre d’une galère, ballotté par les flots tumultueux et périlleux d’une existence qu’on souhaite bien remplie ! A bon port, chaque timonier aura été lesté de son poids de responsabilités, chargé de son fardeau d’obligations, confronté à son lot d’emmerdements et angoissé par son catalogue de frousses et je m’arrête là, pour ne pas inutilement risquer de charger une frêle embarcation…

C’est dans le but de faciliter les prises de décisions, entre autres, en cas de vents contraires, de tempête annoncée, dans une  situation de naufrage imminent, que les laboratoires SunOf ont conçu pour vous le dé des priorités ! Une incertitude ? Une hésitation ? Un dilemme ? Lancez courageusement et énergiquement ce dé et laissez vous influencer !

 

Un ensemble de détournements et de manipulations de fichiers vectoriels 
dénichés sur la toile... Je laisse à votre imagination la symbolique 
qui serait gravée sur chacune des trois faces cachées de votre dé.


Autoportrait (1ère partie)

Pour la petite histoire :

Ce n’est pas que sois subitement devenu plus égocentrique, qui fasse que je me sois lancé dans le thème de l’autoportrait . Hier, je suis tombé dans mes cartons sur un gros tube de peinture acrylique de couleur chair et m’est venu l’idée saugrenue de m’en faire au sol dans la minute, une empreinte de pas sur papier épais. Ensuite, dans ce carton, il y avait d’autres tubes, d’autres couleurs et je dois dire que j’ai éprouvé un sacré panard à simplement rehausser cette trace au départ un peu terne, de couleurs et de fantaisie. Aussi, dans le but de multiplier l’intense facteur plaisir ayant résulté de ce concept simplissime, je nourris dès lors le projet de réaliser un triptyque (pied, main et autre encore à définir) en approfondissant au passage l’exploration de divers styles tout en préservant une certaine unité.

Ceci dit, vous* ne trouvez pas qu’il est sexy mon pied droit ?

* Cette question s’adresse exclusivement aux filles ! Ce n’est pas parce qu’il m’arrive parfois d’abuser de couleurs et de patiences, que j’aurais viré de bord !

Le voltigeur de l’aube

Je sens que les choses reviennent peu à peu au calme et à la normale et c’est une évolution qui me paraît extrêmement appréciable !

Et ce matin au saut du lit, avec l’élan de ce qu’il me restait de mes rêves, j’ai fait le point sur ce qu’il faudrait entreprendre encore, afin de reprendre le contrôle de ma réalité…

—<.>—

Voltigeur Définition Wikipedia :

Un voltigeur est aussi le nom donné à un acrobate qui effectue des exercices porté ou soutenu par un porteur.

 

C’est le printemps ! ( confirmation officielle )

Ça y est ! Le printemps a confirmé son grand retour !

Pour ceux qui vivent là où chacune des saisons impose clairement son emprise, ce bon vieux printemps demeure l’époque de la fin des mensonges que l’on a pu se faire à soi même au cours des frémissements de l’arrière-saison. C’est la désintégration soudaine des œillères qui masquaient sous d’épaisses nappes de laine ou de plumes, de confuses attirances et de farouches désirs. C’est le retour du temps des amours, le réveil de nouvelles curiosités, la circonstance où demeurera perpétuellement acceptable d’imposer sa fougue plutôt que de partager le propos de quelque affinité engourdie. S’il faut faire vite, c’est que l’été en personne se tient en embuscade et projette de sa sempiternelle détermination de s’imposer en assommant de chaleur et de soleil, un grand nombre de ces printanières arrière-pensées. Alors, durant la faste période de la renaissance de toutes les natures, il sera préférable de se laisser aller à bomber le torse où la poitrine et de déclencher sans compromis possible, la fuite d’opportunistes rivaux en tablant sur quelque ardent envoûtement…

— >.< —

je réside pour une semaine encore en face de la vieille tour que vous pouvez découvrir sur la photo qui est en bas à gauche. Ce matin (on est dimanche) je me suis rendu à pied en partant des remparts pour longer le lac de Neuchâtel, accompagné d’ambiances virtuoses de chants d’oiseaux, dans le but d’aller prendre un café ou deux, en lisant mon journal dominical au restaurant de la plage… En chemin, j’ai pu découvrir nombre d’autres petits recoins de cette charmante ville médiévale. J’imagine volontiers, tous les passages secrets que cette citadelle doit encore me cacher.

— >.< —

Comme tout n’est jamais tout rose comme une barbe à papa, j’ai également remarqué ce matin au début de ma promenade, que le tatoueur du centre-ville, qui a vraisemblablement du libérer sa belle arcade pour le motif d’un loyer dépassant d’un peu trop son chiffre d’affaires, a fait place à une terriblement mortifère vitrine d’entreprise de pompes funèbres… Quel contraste ! La mort des centre-ville est devenu une désolante réalité ! Heureusement pour moi, la suite du programme de la journée (au besoin, relisez ce texte depuis le début en omettant le dernier paragraphe) restera cette spectaculaire confirmation du grand retour du printemps…

— >.< —

Vertigo

 

 J’ai toujours eu très peur du vide…

Mais faisons semblant d’être intrépide !

Allez je retiens mon souffle et je regarde en bas…

Bon, je vois de l’eau, c’est déjà ça !

 

Va falloir que je plonge avec grâce

Sans me prendre un plat en surface

Et pour ajouter un peu d’élégance

Un double périlleux arrière de grande audace

 

Attention à ne pas toucher le fond de la piscine

Ne pas oublier de me boucher les narines

Et me jeter comme si je pouvais m’envoler

Donnant l’illusion que dans l’air je serais le plus léger

 

Voilà que je me balance sur la planche

Sur cette phobie je tiens enfin ma revanche

Je prends ma respiration la plus profonde

Allez juste encore quelques secondes…

 

Il n’y a rien à faire je ne parviens pas à m’élancer

J’ai bien trop peur de lamentablement m’écraser

De me rompre le cou sur le bord du bassin

Je ne peux pas croire une seconde que je ne risque rien !

 

Alors je m’invente et me rassure de mille excuses,

Que de mon courage il ne faut pas trop que j’abuse

Elle est bien trop froide et je suis piètre nageur

Et je n’ai vraiment pas l’étoffe d’un cascadeur…

 

Si je l’avais fait, j’aurais pu y laisser des plumes

Ou pire, on m’aurait décerné médaille à titre posthume

 

[ nouvelle publication d’un billet de 2012, voire plus ancien ]

Le raccourci

Le raccourci

>.<

Trouve un passage vers de nouvelles attentes

Cherche un chemin jonché de moins de craintes

Pour ne plus avoir à te laisser hors d’atteinte

>.<

Créé un itinéraire sûr sans freiner ton imagination

Explore des pistes pavées de milliers d’ambitions

Pour ne plus avoir à subir le trafic des déceptions

>.<

Construis une solide passerelle pour relier des sentiments

Visite les sentiers intimes qui mènent à la passion

Pour ne plus avoir à douter avant même le commencement …

>.<

 

Le plongeur ( et le périscope )

Un dessin destiné à mes derniers collègues de travail en date, parce que je les ai bien plus d’une fois bassinés avec mes histoires de plongée sous-marine de l’autre côté de la terre…

Rectification : Un dessin destiné à tout ceux que j’ai bassinés avec ça en fait !

 

Le zèbre rouge

Un zèbre rouge que j’ai eu la chance de pouvoir photographier au Zoo de Los Angeles. Il s’agit là d’un spécimen rare (probablement le dernier en activité) d’une espèce en voie de disparition. Bien qu’il soit avec certitude un lointain descendant des zèbres à la robe de couleur gris-ardoise, on ne sait pas, au stade actuel des recherches, s’il s’agit du résultat d’une tentative (dont la nature détient le secret) d’une mutation colorimétrique destinée à le rendre moins appétissant aux yeux des grands prédateurs de la savane où, s’il s’agit à la base, de la conséquence d’une forme de déviance alimentaire. On soupçonnerait une lignée de zèbres insoumis. récalcitrants à l’idée de se satisfaire toute une vie durant d’une alimentation herbivore, qui serait à l’origine de cette coquetterie pigmentaire. On est cependant tout à fait au clair aujourd’hui, que le plat préféré du zèbre rouge du Zoo de Los Angeles est un grand plateau de crevettes aux piments accompagné de tomates farcies au thon rouge. Le tout évidement agrémenté d’une bonne “chproutzée” de Ketchup.

Les invités virtuels

Les invités virtuels

Aujourd’hui, John et Mary sont sortis prendre un verre ensemble au Pub.

Attablés, John et Mary se sont montrés intarissables à propos de David et Jenny.

David et Jenny étaient les invités de John et Mary, même si David et Jenny ne les avaient pas rejoints en personnes à leur table.

John et Mary semblaient avoir connaissance d’énormément de détails sur les existences de David et Jenny.

Il se pourrait même que David et Jenny n’en savaient eux-même pas aussi long que John et Mary à propos de leur propres vies.

John et Mary devaient tenir le sujet de conversation idéal, le sujet qui pouvait les passionner tous les deux au même instant…

Au bout d’une heure, lorsque John et Mary avaient épuisé les derniers racontars concernant les péripéties de David et Jenny, ils ont réglé leurs consommations, se sont levés et sont partis.

En une heure, John n’en avait pas appris beaucoup plus sur Mary.

En soixante minutes, Mary n’en savait pas plus à propos de John.

C’est en terminant mon verre que je me suis demandé si John et Mary avaient des vies bien remplies. Et j’ai imaginé John et Mary rentrés chez eux, s’installer devant leur poste de télévision pour  consommer la réalité d’une insolite et intrigante famille…

.

Un récit basé sur quelques histoires vraies et fraîchement vécues. Les prénoms utilisés sont évidement des prénoms d’emprunt.