Category Archives: Cadrages (photographie)

L’effet papillon ( dans sa version non chaotique )

Je n’ai pas pour habitude de publier sur la toile, des photographies de tout ou partie de mon apparence physique. Bien au contraire ! Parce que j’ai ouï dire que le monde actuel fourmille de gredins cupides, qui se servent de nos publications photographiques à notre insu dans le but  que nous soyons tous dans un futur proche immédiatement reconnus et tous nos faits et gestes cartographiés, lorsque nous nous déplacerons à l’intérieur du périmètre mondial du réseau d’yeux de surveillance et de reconnaissance…

Je fais preuve d’une audace conséquente en ce jour, en publiant cette photographie de ma véritable main pas même prudemment gantée, ayant reçu la délicate visite d’un magnifique papillon exotique pour une pause d’étape de quelques dizaines de secondes, avant de repartir librement poursuivre son aventure…

Un petit quelque chose m’a assuré que ce n’est pas l’un des battements d’ailes de ce papillon là qui déclenchera la moindre tornade à l’autre bout du monde comme la théorie de l’effet papillon voudrait parfois nous le faire gober…

Je prends le risque de l’éventualité que désormais, chaque geste de ma main droite, la particularité de mes empreintes digitales ou même la confidentialité de ma ligne de vie puissent m’être volés, décodés, identifiés et classifiés.

Et maintenant, je vais me permettre un instant de philosopher qu’en dehors d’un cercle d’êtres vivants choisis, seul ce papillon serait détenteur du privilège de reconnaître chaque détail de ma paluche, lors d’une éventuelle prochaine rencontre …

>.<

Ombrages et substances

>.<

Il y aura toujours en toi ce que tu ne peux pas voir

Et devant toi ce que jamais tu ne parviens à prévoir

Et si tu camouflais ces balafres au fond de ta mémoire ?

Et si tu estompais ces plaies qui retiennent tes espoirs ?

Alors sans doute ,

Que brillera soudain dans ton regard l’euphorie de l’invisible

Que subitement ta route croisera le bonheur de l’imprévisible

>.<

 

Est-ce le bon moment pour changer de voiture ?

Je poste une photo pour meubler un peu parce que je ne donne pas beaucoup de mes nouvelles en ce moment. Je passe quelques jours chez mon père et son épouse. L’une de leur voisines en face a abandonné sa voiture plutôt voyante au fond de son champ. Hier soir, nous avons déliré sur le fait qu’il faudrait éventuellement la repeindre en vert et s’il le faut incognito à son insu durant son sommeil. Juste histoire de redonner un joli petit air de paysage au paysage.

Il est vrai que ce véhicule serait de la couleur idéale pour faire une SunMobile encore un peu plus voyante que l’actuelle mais je crois qu’il sera désormais beaucoup plus prudent pour moi de me rendre plus discret plutôt qu’encore plus visible ! Je vais plutôt évaluer l’option de  changer de mode de vie plutôt que d’automobile…

Une intense phase de réflexion s’impose … Ah, je sens déjà mes neurones s’emballer… Attention, réaction en chaîne …

Un Cairn au Cap Corse [ cabine 6159 ]

Lors de la procédure d’embarquement à bord du ferry à destination de Bastia en Corse, lorsque j’ai pris mes quartiers dans ma cabine, aucun problème à signaler… A part au moment de tenter de me souvenir de son numéro. C’est que ça n’est pas évident à mémoriser le chiffre 6159 ! Je suis loin de faire partie de ceux qui parviennent à retenir la constante Pi avec 50 décimales.  Bien entendu, le numéro de cabine est marqué sur la carte d’accès et comme, on n’est jamais assez prudent, il faut le noter dans son téléphone portable et pour plus de sécurité, en faire une photo en gros plan. Il serait éventuellement judicieux encore de semer une cacahuète tous les mètres et demi jusqu’au point le plus facile à retrouver sur le bâtiment, en priant qu’elles n’ouvrent pas l’appétit d’un passager à quatre pattes.

Une fois mes affaires déposées sur ma couchette et les mesures rassurantes effectuées (je n’avais pas les cacahuètes) je me suis précipité sur le pont supérieur pour ne pas rater en plein air, notre départ du port de Nice.

C’est lors du retour à MA cabine que je suis encore entré dans la quatrième dimension : Il y avait bien une cabine 6158 et une autre contiguë avec le numéro 6160 ! Mais ON avait fait disparaître la porte de MA cabine !!! J’ai vérifié, elle ne faisait pas soudainement face aux deux autres non plus ! Alors j’ai entrepris de faire plusieurs allers retours dans ce corridor paranormal, en prenant soin de maîtriser ma dégaine d’abruti paumé. J’ai quand même du interroger un membre d’équipage qui avait été mis dans LA confidence : MA cabine, la 6159 « avait été déplacée » du côté opposé du bateau !

Même débarqué depuis des heures, la logique humaine qui a pu mener à cette énigmatique numérotation des cabines m’échappe toujours !

Pour me remettre de ces fortes émotions (car j’ai connu quelques situations stressantes durant de cette traversée) j’ai pris un bain matinal dans les eaux de mer les plus pures que j’ai jamais connues. C’était près de ce cairn sur la photo ci-dessus. A cet endroit, une rivière d’eau de source se jette dans la mer. Un peu plus loin, les eaux y sont d’un calme et d’un bleu clair qui n’a même pas de nom et sont d’une transparence incroyable !

Si je dois vraiment mourir un jour, pour éviter qu’avec ma parano, mon hyperactivité et mes  stress de voyage je dérange la quiétude du caveau familial, je pense qu’il serait plus judicieux de déposer mes cendres au fond de ces eaux-là ! Le voyage et le séjour y seront des plus paisibles.

 

inspiré d'une histoire vraie , romancé à souhaits ;-)

La paillote de la plage

Aujourd’hui c’est le 1er mai et c’est le jour de la fête du travail ! Enfin ça l’est pour ceux qui en ont encore un de travail et surtout, un de ceux qui, dans les grandes lignes, leur convient. Pour les autres, on va dire que ça peut aussi être à choix la fête de l’enthousiasme dans l’activité alimentaire, celle des candidatures cadencées pour en décrocher un, celle du pétrin voire même celle de la mélasse…

Ce matin, motivé par l’allégresse de la fête officielle du jour, je me suis levé tôt et me suis rendu à la paillote de la plage dans le but de fêter dignement les jobs de ceux qui en ont un, en compagnie de ceux qui n’en ont pas encore, ainsi qu’avec tous ceux qui ont pu prendre un congé exceptionnel pour festoyer dans la liesse de l’économie de marché !

Comme vous pouvez le constater sur la photo, je suis arrivé le premier sur place ! Il faut dire que cette année ce n’est pas idéal, la fête du travail tombe sur un mardi ! C’est toujours mieux qu’un lundi, mais ça reste un choix du calendrier plutôt discutable ! De plus en ce moment, les matinées sont encore un peu fraîches et il faut veiller avant tout à ne pas risquer un refroidissement qui pourrait se transformer en un congé maladie potentiellement mal vu au bureau ou à l’atelier ou pourrait conduire à une incapacité à se rendre suffisamment éblouissant à un providentiel entretien d’embauche…

C’est en me sacrifiant à quelques heures supplémentaires non rémunérées à attendre l’arrivée d’autres fêtards, que je me suis dit qu’on devrait peut-être songer à fusionner le jour de la fête du travail avec celui de “Miss & Mister Camping” quelque part en août. Cela motiverait probablement la présence aux festivités de plus de bosseurs en vacances à cette période et de demandeurs d’emploi se sachant clairement en phase creuse au niveau des perspectives d’embauche…

J’en profite pour féliciter celle, celui ou ceux qui a (ont) repeint la paillote de la plage en rouge ! La couleur de l’amour et celle du travail bien fait ! Et J’estime que ça se fête !

 

Le zèbre rouge

Un zèbre rouge que j’ai eu la chance de pouvoir photographier au Zoo de Los Angeles. Il s’agit là d’un spécimen rare (probablement le dernier en activité) d’une espèce en voie de disparition. Bien qu’il soit avec certitude un lointain descendant des zèbres à la robe de couleur gris-ardoise, on ne sait pas, au stade actuel des recherches, s’il s’agit du résultat d’une tentative (dont la nature détient le secret) d’une mutation colorimétrique destinée à le rendre moins appétissant aux yeux des grands prédateurs de la savane où, s’il s’agit à la base, de la conséquence d’une forme de déviance alimentaire. On soupçonnerait une lignée de zèbres insoumis. récalcitrants à l’idée de se satisfaire toute une vie durant d’une alimentation herbivore, qui serait à l’origine de cette coquetterie pigmentaire. On est cependant tout à fait au clair aujourd’hui, que le plat préféré du zèbre rouge du Zoo de Los Angeles est un grand plateau de crevettes aux piments accompagné de tomates farcies au thon rouge. Le tout évidement agrémenté d’une bonne “chproutzée” de Ketchup.