Category Archives: Déballages (poésie modeste)

La nuit, je choisis le gris

Ne m’approche pas, non n’insiste pas !

Je ne m’allongerai pas tout près de toi

Je m’en vais rôder dans le secteur toute la nuit

Enveloppé dans la sobriété de mon costume gris

..

Ne me dorlote pas, voyons ne t’obstine pas !

Je ne peux pas rester pour ronronner dans tes bras

Je dois sortir me lustrer les moustaches avec désinvolture

Dissimuler ma curiosité sous le châssis des voitures

..

Ne me caresse plus, allons ne t’acharne pas

Je ne partagerai pas ta paresse soudaine sur ce sofa

Je m’en vais au dehors pour discrètement frôler des murs

Miauler ma fausse mélancolie en haut des toitures

..

Le chat est une image graphouillée par mes soins, qui est basée sur une photo  
en couleurs dénichée sur internet pour laquelle j'ai eu un sérieux coup de cœur, 
et puis l'inspiration pour le texte, elle s'est insufflouillée d'elle même 
au travers de l'image graphouillée... Et cette fumeuse explication, elle est 
peut-être un peu embrouillée...

Point de départ !

..

J’en bien assez vu et assez entendu

Mes yeux, mes oreilles n’en peuvent plus

Je vais aller bouder dans un monde meilleur

Au pays des sourires et des fleurs

..

J’en ai bien trop bavé et trop vécu

Mes nerfs, mes tripes n’en peuvent plus

Je vais me révolter mais aussi m’enhardir

Au jardin des splendeurs et des plaisirs

..

Un petit texte positivant avec pour point de départ, la quatrième phrase de ce texte, agrémenté de cette irresistible envie de m’en aller visiter Tahiti au mois de mai, relevé des retentissements d’une période émotionellement riche et perturbante et le tout saupoudré d’une pellicule d’imagination ….

Cette semaine, je me suis mis au régime sans nouvelles du monde, en grève de réseaux sociaux, en mode récolte de rires tonitruants et en configuration moisson de bonnes humeurs … Une recette qui semble porter ses fruits pour le moment vu que je me suis remis à poétiser un peu !!! 

Querelle solitaire

Querelle solitaire

..

Parfois je dois me remonter les bretelles

Quelquefois je dois me provoquer en duel

Parfois je me dois me serrer la ceinture

Et il m’arrive même de m’infliger des tortures !

..

Parfois je m’envoie des ultimatums

Quelquefois je m’adjuge les pires syndromes

Parfois je vais presque tout m’interdire

Et il m’arrive même de devoir me mentir !

..

Tu dramatises, je provoque

Tu me défies, je débloque

Tu m’agresses , je suffoque

Tu me perturbes, je m’en moque !

..

Toutefois je serais prêt à négocier une trêve,

A condition que tu me laisses enfin vivre mes rêves !

..

.

Fake World

Fake World

.

Moi je l’aime bien mon faux monde

C’est presque impossible qu’on s’y morfonde

Car on y fabrique d’authentiques contrefaçons

Parce qu’on y marchande d’artificielles impressions

.

Moi je l’aime bien mon univers insensé

C’est presque impossible de s’y ennuyer

Car on y propage de fictives informations

Parce qu’on y réalise ce qui dépasse la fiction

.

Moi je l’aime bien mon eldorado en toc

C’est presque impossible d’y paraître plus loufoques

Car on y abuse des plus tortueux artifices

Parce qu’on y déniche de redoutables complices

.

Texte en cours de rédaction et donc non définitif
Une idée suspecte qui a germé lors d'une insomnie créative

 

Bouillonnement intérieur

Bouillonnement intérieur

..

Effervescence, réactions paradoxales

Excitation de toutes mes particules

Palpitations, cœur qui s’emballe

Agitation de toutes mes molécules

..

Envolée mystique et trouble irrésistible

Sensation de chaleur et réactions chimiques

Ivresse instinctive et ardeur indescriptible

Sentiment d’extase et frissons microscopiques

..

.

{ Un petit bout de texte qui vient de très loin,

auquel il manque encore la compagnie d’un petit bout de dessin }

Le coup de la sorcière

..

Aujourd’hui je le sais c’est con comme un balai

On m’a ressorti le vieux coup de la sorcière !

Dans la marmite de la bave de crapaud bien laid

Et comble de bonheur une dose de fiel de vipère

..

Elle a tenté d’agiter un peu sa baguette magique

A débité ses inquiétantes incantations à très haute voix

A  dispersé un peu de fumée c’est un classique

Son breuvage était imbuvable comme à chaque fois !

..

Un monde entier tout à refaire

 

Une nuit sans étoiles

Un ciel sans nuages

Un bateau sans voile

Un océan sans plage

.

Un verrou sans clé

Un cœur mutilé

Un paradis un peu perdu

Un royaume corrompu

.

Une marmite sans couvercle

Une amitié sortie de son cercle

Une bouteille vide à la mer

Un monde entier tout à refaire

,

Puis un jour des cartes redistribuées

Un passé devenu plus léger

Et un matin nouveau qui se lève

Sur un départ vers un autre rêve

Un texte oublié que j'ai retrouvé dans mes archives non publiées et qui date 
d'avant 2013. Je l'ai finalement assez peu retouché aujourd'hui...
Et si vous aimez revenez, j'en ai encore plein d'autres en stock ;-)

 

Le Jouet démodé

Tu devrais peut-être enfin songer

A cesser de vouloir me manipuler !

Et me ranger derrière la vitrine

De mon emballage d’origine.

A cet âge là tu ne devrais plus jouer

Avec un vieux guignol désarticulé !

Allons, enferme-moi au fond de ta penderie,

Avec ta dînette obsolète et toutes tes Barbies

Plus d’un million de petites bulles

Plus d’un million de petites bulles

 

Tu peux lire sur mes lèvres

Il y a mille questions dessus

 

Venir suspendre mes silences

Il n’y a plus de vacarme dehors

 

Tu peux explorer mon regard

Il y a mille de tes reflets dedans

 

Revenir envahir tous mes rêves

Il y a profusion d’espace depuis

 

Tu peux boire mes paroles

Et toutes les petites bulles dedans

 

M’adresser un million de sourires

Que je t’envoie autant d’invitations

 

 

 

 

En échange …

En échange …

 

Je te laisse apprécier de me voir jouer

Je te laisse aimer m’entendre chanter

Je te laisse volontiers être fasciné

Je partage avec toi une partie de mon savoir-faire

Je nous imagine des mondes et aligne des vers

Je nous peins des reliefs et de jolis paysages

Je dessine un grand sourire sur ton visage

Je t’offre un plaisir de voyager

En échange, offre-moi une vie privée !

Pour que je puisse vous lire et vous voir jouer

Pour que je puisse vous entendre parler et chanter

Pour que je puisse simplement vous observer

Pour que je puisse sourire et me promener

Pour que je puisse exister sans devoir me cacher

Pour que je sois inspiré par une inépuisable liberté

 

 

 

Fatalité d’une larve nonchalante

 

Je suis née larve aveugle et paresseuse

Dans un berceau de destinées prometteuses

J’ai volontiers changé de peau, me suis restreint à ramper au sol

Mais un jour vous m’admirerez transformé, vous avez ma parole !

 

Je n’attends plus que le signal pour aller me recroqueviller

Dans un cocon soyeux, douillet et bien arrimé

Pour en insecte éminent tranquillement me métamorphoser

Me laisser pousser de grandes ailes pigmentées

 

Enfin je pourrai franchir tout obstacle simplement porté par les airs

Ivre de liberté, avide d’aller vers les contrées les plus hospitalières

Je ne me reposerai que sur l’épanouissement des fleurs

M’enivrerai de parfums et m’aveuglerai de couleurs…

 

( un ancien billet republié )

L’arme ment !

 

Là-bas l’arme ment,

Là l’arme, ne ment pas,

L’alarme des clairvoyants

Pas la larme qui te laisse froid  !

..

Là l’alarme prête à retentir

Là la larme disposée à jaillir

Là l’arme sensée te prémunir

Si l’arme ment  tu peux aussi mentir !

Berceuse pour un prédateur

Berceuse pour un prédateur

..

Chaque nuit à mon oreille la même musique

Chaque nuit à discrétion le même moustique

Chaque matin les brûlures de ses prélèvements

Chaque matin le décompte de mes irritations

..

Et je me réveille avec la plus déconfite des mines

Maudissant ce peu sobre pillard d’hémoglobine

..

A cette heure le boulimique insecte doit être engourdi

Gavé du fluide de mes artères puisé tout au long de la nuit

Ce serait à mon tour de lui chantonner quelques berceuses

Je chante faux autant qu’il passe une journée désastreuse !

..

Je condamne par contumace ce cambrioleur du sommeil

A trépasser d’exaspération sous mes rengaines cruelles !

..

 

une petite histoire inspirée de la vraie vie , celle qui est piquante !


	
					

Une incitation à l’extravagance

Une incitation à l’extravagance

.

Allons, vous reprendrez bien un tout petit supplément d’insouciance ?

Vous vous accorderez bien un laisser-passer pour quelque désobéissance ?

Vous ne résisteriez pas à la pulsion de vouloir bousculer les convenances ?

Vous ne reculeriez pas devant un bain de minuit dans la fontaine de jouvence ?

Vous ne vous opposeriez pas à une friande récidive en toute innocence ?

.

Déclineriez-vous une invitation à prendre part à de telles réjouissances ?

.

Allons, n’attendez pas que l’on vous accorde une quelconque indulgence !

Vous trouverez sans nul doute un plan pour échapper à toute vigilance !

Vous n’avez plus peur de rien et ne vous souciez pas des apparences !

Un seul claquement de doigts et vous oublierez cette incitation à l’extravagance !

.