Category Archives: Déballages (poésie modeste)

Le coup de la sorcière

..

Aujourd’hui je le sais c’est con comme un balai

On m’a ressorti le vieux coup de la sorcière !

Dans la marmite de la bave de crapaud bien laid

Et comble de bonheur une dose de fiel de vipère

..

Elle a tenté d’agiter un peu sa baguette magique

A débité ses inquiétantes incantations à très haute voix

A  dispersé un peu de fumée c’est un classique

Son breuvage était imbuvable comme à chaque fois !

..

Un monde entier tout à refaire

 

Une nuit sans étoiles

Un ciel sans nuages

Un bateau sans voile

Un océan sans plage

.

Un verrou sans clé

Un cœur mutilé

Un paradis un peu perdu

Un royaume corrompu

.

Une marmite sans couvercle

Une amitié sortie de son cercle

Une bouteille vide à la mer

Un monde entier tout à refaire

,

Puis un jour des cartes redistribuées

Un passé devenu plus léger

Et un matin nouveau qui se lève

Sur un départ vers un autre rêve

Un texte oublié que j'ai retrouvé dans mes archives non publiées et qui date 
d'avant 2013. Je l'ai finalement assez peu retouché aujourd'hui...
Et si vous aimez revenez, j'en ai encore plein d'autres en stock ;-)

 

Le Jouet démodé

Tu devrais peut-être enfin songer

A cesser de vouloir me manipuler !

Et me ranger derrière la vitrine

De mon emballage d’origine.

A cet âge là tu ne devrais plus jouer

Avec un vieux guignol désarticulé !

Allons, enferme-moi au fond de ta penderie,

Avec ta dînette obsolète et toutes tes Barbies

Plus d’un million de petites bulles

Plus d’un million de petites bulles

 

Tu peux lire sur mes lèvres

Il y a mille questions dessus

 

Venir suspendre mes silences

Il n’y a plus de vacarme dehors

 

Tu peux explorer mon regard

Il y a mille de tes reflets dedans

 

Revenir envahir tous mes rêves

Il y a profusion d’espace depuis

 

Tu peux boire mes paroles

Et toutes les petites bulles dedans

 

M’adresser un million de sourires

Que je t’envoie autant d’invitations

 

 

 

 

En échange …

En échange …

 

Je te laisse apprécier de me voir jouer

Je te laisse aimer m’entendre chanter

Je te laisse volontiers être fasciné

Je partage avec toi une partie de mon savoir-faire

Je nous imagine des mondes et aligne des vers

Je nous peins des reliefs et de jolis paysages

Je dessine un grand sourire sur ton visage

Je t’offre un plaisir de voyager

En échange, offre-moi une vie privée !

Pour que je puisse vous lire et vous voir jouer

Pour que je puisse vous entendre parler et chanter

Pour que je puisse simplement vous observer

Pour que je puisse sourire et me promener

Pour que je puisse exister sans devoir me cacher

Pour que je sois inspiré par une inépuisable liberté

 

 

 

Fatalité d’une larve nonchalante

 

Je suis née larve aveugle et paresseuse

Dans un berceau de destinées prometteuses

J’ai volontiers changé de peau, me suis restreint à ramper au sol

Mais un jour vous m’admirerez transformé, vous avez ma parole !

 

Je n’attends plus que le signal pour aller me recroqueviller

Dans un cocon soyeux, douillet et bien arrimé

Pour en insecte éminent tranquillement me métamorphoser

Me laisser pousser de grandes ailes pigmentées

 

Enfin je pourrai franchir tout obstacle simplement porté par les airs

Ivre de liberté, avide d’aller vers les contrées les plus hospitalières

Je ne me reposerai que sur l’épanouissement des fleurs

M’enivrerai de parfums et m’aveuglerai de couleurs…

 

( un ancien billet republié )

L’arme ment !

 

Là-bas l’arme ment,

Là l’arme, ne ment pas,

L’alarme des clairvoyants

Pas la larme qui te laisse froid  !

..

Là l’alarme prête à retentir

Là la larme disposée à jaillir

Là l’arme sensée te prémunir

Si l’arme ment  tu peux aussi mentir !

Berceuse pour un prédateur

Berceuse pour un prédateur

..

Chaque nuit à mon oreille la même musique

Chaque nuit à discrétion le même moustique

Chaque matin les brûlures de ses prélèvements

Chaque matin le décompte de mes irritations

..

Et je me réveille avec la plus déconfite des mines

Maudissant ce peu sobre pillard d’hémoglobine

..

A cette heure le boulimique insecte doit être engourdi

Gavé du fluide de mes artères puisé tout au long de la nuit

Ce serait à mon tour de lui chantonner quelques berceuses

Je chante faux autant qu’il passe une journée désastreuse !

..

Je condamne par contumace ce cambrioleur du sommeil

A trépasser d’exaspération sous mes rengaines cruelles !

..

 

une petite histoire inspirée de la vraie vie , celle qui est piquante !


	
					

Une incitation à l’extravagance

Une incitation à l’extravagance

.

Allons, vous reprendrez bien un tout petit supplément d’insouciance ?

Vous vous accorderez bien un laisser-passer pour quelque désobéissance ?

Vous ne résisteriez pas à la pulsion de vouloir bousculer les convenances ?

Vous ne reculeriez pas devant un bain de minuit dans la fontaine de jouvence ?

Vous ne vous opposeriez pas à une friande récidive en toute innocence ?

.

Déclineriez-vous une invitation à prendre part à de telles réjouissances ?

.

Allons, n’attendez pas que l’on vous accorde une quelconque indulgence !

Vous trouverez sans nul doute un plan pour échapper à toute vigilance !

Vous n’avez plus peur de rien et ne vous souciez pas des apparences !

Un seul claquement de doigts et vous oublierez cette incitation à l’extravagance !

.

 

Les chaussures connectées

.

Les chaussures connectées

.

Sautez sans attendre à pieds joints dans le futur

Achetez vite notre dernière gamme de chaussures

Elles sont belles, confortables et elles sont connectées !

Elles vont révolutionner votre manière de marcher

.

Immortalisé sur nos serveurs, le moindre de vos faux pas,

Lorsque vous avez l’estomac dans les talons ça se saura

Nous analyserons votre moral dans les chaussettes

Nous passerons chacune de vos excursions à la moulinette

.

A vos habitudes, vous allez donner un bon coup de pied

Fièrement chaussé déambulez dans nos bases de données

Courrez, dansez et laissez le monde tomber à vos pieds

Offrez-vous en une nouvelle paire chaque année

 

Conseil d’ennemi (N’y vas pas)

N’y vas pas !

Trop de vitrines de farces et attrapes !

Trop de masques qui ricanent sous cape

Trop de politiciens aux manières caricaturales

Trop d’ensorceleuses boulimiques et vénales !

.

N’y vas pas !

C’est envahi de paniers de crabes

C’est infesté de légions de microbes

C’est jonché de nids de vipères

C’est peuplé d’angoisses et d’ulcères

.

N’y vas pas !

On t’y convertira en bon petit soldat !

On t’y anéantira toute ta bonne foi

On t’y refroidira tes grandes illusions

On t’y reprochera de ne pas tourner rond !

.

N’y vas pas !

La mer y est sale, dévalisée

L’air y est chargé, contaminé

La terre y est abusée, fatiguée

La faune y est traquée, décimée

.

N’y vas pas !

Voyons, tu ne pourrais rien y changer

Finalement, tu n’ aurais réussi qu’à te mettre en danger

D’ailleurs, tu n’as pas vraiment l’armure pour combattre

Allons.. Ce n’était rien qu’une petite boule au ventre !

.

N’y vas pas !

Laisse tomber, n’y vas pas j’ te dis !

Crois-moi sur parole, je suis ton meilleur ennemi !

Mais si tu devais y aller quand même ….

Alors fonce droit devant et ne ménage pas ta peine !

..

.


 

Mon île de verre

J’ai jeté une bouteille à la mer,

Et me suis installé à bord tant qu’à faire…

J’ai pris la place du message griffonné,

Me suis substitué à un morceau de papier.

Virée solitaire à dériver vers un destinataire,

Au gré des courants et des vents contraires.

Ne prévoyez pas sur une plage mon arrivée !

Je ne tiens pas la barre je ne suis que passager.

Je n’ai pas d’itinéraire ni de carte ni d’horaire,

Je me laisse bercer au fil d’une longue croisière.

Et si rien ne devait venir briser mon île de verre,

J’écrirai un message une fois les pieds sur terre..

..

A chacun pour soi

.

A chacun son lot d’emmerdements

A chacun ses fêlures là-dedans

A chacun sa forteresse de méfiances

A chacun ses panoplies d’apparences

.

A chacun son propre sachet de poudre d’escampette !

A chacun son épaisseur d’armure

A chacun ses romans d’aventures

A chacun son cortège de déceptions

A chacun sa liste de grands frissons

.

A chacun son journal intime qui ferait recette ?

A chacun son indigestion de regrets

A chacun ses plates-bandes de secrets

A chacun ses bouteilles à la mer

A chacun ses billets pour l’enfer

.

A chacun son propre combat sur cette planète ?

A chacun ses pavés de référence

A chacun ses fardeaux sur la balance

A chacun son méli-mélo de faiblesses

A chacun sa collection de maladresses

A chacun sa perception au travers de sa lorgnette ?

………

 

Mon Titre

visage-burine_sunof-net

Je peux atteindre la ligne d’arrivée

Mais ne la franchirai plus le premier

.

J’ai triomphé et ai été médaillé

Mais aujourd’hui je suis dépassé

.

Par des concurrents qui se l’arrachent

La seule place sur plus haute marche

.

Un jour j’ai du remettre mon titre en jeu

Il n’était plus dans la course le vieux !

.

A présent, ma grande récompense c’est participer

Je peux prendre les départs serein et chevronné

.