Category Archives: Déballages (poésie modeste)

(Round and) Round Trip

(Round and) Round Trip

>.<

Accroche-toi fermement au cœur de ton petit univers

Cramponne-toi à califourchon sur le rail de ton orbite

Passe tes jours et tes nuits en confiance dans ton désert

Fais tourner ta routine qui te retient de prendre la fuite

>.<

Un texte qui traînait depuis trop longtemps dans le grand 
désordre de mes brouillons et qui était à l'origine destiné 
à devenir un jour un dessin...
Devant les mots qui ont protesté avec véhémence, les crayons 
de couleur se sont inclinés... 

 

Une égratignure

Une égratignure

>.<

Déchiffre entre les chiffres

Danse jusqu’au bord du gouffre

Invente une réponse au problème

Rayonne dans l’opacité du système

Perce l’épaisseur du mystère

Contrôle tes émotions et tes nerfs

Avance jusque dans l’obscurité

Endure l’inévitable contrariété

Ignore le détracteur qui menace

Dépasse ce qui te dépasse

>.<

Découvre l’éraflure dans reflet de la glace

Reprends ton bagage rempli de plus d’audace

>.<

Un texte parti de pas grand chose au départ : 
une seule petite phrase, qui au final n'y apparaît même plus.
J'apprécie particulièrement aujourd'hui, lorsque je m'adonne 
à ce genre d'exercice, de pouvoir en modifier jusqu'au thème 
abordé au cours des différentes évolutions qu'il subit.

J'aime les fruits du hasard

Matin facile

Matin facile

>.<

Ce matin étincelant lorsque je me suis réveillé

Dans l’air flottait comme une odeur de café

Des draps chauds inhabituellement froissés

Où j’ai égaré le souvenir de m’être déshabillé

>.<

De l’oreiller émane un parfum de renouveau

Un léger courant d’air frais parcourt ma peau

Un grand jour vient tout juste de commencer

Je vais bondir hors du lit plutôt que d’y traîner

>.<

Ce matin éclatant lorsque je me suis rendormi

Dans l’air il y avait comme un désir de sursis

Un duvet chaud inhabituellement hospitalier

Où j’ai égaré le souvenir de m’être réveillé

>.<

De l’oreiller émane une incitation à la sérénité

Un léger frisson de plaisir caresse ma lascivité

Un grand jour ne devrait pas tarder à commencer

>.<

Tracas Impertinent

Tracas impertinent

>.<

Je suis tombé en désinvolture

Je suis atteint d’impertinence

Débarrassé du poids d’une armure

Affublé d’enthousiasme et d’aisance …

>.<

Je suis chargé d’une tonne de légèreté ….

Je ne me sens transporté que par ma chance

Délivré de l’entrave d’un bouclier

Revêtu d’audace et d’innocence…

>.<

Si je devais me permettre quelque familiarité

Si je m’affranchissais du respect des convenances

Submergé par un entrain nullement entravé

Couvert de confiance et d’assurance …

>.<

Est-ce que vous pourrez me le pardonner ?

>.<

Une cinquantaine de nuances de vert

Une cinquantaine de nuances de vert

>.<

Mais oui, séduis-moi encore !

Inscris chacun de tes assauts dans mon livre de bord !

Ensorcelle-moi à volonté !

Jette moi un sort auquel il est impossible d’échapper !

>.<

Mais oui, envoûte-moi encore !

Amadoue sans aucune retenue cette statuette de cire !

Eblouis-moi davantage !

Apprivoise mon être parfois farouche et sauvage !

>.<

Mais oui, fascine-moi encore,

Attire-moi au plus près de la sculpture de ton corps !

Câline-moi à volonté,

Accorde-moi tes faveurs que je ne cesse de désirer !

>.<

Mais oui, attrape-moi encore …

Trouble-moi davantage …

Bouscule-moi encore …

Consomme-moi à volonté …

>.<

Je me demande si je ne devrais pas inaugurer 
une nouvelle catégorie "dévergondages" pour 
y classer ce type de textes ... ;-)

Espace exigu pour émotion enivrante

Espace exigu pour émotion enivrante

>.<

Il m’arrive de ressentir la sensation de m’envoler

Que mon corps, mes jambes n’ont plus besoin de le porter …

Il m’arrive de percevoir le sentiment de m’être délesté

Que le sol, mes pieds n’ont plus besoin de le toucher …

>.<

Source image Internet

La Brèche

La Brèche

>.<

Je suis comme suspendu, verrouillé

Je suis comme inabordable, inaccessible

Je me suis en moi-même enfermé !

Et je persiste à vouloir dissimuler les clés !!!

>.<

Mais il reste ce possible accès par la brèche…

Ce passage magique et secret où personne ne t’empêche…

>.<

J’étais comme emmuré, barricadé

J’étais comme hermétique, imperméable

Je m’étais en moi-même emprisonné !

Et me condamnais à ne pas m’accorder la liberté !!!

>.<

Mais il y avait ce piquant détour par la brèche !

Ce passage intime et discret où personne ne te repousse…

>.<

Une texte traitant du sujet de l'ouverture aux autres par exemple, suite à une rupture
sentimentale, lorsque on peut se trouver refermé sur soi-même et sur la défensive... 
Un grand merciiii à ceux qui m'ont révélé l'existence de ma brèche à moi...

Ombrages et substances

>.<

Il y aura toujours en toi ce que tu ne peux pas voir

Et devant toi ce que jamais tu ne parviens à prévoir

Et si tu camouflais ces balafres au fond de ta mémoire ?

Et si tu estompais ces plaies qui retiennent tes espoirs ?

Alors sans doute ,

Que brillera soudain dans ton regard l’euphorie de l’invisible

Que subitement ta route croisera le bonheur de l’imprévisible

>.<

 

Une histoire sans départ

Une histoire sans départ

>.<

C’est une histoire qui se découvre par sa finalité,

Une histoire pas banale qui n’a ni queue ni tête

C’est une histoire qui n’a pas encore commencé

Une histoire inventée pour vous faire perdre la tête

>.<

Impossible pour l’heure d’essayer de vous la raconter

Car je ne sais pas où ni à quel moment elle commencera

Mais elle se finira bien si ça peut vous aider à patienter

Et son récit s’enrichira d’un traditionnel il était une fois

>.<

Voyage vers un autre toi-même

Voyage vers un autre toi-même

>.<

A trop vouloir s’emparer de ton identité

Il en oublierait presque de respirer

Et il ne sait plus sur quel pied danser

Pour perdre toute notion de ta réalité

>.<

A trop vouloir s’approprier sa liberté

Tu te pardonnerais presque de l’étouffer

Et tu ne sais plus sur quels pieds marcher

Pour piétiner les traces de son itinéraire périmé

>.<

Vibrations de l’invraisemblable idylle

Vibrations de l’invraisemblable idylle

>.<

Est-ce que tu perçois la flamme d’une inhabituelle présence ?

Est-ce que tu détectes ma tendresse étourdissante et intense ?

Est-ce que tu vacilles entre euphorie et opposition hésitante ?

Est-ce que tu te retranches derrière des défenses rassurantes ?

>.<

Est-ce que ce que je perçois, c’est bien le feu qui brûle en toi ?

Est-ce que ce que je détecte, c’est bien l’ardeur de tes sentiments pour moi ?

Est-ce que ce qui me fait vaciller, c’est bien ce doute qui émane de toi ?

Est-ce que ce qui me retient, c’est bien ce fossé qui te sépare de moi  ?

>.<

Vertigo

 

 J’ai toujours eu très peur du vide…

Mais faisons semblant d’être intrépide !

Allez je retiens mon souffle et je regarde en bas…

Bon, je vois de l’eau, c’est déjà ça !

 

Va falloir que je plonge avec grâce

Sans me prendre un plat en surface

Et pour ajouter un peu d’élégance

Un double périlleux arrière de grande audace

 

Attention à ne pas toucher le fond de la piscine

Ne pas oublier de me boucher les narines

Et me jeter comme si je pouvais m’envoler

Donnant l’illusion que dans l’air je serais le plus léger

 

Voilà que je me balance sur la planche

Sur cette phobie je tiens enfin ma revanche

Je prends ma respiration la plus profonde

Allez juste encore quelques secondes…

 

Il n’y a rien à faire je ne parviens pas à m’élancer

J’ai bien trop peur de lamentablement m’écraser

De me rompre le cou sur le bord du bassin

Je ne peux pas croire une seconde que je ne risque rien !

 

Alors je m’invente et me rassure de mille excuses,

Que de mon courage il ne faut pas trop que j’abuse

Elle est bien trop froide et je suis piètre nageur

Et je n’ai vraiment pas l’étoffe d’un cascadeur…

 

Si je l’avais fait, j’aurais pu y laisser des plumes

Ou pire, on m’aurait décerné médaille à titre posthume

 

[ nouvelle publication d’un billet de 2012, voire plus ancien ]

Le raccourci

Le raccourci

>.<

Trouve un passage vers de nouvelles attentes

Cherche un chemin jonché de moins de craintes

Pour ne plus avoir à te laisser hors d’atteinte

>.<

Créé un itinéraire sûr sans freiner ton imagination

Explore des pistes pavées de milliers d’ambitions

Pour ne plus avoir à subir le trafic des déceptions

>.<

Construis une solide passerelle pour relier des sentiments

Visite les sentiers intimes qui mènent à la passion

Pour ne plus avoir à douter avant même le commencement …

>.<

 

Deux mille conversations

Deux mille conversations

J’ai bien du entendre deux mille conversations
J’ai du me parer d’une plus épaisse protection

Endurer, des clichés sur un parcours de princesse
Surmonter, des récits d’aventures dans la presse

J’avais cru pouvoir comprendre que nous étions à égalité
J’avais pensé pouvoir simplifier ce qui me paraissait compliqué

Mystifier, lorsque qu’on devait me poser trop de questions
Éluder, quand il fallait se débarrasser d’outranciers chaperons

Mais moi j’aime, le rayonnement de cette créature qu’on dit sauvage !
Mais moi J’adore, l’intensité de l’espoir et cette profondeur qu’elle dégage …

..

.

Le revers d’une incertitude

 

Le revers d’une incertitude

>…<

Toi qui au grand jour te caches

Derrière l’impact de ton panache

Révèle moi donc ce que tu dissimules

Derrière tes numéros de funambule

Tu esquisses tes habiles tactiques

Derrière un voile de flou artistique

Présomption d’une réalité que tu redoutes

Revers d’une incertitude qui te barre la route

>…<