Category Archives: Dézinguages

Oranges mes Paniques

Lorsque je m’offre une boisson chaude et la lecture de mon quotidien préféré dans la lumineuse cafétéria d’une grande surface, malgré la foule des grands jours, j’en trouve toujours un exemplaire libre !

A chaque fois, je me faufile entre les tables en quête du journal qui m’est naturellement destiné, et qui ne se trouve jamais dans le porte-journaux officiel. Et ce, malgré l’autocollant cerclé d’orange, pourtant explicite et bien visible collé à proximité des gros titres en haut de la première page. Personne ne le remet en place !

Moi, je l’aime bien cet autocollant et je me suis dit que je devais probablement être le seul à y être à ce point sensible et à tenir à en respecter le souhait après lecture. Un jour, j’ai machinalement photographié l’autocollant en vue d’un éventuel usage créatif ultérieur.

C’est aussi en lisant avec régularité ce fameux journal, que j’ai remarqué que le président grimaçant à la toison orange profilée, commençait à dangereusement partir en vrille et qu’une remise à l’ordre urgente s’imposait !

J’ai donc pris la liberté de modifier l’autocollant du journal. J’espère que cette petite lueur d’inspiration de ma part saura inspirer de meilleurs sentiments et que j’aurai à l’avenir le plaisir de lire de plus réjouissantes nouvelles du monde et compter moins de contorsions cérébrales et faciales peu constructives dans mon journal …

 

Image Libre de droits !

 

Je ris jaune, mais au moins je ris !

 

Je ris jaune, mais au moins je ris !

 

Je suis client à la poste suisse. Vous savez, le géant jaune là !

Je suis plutôt bon client et pas uniquement pour les trafics de colis, de lettres parfumées et d’ épaisses factures ! Je suis aussi titulaire d’un compte en “banque” chez Postfinance et me connecte régulièrement à leurs serveurs pour effectuer mes paiements…

Il y a quelques mois,  lors de deux tentatives successives de transfert d’argent  d’un établissement X vers mon compte Postal, chacune des transactions a été refusée par ce dernier ( le joueur au maillot jaune)

J’en ai donc été informé par deux fois par l’établissement X, frais de refus d’encaisser à ma charge. De l’autre côté, pas trace du moindre courriel ni du moindre départ de signal de fumée de la part de ma résistante et monumentale entité couleur citron (le géant) …

Bien sûr j’ai râlé par écrit en ligne et en noir sur jaune, qu’ils pourraient au moins m’informer  d’une quelconque manière des raisons qui pouvaient les faire soudain trancher en faveur de ces refus !

Je n’ai reçu qu’une pâle réponse d’une secrétaire du colosse jaunâtre m’annonçant que malheureusement, l’institut aussi imposant et lumineux soit-il, ne disposait pas de ce type d’information !

N’en sachant toujours pas plus à propos des motivations ayant pu mener aux désagréments , armé de ma meilleure patience et disposant d’une bonne heure de loisir à tuer, j’ai entrepris d’enquêter auprès de l’établissement X, de ce qui avait pu poser problème et suis finalement parvenu à défricher une piste menant à l’origine probable du fâcheux bémol : Mon prénom, mon nom et mon numéro de compte étaient bel et bien correctement libellés et rigoureusement exacts, mais sapristi, c’était mon adresse qui n’avait pas été actualisée suite à mon déménagement ! Bigre ! C’était donc mon adresse précédente qui garnissait fallacieusement les ordres de transfert de chez X ! Pas bien !

J’ai encore râlé par écrit en ligne, soulignant qu’à l’heure du tout informatique du big data et des bases de données, ils auraient pu me prévenir par simple email ou par bulle message en pop-up sur mon cockpit financier online, de mettre à jour mon adresse chez X plutôt que de basiquement barrer, dans leur langage désespérément binaire, le flot de mes espèces en déroute !

Le supérieur hiérarchique de la secrétaire en chef du géant jaune m’a répondu qu’ils n’acceptaient que les coordonnées entièrement correctes et qu’hormise cette condition dûment remplie “ainsi que le respect que nous vous devons, cher monsieur l’emmerdeur”, ils ne pouvaient pas savoir à qui s’adressaient lesdits montants ….

J’en suis resté pantois !

Le soir venu, Sherlock un vieux copain habitué des brillantes déductions avec qui je partageais un verre de whisky dans l’ambiance surchauffée de la véranda , m’a affirmé que sans nul doute, du haut de sa clairvoyante personne après avoir déchiffré  le numéro de compte exact et décodé le tout juste blaze du titulaire de ce dernier, il aurait deviné en moins d’une demie seconde le destinataire du pognon en perdition et m’aurait rendu dans la subséquente minute, le service gracieux de me prévenir que mon adresse chez X lui paraissait obsolète, et ce au seul nom de ce bon vieux service public qui se doit de reposer en paix…

La semaine dernière, j’ai du commander une nouvelle carte à puce Postcard. Ça se fait en trois clics en ligne… L’actuelle renonçait une fois sur trois à opérer tout retrait au guichet ou à s’affranchir d’un paiement plastique…

Et bizarrement, cette fameuse carte à puce de remplacement me semblait tarder à trouver le chemin de ma boîte à lettres…

Et bien vous n’allez pas le croire, mais à l’heure du tout informatique du big data et des bases de données, elle m’a été envoyée par la poste à mon ancienne adresse, soudain encore valable !!!

Mon ancienne adresse n’avait de toute évidence pas autant disparu de l’une de leur bases de données comme j’avais pu le craindre !!!

J’ai ri jaune, mais au moins j’ai bien ri !

Le mouton à plumes

mouton à plumes

Je suis ravi aujourd’hui d’inaugurer une nouvelle rubrique sur ce blog baptisée “Dézinguages

Vous n’avez probablement jamais encore entendu parler du mouton à plumes n’est ce pas ? Eh bien, il s’agit d’une évolution naturelle du mouton (image de gauche) qui finit à force d’ invariablement suivre le troupeau sans jamais oser se rebiffer par se métamorphoser en mouton à plumes, plus communément aussi parfois appelé pigeon (image de droite)

Je vous avoue qu’il m’arrive parfois moi-même d’être pris de soudains tremblements, de me sentir pousser des plumes dans la nuque, sur les bras et ailleurs. Et je pense avoir compris que cette désagréable sensation prend en particulier possession de tout mon corps lorsque l’on cherche à me tondre d’une manière sournoise, l’on désignant ceux qui pensent que je ne me révolterai jamais, parce je ne suis qu’une gentille brebis égarée parmi ses semblables, toutes enfermées dans un enclos contrôlé par les grands bergers du profit.

Jusqu’ici, j’ai pu contenir mon évolution de lainage vers le plumage et ai plutôt bien résisté à une mutation définitive. Mais il a fallu pour cela que je décide de m’enhardir et que je me fasse une teinture des plus radicales : Devenir un mouton noir !

Voilà pour l’intro, donc bienvenue cher lecteur sur les “dézinguages” publics de SunOf.

C’est ici que je vais dorénavant investiguer et documenter des filouteries institutionnalisées, dégommer du sacripant notoire et dézinguer nommément tous ceux qui n’ont pour simple but que de carambouiller le blanc mouton que j’ai été…