Category Archives: Non classé

Tire ta caisse ou tiroir caisse !

Tire ta caisse ou tiroir caisse !

Y en a point comme eux, les Vaudois pour traire la vache à lait à quatre roues ! Je me rappelle encore leur ministre des finances qui annonçait triomphalement le sourire vampiresque, qu’en matière d’impôt il faut di-ver-si-fier ! Je viens juste de prendre CHF 40.– à Payerne en allant boire mon petit café matinal parce que pour une fois, j’ai oublié de placer le disque de zone bleue bien en vue. Et là-bas à Payerne, il paraît que le Longtarin local est particulièrement zélé ou alors probablement, payé au pourcentage de sa rentable promenade ! Il terminait de remplir ma prune quand je suis revenu au parking surpris d’avoir fauté. Il m’a repéré d’un œil furtif, s’est dépêché de glisser le papelard sous la tétine et a viiiite tourné les talons en direction de la traite suivante. Bon vous me direz, à Payerne, lui au moins, il a la chance d’avoir un de ces job sûr qui ne demande pas de trop qualifications et qui en même temps ne sera pas trop vite remplacé par un androkeuf ou un drônoflic ! Voilà, si un de ces jours, de bon matin vous passez déguster un petit Capuccino à Payerne dans le Canton de Vaud en Suisse, sachez que vous pouvez encore y faire de substantielles économies …😉

 

A propos disque d’or :

http://sunof.net/blog/plus-jamais-trop-tard/

Haaaaa… Voilà qui aide à mieux digérer le café …

Vacances en rouge et ocre (spoiler alert)

Ce soir, je me suis allé seul au cinéma.

C’était un film très profond : il se devait donc d’être projeté en 3D.

Alors comme d’habitude, j’ai chaussé les lunettes qui additionnent une dimension à celles qui rectifient déjà ma perception des deux autres.

Comme mon blair peu discret me permet d’aligner une brochette de binocles, j’ai été pleinement en mesure de profiter du spectacle. Il faut dire que l’aventure sur le grand écran se déroulait sur la planète Mars : Une contrée que je n’ai pas encore eu la chance de visiter. Pourtant, la surface de cet astre semble offrir de grands espaces sauvages et présente un relief des plus vertigineux. Alors me suis-je dit, autant découvrir ces horizons inconnus en en prenant plein les mirettes, des fois qu’un de ces jours je tombe sur un last minute à un prix difficile à refuser.

Bien entendu comme dans tous les films catastrophes, le brave routard qui se trouvait parachuté sur cette planète lointaine, allait devoir affronter galère sur galère : Le comble étant que son agence de voyage, pourtant réputée, n’était pas même en mesure de lui assurer le billet de retour suite à sa réservation hors de prix. Et voilà que le globetrotteur coincé sur place et très peu assisté par les autochtones, doit se mettre personnellement en quête d’un stratagème des plus finauds dans le but de s’extraire de ce piège à touristes pour rejoindre les siens, restés au pays. Ensuite, il connait les fameux problèmes avec les fenêtres de tir comme cela est trop souvent le cas avec les vols charters, puis c’est l’atmosphère du lieu qui finit par lui pourrir la vie. C’est sans compter la bouffe locale, pas très variée et pas assez copieuse pour enthousiasmer un visiteur exigeant.

Toutes ces contrariétés, mises bout à bout : On était proche du film d’horreur !

Je ne vous dévoile pas comme le séjour de notre héros, a été gâché à vie.

A la fin je vous rassure, après moult pérégrinations et nombre de fâcheuses postures, le gars finit par retrouver sa petite banlieue terrestre et son job peinard.

Durant toute la durée du film j’ai compati, ai souffert avec lui, ai prié pour qu’il s’en sorte et aurais même été jusqu’à témoigner en sa faveur devant la cour, pour qu’il soit indemnisé.

Mais voilà comme d’habitude, on se contente de froidement balancer le générique de fin et chacun rentre dans sa galaxie ….

De retour sur terre, j’ai quitté mon siège et avec les autres spectateurs me suis dirigé vers la sortie du cinéma en contemplant les affiches collector qui ornaient les murs du lieu. Plus loin, j’ai opté pour un petit détour par les toilettes afin de vidanger le réservoir. C’est ensuite en me dirigeant vers le lavabo, en découvrant mon reflet dans le miroir que je me suis rendu compte que j’avais toujours mes épaisses lunettes 3D noires et ridicules sur le tarin et que sauf cet arrêt aux stands, je m’apprêtais probablement à parcourir l’entier du voyage de retour en trois dimensions…