Category Archives: Surmenages

Une bonne compagnie

Mesdames et Messieurs, chers passagers, nous venons de traverser une zone de très fortes turbulences.

Au nom de notre compagnie, le commandant de bord, l’ordinateur de bord et les membres du personnel de cabine vous prient de les excuser pour les désagréments subis. Soyez certains que c’est enrichis d’une première expérience de ce type, que tous nos efforts seront désormais conjugués pour que nous puissions vous garantir une encore bien meilleure coordination dans les phases d’approche des zones de turbulences. Notre crew, dans son ensemble sera en mesure de vous demander suffisamment à l’avance de regagner immédiatement vos sièges et d’attacher vos ceintures de sécurité. La totalité des plateaux repas auront été débarrassés et les tablettes remontées avant perception de la première secousse . La situation étant totalement revenue sous notre contrôle et nos radars nous indiquant une voie parfaitement dégagée, vous pouvez maintenant retirer vos masques à oxygène et cesser de vous agripper à votre voisin ou au mobilier de vol.

Nous devrions être en mesure de maintenir la vitesse de croisière actuelle et arriver à destination avec une quinzaine de minutes d’avance sur le plan de vol.

Pour terminer cette annonce sur une note réjouissante, nous souhaitons vous informer que la tour de contrôle de notre lieu de destination nous a annoncé des conditions météorologiques idéales et des températures au-dessus des moyennes saisonnières au sol. Nous espérons que d’ici à notre arrivée, cette nouvelle saura vous faire relativiser le petit incident que nous venons de surmonter…

Mesdames et Messieurs, chers passagers, nous vous souhaitons un très agréable voyage.

 

 

Littérature jeunesse : Protestation inofficielle

Il y a quelques jours, je me suis installé dans une médiathèque dans une ville où j’étais de passage.

Comme ce jour-là, j’étais peu enclin à vouloir philosopher, je ne me suis pas mis en quête dans les rayonnages philo d’un ouvrage de Platon ou d’Aristote. Le soir précédant, j’avais déjà philosophé plusieurs chapitres en prolongeant l’heure de l’apéro au-delà de celle du virtuel repas du soir.

En investissant ce lieu de culture, j’ai soigneusement évité de passer à proximité du rayon des livres de cuisine pour m’éviter de potentiels hauts le cœur. Le petit déjeuner dépassionné suivi quelques heures plus tard sur une terrasse, d’une petite bière palliative des plus difficiles à étancher, ne m’avaient pas encore redonné goût à dévorer quelconque guide facile pour les nuls ni même une seule page d’encyclopédie.

Lorsque les yeux ne sont plus tout à fait en face des trous, autant favoriser les gros caractères. J’ai d’abord imaginé aller choisir un livre pour enfant pas sage, mais je me suis rappelé qu’au rayon littérature enfantine, il était préférable d’éviter tout comportement louche.

En procédant par l’élimination naturelle du jour, je suis allé choisir un livre d’images qu’on peut lire facilement sans perdre le fil de l’histoire et qui ne nécessite pas d’index de repérage.

J’ai soigneusement sélectionné de par la qualité du dessin de couverture, une bande dessinée d’aventure romanesque et me suis aperçu que l’auteure de l’œuvre tant au scénario qu’au dessin était une femme, ce qui a naturellement amplifié ma curiosité…

Silence s’il vous plaît ! Je lis …

Voilà. Alors à mon humble avis, la talentueuse artiste aurait dû demander conseil à un ami ou se rendre en repérage sur le terrain. Et je vous assure que ce n’est pas du tout pour sombrer dans la critique sexiste !  Mais même déconfit dans l’amertume d’un lendemain d’hier, je me suis découvert la soudaine aptitude à émettre une vive protestation : Ôtez moi d’un doute, un coup de pied bien centré dans les grelots, ça ne fait jamais CLONG ou bien ??? Si ?

 

..

PS : J'espère que l'auteure de la bédé,
si d'aventure elle devait tomber sur ce billet, 
s'aura s'en amuser...

 

 

Faut arrêter de délirer là !

 

Ami terriens, amies terriennes !

Ça ne va probablement pas vous plaire, mais cette année j’ai décidé de casser le code :

Je vais rompre avec la tradition : Cette année il n’y aura pas de dessin pour Halloween sur Sunof.net ! Et ça vous rend triste je le sens !

De toute manière j’ai cessé de vouloir effrayer les enfants et n’ai plus vraiment envie de leur déconseiller de consommer trop des sucreries.

Non non, inutile d’insister ! Je ferme la boutique durant 3 semaines et je me déguise en papillon bleu.

Je vais m’offrir du bon temps, virevolter dans le champ des possibles. Je voyagerai sans plan de vol et sans savoir à l’avance où je pourrais me poser…

 

Une liste pour l’individualiste

Tu n’es pas le seul à souffrir en silence

Tu n’es pas le seul à te battre contre tes fantômes

Tu n’es pas le seul à ne pas comprendre pourquoi

Tu n’es pas le seul à connaître des fins de mois difficiles

Tu n’es pas le seul à subir des changements profonds

Tu n’es pas le seul à ruminer que c’était mieux avant

Tu n’es pas le seul à t’inquiéter pour ta liberté

Tu n’es pas le seul à souhaiter changer le monde

Tu n’es pas le seul à jongler avec la patate chaude

Tu n’es pas le seul à être trop exigeant avec toi

Tu n’es pas le seul à avoir perdu ta dignité

Tu n’es pas le seul à te sentir au bout de tes forces

Tu n’es pas le seul à avoir dû renoncer à tes rêves

Tu n’es pas le seul à t’initier à résister à des pulsions

Tu n’es pas le seul à tabler sur des jours meilleurs

Tu n’es pas le seul à gober qu’il n’y a rien à faire

Tu n’es pas le seul à attendre ton jour de chance

Tu n’es pas le seul à encore espérer un miracle

Tu n’es pas le seul à dissimuler ton désarroi

Tu n’es pas le seul à être seul

Tu n’es pas le seul à croire que tu es le seul

Tu ne seras pas le seul à réviser cette liste …

 🙂

Le parquet ( The Parquet Floor )

 

Le parquet_sunOf.net

Matière, surface et senteur boisés, le tout issu de l’un de ces rêves marquants

Faites donc de beaux rêves vous aussi …

Ou alors réveillez-vous !

Checkup

Je n’étais plus allé faire de diagnostique santé chez un médecin depuis qu’ils ont instauré la médecine à deux vitesses. Malgré des moyens limités et probablement insuffisants pour pouvoir m’acquitter des honoraires et des coûts d’analyse, j’ai convenu d’un rendez-vous.

A mon âge, il peut être rassurant de savoir s’il y a apparition de fissures, risque de fuites, si la corrosion a commencé à ronger l’acier de mes nerfs, s’il y des pièces d’usure à rafistoler. Définir s’il faudrait refaire la peinture ou rajeunir la décoration, effectuer des travaux d’équilibrage, procéder à un re-calibrage quelconque.

J’ai donné quelques gouttes de sang , ai rempli un gobelet d’urine, me suis prêté à un prélèvement de salive et ai pleuré à chaudes larmes sur une plaquette de verre. Il a collecté quelques perles de sueur sur mon front. J’ai accepté de sacrifier l’un des rares cheveux qu’il me reste !

Il m’a fait monter sur une balance, a écouté ma respiration au stéthoscope.

Le toubib a mesuré ma pression sanguine, a testé ce qu’il me reste de réflexes et a tenté d’écouter battre mon cœur. Il a aussi jaugé mon degré de toxicité et fait un topo complet sur mes probables allergies non sans parvenir à masquer une légère grimace.

Il a scruté le fond de mes oreilles, il a introduit une palette de bois au fond de la gorge, il m’a intimé l’ordre de lui dire « trente-trois », et puis allez, je m’arrête là, car la checklist était longue et puis finalement c’est mon corps, et c’est privé.

– Jusqu’ici, tout vous semble normal ? Lui ai-je demandé un brin nerveux en me rhabillant.

– On va attendre le résultat de toutes les analyses et on se revoit dans un mois ! M’a un peu sèchement répondu le docteur avant de prendre congé comme s’il avait un gratin au four.

Le temps ayant passé depuis la première consultation, je ne me rappelle plus la raison qui m’avait conduite à aller consulter pour un checkup ! Je ne suis même plus certain de vouloir savoir si je vais bien ou si la faucheuse passera me cueillir dans la semaine. Alors j’ai annulé le second rendez-vous chez le praticien. J’ai bien peur que je ne sois devenu un patient à deux vitesses.

 

Fast and Curious

Fast and Curious_sunof.net

Alors que de nos jours, on nous demande d’être au taquet du matin au soir, de tenir des délais irréalistes, de décupler notre productivité, je me suis dit qu’il serait bon pour casser le rythme imposé, de te proposer une mascotte du rendement mesuré.

Un lundi matin aux confins de l’univers

I Hate Mondays_sunof.netUne trilogie en 52 épisodes, et parfois même un de plus,

lorsque ça tombe sur une année-lumière bissextile …

Dans un “No Future” Proche …

No future_at all_sunof.net

The Ultimate Hangover ( Tequila Sunrise )

grosse gueule de bois_ultimate_hangover sunof.net

De temps à autre sur un blog qui se voudrait pas trop banal option avant-gardiste, plutôt que d’étaler sa science à la con et de se la jouer grave juché sur ses grands pur-sang, il faut parfois  aussi penser à offrir une parenthèse compatissante aux gens, qui sur cette planète, souffrent comme des écorchés, en bavent comme des bouledogues, ceux qui luttent chaque matin lorsque ce n’est pas déjà au jour le jour, pour leur putain de survie !

Alors dans cette optique, cette semaine j’ai choisi de compatir avec Jean-Kévin, un brave gars sans problèmes, du moins à ce qu’on en dit au village, qui a juste un tout petit peu abusé de la Tequila en oubliant qu’il allait devoir bosser tôt le lendemain ( un lendemain qui manque de bol, tombe aujourd’hui même) et qui à l’heure qu’il est, vit un enfer comme s’il était subitement devenu le chouchou parmi tous les damnés  du purgatoire ( Aïeaïeaïe tequila ! )

Au départ je voulais ajouter une bulle de bruitage qui ferait “crouic crouic”  à proximité de sa main gauche. Jean-Kevin m’a indiqué préférer pouvoir profiter d’une ou deux secondes de silence entre deux coups de massue…

Quand les mots dépassent la pensée …

Quand les mots dépassent la pensée_sunof.net

Ch’sais pas vous, mais à moi, ça m’arrive souvent …

Que des mots dépassent ma pensée …

Et puis sachant que je ne les rattraperai jamais …

Ils étaient bien trop rapides, ma parole !

 Sans espoir de les voir s’effacer dans mon rétroviseur …

 Je préfère que ça roule au calme en méditant dans ma bulle …

Emprunter les routes sinueuses moins fréquentées …

Plutôt que de courageusement risquer tout nouveau dérapage …

 Dans le trafic de la voie rapide, sur une belle ligne droite …

 

Psychedelic Robot

Psychedelic robot

 

Tu montres des signes de fatigue dans ta mécanique

Ca grince, ça grippe, parfois de manière chronique !

 

T’es de service de jour, de nuit et même les jours de fête

Pour le minimum d’entretien, technologie obsolète !

 

Souvent en rade et à deux doigts de la casse

Un peu de graisse par ici et par là, seul remède efficace

 

On ne t’accordera plus de pièces neuves ni l’espoir de te réviser

Et après Ils s’étonnent au bureau que tu te mettes à disjoncter !

 

bORN tO rUN (happy)

running man_r

Tu pourras toujours courir à ta guise après tout ce que tu voudras !

L’essentiel c’est qu’à ton retour, tu nous apportes un authentique sourire !

Parce qu’il nous semble qu’à chaque fois qu’on se revoit,

On a le sentiment que tu ne fais que camoufler quantités de soupirs !