Image volée d’une très belle rencontre

C’est samedi dernier que j’ai fait ta rencontre ! Tu me faisais face assise à une table voisine. Tu te trouvais juste un peu décalée sur ma droite. La nuit était tombée depuis quelques heures déjà et la fête dans l’open air battait son plein.

Je m’étais installé là par hasard, mais il m’a vite été presque impossible de te quitter des yeux ! Tu te trouvais là, accompagnée de quatre copines. Votre conversation semblait être très animée et passionnante.

Je me suis dit que ça n’allait pas être facile d’attirer ton attention. Tu m’as parue à ce moment là, être celle qui était la plus attentive aux discours des autres.

Je me suis imaginé avec ma fantaisie habituelle, que ça aurait probablement pu être plus simple, si j’avais pu obtenir ton nom de profil sur un réseau social et de m’empresser de te demander en ami sans oublier de cocher les deux options “libre et open pour un rendez-vous en tête-à-tête” et “plus si affinités évidentes“. Quoique, dans ce cas là, j’aurais probablement aussi dû faire en sorte de satisfaire la curiosité de plusieurs autres de tes contacts et followers, que ces quatre là. C’est sans oublier ton grand frère surprotecteur qui me voyant débarquer te soufflerait de rester sur tes gardes. Qui te dévoilerait qu’avec quelques-uns des membres de son club de foot, ils sont allés en toute discrétion visiter mon mur pour checker et analyser mes huit cent dernières contributions. Il placerait en passant, avec un sourire assorti d’un clin d’œil complice, qu’il y en a au moins trois d’entre eux qui seraient déjà sur les rangs à te faire la cour. Qu’ils ont scellé un pacte de non-agression pour conjuguer leurs forces pour me faire passer toute intention de venir roucouler sous ton balcon. Qu’au besoin, ils sont enclins à créer quelques faux profils pour étudier mes réactions et mes comportements et au besoin, d’entreprendre tout ce qu’il faudrait dans le but de me décourager. En parallèle, ta meilleure amie geek aurait fait des recherches approfondies pour retrouver toutes traces et infos exploitables au sujet de mes ex. Elle ne pourrait se résoudre à oublier de te soumettre un rapport détaillé, comme par exemple, qu’elle trouve louche qu’aucune d’entre elles ne présente la moindre ressemblance physique avec toi et que tous les recoupements résultant de sa minutieuse enquête ajoutés aux signaux émis par son infaillible sixième sens, lui indiqueraient que notre éventualité de matcher lui paraissent fort minces. Et toi de ton côté, plutôt que de t’adresser à la seule source fiable pour quérir des réponses susceptibles de satisfaire ta curiosité, tu irais à la pèche aux renseignements indirects auprès de ceux qui m’ont déjà côtoyés et à qui j’ai parfois intentionnellement répondu à côté de ce qu’ils voulaient entendre, juste pour qu’ils me lâchent la grappe, après avoir estimé qu’à mon goût, ils me posaient bien trop de questions. Et puis il y a aussi ta mère qui de son côté nourrit un projet pour toi. Elle ne souhaite que ton bonheur, mais elle voudrait vraiment enfin organiser l’opportunité de te brancher sur l’ainé de l’une de ses meilleures amies. Elle insiste depuis près d’un an que c’est un beau gosse, qu’il présente bien et qu’il exerce un bon métier ! 

Aspiré dans une spirale sans fin, Je pousserais mes actions clandestines et mes spéculations souterraines de plus en plus loin. Et de fil et en aiguilles à tricoter des mailles à l’envers, le monde entier pourrait finir par casser du sucre ou saupoudrer son demi-kilo de grains de sel dans le feuilleté de notre hypothétique relation. Une réalité ambigüe qui ne serait alors à priori plus franchement de nature à m’emballer.

Alors réflexion faite, tant pis pour cette fausse bonne idée que de tenter ma chance de faire ta connaissance par le biais d’un réseau social. De toute manière, je ne m’y sens que rarement vraiment à mon aise. C’est un peu comme si j’entrais dans un grand restaurant rempli de consommateurs et où on ne peut jamais vraiment complétement choisir soi-même la composition de son menu. Je devrais y hurler à la cantonnée pour espérer me faire entendre par les personnes que je souhaiterais inviter à ma table, en n’ayant d’autre alternative que de devoir souscrire à la curiosité et au voyeurisme de nombre d’inconnus venus bouffer là. Les sans-gêne que cela ne retient pas ne manquent pas. Mais je n’en fais définitivement pas partie, même si je ne suis pas non plus un “taiseux du monde numérique” et que j’ai plaisir à rédiger et à communiquer, comme par exemple je le fais sur ce blog.

Dans la version live de notre opportunité de rapprochement, ne restait alors plus que tes quatre copines pouvant jeter de l’ombre sur notre rencontre. Mon envie de me glisser au milieu de votre discussion tel un maraudeur ne m’a pas parue convenable. Statistiquement, il y en avait au moins deux sur les quatre qui verdissent discrètement de jalousie à chaque fois qu’un type s’approche pour contempler tes beaux yeux de plus près. Elles ne doutent pas une seconde que tu es la plus séduisante d’entre-elles, mais évidemment, elles aussi ne souhaitent que ton bonheur ! Lorsque je tenterais une approche, elles seraient probablement incapables d’éviter de vouloir m’évaluer en me soumettant à un feu croisé de questions susceptibles de me mettre mal à l’aise ou dans un certain embarras. Bien sûr, c’est avant tout de toi en personne que je souhaiterais faire la rencontre. Et ensuite, tu me présenterais à tes copines dans le cas où nous aurions ressentis une attraction réciproque, et qu’elles voudraient s’amuser à la valider.

Avec tes quatre copines, vous étiez installées à une table voisine d’en face . J’ai été très touché et même vraiment remué par ton irrésistible beauté. Mais devant l’apparente alchimie qui régnait au sein de votre groupe, je me suis ressaisi et ai renoncé à vouloir attirer ton attention ! C’est qu’il y avait potentiellement encore d’autres obstacles possibles à la concrétisation de notre rencontre. Si ça se trouve, c’était votre soirée pyjama festive entre filles. Et vous n’auriez déjà pas assez d’une longue soirée sans trouble-fête, pour vous raconter toutes les dernières frasques de vos cinq compagnons respectifs.

C’est dans l’intention de garnir ma galerie de bons souvenirs, que j’ai voulu prendre, à ton insu, une photographie de ton merveilleux visage d’ange. Je précise que ce n’est là pas un comportement dont je suis coutumier. J’ai seulement rebondi sur un petit coup de folie passagère de vouloir fêter cela : C’était un instantané que je me devais de te voler et pour cette fois, tant pis pour la bienséance ! Ce n’est pas tous les jours que j’ai la chance de croiser la route de l’une de ces rares personnes qui rayonnent cette combinaison magique qui parvient à déclencher chez moi ce très déstabilisant et fabuleux phénomène de fascination.

C’est là qu’une triple salve de flashes générée par mon smartphone (flash que j’avais omis de mettre hors fonction) a attiré l’attention de toute ta tablée ! Niveau discrétion et maîtrise technique, j’ai eu l’air d’un parfait nigaud ! Mais je peux te rassurer, cette photo volée est vraiment réussie et je ne risque pas de l’effacer de sitôt. Je n’avais pas tout de suite réalisé, qu’au moment de chaparder ton portrait, tu avais remarqué mon petit manège et me regardais jouer à l’apprenti-paparazzo d’un air amusée. Merciiii à toi, très chère et absolument ravissante créature ! Tu m’as bien fait flasher !!!

>.<

[Note] heum... Allez : un mi bémol

Sticky Notes (rangements)

Résultat d’une improvisation dérivée d’une espèce de “vision créative” que j’ai eu au saut du lit ce matin là. C’était juste supposé être “* joli *”. Je n’ai jusqu’ici jamais tenté d’approcher le domaine de la bijouterie, mais ça pourrait faire une sorte de pendentif verni…

Un post-it que j’avais griffonné le jour précédant mon départ pour me rendre à un premier rendez-vous. Je m’y rendais en train. C’est plus tard que j’ai remarqué par hasard que j’avais involontairement tracé les lettres I.R.L au Tipex sur la chaudière de la loco. ( IRL = In Real Life)

Ce post-it (triché parce qu’il n’est que virtuel) est un dérivé de ce que j’avais trouvé sur internet en langage des signes pour désigner la ville de Paris. Et naturellement, je n’ai pas pu résister à aller y passer un petit séjour ensuite…

>.<

On dirait le calme …

On dirait le calme… Pourtant au moment de prendre ce cliché, je me trouvais dans un festival de musique rock à environ trente ou quarante mètres de la scène de la plage et ne vous y trompez pas, il s’y trouvait grand nombre de spectateurs… Les images peuvent être si trompeuses parfois !

Mais pour cette fois, ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler tous mes petits secrets !

J’y retourne ce soir, ne serait-ce que pour y saisir la chance d’y contempler un magnifique coucher de soleil ! Et pour tout le reste on verra !

>.<

Rattitudes

Je suis rat d’égout depuis des générations.

C’est comme un rat des villes, mais en plus ratiboisé. Qui se sent à l’aise dans la figuration.

Une face de rat. Un ingrat. Un irrationnel. Un raté.

Un pirate. Du baratin à tous les râteliers pour gratter sa ration gratuite.

Un malfrat. Un scélérat. Un découragement pour votre odorat.

A force de ratures, de frustrations et d’embarras, je suis arrivé à saturation !

C’est un raton-laveur rationnel qui m’a conseillé de ratisser plus large !

Rat de laboratoire ? Faire un doctorat ? Signer plein de contrats ? Me lancer dans une activité lucrative rémunératrice ? Viser le gratin, la magistrature, l’aristocratie ou même la stratosphère ? Convaincre un électorat depuis le sommet d’un gratte-ciel ?

Et pourquoi pas ? Qui vivra verra !

Il y a peu, j’ai manqué un rendez-vous important avec une très belle souris à l’opéra. Je la portais en grande admiration. J’étais pétri d’inspiration pour lui fredonner ma déclaration. Mais on s’est ratés de peu. J’ai dû manquer de moderato ou de vibrato ou peut-être s’attendait-elle de ma part à une aura et à une stratégie d’extraterrestre !

Alors j’ai pris le chemin de la migration pour devenir rat des champs.

Je ne suis pas encore assez ratatiné pour abandonner l’élaboration de nouveaux stratagèmes !

Et pourquoi pas ? Qui vivra verra ! Même si pour un temps, ça devait encore être un peu par procuration…

>.<

>.<

Article répulsif pour contributeur bête et féroce

C’est aujourd’hui que je vous balance une « très grossière pièce d’art moderne avec prétentions » à détester cordialement et sans ménagement !

Ce dessin vous est destiné en particulier à vous, qui avez pour principal talent, si ce n’est votre unique prédisposition, que de répandre le taux d’acidité élevé et polluant de votre déversoir de haine, par exemple dans les fils de commentaires des réseaux sociaux ou dans ceux des articles de journaux en ligne.

Pour cette fois, je vous enjoins à vous laisser submerger par l’hostilité quasi systématique qui vous caractérise, en vous apprenant que cette parodie de votre singularité griffonnée à la hâte est ma version antagoniste du pouce levé ou du petit cœur ! Ceux que l’internaute basique et complaisant à la fâcheuse habitude d’attribuer à une contribution intelligente, appréciable, touchante ou pleine de bon sens.

Et ma foi, lorsque que vous, névroptère inconfortablement emberlificoté entre deux fils de la toile, débiterez vos nigauderies déplacées, distillerez vos diatribes exaspérantes, balancerez vos certitudes irréfléchies, lâcherez vos convictions exemptes d’arguments, je vous dédicacerai en silence, ce petit bonhomme qui vient subitement de réaliser à la fois, la profondeur et l’envergure de sa bêtise.

De cette manière en étant amené à découvrir l’une de vos misérables performances , je me sentirai dispensé de devoir m’opposer à votre médisance gratuite et qui sait, nous éviterai à tous deux, quelques orages d’hyperacidité gastrique.

Évidemment il n’y a pas de raison que la sentence du petit bonhomme au crâne vide ne s’applique pas à mon endroit. J’ai conscience de ne pas avoir toujours su réagir de la manière la plus réfléchie et constructive qui soit et que je n’ai pas été capable de n’écrire de mes dix doigts, que des phrases sensées ou d’une quelconque utilité ! Et c’est volontairement et de manière permanente que je me soumettrai encore à sa vigilance !

Maintenant faites-moi l’amitié d’exprimer sincèrement toute votre aversion, votre détestation, votre exécration. Défoulez-vous ! Débourrez-vous les tripes ! Débarrassez-vous de ce lest qui vous a jusqu’ici empêché de prendre de l’altitude ! Crachez sur cette horripilante caricature ce qu’il vous reste encore de venin, de fiel, de vomi, et ensuite offrez nous un peu de repos.

Mais si ça se trouve, c’est justement pour faire chier le monde que pour une fois vous userez de votre droit de garder le silence , ou sans prendre la peine de riposter dans votre style laconique, irez jusqu’à bousculer le petit cœur à contrecœur ou goûterez au vertige d’un pouce haut perché !!! 

>.<

[Note] Je réalise que c'est nettement plus fatiguant d'écrire 
des trucs méchants et bien tordus !!! 
Et là ben, j'ai lessive en ensuite piscine alors ne vous déplaise, 
Je porterai la touche finale à ce "brûlot" plus tard...

Pas à la baguette ni avec des pincettes

>.<

Ne me menez pas à la baguette, mais ne me prenez pas avec des pincettes !

>.<

>.<

Définitions :

Mener à la baguette [ diriger fermement ]

Prendre avec des pincettes [ Prendre avec beaucoup de précaution ]

Je ne parviens pas à me décider entre la version paysage 
et la version portrait !
La première fait barrière et l'autre fait prison...

>.<

Mon bug de l’an 2000 à moi !

Cette histoire s’est déroulée en l’an 2000. L’année du fameux bogue qui était censé tous nous vautrer dans une mouise technologique insurmontable !

Au réveil du réveillon de la Saint-Sylvestre, aucune machine informatisée avec laquelle j’étais directement en contact n’avait eu à en souffrir. C’était un bug plus pernicieux qu’annoncé ! Il s’était attaqué par surprise à l’être humain que je suis. Faisant fi des prédictions des spécialistes ne ciblant pour victimes potentielles, qu’appareils et machines antiques.

Ce monde était-il subitement devenu fou ou alors, n’était-ce que moi ???

Pour obtenir une réponse valable, j’ai pris un rendez-vous pour passer au détecteur de folie. Durant l’interrogatoire, chacune de mes réponses aux différentes questions de l’enquêteur affolait le traceur du polygraphe. Sur le papier, il m’a vite paru évident qu’en définitive, c’était bel et bien moi seul qui allait être officiellement déclaré frappadingue !

Au terme de l’audition, le détective m’a confirmé qu’un peu de repos n’aggraverait pas mon cas et qu’en ce qui concernait le monde, son diagnostic était en tous points identique au mien. Que malheureusement à son niveau, il disposait de beaucoup plus d’espoir que de moyens pour intervenir efficacement au niveau mondial. Et il a tenté de me rassurer en m’affirmant que ce monde souffrait déjà de folie pure bien avant que je ne développe mes premiers symptômes. Que j’avais très probablement, comme tant d’autres déjà avant moi, été infecté par contagion par mon environnement.

Dans la foulée, il m’a proposé un séjour détente en pension complète au grand palace des détraqués. Une offre que j’ai évidemment acceptée. Le déplacement en shuttle était inclus dans la formule all inclusive de cette villégiature et j’ai pu laisser mon véhicule sur place. Le chauffeur m’a proposé de choisir entre la camisole de force ou tout simplement, de boucler ma ceinture de sécurité. A quelques dizaines de kilomètres de là, la somptueuse auberge qui me recevait se trouvait être presque isolée en rase campagne à la croisée de deux axes routiers.

C’était un établissement massif et rustique planté dans un paysage bucolique. Une abbaye historique reconvertie en chambres d’hôte pour barjots. L’accueil m’a paru chaleureux et j’ai rapidement pu prendre possession de ma chambre individuelle.

C’est lorsque j’ai remarqué la présence de barreaux solidement scellés derrière les fenêtres et constaté que l’intégralité du mobilier de ma suite royale était constitué de pièces rembourrées de mousse de polyuréthane que je me suis senti glacé par un rush de mauvais stress !

Je me suis vu débarqué par erreur dans le remake local de vol au-dessus d’un nid de coucou. A me faire court-circuiter le bulbe au quotidien par un toubib électro-sadique pour ensuite subir, durant mon temps libre, les persécutions d’une odieuse infirmière rombière-en-chef.

En un éclair et en toute discrétion, j’ai attrapé mes affaires et ai choisi la tangente. Je me suis faufilé hors de l’établissement et ai traversé à pas de géant le grand parc pour aller faire de l’auto-stop. C’est là que m’a retrouvé une infirmière pas-du-tout-rombière qui s’était lancée à ma poursuite. Elle m’a persuadé en douceur de l’accompagner à la résidence pour prolonger mon séjour et profiter pleinement de ses bienfaits …

A mon retour dans mes appartements, un voisin de palier lui aussi présumé toqué et qui m’avait entrevu en train de déguerpir à l’anglaise, est venu s’enquérir d’où j’avais bien pu vouloir me rendre !

Je lui au répondu que j’avais été saisi d’une alerte de code rouge en découvrant mon nid de coucou et que probablement, sur un coup de folie, j’avais jugé préférable de déserter le secteur pour aller tendre le pouce en bordure de la nationale pour retourner chez moi.

Le voisin m’a jeté regard flegmatique, qui visiblement confirmait le diagnostic qui m’avait invité à loger sur place et il a ajouté : De l’auto-stop ? Ici ? Aucune chance ! Jamais personne ne prend le risque de s’arrêter pour embarquer un pensionnaire !

>.<

[ Bonus ] Il est vrai qu’il n’est pas interdit d’imaginer qu’un “fou” pourrait se trouver sur le trottoir à regarder passer des voitures avec grand plaisir en levant un pouce à l’intention de leurs conducteurs, pour leur signaler qu’il trouve que de son point de vue, ils conduisent vraiment très bien…

>.<

>.<

Full underground

Je suis actuellement en congé en mode « full underground ». En ce moment je me trouve sous-terre et à plus de six pieds.

Je me suis exilé pour une durée indéterminée loin du monde des « smombies » qui pullulent partout en surface. J’ai besoin de profondeur, de ménager mon temps d’attention dans un labyrinthe de galeries imperméables à toute onde pénétrante et manipulatrice. J’ai la ferme intention de me sentir aussi déconnecté que possible de tristes réalités. J’ai abandonné mes centres d’intérêts en gare dans un casier de consigne. Tant pis pour les « likes » et tant mieux pour les « dislikes ». Les commentaires provocateurs et négatifs resteront tous lettres mortes. Plus la moindre étincelle de curiosité disponible pour des fake news, les fake friends et les tronches de fake cake… Des vacances d’homme de caverne dont tous les accès sont bloqués par un pare-feu à toute forme de cyber-connerie. Une permission bien méritée pour survivre avec mon temps sans pression technologique, à gribouiller à la craie à l’intention d’éventuelles générations futures, des témoignages sur d’ancestrales parois rocheuses . A établir une relation tactile privilégiée avec de l’argile et tout cela, sans avoir à être interrompu par une putain de sonnerie de notification….

>.<

Timing presque parfait !

Ce matin j’ai pris le TGV de 7h et j’ai pris cette étrange photo avec mon smartphone quand le convoi entrait en gare en étant ébloui par le soleil à contre-jour…

Je pensais que ce serait encore une autre de ces photos ratées, mais à ma grande surprise elle a quelque chose de spécial, un timing presque parfait…

>.<

Après bien sûr, c’est seulement mon avis personnel !

>.<

Ultimate Chaos in the Sky

Une photo compromettante prise depuis ma fenêtre !

J’ai lu dans un journal qu’un panel non négligeable de terriens écoresponsables ont décidé de renoncer à prendre l’avion à tout bout de piste, dans le but d’alléger leur bilan carbone, et je les en félicite !

Rien qu’hier, j’ai été le témoin direct d’une situation inédite, qui prouve que même les couloirs aériens en orbite basse et en rase-motte sont désormais saturés d’appareils ! Heureusement, cet embouteillage spatial n’a cette fois-ci, pas eu de conséquences dramatiques !

Toutefois, cette démonstration me fera dorénavant privilégier le train électrifié, quitte à devoir casquer le juste prix et lui accorder une proportion raisonnable de patience, que sans m’acharner à être le pire des mangetout, j’estimerai volontiers aussi plus convenable.

>.<

Des citations bien comme “il faut…”

A la poursuite d’une idée loufoque que j’avais entrepris de laisser germer, j’ai tenté sur internet, une recherche de citations et de proverbes qui contiennent les mots “il faut..

Je suis tombé par hasard sur trois variantes philosophiques, trois époques et versions de développement, de styles totalement distincts de ces choses qu’il faudrait..

Il m’a instantanément paru évident “qu’il fallait…” que je publie cet extrait de copie d’écran ici (sans trucage)

>.<

Et si vous êtes resté sur votre faim en lisant la citation de Victor , la voici en entier :

Je t’estime autant que je t’aime. Je sais que c’est une vieille rouerie* des amours vulgaires qu’il faut cacher la moitié de ce que l’on éprouve. Je pense précisément le contraire, et je le fais comme je le pense. L’amour est une puissance, il ne peut rien craindre; l’amour est une loyauté, il ne doit rien cacher.

Rouerie : Action d’une personne rusée.. Synonymes : astuce – ficelle – fourberie – ruse – stratagème

>.<

La canicule du samedi soir

L’esquisse de ce danseur au déhanché “caliente” occupait mon tableau d’affichage de projets depuis des mois voire des années, si ce n’est des siècles

Comme on est “déjà” en plein mois de juin, qu’une première période de canicule s’est manifestée avec un peu d’avance, avec l’intention évidente de tous nous pré-cuire pour la saison d’été et que le jour de demain tombe comme par hasard sur un samedi, j’ai invité ce sympathique et talentueux danseur à venir faire grimper le mercure sans retenue avant de lui accorder une place à l’ombre et au frais au fond d’un carton d’archives.

A une autre époque, pas si lointaine que ça, le samedi soir, nous avions l’opportunité de nous délecter d’une bonne fièvre ! ( Ça s’appelait la fièvre du samedi soir / the Saturday Night Fever en langue anglaise ) . C’était une bonne fièvre d’une température et d’une durée parfaitement supportables dont on se remettait en principe au plus tard très tôt le lundi matin avec la ferme intention de souffrir d’une rechute le samedi de la semaine suivante …

>.<

Mais voilà, il faut toujours qu’on nous mette des bâtons dans le feu ! Il y a certains samedis soirs de l’époque actuelle, où il ne serait vraiment pas très prudent de mélanger fièvre et canicule un même soir !!! Et cela même, si à la base on se sent vraiment chaud-bouillant pour aller transpirer et mettre feu dans une super fête qui déchire sa marque de thermomètre !

>.<

Notez que pour cette fois, je vous fais grâce 
d'une boule à facettes dans ce dessin...

Cinquième et sixième étape

Il semblerait que ce soit cool d’avoir vingt ans ! Moi je n’en sais rien parce que j’en ai encore que quatorze. Papy lui, il les a déjà fêtés quatre fois, ses vingt ans !!! Je crois qu’on peut en conclure qu’il connait très bien le sujet ! Et je confirme que Papy, il est quadruple fois cool !

Papy à chaque fois qu’il fête un multiple supplémentaire de ses vingt ans, il accepte de supprimer une partie des données de sa mémoire : Il fait le ménage ! Il libère de l’espace dans sa tête pour de nouvelles expériences. Du coup forcément, il ne peut pas toujours se rappeler de tout. D’ailleurs Papy affirme que ça l’arrange bien d’effacer des souvenirs qui pourraient inutilement l’embarrasser. Il dit que c’est même un privilège qu’il a eu la chance d’acquérir « sur le tard » ! Il appelle ça, la faculté d’oubli

Papy déclare qu’au pire, s’il devait oublier des choses vraiment importantes, il y a Mamy qui prendrait le relais ! Papy m’a confié que Mamy a été dotée d’une mémoire en béton, un peu calquée sur le modèle de celle des éléphants. Elle n’oublie jamais rien et elle ne se trompe pas souvent, ce qui ne serait toutefois pas toujours idéal pour arranger ses bidons.

Un jour Mamy m’avait chuchoté à l’oreille : « Tu sais mon petit, Papy perd un peu la mémoire. Parfois, lorsque je l’envoyais à la cave pour chercher à manger et à boire dans la réserve, Il avait tout oublié de l’objectif de sa mission à son arrivée en bas de l’escalier. Et il remontait les mains vides et la mine renfrognée. Depuis, c’est pour lui éviter des voyages inutiles que je lui écris des « listes de courses ! »

Papy il a quatre-vingts ans et il est toujours partant pour faire des courses ! Récemment, il m’a confié que ce fût déjà une très longue route et que ça a filé de plus en plus vite. Qu’il vaut mieux ne pas trop le répéter à Mamy, mais que parfois il lui arrive de se sentir un peu en bout de course. Moi pour l’encourager, je lui ai proposé qu’à partir de l’année prochaine, pour dépasser les quatre-vingts et s’offrir une pointe à cent-vingt, il devrait envisager d’aller faire ses courses sur l’autoroute…

>.<

Papy au volant au cours de la cinquième étape

>.<

Une petite histoire brodée autour d'une anecdote 
garantie d'authenticité : La "note interne" pour 
descendre à la cave...