Certains savent mieux

Certains savent mieux

>.<

Dans mon petit monde fantastique

Tout est malléable tout est élastique !

Dans les grands espaces de mon petit univers

Tout est à découvrir rien n’est ordinaire !

Certains savent mieux rêver que vivre

Dans notre petit monde tragique

Où tout est calculé tout est narcissique !

Dans la délicieuse excentricité de mes illusions

Rien n’est absurde rien n’est extravagant !

Certains savent mieux se mentir pour survivre

>.<

 

Mon autre bureau

Enjoyable Home[less] office in the very open space

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter mon autre bureau. Je n’en suis pas le propriétaire, ni même le locataire exclusif. Parfois le matin lorsque j’arrive sur place, il se peut qu’il soit déjà occupé par d’autres employés, ce qui m’évite de prendre trop d’habitudes et de finir par faire partie des meubles. Il présente des avantages certains : Le parking est situé juste à côté et il est gratuit. Pas la moindre trace visible ni audible de pollution atmosphérique et sonore pour troubler ma concentration et ma productivité. Dans cet open space là, il y a des oiseaux qui sifflotent dans les arbres. Une brise légère et irrégulière mais ô combien agréable balaie toute la pièce. Quelques chaleureux rayons de soleil trouvent leurs chemins au travers du plafond de branches de pin. L’ambiance de travail est ici très bonne : Parfois, ici une volée d’enfants de l’école passe dans le corridor de gravillons en chantant et là, un groupe de collaborateurs se contorsionne en s’adonnant à ce que j’imagine être du team-building. A ma gauche à l’instant, un collègue stressé de la logistique passe sans me remarquer, le lez dans le guidon de sa bicyclette de fonction et à ma droite, j’aperçois un groupe des confrères qui s’initient au standing-paddle sur le lac, probablement dans le but de rebooster leur motivation et de consolider leur esprit d’équipe.

La machine qui produit le jus de chaussettes en gobelet a ici été remplacée par une grande terrasse de café orientée plan d’eau et à la place de l’automate à barres chocolatées, c’est un kiosque qui vient au secours des petites fringales de la pause et qui délivre les récompenses pour tout travail présumé bien fait.

Pour me rendre à cet autre bureau, j’évite tous les transports en commun bondés ainsi que tous les bouchons sur les routes des pendulaires. Je suis de ce fait à l’abri de la potentielle mauvaise humeur pouvant naturellement en découler et qui pourrait en partie me gâcher ma journée de travail et celle de mes petits camarades invités à la subir.

La sérénité et le bien-être que me procure mon autre bureau, me permet parfois d’intensifier ma créativité et d’augmenter la facilité de trouver les mots précis qui me manquaient pour finaliser un travail. Ici, je suis en mesure de réduire très efficacement le nombre de longues heures que je serais contraint de passer entre les quatre murs de mon autre-autre bureau et de plus, j’ai le pouvoir de m’en aller aussitôt que j’en ressens le vital besoin.

Bon allez,  j’ai terminé ma journée là ! Salut à tous et à demain !

Portrait de zèbre en noir et blanc

Ça faisait de nombreux mois déjà, que le croquis rapide au crayon de papier de cette caricature  traînait dans mes cartons. Il avait même, à un moment donné, été égaré puis retrouvé avec bonheur… Beaucoup de temps s’étant écoulé depuis, je ne sais pas si les rayures sont toujours à la mode aujourd’hui. En tout cas voici la caricature finalisée en dessin vectoriel.

>.<

Au jour le jour d’un soir

Au jour le jour d’un soir

>.<

Autant changer chaque jour

De béguin et de chagrin d’amour

Autant bouleverser chaque soir

Ses rêveries et ses faux espoirs

Autant laisser tomber la nuit

Les chimères et les démons de minuit

>.<

Une question de dosage

 

>

Bonheur – Anxiété – Dépression –  Amour

Je publie une nouvelle fois cette petite animation trouvée sur internet et que j’apprécie beaucoup en ajoutant le petit bout de texte ci-dessous. C’est qu’en ce moment mes neurotransmetteurs semblent s’être quelque peu affolés, et forcément ça m’a fait repenser à ces différents dosages chimiques…

  • Pour commencer, une phrase à méditer que j’ai retenue sur internet et trouvée intéressante et que je souhaite partager ici, vu qu’il semblerait que la tendance actuelle soit à ce type de rencontres :

// — Un cas qui arrive souvent, surtout lorsque les rencontres se font en ligne : les hommes risquent de tomber amoureux de l’idée qu’ils se font de vous — //

  • Court extrait personalisé à propos de la dopamine :

Un rush de dopamine (la molécule du plaisir) est entre autres impliquée dans certains plaisirs abstraits comme celui d’écouter de la bonne musique, par exemple lorsque les poils se dressent au garde à vous sur les avant-bras voire même sur une plus grande surface du corps. Il m’arrive parfois de ressentir des rush de ce type à partir d’une situation visuelle, C’est ce que j’appelle alors volontiers mes petits coups de foudre.

Elle est notamment impliquée dans la gestion des humeurs et est associée à l’état de bonheur

  • Court extrait à à propos de l’ocytocine :

Des études récentes ont commencé à suggérer que l’ocytocine pourrait avoir un rôle dans différents comportements, comme l’orgasme, la reconnaissance sociale, l’empathie, l’anxiété, les comportements maternels…

>

Ajustez votre dosage à votre convenance et passez une excellente journée !  😉

 

(Round and) Round Trip

(Round and) Round Trip

>.<

Accroche-toi fermement au cœur de ton petit univers

Cramponne-toi à califourchon sur le rail de ton orbite

Passe tes jours et tes nuits en confiance dans ton désert

Fais tourner ta routine qui te retient de prendre la fuite

>.<

Un texte qui traînait depuis trop longtemps dans le grand 
désordre de mes brouillons et qui était à l'origine destiné 
à devenir un jour un dessin...
Devant les mots qui ont protesté avec véhémence, les crayons 
de couleur se sont inclinés... 

 

Il faut le lui dire !

Il faut le lui dire !

L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui a commencé il y a de cela plusieurs années lorsque je résidais à Genève.

Avec ma compagne d’alors, nous prenions part à la traditionnelle fête de la musique qui se déroulait, entre autres, en plein air dans un grand espace vert de la ville. Les festivités étaient disséminées dans différents quartiers de la cité et de nombreux musiciens interprétaient divers genres de musique sur plusieurs scènes et dans diverses salles de spectacle.

En début de soirée, lors de l’un de nos déplacements depuis un concert à destination d’un autre, nous avons improvisé un inévitable arrêt dans une caravane WC temporaire.

Alors que j’attendais le retour de ma compagne, seul au bord d’un chemin à quelques mètres de ladite caravane, deux jeunes femmes âgées d’environ 18 ans sont passées près de moi en me dévisageant d’une étrange manière. Elles semblaient me connaître, alors qu’en ce qui me concerne, j’étais certain de ne jamais les avoir rencontrées auparavant.

L’une d’entre elles s’est brusquement arrêtée en questionnant sa copine – C’est bien lui ? Suite à la réponse affirmative de l’autre femme, elle continua – Mais, il faut le lui dire ! tout en me fixant avec une sorte de compassion dans le regard et en parcourant quelques pas décidés dans ma direction. C’est alors que l’autre femme a attrapée dans ses bras sa copine qui parlait trop pour opérer un rapide repli stratégique, l’entraînant dans la direction opposée.

La suite de leur désaccord m’est alors devenu inaudible. Un peu décontenancé par cette  situation en les regardant s’éloigner, j’ai pu voir la femme qui avait quelque chose d’important à m’apprendre à mon sujet, insister et se retourner une fois de plus dans ma direction.

Je n’ai jamais oublié cet étrange incident de parcours et me suis depuis dix mille fois demandé ce que cette jeune femme aurait voulu me dévoiler !

Inévitablement, cet événement a durablement ajouté dans mon existence un supplément de méfiance entraînant son lot de désagréments. Si deux parfaites inconnues semblent en savoir plus long sur mon compte que moi-même, alors quels moyens devrais-je mettre en œuvre en qualité de citoyen le plus concerné pour entrer dans la confidence?

Je vous avoue que je n’avais pas vraiment durant toutes ces années, pour couler des jours heureux, besoin de devenir plus suspicieux. Mon imagination de base et ma fantaisie naturelle étant déjà assez fertiles comme ça !

Malheureusement depuis ce soir là, il ne s’est jamais sur ma route trouvée d’autre alliée, animée de cette belle compassion, désireuse de se dévoiler pour me dévoiler ce que je n’étais pas sensé savoir …

>.<

Il fallait que je te le dise !

>.<

 

Une égratignure

Une égratignure

>.<

Déchiffre entre les chiffres

Danse jusqu’au bord du gouffre

Invente une réponse au problème

Rayonne dans l’opacité du système

Perce l’épaisseur du mystère

Contrôle tes émotions et tes nerfs

Avance jusque dans l’obscurité

Endure l’inévitable contrariété

Ignore le détracteur qui menace

Dépasse ce qui te dépasse

>.<

Découvre l’éraflure dans reflet de la glace

Reprends ton bagage rempli de plus d’audace

>.<

Un texte parti de pas grand chose au départ : 
une seule petite phrase, qui au final n'y apparaît même plus.
J'apprécie particulièrement aujourd'hui, lorsque je m'adonne 
à ce genre d'exercice, de pouvoir en modifier jusqu'au thème 
abordé au cours des différentes évolutions qu'il subit.

J'aime les fruits du hasard

Le promeneur au chapeau

C’est au début de cet été, que j’ai croisé le chemin de cet homme.

Il déambulait en tenant son chapeau de cette manière …

Mais ce n’est que bien plus tard que j’ai pu faire sa connaissance,

En étudiant de plus près la photo ratée que j’avais prise à cet instant.

C’était un soleil couchant en bord de mer à un contre-jour …

L’homme se tenait là, aux frontières de l’invisible, tapis dans l’ombre

C’est la teinte de son couvre-chef ainsi porté en évidence,

Qui a attiré mon attention et qui m’a incité à le mettre en lumière