Tag Archives: Kristen Stewart

Coups de cœur sur toile

Portrait de Kristen Stewart réalisé sur toile à l’acrylique à partir d’une photographie dénichée sur la toile. ( Mauvais éclairage artificiel sur la photo du tableau, je la referai à l’occasion )

Kristen est une brillante actrice et réalisatrice de cinéma américaine, étincelante également dans la mode en qualité de modèle et égérie.

J’ai fait sa connaissance il y a une dizaine d’années dans une salle obscure sur la grande toile,  dans le rôle de Tracy dans le film Into the Wild. J’ai été frappé par sa beauté hors du commun et par l’extraordinaire intensité émotionnelle qui se dégageait d’elle.  

Par la suite, j’ai retrouvé sa trace sur le grand écran d’une autre séance, incarnant une jeune adolescente qui tombait sous le charme d’un végétarien aux dents longues et aux yeux injectés de jus de tomate. Je crois me souvenir que je n’avais pas tout de suite percuté qu’il s’agissait de la même actrice, mais je me rappelle avoir imaginé que si je m’étais trouvé dans le rôle du prévenant bellâtre, je n’aurais probablement pas trouvé la force nécessaire à contenir mes ardeurs ! Même pas dans les smoothies mangue-rhubarbe. Il n’y aurait donc pas eu matière à envisager une trilogie à rallonge, un suspense susceptible de tenir en haleine et faire rêver plusieurs générations de jeunes romantiques. Je pense que j’aurais un peu vite fondu sur cette irrésistible et consentante ingénue et aurais enchaîné un gros plan en lui collant l’incisif bisou fatal dans le creux de la nuque. J’aurais craqué avant même d’être brutalement réveillé par l’écran glaçant et inanimé annonciateur de l’entracte…

Ce n’est qu’au terme de la projection, que j’ai naturellement pondéré ma fougue imaginaire et ai repris le chemin de mon rôle de père de famille séparé, qui se paye une toile en compagnie de ses enfants. Mon commentaire lors de notre discussion d’après-séance : – J’ai trouvé l’actrice qui tenait le rôle principal ma-gni-fique !

Malgré la troublante fascination qu’elle avait encore suscité en moi, je n’ai pas été fidèle à la suite d’épisodes de la saga crépusculaire. Mais j’ai gardé un œil attentif et intéressé sur les distributions des sorties au cinéma. Un beau jour, j’ai retrouvé Kristen à l’affiche de Sur la Route (On the Road). Plutôt friand de road trips et de road movies que ce soit au cinoche ou dans la réalité, je comptais deux raisons évidentes de ne pas rater ce rendez-vous en salle.

Je me suis pris une bonne grosse paire de baffes en réalisant une fois de plus l’ampleur de ce que je pouvais ressentir au fond de moi pour cette créature de rêve. Mes sentiments ressemblaient plus à un béguin bien réel qu’à une simple session d’évasion affective !  En même temps, j’imaginais facilement qu’à l’échelle de la planète, nous devions être au bas mot dans les huit cents cinquante mille à nous trouver dans la même situation d’extase.

<.>

Je ne me rappelle plus exactement à partir de quel moment, j’ai décerné à Kristen la distinction officielle de « Celebrity Crush » ! Un premier rôle dans mon petit univers personnel , qu’à ce jour, elle n’a jamais eu à remettre sur le tapis rouge.

A cette période-là, j’ai radicalement changé de vie et ne me suis pas laissé glisser vers une obsession ou une addiction. Par précaution, j’ai installé une série de petites résistances destinées à modérer son pouvoir de séduction sur moi. J’avais loin de la lumière des projecteurs, une vie amoureuse à savourer, de nouvelles stratégies de survie à élaborer mais aussi à faire plus ample connaissance avec moi-même.

J’ai laissé le soin à la part de hasard d’organiser au mieux nos éventuelles rencontres et c’est pourquoi j’en ai manqué plusieurs. Je n’ai cessé de suivre l’évolution de sa carrière et parfois également les réactions du public, que je trouvais trop souvent désespérément tièdes.

Je voyais en elle un talent d’exception, une présence des plus étourdissantes à l’écran et me délectais de sa bouleversante capacité à faire passer des émotions par des expressions faciales naturelles plutôt qu’au travers d’œillades convenues d’acteurs ou de longs palabres !

En même temps, j’ai conscience depuis belle lurette que mon idéalisme forcené ne suffit jamais à me faire ignorer complétement que dans ce monde barré, les meilleurs espaces ne sont pas toujours occupés par les meilleurs talents ! Et donc aussi que les scènes qui se tournent dans les coulisses de l’industrie du rêve, sont toutes soigneusement coupées au montage.

Je crois que c’est du côté de la médiathèque que j’ai obtenu un nouveau rendez-vous avec l’envoûtante comédienne. Elle était de passage en Suisse du côté de Sils Maria. Puis elle m’a filé un étrange rencard dans les murs d’une sinistre prison (Camp X-Ray). En principe, j’évite les films à forte présence d’uniformes militaires ou à visées patriotiques : Je ne concède d’exception à ce niveau-là, que si la frangine ou la gardienne est super canon !

<.>

Maureen m’a captivé et offert un enthousiasme considérable lors de nos retrouvailles dans un salon capitonné blindé de fauteuils orientés droit devant. (Personal Shopper).

C’était peu avant avant de m’aventurer en solitaire, sans chameau ni dromadaire, dans une longue traversée du désert.

J’ai amélioré un concept bricolé à la hâte lors d’une traversée précédente : J’allais cette fois emporter dans mon balluchon, un sujet d’étude susceptible de me passionner jusqu’à destination ainsi que la flamme d’une présence capable de me décongeler le palpitant.

C’est qu’on ne tombe pas sur une oasis ou sur une brasserie tous les trente mètres dans les entrailles du désert et je n’allais pas m’en tirer si facilement, sans emporter aussi une grande quantité d’eau pour apaiser ma soif (Come Swin)

Chemin faisant, entre deux tempêtes de sable fin, j’ai suivi les yeux fermés la recommandation d’un nomade qui avait apprécié American Ultra. C’est une sublime et ultra-combative Phoebe, capable d’encaisser des coups sans se répandre en pleurnicheries, qui m’a insufflé sa détermination et son courage communicatifs.

Dans l’optique de compenser le précieux temps perdu, j’ai entrepris de me régaler de tout ce qui comptait au générique, la signature de l’artiste. La genèse d’une belle obsession venait d’éclore en moi.

Dans le long métrage « Speak », Melinda est adorable et prodigieuse ! Et ce n’est pas tous les jours que je me verrais accepter de retrouver les bancs de l’école et mon gros cœur intact et vulnérable de galopin. J’ai pris un coup de jeune bienvenu.

C’est dans un parc d’attraction que j’ai rencontré la très attractive Emily (Adventureland). J’aurais bien aimé lui offrir un tour de manège. Mais il y avait un autre prétendant sur le coup.

Dans l’intervalle, j’avais également largement outrepassé mes limites habituelles en matière de voyeurisme sur les réseaux sociaux, mais c’est de cette manière que j’ai découvert qu’à son catalogue fort bien garni d’époustouflantes qualités, j’allais devoir ajouter la rumeur qu’elle serait une personnalité hyper-sympa !

C’est là qu’un rebondissement est venu semer le trouble dans le merveilleux film que j’étais en train de me faire : Kristen Stewart ne serait-elle pas tout simplement une créature d’origine extra-terrestre ?

<.>

Mon enquête m’a ensuite conduit dans un monde où le sentiment amoureux et les ailes du désir sont indésirables et considérés comme pathologique. N’ayant été préparé au préalable, il ne m’a pas fallu attendre une orbite martienne complète avant de tomber raide-dingue de Nia et de me laisser consumer par les flammes du désir défendu. Malgré l’interdiction, j’étais prêt à braver le danger, que ce soit de suite ou sur simple rendez-vous, pour aller lui frotter le dos avec délicatesse sous la douche (Equals)

Lors d’un séjour prolongé dans le désert, il peut arriver qu’on soit victime d’une crise de manque de rock : C’est là que Joan m’a emballé d’une divine rock n’roll attitude amplifiée d’un riff de guitare à démêler les tripes les plus emberlificotées ! Si j’ai pu lui résister une heure ou deux, c’est parce qu’elle ne m’a pas tout de suite adressé le clin d’œil ravageur m’enjoignant à la rejoindre dans sa baignoire après le concert pour lui frotter le dos ! (The Runaways)

Lors de mon périple, j’ai également eu la chance de rencontrer Vonnie, Elisabeth, Lydia, Sophie, Georgia, Allison et Kathrin. Et vous allez penser que j’en rajoute, mais j’ai aussi croisé blanche-neige qui avait besoin de se ressourcer et de prendre quelque distance d’avec les sept nains.

Vous n’imaginez peut-être pas les belles rencontres qu’on peut faire lorsqu’on crapahute la boule au ventre dans des contrées reculées. Jamais jusqu’ici, je ne m’étais vu tomber amoureux aussi souvent sur une aussi courte période !

Très récemment, j’ai été hypnotisé d’un coup de foudre pour Martine. Évidemment, elle n’en a rien su parce qu’elle était encore très jeune et que j’aurais pu être deux fois et demi son père (The Yellow Handkerchief) C’est un peu ce jour-là que s’est confirmée l’évidence que je devais avoir court-circuité plein de petites résistances tout au long du chemin et que la destination de mon voyage était à portée de mains

Surtout n’allez pas croire qu’au long cours de cette traversée, je n’ai fait que de me rendre de cinémas en salles obscures de manière compulsive ou que je me suis contenté de multiplier les histoires de cœur ! Je poursuivais d’autres buts en parallèle. Mais je suppose qu’il ne vous a pas échappé qu’ils ne sont pas du tout le thème central de cette histoire…

A suivre …

Kristen Stewart à Cannes

 

Je doute fort que cette photo que j’ai prise le jour de la cérémonie d’ouverture à Cannes fera le tour de la planète et mette en valeur comme elle le mérite, la sublimissime et talentueuse artiste qu’est Kristen Stewart. Elle fait partie du jury du festival cette année.

Si je me suis rendu pour la première fois sur la Croisette durant le festival, c’était bien dans l’intention de la voir mettre le feu au tapis rouge et ce n’est certainement pas moi qui allait me jeter sur un extincteur et ce, même si devais piquer feu à mon tour…

N’étant pas un habitué de ce genre de manifestation ni très au fait de ce qu’il fallait entreprendre pour atteindre mon but, j’ai suivi le mouvement des autres festivaliers et leur ai soutiré les informations nécessaires à l’aide de quelques billets. Je suis allé faire le pied de grue en bas d’un grand hôtel en compagnie d’autres badauds en n’étant pas du tout certain que c’était bien celui dans lequel on lui avait retenu sa suite royale. Je suis reparti pour aller lire sur les lèvres du jury, la conférence de presse sur un grand écran providentiel qui ne diffusait pas le son. Puis je suis allé faire la queue des heures durant dans l’espoir d’accéder au plus près du célèbre grand escalier. Une mamie initiée avec qui on a sympathisé m’a dit que j’avais intégré la file d’attente une heure trop tard. Ceci explique sans doute la présence de ce tronc d’arbre sur ma photo. La mamie avait apporté son perchoir : Une chaise de jardin en plastique et deux cadenas pour la fixer pour la quinzaine à la barrière de sécurité. Lorsque le bal des limousines commence et que les célébrités arrivent devant les marches, c’est vraiment la foire d’empoigne pour voir ce qu’il se passe. Et bien entendu, il faut toujours qu’il y ait au premier rang, le vice champion du monde des emmerdeurs qui croit prendre des photos panoramiques avec sa tablette de 58 pouces !

La photo ci-dessus, que j’ai prise de l’endroit ou je me trouvais est quasi miraculeuse dans les conditions dantesque dans lesquelles je me trouvais alors : Je suis fier d’avoir atteint mon objectif et ne demanderai pas un radis en droits de diffusion, si elle devait malgré tout faire le tour du monde.

Maintenant que j’ai dans la vie réelle et de mes propres yeux pu voir la légende Kristen Stewart en live sans m’évanouir comme une midinette, tout est possible ! Kristen, si tu disposes entre deux projections d’une heure ou deux de libre, j’annule immédiatement tous mes autres rendez-vous !

Flashback :

Pendant que je patientais dans la file d’attente, une jeune femme qui filmait avec son smartphone au bout d’une perche s’est approchée de moi et m’a interviewé. Elle voulait savoir ce que je faisais là et qui j’avais l’espoir de voir fouler la moquette en me proposant quelques noms… Lorsque je lui ai confié que j’étais là pour voir la fabuleuse ♥ Kristen Stewart ♥, ça l’a intriguée et elle m’a demandé pourquoi…

Si je déniche son film sur le site internet pour lequel elle travaille, je collerai le lien ici. Mais il est hautement probable que je n’ai pas remporté la palme d’or de l’interviewé et que j’ai été zappé au montage ou en post-production…

 

Une très jolie frimousse

 

Une très jolie frimousse, éclatante et fascinante, que je l’espère, je n’ai pas trop esquintée au fil de mes diverses expérimentations graphiques…

Il s’agit de l’actrice Kristen Stewart, dans une scène extraite d’un film publicitaire pour le nouveau parfum Gabrielle de Chanel, dans laquelle je la trouve, une fois de plus, d’une beauté à couper le souffle. Si vous ne la connaissez pas encore, ou juste pour le plaisir des mirettes, Je vous invite à aller apprécier sa  splendeur, intacte et en mouvement dans ce clip vidéo sur le tube.

..

Pour ceux qui n’auraient pas suivi ce type de délire depuis le début : Depuis quelques temps je m’exerce à transformer des visages connus en quasi noir et blanc. Ce genre de processus aiguise l’oeil du dessinateur…