Tag Archives: peinture

Après la pluie …

Une improvisation picturale instinctive à l’aquarelle “épaisse” réalisée il y a déjà quelque temps.

Je projetais encore de la finaliser, mais ça ne devait être qu’un simple exercice pour me défouler, destiné à atterrir au fond de la corbeille. Au final le résultat est pas trop mal… Alors j’ai préféré ne plus y toucher. ( Le rendu de l’original est plus flashy , plus orangé )

>.<


Coups de cœur sur toile

Portrait de Kristen Stewart réalisé sur toile à l’acrylique à partir d’une photographie dénichée sur la toile.

Kristen est une brillante actrice et réalisatrice de cinéma américaine, étincelante également dans la mode en qualité de modèle et égérie.

J’ai fait sa connaissance il y a une dizaine d’années dans une salle obscure sur la grande toile,  dans le rôle de Tracy dans le film Into the Wild. J’ai été frappé par sa beauté hors du commun et par l’extraordinaire intensité émotionnelle qui se dégageait d’elle.  

Par la suite, j’ai retrouvé sa trace sur le grand écran d’une autre séance, incarnant une jeune adolescente qui tombait sous le charme d’un végétarien aux dents longues et aux yeux injectés de jus de tomate. Je crois me souvenir que je n’avais pas tout de suite percuté qu’il s’agissait de la même actrice, mais je me rappelle avoir imaginé que si je m’étais trouvé dans le rôle du prévenant bellâtre, je n’aurais probablement pas trouvé la force nécessaire à contenir mes ardeurs ! Même pas dans les smoothies mangue-rhubarbe. Il n’y aurait donc pas eu matière à envisager une trilogie à rallonge, un suspense susceptible de tenir en haleine et faire rêver plusieurs générations de jeunes romantiques. Je pense que j’aurais un peu vite fondu sur cette irrésistible et consentante ingénue et aurais enchaîné un gros plan en lui collant l’incisif bisou fatal dans le creux de la nuque. J’aurais craqué avant même d’être brutalement réveillé par l’écran glaçant et inanimé annonciateur de l’entracte…

Ce n’est qu’au terme de la projection, que j’ai naturellement pondéré ma fougue imaginaire et ai repris le chemin de mon rôle de père de famille séparé, qui se paye une toile en compagnie de ses enfants. Mon commentaire lors de notre discussion d’après-séance : – J’ai trouvé l’actrice qui tenait le rôle principal ma-gni-fique !

Malgré la troublante fascination qu’elle avait encore suscité en moi, je n’ai pas été fidèle à la suite d’épisodes de la saga crépusculaire. Mais j’ai gardé un œil attentif et intéressé sur les distributions des sorties au cinéma. Un beau jour, j’ai retrouvé Kristen à l’affiche de Sur la Route (On the Road). Plutôt friand de road trips et de road movies que ce soit au cinoche ou dans la réalité, je comptais deux raisons évidentes de ne pas rater ce rendez-vous en salle.

Je me suis pris une bonne grosse paire de baffes en réalisant une fois de plus l’ampleur de ce que je pouvais ressentir au fond de moi pour cette créature de rêve. Mes sentiments ressemblaient plus à un béguin bien réel qu’à une simple session d’évasion affective !  En même temps, j’imaginais facilement qu’à l’échelle de la planète, nous devions être au bas mot dans les huit cents cinquante mille à nous trouver dans la même situation d’extase.

<.>

Je ne me rappelle plus exactement à partir de quel moment, j’ai décerné à Kristen la distinction officielle de « Celebrity Crush » ! Un premier rôle dans mon petit univers personnel , qu’à ce jour, elle n’a jamais eu à remettre sur le tapis rouge.

A cette période-là, j’ai radicalement changé de vie et ne me suis pas laissé glisser vers une obsession ou une addiction. Par précaution, j’ai installé une série de petites résistances destinées à modérer son pouvoir de séduction sur moi. J’avais loin de la lumière des projecteurs, une vie amoureuse à savourer, de nouvelles stratégies de survie à élaborer mais aussi à faire plus ample connaissance avec moi-même.

J’ai laissé le soin à la part de hasard d’organiser au mieux nos éventuelles rencontres et c’est pourquoi j’en ai manqué plusieurs. Je n’ai cessé de suivre l’évolution de sa carrière et parfois également les réactions du public, que je trouvais trop souvent désespérément tièdes.

Je voyais en elle un talent d’exception, une présence des plus étourdissantes à l’écran et me délectais de sa bouleversante capacité à faire passer des émotions par des expressions faciales naturelles plutôt qu’au travers d’œillades convenues d’acteurs ou de longs palabres !

En même temps, j’ai conscience depuis belle lurette que mon idéalisme forcené ne suffit jamais à me faire ignorer complétement que dans ce monde barré, les meilleurs espaces ne sont pas toujours occupés par les meilleurs talents ! Et donc aussi que les scènes qui se tournent dans les coulisses de l’industrie du rêve, sont toutes soigneusement coupées au montage.

Je crois que c’est du côté de la médiathèque que j’ai obtenu un nouveau rendez-vous avec l’envoûtante comédienne. Elle était de passage en Suisse du côté de Sils Maria. Puis elle m’a filé un étrange rencard dans les murs d’une sinistre prison (Camp X-Ray). En principe, j’évite les films à forte présence d’uniformes militaires ou à visées patriotiques : Je ne concède d’exception à ce niveau-là, que si la frangine ou la gardienne est super canon !

<.>

Maureen m’a captivé et offert un enthousiasme considérable lors de nos retrouvailles dans un salon capitonné blindé de fauteuils orientés droit devant. (Personal Shopper).

C’était peu avant avant de m’aventurer en solitaire, sans chameau ni dromadaire, dans une longue traversée du désert.

J’ai amélioré un concept bricolé à la hâte lors d’une traversée précédente : J’allais cette fois emporter dans mon balluchon, un sujet d’étude susceptible de me passionner jusqu’à destination ainsi que la flamme d’une présence capable de me décongeler le palpitant.

C’est qu’on ne tombe pas sur une oasis ou sur une brasserie tous les trente mètres dans les entrailles du désert et je n’allais pas m’en tirer si facilement, sans emporter aussi une grande quantité d’eau pour apaiser ma soif (Come Swin)

Chemin faisant, entre deux tempêtes de sable fin, j’ai suivi les yeux fermés la recommandation d’un nomade qui avait apprécié American Ultra. C’est une sublime et ultra-combative Phoebe, capable d’encaisser des coups sans se répandre en pleurnicheries, qui m’a insufflé sa détermination et son courage communicatifs.

Dans l’optique de compenser le précieux temps perdu, j’ai entrepris de me régaler de tout ce qui comptait au générique, la signature de l’artiste. La genèse d’une belle obsession venait d’éclore en moi.

Dans le long métrage « Speak », Melinda est adorable et prodigieuse ! Et ce n’est pas tous les jours que je me verrais accepter de retrouver les bancs de l’école et mon gros cœur intact et vulnérable de galopin. J’ai pris un coup de jeune bienvenu.

C’est dans un parc d’attraction que j’ai rencontré la très attractive Emily (Adventureland). J’aurais bien aimé lui offrir un tour de manège. Mais il y avait un autre prétendant sur le coup.

Dans l’intervalle, j’avais également largement outrepassé mes limites habituelles en matière de voyeurisme sur les réseaux sociaux, mais c’est de cette manière que j’ai découvert qu’à son catalogue fort bien garni d’époustouflantes qualités, j’allais devoir ajouter la rumeur qu’elle serait une personnalité hyper-sympa !

C’est là qu’un rebondissement est venu semer le trouble dans le merveilleux film que j’étais en train de me faire : Kristen Stewart ne serait-elle pas tout simplement une créature d’origine extra-terrestre ?

<.>

Mon enquête m’a ensuite conduit dans un monde où le sentiment amoureux et les ailes du désir sont indésirables et considérés comme pathologique. N’ayant été préparé au préalable, il ne m’a pas fallu attendre une orbite martienne complète avant de tomber raide-dingue de Nia et de me laisser consumer par les flammes du désir défendu. Malgré l’interdiction, j’étais prêt à braver le danger, que ce soit de suite ou sur simple rendez-vous, pour aller lui frotter le dos avec délicatesse sous la douche (Equals)

Lors d’un séjour prolongé dans le désert, il peut arriver qu’on soit victime d’une crise de manque de rock : C’est là que Joan m’a emballé d’une divine rock n’roll attitude amplifiée d’un riff de guitare à démêler les tripes les plus emberlificotées ! Si j’ai pu lui résister une heure ou deux, c’est parce qu’elle ne m’a pas tout de suite adressé le clin d’œil ravageur m’enjoignant à la rejoindre dans sa baignoire après le concert pour lui frotter le dos ! (The Runaways)

Lors de mon périple, j’ai également eu la chance de rencontrer Vonnie, Elisabeth, Lydia, Jessica, Sophie, Georgia, Lucy, Allison et Kathrin. Et vous allez penser que j’en rajoute, mais j’ai aussi croisé blanche-neige qui avait besoin de se ressourcer et de prendre quelque distance d’avec les sept nains.

Vous n’imaginez peut-être pas les belles rencontres qu’on peut faire lorsqu’on crapahute la boule au ventre dans des contrées reculées. Jamais jusqu’ici, je ne m’étais vu tomber amoureux aussi souvent sur une aussi courte période !

Très récemment, j’ai été hypnotisé d’un coup de foudre pour Martine. Évidemment, elle n’en a rien su parce qu’elle était encore très jeune et que j’aurais pu être deux fois et demi son père (The Yellow Handkerchief) C’est un peu ce jour-là que s’est confirmée l’évidence que je devais avoir court-circuité plein de petites résistances tout au long du chemin et que la destination de mon voyage était à portée de mains

Surtout n’allez pas croire qu’au long cours de cette traversée, je n’ai fait que de me rendre de cinémas en salles obscures de manière compulsive ou que je me suis contenté de multiplier les histoires de cœur ! Je poursuivais d’autres buts en parallèle. Mais je suppose qu’il ne vous a pas échappé qu’ils ne sont pas du tout le thème central de cette histoire…

>.<

Je n’aurais pas considéré cette excursion comme accomplie si je n’avais pas également rencontré Madeline, Maya, Robin, Zoe et Lila : Toutes jolies à croquer et prêtes à croquer la vie à pleines dents ! Je ne vais pas omettre de mentionner Lisa qui, même si elle s’est montrée un peu froide et en pleine crise d’adolescence, ne m’a pas laissé de glace pour autant (Zahtura)

>.<

Aujourd’hui, je suis convaincu que les nombreux talents de cette perle rare du septième art finiront par être révélés et surtout reconnus par le plus grand nombre. Elle est à mon avis trop longtemps restée associée à la saga qui certes, lui a apporté la célébrité mais l’a également faite prisonnière de son sillage.

C’est qu’elle en a fait du chemin depuis et dans des rôles plus exigeants ! Il se pourrait que vous ne soyez pas au bout de vos surprises !

Et il y a Valentine, qui a été récompensée du César largement mérité, de meilleure actrice dans un second rôle ! (Sils Maria)

Quant à moi, je ne peux que me réjouir de tous les rencards qu’elle me proposera à l’avenir !

>.<

Une autre fenêtre sur la mer (another lighthouse)

lighthouse_phare_sunof-net

L’un de mes nombreux rêves serait d’aller habiter au moins un an au bord de la mer ou d’un  océan. Lorsque je m’y rends, j’y ressens mieux entre autres, la force et la puissance des éléments et ma foi un peu plus qu’ailleurs, le privilège d’être vivant ! Mais au bout d’une ou deux semaines, c’est idiot, il faut toujours repartir et retourner chasser le tapir là où il se trouve, au fin fond de la jungle

En attendant de pouvoir concrétiser ce fantasme maritime, je me suis promis de réaliser quelques fenêtres avec vue sur les flots bleus, que je vais accrocher aux parois de ma piaule de serial-dreamer

Voici donc, la première lucarne de cette série. Ce n’est que mon troisième tableau (sans compter les tartinages à la gouache de l’école) et je suis conscient qu’il y a encore pas mal de choucroutages et d’amateurisme dans l’exécution de cette toile…

Ne me contactez pas, je ne céderai jamais ce précieux hublot à moins d’un million deux, toutes taxes incomprises 😉 Surtout que la nuit lorsque je rêve encore, ce puissant phare  peut également me servir de lampe de chevet au cas où je devais me réveiller…

Le Parfum ( la suite )

Le parfum_L20_Sunof.netLe tableau en cours de réalisation

Le dessin à la base du projet

Le Picasso qui a inspiré le dessinateur, puis le peintre en herbe

picasso_1

 

 

Fast and Curious

Fast and Curious_sunof.net

Alors que de nos jours, on nous demande d’être au taquet du matin au soir, de tenir des délais irréalistes, de décupler notre productivité, je me suis dit qu’il serait bon pour casser le rythme imposé, de te proposer une mascotte du rendement mesuré.

Une tombée de couleurs dans un océan de grisaille

arc en ciel_2p_sunof.net

Aboutissement d’un périple intime dont je ne pourrais vous livrer la bribe d’une anecdote…
* Te marre pas c’est du sérieux : Je suis mis au concept-tarte

Et si je vous envoyais sur une autre planète ?

Bon allez aujourd’hui, circulez il n’y a rien à voir !

Sur le SunOf s’ blog en tout cas, on fait relâche !

Mais… pendant ce temps là, un tout petit peu plus loin :

http://www.aqualowe.ch/blog/?p=593

Le cri ( interprétation d’une angoisse retentissante )

Le cri

Libre interprétation du chef d’oeuvre d’Edvard Munch

Ce tableau expressioniste a été peint entre 1893 et 1917 et existe en quatre versions.

L’oeuvre originale symbolise l’homme moderne emporté par une crise d’angoisse existentielle.

Cette interprétation est sensée symboliser un sentiment assez similaire,

un siècle plus tard…

Exclusif : Nouvelles révélations sur la restauration de l’Ecce Homo

 (Sources : Ouiki Pix Lix Fix Mix)

Ce matin à l’aube, pour me faire pardonner tous mes péchés, enfin principalement ceux concrétisés dans la journée hier, je me suis rendu d’urgence à l’église.

Les gens disent que je suis un garçon séduisant et bien bâti. Les belles dames du village d’ailleurs, une fois leurs maris partis en mer ou sur la route, disent apprécier ma discrète et amicale compagnie…

Le sous-fifre du Grand patron était sur place. Celui qui est déjà depuis belle lurette en charge des absolutions pour les ouailles. Toujours motivé, comme au premier jour de la création, par une foi colossale. Comme chaque jour, il était vêtu de son impeccable soutane, fraîchement repassée au fer à vapeur d’eau bénite…

Ce jour-là, j’étais particulièrement pressé ! Il faut dire que la veille, j’avais commis un très gros péché !

L’épouse de l’un des notables de notre petite communauté, que je ne puis point désigner dans ce récit, m’avait invité pour l’apéritif.

Et moi, faible bougre, je n’ai point pu résister une seule seconde à cette excitante invitation !

C’est certain depuis, une culpabilité maousse me taraudait ! Celle-ci , si point immédiatement amnistiée par un élu, en lien direct et quotidien avec le grand Architecte, risquait de chiffonner à jamais, mon ticket d’accès à la tribune VIP du tant attendu spectacle céleste à venir…

Mais à ma grande surprise… Au lieu des trente-huit « notre-père » et des quarante-sept ” je vous salue Marie” à marmonner, avant l’heure de l’apéritif, la punition fût bien plus sévère qu’à l’accoutumée !

Imaginez, quelle fût ma stupeur, lorsque le prêtre me somma pour me racheter, de restaurer une croute, de remettre au goût du jour (et avant l’apéritif), l’un des tags datant du siècle passé, qui ornaient le mur ouest de la sacristie…

Forcément, me suis-je dit : Je lui avais confié au moins mille fois dans l’intimité du confessionnal, que j’étais avant tout un artiste haut en couleurs, que j’appréciais par-dessus tout de tremper le pinceau, que j’étais demandé loin à la ronde pour officier dans cette merveilleuse discipline. Non mais vous voyez le tableau ?

Alors moi pauvre pécheur d’ici-bas comprenez,  je ne peux pas me permettre de contredire les décisions du tout puissant ! J’ai pour priorité de nettoyer au jour le jour le salut de mon âme et délester ma conscience de toute poussière ou de craquelure ! J’ai tout simplement obtempéré et me suis toutes affaires cessantes mis au travail !