Le psychopathe du mois

Même pour une élection d’octobre, ce brave sculpteur en herbe n’était à la base pas éligible pour endosser un poste de “monstre du mois” dans la colonne éphémère de droite.

Mais c’est grâce à cette vieille tradition obsolete de Halloween restée en odeur de sainteté sur ce blog qu’on lui a pourtant offert un rôle de premier ordre : Celui de premier psychopathe du mois de notre histoire !

C’est plus tard et un pas après l’autre, qu’on s’arrangera pour lui faire comprendre qu’il ne se sert pas du meilleur des outils disponibles pour sculpter des citrouilles.

Et on a aussi trouvé un arrangement avec le monstre du mois passé qui a accepté de rempiler pour un mois de plus ! C’est vraiment sympa de sa part !

>.<

Jeux brouillés

– Dis, ça te dirait de jouer à un « j’aime / j’aime pas » avec moi ? Je te fais des propositions et toi, tu me réponds uniquement par l’un ou par l’autre ?

– L’autre !

– Oui, mais non ! L’idée de base c’était de faire ton choix entre j’aime et j’aime pas !

– Ah je vois. Alors plus spontanément : j’aime pas tellement. Mais ne me demande pas pourquoi. Parce qu’au fond, je n’en sais foutrement rien !

– Hem.. Oui bon, mais alors peut-être qu’on serait mieux inspirés de jouer à « Action / Vérité »…

J’aime pas !

– Hé… mais attends ! On vient de débuter une toute autre partie là : Et la nouvelle règle était avant tout de choisir entre Action et Vérité !

– Ah, ok ! Alors disons que dans le feu de l’Action je prends Vérité : J’aime pas, mais alors pas du tout. Non mais vraiment !

– Ouais, je vois ! Et si à la place, on se lançait dans une tentative de jouer au « ni oui, ni non » ?

– Alors là, tu m’excuseras, mais voilà je suis comme ça : j’hésite ! Il faudrait quand même que j’y réfléchisse un peu…

– Holalà ! J’en conclus que tu n’as pas vraiment envie de jouer au jeu des « questions / réponses » avec moi ?

– Oh mais siii et tu me connais, je suis du genre à être toujours partant pour tout ! Mais ça c’est quand même une question sur laquelle je vais devoir prendre le temps de méditer…

>.<

Naissance de la rubrique “décalages”

Je me réjouis d’inaugurer une nouvelle catégorie de ce blog : ” Décalages “.

Ce sera sans doute l’endroit le plus approprié pour y publier un florilège de mes futurs bricolages matériels décalés.

Pour commencer, je vous présente le crayon imperdable à l’usage de ceux qui ne sont pas équipés d’oreilles appropriées et à tout ceux que ça peut mettre dans une situation inconfortable de le porter à ces endroits-là.

J’ai personnellement testé cet accessoire dans des conditions réelles et il me sera désormais plus qu’impossible de m’en passer !

>.<

J’ai déniché un volontaire pour poser pour la photo avec son meilleur quart de profil pour illustrer l’efficacité sur le terrain de cet accessoire désormais indispensable.

>.<

Un curieux ballet aquatique

Je ne voulais pas être un gros poisson

Qui barbote dans un nuage de plancton

Je voulais être une anguille qui serpente

Autour d’algues hautes et verdoyantes   

Je ne voulais pas qu’on soit trop serrés

Comme toutes ces sardines synchronisées

>.<

Comme l’huitre je veux aussi m’enfermer

Pour polir une perle de nacre à volonté

Je voudrais me gorger comme une éponge

Élargir ma collection d’étoiles et de coquillages

Je veux frétiller dans tous les jardins de corail

Dormir sur le sable et me dorloter les écailles

>.<

Hier, c'était laborieux mais aujourd'hui, c'était fluide... haha !

Le maintient de l’équilibre [1]

>.<

Une rencontre fortuite dont je ne sais rien mais qui m’a semblé coïncider avec le sujet principal d’un projet d’article resté en suspend depuis très longtemps… J’y reviendrai certainement si on m’y pousse de cette manière !

Définition sur Wikipedia :

” Un balancier est un dispositif mécanique servant à régulariser le mouvement d’un mécanisme ou à maintenir l’équilibre ou la stabilité. “

>.<

Une e-déception de taille

Je ne suis pas matérialiste et pourtant parfois, comme tout le monde ou presque, je m’autorise une petite folie : Cette fois-ci, j’ai craqué pour un magnifique entonnoir en promotion sur un site de vente par correspondance ! Je suis subitement devenu complétement dingue de cet accessoire de ouf : il m’en fallait un à tout prix et tout de suite !

J’étais surexcité quand j’ai reçu le colis, mais cette euphorie a été de courte durée : L’article commandé n’était pas du tout à ma taille.

>.<

Que faire de notre prochaine fête des voisins ?

Dès l’an prochain, notre fête des voisins ne sera plus jamais ce qu’elle a été !

Une fois l’an, notre communauté soudée comme les doigts d’une main d’acier trempé répondait à l’invitation de l’un de nos membres confirmés pour marquer le coup. Le point d’orgue de cette journée était le moment de l’échange de nos petites attentions.

Mais voilà, le drame cette fois-ci, c’est que notre herbivore en chef ait de manière unilatérale décidé de revendre sa formidable cabane de jardin et ait choisi de s’en aller défricher des territoires lointains. Sans doute rêvait-t’il d’un coin de verdure plus verte que celle d’ici ! Pour son cadeau, c’était en principe assez facile : Le plein d’un bidon d’essence le comblait à chaque fois comme si c’était son premier. Lorsqu’il ne promenait pas sa “concasseuse” à gazon sur sa moquette de pissenlits parsemée de cailloux, c’était que plus rien ne le retenait d’être notre Rodin des thuyas ni même notre Odin de la souffleuse à feuilles-mortes. Nous l’avions entre-nous affectueusement baptisé «Edouard-aux-mains-vertes ». A ses heures, il pouvait être notre Figaro de la tondeuse à fil et notre Merlin du compost enchanté. Il était déjà de longue date l’un des piliers les plus solides de notre congrégation ! Son départ nous laissera une fosse des plus difficiles à combler !

Et puis ne manqueront pas de nous manquer aussi, les interprètes de ce couple de tourtereaux nous gratifiant des plus régulières ambiances de festival de la dispute. Notre collectivité ne pouvait se lasser de leurs vocalises discordantes. Pourtant, ce fût sans l’annoncer à haute et intelligible voix, que nos troubadours de la chamaillerie quittèrent le devant de la scène. A chaque opus de notre traditionnel banquet, nous leur offrions un flacon de philtre d’amour du dernier cri, à base d’un mélange sélectionné de plantes aphrodisiaques ! Un nectar pour privilégiés de la passion et une ode à la paix des ménages ! C’est fort dommage que si subitement, malgré nos salves d’applaudissements, ils aient du baisser le rideau ! Quel irrécupérable perte pour nous tous ! Jamais plus le ciment de notre communauté ne sera aussi compact depuis leur envol de leur nid d’amour…

Et ce n’est pas tout ! Je viens d’être informé que le concierge de l’immeuble locatif d’en face se serait lui aussi d’avance excusé pour sa future absence à notre célébration ! Le pauvre diable aurait été victime d’un burn-out surprise et serait captif d’une longue convalescence à durée indéterminable ! Lui qui en plus de ses activités courantes, était notre meilleur bénévole du maintien de l’ordre ! Un service digne du meilleur shérif de pâté. Son présent ne déclenchait pas non plus d’interminable séances de brainstorming : Il était aux anges lorsqu’on lui offrait un article d’équipement de terrain : Comme par exemple cette paire de jumelles infra-rouge pour patrouilleurs nocturnes. Nous lui organisions régulièrement quelques opportunités de mission pour qu’il puisse continuellement faire respecter les grands principes de l’harmonie de notre juridiction ! A tour de rôle, nous le contactions par talkie-walkie pour qu’il intervienne au moment où tel paysagiste déjanté cédait à son addiction aux outils motorisées en dehors des plages horaires convenables ou que tel couple de sopranos transpercés de mille fléchettes ardentes se laissait emporter à grands renforts de décibels…

Franchement, avec ces concitoyens-là, on ne perdait jamais une once de plaisir d’offrir ! Mais là, pour ces prochaines fois, je crois qu’on est mal !

>.<

Source illustration : internet ( affiche modifiée )

Une boîte à idées qui court

J’avais déjà deux grandes boîtes à idées qui n’avancent pas !

Pour la première, ce n’était même pas mon idée.

Mais je m’étais dit : allez, pourquoi pas ?

Alors, elles se remplissent

D’idées générales,

D’idées nouvelles,

D’idées intéressantes,

D’idées creuses,

D’idées loufoques,

D’idées tordues,

D’idées toutes faites,

D’idées fixes,

D’idées bizarres,

D’idées reçues,

D’idées de départ,

D’idées de derrière la tête,

D’idées qui ne mènent à rien,

Et d’idées folles lorsqu’il y en a.

Pour finir par les oublier !

Ce serait bien s’il suffisait de bien les secouer

Pour qu’elles s’imbriquent et qu’elles fusionnent

Pour qu’il en ressorte au moins quelque idée de génie…

>.<

Alors les prochaines seront des boîtes à idées qui peuvent avancer !

Et aussi une boîte noire pour y oublier ces idées là lorsqu’il y en a.

>.<

Autopsie d’une vieille chaussette

Rapport de l’examen médicolégal du 10 Août 2022 :

aspect extérieur

Plaie circulaire profonde à l’arrière du talon. Diverses lésions sous forme de bouloches macroscopiques et traces d’abrasions consécutives à des séjours réguliers et prolongés dans l’eau. Forte décoloration homogène pouvant être imputée à des lessives à température inadéquate et/ou à des séjours prolongés au soleil. Aucune trace apparente de résidus de jus de chaussette. Absence de mutilations significatives au niveau des tissus des orteils. La recherche de toxiques n’a révélé aucune substance suspecte dans les tissus. Présence évidente d’un élastique de qualité qui aurait facilement pu survivre quelques années de plus.

aspect intérieur

Absence totale de pied et de projectile à l’intérieur du macchabée. Pas de trace évidente de balle dans le pied.

aspect administratif

Trépas du sujet consécutif à une combinaison de causes naturelles.

>.<

Un piéton insolite

C’est la photo d’un écureuil retrouvée dans mes archives. J’avais eu ce petit coup de chance en me trouvant au bon endroit au bon moment…

S’il est là, c’est parce qu’aujourd’hui en traversant un village au volant de mon véhicule, je me suis arrêté pour laisser un autre écureuil traverser la route : La situation avait ceci d’insolite qu’il était parfaitement “dans les clous” : il empruntait le passage piéton et a même marqué une courte pause à son arrivée sur l’ilot central ! J’ai déjà vu nombre de piétons bien moins prudents que lui ! Et encore un bon point à mettre sur le compte de la biodiversité, je me suis dit…

>.<

Le cérémonial du poisson bleu

On entend souvent dire que nous sommes incapables d’apprendre de notre histoire.

Pourtant pour ma part, je suis persuadé que mes différents ancêtres m’ont transmis un certain nombre d’informations importantes et vitales et qu’elles sont contenues dans les séquences de notre patrimoine ADN.

Appelez ça l’instinct si vous voulez. Moi, j’ai baptisé cette chaine de transmission, les tatouages génétiques.

Exemple : Lors d’un séjour en Asie du Sud-Est, alors que je me trouvais dans l’incapacité de décoder les propositions d’une carte de menus, j’ai délégué en toute confiance à un autochtone, le choix de composer mon repas. C’est ainsi que je me suis retrouvé perplexe, devant une assiette occupée par un poisson de couleur bleu-électrique couché sur son flanc gauche, sur son assortiment d’algues du terroir.

C’est à ce moment précis qu’un tatouage gravé dans mes gênes par un ancêtre prédateur marin ayant vécu il y a quelques centaines de millions d’années m’a alerté : Attention ! Un poiscaille de cette teinte et en particulier dans cette nuance-là ne présente pas l’aspect minimal requis en terme de comestibilité ! Il pourrait même être potentiellement mortel ! Ma survie ainsi que celle de ma future descendance dans cette biodiversité sans pitié pourrait à cet instant dépendre de ce premier coup de fourchette ! J’ai donc encore délégué aux convives attablés le soin de goûter les premiers, au produit de cette pèche suspecte. La chair de cette grosse truite de carnaval exotique était blanchâtre et donc plus appétissante. Mais c’est conformément à la directive historique, que je me suis gardé d’en ingurgiter la moindre écaille. Je ne disposais vraisemblablement pas encore comme les autochtones, des évolutions successives nécessaires à en consommer, sans avoir à subir ensuite, une interminable série de crampes d’estomac !

Un autre marqueur ancestral inséré dans mon code serait également à la source d’une ancienne et autrement inexplicable phobie des crabes : Un animal qui à ce jour ne m’a jamais pincé ni même menacé. Et pourtant, un fort réflexe défensif m’a toujours poussé à garder mes distances. Je n’ose pas imaginer ce qui a pu arriver à l’aïeul qui m’a transmis ce conseil alarmant: Il avait probablement du glisser par mégarde dans un grand panier de crabes et avait du y passer bien plus qu’un sale quart d’heure ! Brrr ! Terrifiant !

Il y a aussi dans mon catalogue de messages héréditaires, celui qui me recommande sous forme de clins d’œil depuis ma jeunesse, de me mettre en chasse d’une séduisante violoncelliste germanophone. Je suppose que mon arrière-arrière-+-grand-père était un mordu de musique classique et que, du côté de Düsseldorf, il était subitement tombé raide-dingue d’une virtuose de l’archet lors d’un concert philharmonique. Et puis qu’ensuite ils vécurent si heureux qu’il en ait souhaité m’en léguer l’intensité sous forme de suggestion explicite mise en évidence dans notre cryptogramme…

Mais voilà qu’étant tombé tout petit dans la marmite du rock n’roll, son coup de pouce n’a pas pu se concrétiser en ma faveur et que j’ai dès lors du en retransmettre l’inspiration aux suivants. Des fois que cette incitation influencerait favorablement le bonheur d’un proche ou lointain descendant !

Mais si d’aventure une manipulation de dernière minute du destin devait encore se réaliser dans ce sens, c’est avant de m’engager et afin d’éviter toutes formes de conflits pré-nuptiaux, que je commencerais par prendre connaissance de ses préférences en matière de poissons et de crustacés….

>.<

Photo d’illustration , source internet

>.<

Voie de garage

>.<

C’est à mon rythme que je voyage

Et tant pis si je m’écarte de l’itinéraire

Je contourne des erreurs d’aiguillage

M’autorise des retards sur l’horaire

Je veux m’égarer sur des voies de garage

M’improviser des destinations extraordinaires

>.<