Boucle temporelle

Boucle temporelle

..

Il y a bien dix minutes environ,

Que le temps est en dérangement

Dix minutes n’est qu’une estimation !

Plus de périodes ni d’empressements

..

Ça doit faire plus d’une heure

Que je n’ai pas vu le temps qui passe

Une heure en simple spectateur !

Plus en retard ni en avance

..

Ça fait une poignée de minutes

Que j’ai perdu toute notion de durée

Un festin d’instants sans contraintes !

Plus à en perdre ni à en gagner

..

Ça faisait bien trop longtemps  

Qu’il m’avait imposé sa cadence

A en ignorer d’intimes battements !

Plus d’impatience ni d’urgence

>.<

La grève des femmes 2019

Le 14 juin 2019 en Suisse a (eu) lieu la 2ème grève des femmes.

( La 1ère manifestation date de 1991)

Une mobilisation en faveur de l’égalité entre hommes et femmes, notamment sur leur lieu de travail.

https://www.14juin.ch/

Et ci-dessous, à l’intention de toutes celles et ceux dans le monde qui n’en auraient pas entendu parler et qui passent par ici, je relaie, par simple copier-collé, les revendications des femmes trouvées sur le site d’un syndicat :

>.<

Du respect!

Ce que nous voulons:

  • Du respect pour notre travail et l’égalité des chances.
  • La tolérance zéro face au sexisme et au harcèlement sexuel.
  • La fin de la violence à l’égard des femmes

De l’argent!

Ce que nous voulons:

  • Un salaire égal pour un travail égal.
  • Des salaires décents, qui nous permettent de vivre.
  • Des rentes qui nous assurent une retraite digne.

Du temps!

Ce que nous voulons:

  • Une meilleure conciliation entre travail et vie privée.
  • Du temps pour nous former, et des perspectives professionnelles.
  • Un taux d’occupation garanti, qui nous permette de vivre.

>.<

Silences et apparences

Elle pensait sans me le demander, que je souhaitais qu’elle réduise son tour de taille. Elle croyait deviner que j’attendais d’elle qu’elle perfectionne ses talents sous les draps et en cuisine. Elle imaginait que j’espérais qu’elle augmente un jour son tour de poitrine. Elle supposait que je lui réclamais d’estomper les manifestations des étapes de la vie et les indices de l’âge. Elle se figurait que j’exigeais d’elle qu’elle change de style, de couleur et de maquillage. Elle présumait que quoi qu’elle fasse, je lui préférerais toujours d’autres femmes que je croise …

Elle s’est créé une projection silencieuse de mes préférences. Elle définit mes attentes et place très haut la barre de mes exigences. Peut-être préfère-t ’elle que l’on en parle le moins possible ? Il se pourrait aussi qu’elle redoute une quelconque confirmation de l’une ou l’autre de ses préoccupations sensibles !

Devrais-je à mon tour me torturer d’inquiétude quant à un éventuel manque de revendications et de sollicitations ?

>.<

Ceci n'est pas une fiction autobiographique, même si elle est parsemée 
d'un petit peu de vécu par-ci par-là. Nous sommes passés dans une 
époque d'image ou les apparences ont pris plus d'importance.
J'ai pensé que cela pourrait bien introduire au sein des couples 
de plus lourds silences ... Mais comment traiter ce sujet de 
manière un tant soit peu "artistique" ? ...
Bien entendu, ce texte n'a pas pour vocation de déclencher des 
discussions pouvant déboucher sur des disputes ! 😉

Une inconnue en robe (1)

Croquis d’une inconnue en robe (recherche de style)

Je dispose d’un stock de quelques croquis de visages féminins, provenant d’une série d’exercices destinés à améliorer mes faibles compétences en dessin et style de coupes de cheveux. Et tant qu’à faire, je vais aussi en profiter pour leur donner un corps, une attitude et des fringues … Un petit clin d’œil sans prétention aux croquis de mode. Maintenant que j’ai annoncé cela ici, je vais vraiment devoir m’y coller !

>.<

Mais où est-il encore passé ??

On appelle ce genre de dessin un FanArt.

Il s’agit d’une ré-interprétation complice (mise à sa propre sauce) inspirée d’un personnage de l’univers d’un artiste connu. Ici il s’agit de “Où est Charlie ?” [ Where’s Wally ? / Where’s Waldo ? ]

Cette idée a surgi lorsque je suis tombé sur une photographie d’une banquise où des milliers de pingouins (ou peut-être des manchots) prenaient du bon temps… Forcément, je me suis demandé s’il n’y avait pas un Charlie caché quelque part au milieu de cette foule…

>:)<

Les échanges de briques

Scrollez avec la molette de votre souris en fixant la surface de la brique… Vous verrez, elle a un petit quelque chose de magique !

Ça faisait plus d’un an que je me promenais sur terre avec l’idée persistante qu’en fin de compte, “la vie est un échange de briques” . La brique étant la représentation symbolique de chacun des nombreux éléments que nous rassemblons et empilons tout au long de notre existence en nous construisant. Il y a celles qui nous sont offertes par d’autres et qui nous ont inspiré/influencé/édifié et également, celles que nous avons nous-même façonnées et éventuellement transmises, avec lesquelles d’autres bâtissent. Nous sommes des édifices de relations basées sur l’échange.

Je nourrissais depuis des mois le projet de rédiger un article abordant cette thématique, sans ne jamais pouvoir trouver un point de départ. Pourtant aujourd’hui, j’ai pu dénicher diverses ébauches prometteuses en matière d’écrits, mais c’est un jour où je suis dépourvu de cette capacité enthousiasmante de passer au travail de finition. Déçu de n’atteindre aucun résultat probant, j’ai abandonné mes notes et suis parti en quête d’une étincelle d’inspiration dans mes archives photo… Et je suis tombé sur cette brique rouge échouée sur une plage proche de la Dune du Pilat… Il n’y avait aucune construction ni habitation loin à la ronde. Alors quel a été son voyage ? Est-elle arrivée à cet endroit, charriée par une vague fortiche, portée par une marée musclée ? Est-ce une brique fugueuse qui ne rêvait que de grands espaces, de sable fin et d’océan ?

Une particularité de cette brique là est que je ne saurai jamais qui ont été les personnes qui me l’auront proposée ! Et ces dernières n’imagineront pas que cet élément de céramique égaré aura contribué à débloquer une longue absence de point de départ à l’écriture d’une histoire !

D’ailleurs j’adresse en passant un grand merci et un clin d’œil à tous ceux qui m’ont fourni une ou plusieurs précieuse(s) pièce(s) de ma collection de briques ! Elles ont toutes leur importance et nombre d’entre-elles se sont révélées m’être fondamentales ou salvatrices ! Certaines m’ont permis de structurer, d’autres de reconstruire !

Dans mon cas personnel, il s’agit de nombreux empilements désordonnés et irréguliers composés de briques dépareillées et nuancées. Dans ce coin là, je conserve précieusement quelques briques cassées. Là-bas celles qui m’évoquent un petit quelque chose de particulier ou de mystérieux… Mes plus anciennes constructions sont pour certaines constituées de centaines de petites briques de jeu multicolores. J’ai commencé très jeune à les collectionner ! Nous avions la chance de pouvoir nous faufiler pour vivre nos aventures d’enfants dans une vieille usine de briques désaffectée. Et plus loin par là-bas, je possède aussi une montagne de pavés dans laquelle je peux, au besoin, en puiser un pour le jeter dans une mare endormie… Bien sûr, je me suis moi aussi ramassé quelques tuiles, ai pris des parpaings dans la gueule, ai dressé d’affreuses façades et ai érigé plus de murs presque infranchissables que je ne l’aurais souhaité…

>.<

Rassurez-vous, je ne vous jetterai pas la pierre, si vous trouvez que cet article ne casse pas des briques !

>.<

Je précise que j’ai écrit cette histoire en toute lenteur sur environ une semaine. La faisant évoluer jour après jour dans le but de stimuler l’épanouissement de cet enthousiasme de procéder au travail de finition que je mentionne plus haut...

>.<

Connexions

Durant quelques jours, un profond calme inhabituel s’était emparé de moi. J’avais été saisi d’une forme insolite de béatitude ! La course du temps s’était soudain arrêtée. Le temps d’isoler mes capteurs et de méditer. En échange, j’ai concédé à une certaine absence de créativité.

Mais aujourd’hui , j’ai décrété que ça ne pouvait plus durer ! Alors j’ai rédigé une dizaine de vers connectés avec des rimes en “…ence” et en “…ive“.

A vous de les mettre dans le bon ordre …

>.<

Interrophobie

– Avez-vous peur des araignées ou des serpents ?

– Eh bien… non.

– Et des requins ou des alligators ?

– Pas plus que ça, non !

– Alors certainement des méduses ou des scorpions ?

– Même pas …

– Vous ne craignez donc aucun prédateur ???

– Si ! Mais seulement ceux de ma propre espèce ! Et en particulier ceux qui peuvent bondir sur moi par surprise avec l’intention d’envenimer une conversation avec une abondance de questions inutiles…

Vous m’auriez demandé quelle bestiole pouvait m’inspirer le plus de craintes, je vous aurais simplement répondu « le crabe » et vraisemblablement étonné, vous m’auriez ensuite demandé pourquoi. Sur quoi je vous aurais répondu que je n’en sais foutre rien, parce que je vis assez loin de toute mer et qu’aucun crustacé décapode n’a jusqu’ici encore eu le moindre de mes orteils à portée de pinces…

>.<

Note: j'ai réellement longtemps trimbalé une trouille d'enfance 
des crabes après avoir croisé le chemin de mon premier spécimen 
à l'occasion de vacances à la mer. Une bien étrange phobie 
largement surmontée depuis.

De la discrétion à discrétion

> . <

Un double fond

Une surprenante cachette

Un faux plafond

Une pièce secrète (?)

Une porte dérobée…

Un passage introuvable (!)

Un compartiment dissimulé

Un repaire indétectable !

>.<

C’est promis, je ne prendrai pas trop de place

Je n’occuperai que les contours de ton espace

>.<

>.<

Retour vers le Présent !

Et finalement je me suis dit, 
tant pis, je reste ...
Et j'ai confié ma machine obsolète 
à un musée !  
Un délire réalisé avec le logiciel 
Comic Life 3

Un arbre ensorceleur

Un arbre imaginaire qui au fil du temps, a pris de l’importance et s’est imposé !

Au départ son rôle ne se résumait qu’à être un faire valoir végétal dans les environs immédiats d’une petite maison que j’avais griffonnée. Et puis au fur et à mesure de mes passages devant le grand dessin original réalisé à l’encre de Chine, il m’a ensorcelé et s’est imposé…

>.<

Les arbres, un thème récurrent sur ce blog !

Parfois victimes de notre indifférence et de la déforestation :

https://sunof.net/blog/animarbre/

https://sunof.net/blog/larbre-qui-cache-la-jungle/

https://sunof.net/blog/drame-vegetal/

>.<

Frais de dossier

Le dossier de ma chaise de bureau

Je ne sais pas vous, mais moi j’ai remarqué que les “frais de dossier” ont tendance à faire des petits très vite et un peu partout ! Un peu comme des petits lapins hyperactifs et en chaleur… Si on additionne le total de ces frais subits, on remarque que ça peut devenir une composante non négligeable du budget d’un ménage…


Les “frais de dossier” c’est over-tendance dans les banques, les organismes financiers, sur vos factures en ligne etc… Maintenant, on pourrait encore se demander jusqu’où ils oseront aller en terme d’exorbitance à ce niveau là ( J’ose un petit néologisme qui me parait approprié )

Soyez rassuré, ce n’était pas l’une de mes idées. Je n’officie pas du tout en tant qu’ “influenceur” financier ! Je fais partie des nombreux pigeons plumés.

A mon avis, c’est encore un coup fourré sorti de l’imagination court terme de quelques avides encravatés, dont la sonorité des battements cardiaques est étouffée par le martèlement de pièces qui s’entrechoquent dans leur gibecière !

Peu avant cette idée là, ils avaient trouvé le moyen de nous facturer notre propre facturation (win-win-bla-bla-bla). Celle qu’ils n’avaient déjà plus sans allégement de frais à nous imprimer (économiiies-ha-ha-ha) et qu’il n’ont plus à nous envoyer par la poste (économiiies-ho-ho-ho) et ce, même si on a atteint l’âge respectable de 77 ans ou plus et qu’on a jusque là coulé une vie agréable loin des ordinateurs, des Wifi et des galères de l’e-banking

Je crois que c’est une profession à la mode de nos jours : Gonfleur de factures. C’est qu’il faut trouver des débouchés pour ceux qui sont encore bons en maths et en petits calculs savants. Parce qu’ils risquent fort un jour prochain d’être remplacés par de puissants calculateurs au format “timbre poste” ( Clin d’œil à ceux qui se souviennent ce que c’était qu’un timbre ! A une époque, ils en collaient même à la force de la langue sur des enveloppes de factures et ce, sans répercuter des frais de salive sur le destinataire)

Ci-dessus, une photographie de mon dossier personnel qui, dans l’idéal, devrait lui aussi se décarcasser pour générer plus de frais de dossier en ma faveur et dégager des ressources pour mieux cajoler mes lombaires laborieuses !

Jusqu’ici, on fixait facilement les prix à la tête du client

De nos jours, on les fixe à la tête du client et aussi sur le dos … du client !

>.<