Une question de dosage

 

>

Bonheur – Anxiété – Dépression –  Amour

Je publie une nouvelle fois cette petite animation trouvée sur internet et que j’apprécie beaucoup en ajoutant le petit bout de texte ci-dessous. C’est qu’en ce moment mes neurotransmetteurs semblent s’être quelque peu affolés, et forcément ça m’a fait repenser à ces différents dosages chimiques…

  • Pour commencer, une phrase à méditer que j’ai retenue sur internet et trouvée intéressante et que je souhaite partager ici, vu qu’il semblerait que la tendance actuelle soit à ce type de rencontres :

// — Un cas qui arrive souvent, surtout lorsque les rencontres se font en ligne : les hommes risquent de tomber amoureux de l’idée qu’il se font de vous — //

  • Court extrait personalisé à propos de la dopamine :

Un rush de dopamine (la molécule du plaisir) est entre autres impliquée dans certains plaisirs abstraits comme celui d’écouter de la bonne musique, par exemple lorsque les poils se dressent au garde à vous sur les avant-bras voire même sur une plus grande surface du corps. Il m’arrive parfois de ressentir des rush de ce type à partir d’une situation visuelle, C’est ce que j’appelle alors volontiers mes petits coups de foudre.

Elle est notamment impliquée dans la gestion des humeurs et est associée à l’état de bonheur

  • Court extrait à à propos de l’ocytocine :

Des études récentes ont commencé à suggérer que l’ocytocine pourrait avoir un rôle dans différents comportements, comme l’orgasme, la reconnaissance sociale, l’empathie, l’anxiété, les comportements maternels…

>

Ajustez votre dosage à votre convenance et passez une excellente journée !  😉

 

(Round and) Round Trip

(Round and) Round Trip

>.<

Accroche-toi fermement au cœur de ton petit univers

Cramponne-toi à califourchon sur le rail de ton orbite

Passe tes jours et tes nuits en confiance dans ton désert

Fais tourner ta routine qui te retient de prendre la fuite

>.<

Un texte qui traînait depuis trop longtemps dans le grand 
désordre de mes brouillons et qui était à l'origine destiné 
à devenir un jour un dessin...
Devant les mots qui ont protesté avec véhémence, les crayons 
de couleur se sont inclinés... 

 

Il faut le lui dire !

Il faut le lui dire !

L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui a commencé il y a de cela plusieurs années lorsque je résidais à Genève.

Avec ma compagne d’alors, nous prenions part à la traditionnelle fête de la musique qui se déroulait, entre autres, en plein air dans un grand espace vert de la ville. Les festivités étaient disséminées dans différents quartiers de la cité et de nombreux musiciens interprétaient divers genres de musique sur plusieurs scènes et dans diverses salles de spectacle.

En début de soirée, lors de l’un de nos déplacements depuis un concert à destination d’un autre, nous avons improvisé un inévitable arrêt dans une caravane WC temporaire.

Alors que j’attendais le retour de ma compagne, seul au bord d’un chemin à quelques mètres de ladite caravane, deux jeunes femmes âgées d’environ 18 ans sont passées près de moi en me dévisageant d’une étrange manière. Elles semblaient me connaître, alors qu’en ce qui me concerne, j’étais certain de ne jamais les avoir rencontrées auparavant.

L’une d’entre elles s’est brusquement arrêtée en questionnant sa copine – C’est bien lui ? Suite à la réponse affirmative de l’autre femme, elle continua – Mais, il faut le lui dire ! tout en me fixant avec une sorte de compassion dans le regard et en parcourant quelques pas décidés dans ma direction. C’est alors que l’autre femme a attrapée dans ses bras sa copine qui parlait trop pour opérer un rapide repli stratégique, l’entraînant dans la direction opposée.

La suite de leur désaccord m’est alors devenu inaudible. Un peu décontenancé par cette  situation en les regardant s’éloigner, j’ai pu voir la femme qui avait quelque chose d’important à m’apprendre à mon sujet, insister et se retourner une fois de plus dans ma direction.

Je n’ai jamais oublié cet étrange incident de parcours et me suis depuis dix mille fois demandé ce que cette jeune femme aurait voulu me dévoiler !

Inévitablement, cet événement a durablement ajouté dans mon existence un supplément de méfiance entraînant son lot de désagréments. Si deux parfaites inconnues semblent en savoir plus long sur mon compte que moi-même, alors quels moyens devrais-je mettre en œuvre en qualité de citoyen le plus concerné pour entrer dans la confidence?

Je vous avoue que je n’avais pas vraiment durant toutes ces années, pour couler des jours heureux, besoin de devenir plus suspicieux. Mon imagination de base et ma fantaisie naturelle étant déjà assez fertiles comme ça !

Malheureusement depuis ce soir là, il ne s’est jamais sur ma route trouvée d’autre alliée, animée de cette belle compassion, désireuse de se dévoiler pour me dévoiler ce que je n’étais pas sensé savoir …

>.<

Il fallait que je te le dise !

>.<

 

Une égratignure

Une égratignure

>.<

Déchiffre entre les chiffres

Danse jusqu’au bord du gouffre

Invente une réponse au problème

Rayonne dans l’opacité du système

Perce l’épaisseur du mystère

Contrôle tes émotions et tes nerfs

Avance jusque dans l’obscurité

Endure l’inévitable contrariété

Ignore le détracteur qui menace

Dépasse ce qui te dépasse

>.<

Découvre l’éraflure dans reflet de la glace

Reprends ton bagage rempli de plus d’audace

>.<

Un texte parti de pas grand chose au départ : 
une seule petite phrase, qui au final n'y apparaît même plus.
J'apprécie particulièrement aujourd'hui, lorsque je m'adonne 
à ce genre d'exercice, de pouvoir en modifier jusqu'au thème 
abordé au cours des différentes évolutions qu'il subit.

J'aime les fruits du hasard

Le promeneur au chapeau

C’est au début de cet été, que j’ai croisé le chemin de cet homme.

Il déambulait en tenant son chapeau de cette manière …

Mais ce n’est que bien plus tard que j’ai pu faire sa connaissance,

En étudiant de plus près la photo ratée que j’avais prise à cet instant.

C’était un soleil couchant en bord de mer à un contre-jour …

L’homme se tenait là, aux frontières de l’invisible, tapis dans l’ombre

C’est la teinte de son couvre-chef ainsi porté en évidence,

Qui a attiré mon attention et qui m’a incité à le mettre en lumière

Matin facile

Matin facile

>.<

Ce matin étincelant lorsque je me suis réveillé

Dans l’air flottait comme une odeur de café

Des draps chauds inhabituellement froissés

Où j’ai égaré le souvenir de m’être déshabillé

>.<

De l’oreiller émane un parfum de renouveau

Un léger courant d’air frais parcourt ma peau

Un grand jour vient tout juste de commencer

Je vais bondir hors du lit plutôt que d’y traîner

>.<

Ce matin éclatant lorsque je me suis rendormi

Dans l’air il y avait comme un désir de sursis

Un duvet chaud inhabituellement hospitalier

Où j’ai égaré le souvenir de m’être réveillé

>.<

De l’oreiller émane une incitation à la sérénité

Un léger frisson de plaisir caresse ma lascivité

Un grand jour ne devrait pas tarder à commencer

>.<

Première rencontre du troisième type

Première rencontre du troisième type

Hier, après un solide repas du soir, je me suis accordé une coupe deux-boules-Chantilly sur la terrasse ombragée du glacier du coin.

Au moment de saliver devant mon dessert, voici que s’installe à la table située dans le rayon d’action immédiat de mon oreille droite, un couple de quadragénaires tout sourire. J’ai vite compris que la discrétion n’était pas leur spécialité : ils parlaient assez fort, un peu comme s’ils étaient seuls au monde ce qui d’ailleurs allez savoir, était peut-être vraiment le cas.

C’était surtout Madame que j’entendais parler intelligiblement. Le Monsieur qui me tournait le dos ne débitait à mon oreille que des bribes de conversation. J’ai hésité à changer de table et à m’éloigner de leurs pourparlers pour plus de décence.

Il s’agissait de leur premier rendez-vous suite à un « positive match + double bingo » sur un site de rencontres dont je connais la raison sociale vantée par une joyeuse publicité qui passe régulièrement.

Leur conversation ressemblait à un entretien d’embauche.

Dans le but de mesurer l’équité du temps de parole dévolue à chaque partie, j’ai décidé de consommer une cuillerée de glace parfum vanille lorsque Madame argumentait, une cuillerée arôme pistache lorsque Monsieur exprimait ses atouts. Et une cuillerée de crème fouettée lorsqu’une irrésistible envie me saisissait et que je souhaitais avant toute chose de ne plus rien entendre de leur parade nuptiale.

Madame mettait avec une aisance remarquable en avant ses qualités comme si elle en était à sa vingtième entrevue. Pas la moindre hésitation, aucun bafouillement. Visiblement, le job dont il était question devait vivement l’intéresser et les photos de profil de son vis-à-vis pour la vie ne devaient pas avoir été maquignonnées.

Lorsque le tour de Monsieur était venu de marmonner quelques phrases le temps pour moi de deux ou trois cuillerées de glace pistache, Madame se montrait toujours vigilante et réactive… Elle le voulait vraiment ce poste !

>.<

Quelque-chose me disait que ce premier rendez-vous ne serait probablement pas le dernier ! J’étais vite convaincu que ce candidat et cette candidate seront tous deux convoqués pour un deuxième entretien à une date ultérieure et ce exactement le même jour et à la même heure. Pour moi ça fleurait bon le contrat nuptial à durée indéterminée. Et ça sentait la confirmation que les algorithmes qui nuit et jour croisent des milliers de profils dans les bases de données de célibataires ont su établir et prouver leur compétence sur le marché des initiateurs de rendez-vous galants à taux élevé de probabilité de succès !

>.<

Trouver l’âme sœur en court-circuitant la vigilance et la visette de Cupidon ? En effet, ça peut ouvrir des portes de chambres à coucher, ça peut éviter de laisser des destins déjà éprouvés à la merci du hasard et raccourcir comme une flèche, une trop longue file d’attente de bipèdes assoiffés/affamés d’amour…

>.<

Désormais tu vas pouvoir lever le pied Cupidon ! On va considérablement te faciliter la tâche avec juste ce qu’il faut d’informatique

>.<

Tracas Impertinent

Tracas impertinent

>.<

Je suis tombé en désinvolture

Je suis atteint d’impertinence

Débarrassé du poids d’une armure

Affublé d’enthousiasme et d’aisance …

>.<

Je suis chargé d’une tonne de légèreté ….

Je ne me sens transporté que par ma chance

Délivré de l’entrave d’un bouclier

Revêtu d’audace et d’innocence…

>.<

Si je devais me permettre quelque familiarité

Si je m’affranchissais du respect des convenances

Submergé par un entrain nullement entravé

Couvert de confiance et d’assurance …

>.<

Est-ce que vous pourrez me le pardonner ?

>.<

L’effet papillon ( dans sa version non chaotique )

Je n’ai pas pour habitude de publier sur la toile, des photographies de tout ou partie de mon apparence physique. Bien au contraire ! Parce que j’ai ouï dire que le monde actuel fourmille de gredins cupides, qui se servent de nos publications photographiques à notre insu dans le but  que nous soyons tous dans un futur proche immédiatement reconnus et tous nos faits et gestes cartographiés, lorsque nous nous déplacerons à l’intérieur du périmètre mondial du réseau d’yeux de surveillance et de reconnaissance…

Je fais preuve d’une audace conséquente en ce jour, en publiant cette photographie de ma véritable main pas même prudemment gantée, ayant reçu la délicate visite d’un magnifique papillon exotique pour une pause d’étape de quelques dizaines de secondes, avant de repartir librement poursuivre son aventure…

Un petit quelque chose m’a assuré que ce n’est pas l’un des battements d’ailes de ce papillon là qui déclenchera la moindre tornade à l’autre bout du monde comme la théorie de l’effet papillon voudrait parfois nous le faire gober…

Je prends le risque de l’éventualité que désormais, chaque geste de ma main droite, la particularité de mes empreintes digitales ou même la confidentialité de ma ligne de vie puissent m’être volés, décodés, identifiés et classifiés.

Et maintenant, je vais me permettre un instant de philosopher qu’en dehors d’un cercle d’êtres vivants choisis, seul ce papillon serait détenteur du privilège de reconnaître chaque détail de ma paluche, lors d’une éventuelle prochaine rencontre …

>.<

Une cinquantaine de nuances de vert

Une cinquantaine de nuances de vert

>.<

Mais oui, séduis-moi encore !

Inscris chacun de tes assauts dans mon livre de bord !

Ensorcelle-moi à volonté !

Jette moi un sort auquel il est impossible d’échapper !

>.<

Mais oui, envoûte-moi encore !

Amadoue sans aucune retenue cette statuette de cire !

Eblouis-moi davantage !

Apprivoise mon être parfois farouche et sauvage !

>.<

Mais oui, fascine-moi encore,

Attire-moi au plus près de la sculpture de ton corps !

Câline-moi à volonté,

Accorde-moi tes faveurs que je ne cesse de désirer !

>.<

Mais oui, attrape-moi encore …

Trouble-moi davantage …

Bouscule-moi encore …

Consomme-moi à volonté …

>.<

Je me demande si je ne devrais pas inaugurer 
une nouvelle catégorie "dévergondages" pour 
y classer ce type de textes ... ;-)

Une invitation pour le bon moment

Une invitation pour le bon moment

 

Madame, Monsieur,

Comme d’autres personnes, il vous arrive d’affirmer que la vie ne fait pas de cadeau !

Hormis peut-être celui au départ, d’être venu au monde…

Ici et là, vous trouvez qu’elle n’est pas rose, qu’elle est cruelle, qu’elle est injuste, qu’elle n’a aucun sens, qu’elle ne vaut rien et qu’en plus, elle est bien trop courte. Parfois lorsqu’un peu lassé de vivre, il vous arrivera même que vous y tenez, de vous réjouir que vous n’en ayez qu’une seule ! Que vous vous contenterez d’une seule chienne de vie, plutôt que l’idée de devoir remplier neuf fois, comme devra le faire un chat.

Bien entendu, tant qu’à faire puisque vous êtes là et en avez pris pour perpète, autant concevoir le dessein d’une existence bien vécue et bien remplie, de vous entendre un jour vous flatter d’un parcours plein de vie. Et vous ne rechignerez pas à en reprendre une bonne tranche. Et puisque que vos parents vous l’ont généreusement donnée cette vie, vous n’allez pas vous contenter de vivoter ni seulement de survivre ! Vous vous garderez bien de la gâcher, de la laisser vous filer entre les doigts ! Régulièrement vous reprendrez conscience qu’elle est précieuse et la reprendrez en mains ! Quitte à, si vraiment nécessaire, devoir en arriver à prendre la décision d’en changer et de vous en offrir une nouvelle

>.<

Comme d’autres personnes, il vous arrive d’affirmer que la vie ne fait pas de cadeau  !

C’est pourtant aujourd’hui Madame, Monsieur que la vie souhaite vous offrir ce plaisir à nouveau ! C’est pour cette raison qu’elle vous envoie cette invitation personnelle à vous rendre au bon moment et au bon endroit, pour trouver et découvrir le cadeau qu’elle a préparé à votre intention !

Et vous devriez l’apprécier ce présent ! Vous croquerez à nouveau la vie à pleines dents, l’aimerez comme si à aucun moment, elle n’avait jamais pu être autrement que belle !

Et rassurez-vous, cette invitation ne sera pas la dernière que vous recevrez ! Mais pour l’heure vous n’en apprendrez pas plus : Car comme vous le savez, la vie est pleine de surprises !

>.<

 

Un texte inspiré par la vie et les nombreux cadeaux qu'elle m'a fait !

Espace exigu pour émotion enivrante

Espace exigu pour émotion enivrante

>.<

Il m’arrive de ressentir la sensation de m’envoler

Que mon corps, mes jambes n’ont plus besoin de le porter …

Il m’arrive de percevoir le sentiment de m’être délesté

Que le sol, mes pieds n’ont plus besoin de le toucher …

>.<

Source image Internet