Author Archives: SunOf

Vaccination facile

Je crois que j’ai toujours été un patient très douillet chez le médecin et en particulier réfractaire aux aiguilles des seringues. Je pense que ça vient d’un traumatisme d’enfance : j’avais du subir un traitement que je me rappelle avoir été douloureux sous forme d’une série régulière d’injections intramusculaires.

Lors de ma dernière prise de sang, l’assistante du toubib me voyant plus paniqué que la moyenne, m’a expliqué qu’elle allait utiliser une aiguille destinée aux enfants. Une aiguille très fine équipée d’un “système de suspension”. En gros, elle me faisait comprendre en douceur que les fabricants avaient fait énormément de progrès depuis l’époque de mes séances de torture en culottes courtes… Et en effet, je n’ai absolument rien senti quand elle m’a vampirisée de “plusieurs hectolitres” de globules ! A part bien sûr un peu de honte par rapport à mon affolement ridicule de petite nature

Et là, le temps est venu pour moi de me porter volontaire et de m’inscrire pour me faire administrer non pas une, mais deux doses de vaccin contre le Covid-19…

La vie, c’est vraiment un parcours du combattant !

>.<

Déplacements d’anxiétés

J’ai enfin ces dernières semaines, trouvé une réponse à l’une de mes vieilles questions qui était restée ouverte. Il y a de cela deux décennies, j’avais dû commencer à prendre des anxiolytiques prescrits par mon psychiatre. Au départ, c’était vraiment des doses de cheval et avec le recul, je n’ai rien à redire là-dessus. Cette molécule a réellement permis de calmer la bête, a contribué petit à petit à re-stabiliser la boussole et à me remettre les idées bien en place.

Beaucoup plus tard, la ration quotidienne est tombée à des valeurs, disons… d’entretien. Ça douillait quand même encore 10.— par jour pour un seul cachet. Sur un an, ma petite dépendance aux molécules magiques engloutissait quelque chose comme un budget de vacances de rêve sur une île paradisiaque. L’ombre des palmiers sur une plage de corail, je pouvais donc mettre une croix dessus pour raisons de santé. ( Je vous épargne les petits calculs en matière de primes d’assurance maladie, décomptes d’honoraires et de franchise pour ma pomme etc… )

Je n’avais jamais eu à rouspéter non plus devant les compétences sensibles de mon thérapeute. Il m’avait fourni des outils théoriques efficaces et m’avait guidé pour que je puisse aux mieux me dépatouiller avec la confusion dans laquelle me mettait ma situation.

Mais une chose qui m’avait frappé, c’est qu’il me répétait toujours exactement la même phrase à chacune de nos séances mensuelles et qu’elle ne cadrait pas avec le reste, alors qu’il n’avait pas autrement pour habitude de radoter :

– C’est comme l’insuline pour un diabétique, il va falloir le prendre à vie…

J’avais trouvé très louche et même parfois agaçante, cette phrase récurrente martelée en dehors de nos échanges intéressants et constructifs. Pour les non-initiés, il faut savoir que ces crises étaient entrecoupées de longues phases de répit complet. Et mon problème n’avait évidement rien d’aussi dangereux dans mon cas en tout cas, qu’un diabète mal soigné. Mais il fallait avaler le bonbon quotidiennement pour me prévenir d’éventuels déclenchements. Et il était semble t’il écrit quelque part que je risquais même un jour de me retrouver enfermé dans une crise sans fin. Un billet aller simple pour le nid de coucous, on va dire.

Bien sûr lorsque tout allait bien, j’avais tenté d’interrompre mon traitement et connu quelques rechutes bien glaçantes. Ce n’était donc pas la bonne solution. Et si c’était pour m’entendre encore répéter en boucle la fameuse comparaison avec l’insuline du diabétique…

Ces derniers temps je retombe justement souvent sur le scandale des prix de l’insuline aux USA. Il y a là-bas beaucoup de diabétiques qui n’ont pas les moyens de se payer ce produit qui est vital pour eux ! Il n’y a que trois sociétés qui la distribuent et ils en ont “artificiellement” gonflé les prix jusqu’à l’exorbitant. Quand on s’y intéresse un peu, ce n’est franchement pas du tout le rêve américain ! Et c’est là que j’ai découvert que l’une de ces sociétés-là, était la même que celle qui produisait aussi ma dragée journalière à dix balles !! Et moi les coïncidences, on peut dire que ça me parle…

Donc mon psy avait certainement du être “travaillé” par “un -e influenceur – euse de ces laboratoires pharmaceutiques“. Un(e) délégué(e) commercial(e) très au fait de deux traitements, très rentables sur le long terme et volontiers fournis à volonté par leurs soins…

J’ai tout de même fini par pouvoir arrêter ce traitement par moi-même, en adaptant ma manière de le prendre et en diminuant petit à petit son dosage. Cela ne s’est évidement pas fait en quelques mois, c’est sans doute ce qu’on appelle prendre son mal en patience. Par chance, les comprimés faisaient de plus en plus d’effet et je pouvais donc en réduire progressivement et prudemment la posologie. Vers la fin, je devais même couper mes petites pilules en deux au canif, parce qu’il n’y avait rien de plus léger de disponible en pharmacie.

Ça fait pas mal d’années maintenant que je n’en ai même plus en réserve dans ma pharmacie. Et j’en ai jeté pas mal à la poubelle sans trop compter.

Mes dix balles d’aujourd’hui, tant qu’à faire, je préfère les investir dans le plaisir d’un bon produit de brasserie. Tout en espérant qu’en appliquant cette réaffectation, mon divorce pharmaceutique n’aura pas pesé trop lourd dans la décision en faveur d’une augmentation massive des prix de l’insuline au pays de la liberté de baiser ses compatriotes jusqu’à l’os…

>.<

La Dream Team [#5] : Germain

>.<

C’est le cinquième élément d’un team qui en compte cinq, éventuellement six.

Il est le chaînon tactile du gang. C’est le touche-à-tout à fleur de peau sur qui on peut toujours compter.

Il n’hésite pas à mettre la main à la pâte et dans le cambouis. Et il est également chargé d’applaudir. Il ne craint pas d’aller au contact, ni de gesticuler.

S’il peut lui arriver de tâtonner et de trembler, on lui reconnait aussi des doigts de fée.

S’il porte le numéro 5, c’est uniquement parce qu’il a tiré la plus courte des pailles.

>.<

Madame Lelivre et Monsieur Lecahier

Il était une autre fois et il y a fort longtemps, un grand soir où j’étais de sortie dans le grand jardin des péchés de toute nature. J’y avais fait la rencontre de deux personnes que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam. L’homme était assez calme et la femme un peu foldingue. Elle semblait bien partie pour croquer une récolte entière de fruits défendus. Il s’est avéré que ces deux-là n’étaient pas en couple.

Au cours d’une conversation avec le gars en question, me voyant intrigué par les sursauts excessifs de la dame assise à proximité, il m’a confié à peu près la phrase suivante :

-Alors elle, si on veut, c’est un peu comme un drôle de livre : Elle a toutes les pages, mais pas dans le bon ordre…

Cette représentation surprenante est depuis à jamais restée gravée dans ma mémoire. D’ailleurs il arrive que je m’en serve en pensée dans certaines situations. Et avec ma manie de tout visualiser, je l’ai imaginée en album psychédélique haut en couleurs, saturé en rebondissements anarchiques. Je l’ai simplement référencé du titre de Madame Lelivre.

J’avais par la suite un autre soir sympathisé avec elle. Son interprétation m’avait parue moins chaotique qu’ils avaient pu me la laisser entrevoir. Mais elle avait assurément une personnalité discordante d’avec les standards les plus répandus. Je me rappelle encore qu’elle méritait tout à fait sa deuxième lecture !

Cette circonstance peu ordinaire m’a rappelé ce type singulier, qu’on avait invité à venir avec nous dans une discothèque lointaine. Lui, c’était sur la piste de danse, qu’il faisait soudainement des bonds en se livrant à des gesticulations excentriques. Tout cela en vociférant une phrase aussi étrange que comique. Et ainsi, il libérait naturellement tout l’espace nécessaire autour de lui sous la boule à facettes. Et puis, une fois sa chorégraphie d’extra-terrestre qui se lâche terminée, il retrouvait toute sa réserve. Quand on a percuté que ce n’était pas des clowneries intentionnelles, on s’est évidemment amusés à spéculer sur l’origine de ces effets secondaires. Qu’il avait probablement dû chuter de la table à langer. Et certainement la tête en bas, le pauvre !

Je l’avais ensuite revu un autre jour par hasard dans un train. Il m’avait alors présenté son cahier rempli de poèmes manuscrits. C’était un recueil d’impressionnantes envolées lyriques très bien et très proprement écrites, truffées de mots savants qui m’ont ensuite encouragé à ouvrir plus régulièrement mon dictionnaire. Monsieur Lecahier, cet alien qui dansait comme un pied, était donc loin d’être complétement frappadingue !

Ce sont deux personnes que je n’ai plus jamais revues après notre deuxième rencontre.

Et moi alors dans tout cela, que suis-je ? Un carnet de notes, un roman à l’eau de rose, un guide touristique ou un bouquin de recettes ? Ou peut-être une compilation de tout ça ?

Je sais qu’il m’est arrivé de me mélanger les chapitres. De m’égarer dans ma propre lecture. Mais j’ai également démêlé des intrigues. Tiré des énigmes au clair. Biffé des passages nébuleux et sans grand intérêt. Surligné des paragraphes importants. Et aujourd’hui, il m’arrive de penser que j’en sais déjà presque trop sur moi-même.

>.<

Le balayeur endormi

>.<

Ceci est l’étonnant résultat d’un processus expérimental hasardeux. A la base c’était un dessin basique au trait avec quelques aplats de couleurs, mais dépourvu de fioritures, que j’ai ensuite juste pour voir, traité avec de nombreux filtres et effets numériques…

Et c’est donc l’algorithme d’un filtre informatique qui a déterminé son âge, la couleur de sa peau et qui m’a indiqué une probabilité de vécu de ce personnage : Un vieil homme fatigué qui s’offre une micro-sieste en exerçant le troisième job précaire de sa longue journée.

>.<

La Dream Team [#4] : Teodor

>.<

Quatrième membre d’une troupe qui en comptera cinq, peut-être même six.

Parmi les disciples de sa clique, il est celui qui a le fin nez pour tout et aussi celui qui flaire les entourloupes à distance.

Il est le garant d’une atmosphère respirable au sein du groupe. Il n’hésite jamais à mettre son nez dans les affaires et veille à ce qu’on ne le prenne pas pour une truffe.

S’il a souvent tendance à avoir le nez dans le guidon, à ses heures, il sait aussi le lever pour l’avoir dans les étoiles.

Il porte le numéro 4, un détail qui est sans importance. Mais sachez quand même qu’il préfère que vous ne lui parliez jamais de pic ni de péninsule.

>.<

Poisson d’avril 2021

>.<

Si on y regarde d’un peu plus près, tout semble toujours un petit peu à la base être une question de bigorneau…

>.<

La chaine alimentaire est un concept en principe bien connu de tous. La chaine du bigorneau quant à elle, est une notion encore mal connue du grand public, quand bien même, elle lui est très intimement liée. On pense que c’est dû au fait qu’on tend généralement à ne voir dans le bigorneau qu’un mollusque qui roupille en boule la plupart du temps, pour ne se redresser qu’à des fins de reproduction.

On sait aussi que certains spécimens d’espèces terrestres peuvent en arriver à se mélanger les tentacules dans les entrelacs de ces différentes chaines. Une aberration qui peut les conduire à penser qu’ils pourront favorablement fortifier la vivacité de leur bigorneau en consommant des substances soutirées à de puissants prédateurs.

Ils croiront ensuite qu’ils graviront sans peine les maillons de la chaine du bigorneau en consommant, par exemple du potage de requin, en s’enduisant de sueur de buffle, en sniffant de la poudre de corne de rhinocéros ou en ingurgitant des extraits de testostérone de tigre.

Dans le cas des squales, ces croyances souvent aussi ancestrales qu’infondées ont d’ailleurs fortement contribué à leur surpêche ! Ils leur coupent les ailerons puis les rejettent à l’eau pour qu’ils aillent lentement agoniser au fond de la mer ni vu ni connu. On le sait bien , tout ce qui est sous la surface, doit rester sous la surface.

La finalité de la raréification de ces gardiens, c’est qu’elle engendre une altération de la régénération des fonds marins. La repousse de la végétation sous-marine et autres algues est entravée par la voracité des brouteurs, des poissons gloutons débarrassés de leur principal prédateur naturel. Ces derniers ont donc tout loisir de bouffer tout ce qui pousse et de participer activement à la désertification de leur propre environnement.

Pour terminer cet article, il faut également noter qu’il existe un championnat du monde annuel de lancer du bigorneau dans le Finistère. Mais dans ce cas précis, c’est bien de l’escargot de mer qu’il s’agit.

>.<

Retrouvailles qui vaillent

-Hé mais, ça faisait un sacré un bail

-Ho ben, dans les dix ans, je dirais…

-Et alors, depuis tout ce temps, tout va bien ? La famille, le boulot, la santé ?

-Je n’ai pas trop à me plaindre ! Ma femme s’est barrée avec un jeune et mes enfants ont tous quitté le nid. Et je suis “déjà” trop vieux pour espérer trouver un job stable, intéressant et régulier…

-Aïe ! Mais, reste la santé alors ? Ah mais attends, que je me souvienne : Tu entendais des voix il me semble ?

-Heum… Non, aucune idée où t’as vu ça : Je n’ai jamais entendu de voix ! C’était un problème de gestion du stress.

-Ah bon, j’ai cru que…

-Non non, vraiment ! Pas de voix… Mais à bien y réfléchir, ça aurait peut-être pu être sympa que Freddie Mercury vienne me chanter un « we are the champions » dans ma tête de temps en temps ! Mais et puis toi alors, tout va bien ?

-Moi c’est un peu pareil que toi. Mes gamins sont mariés et parents. Et je vis chez ma mère parce que je suis au chômage et qu’elle se sent seule, la pauvre…

-Houlà c’est rude ! Mais reste au moins la santé alors … Ah mais attends… tu n’avais pas des hallucinations toi ?

-Haha, mais non t’es con… Je n’ai jamais eu le moindre problème de vision. Quoique, j’ai évidement perdu quelques dioptries dans l’exercice. Mais pour l’instant, rien de trop préoccupant à ce qu’on m’a raconté…

>.<

Le dresseur de puces

Avant de jongler avec des plumes et des crayons, j’ai été dresseur de puces. De minuscules bestioles qui n’ont pas été faciles à apprivoiser. Des créatures plus complexes qu’elles n’en avaient l’air et avec qui, il était pour moi loin d’être évident d’entrer en bonne communication.

J’allais devoir m’introduire dans leur microcosme et acquérir de la technique. Tout apprendre de leur anatomie. M’enquérir de leur savoir-faire et m’intéresser à leurs personnalités.

C’était une activité passionnante, même s’il m’est arrivé de jongler avec des dizaines de points d’interrogation en simultané pour n’obtenir qu’un petit bond en avant. Et le plus souvent, c’était encore moi le dompteur, qui alignais des séries de sauts désordonnés dans ma cuisine…

Il pouvait arriver comme ça sans raison qu’au milieu d’une représentation, elles me plantent-là, interrompant brutalement leur numéro ! Ou alors que subitement elles aient un coup de folie et adoptent un comportement anarchique inattendu.

Alors j’ai évalué l’éventualité d’adopter un chien. C’est bien connu, les puces ça apprécie de se défouler sur des chiens ! J’avais pensé qu’à cette condition peut-être, elles arrêteraient de me lâcher sans prévenir en plein spectacle au moment où il commençait à être rôdé…

Puis un jour, j’ai déniché une variété de puces qui étaient livrées avec le chien. Je n’étais donc pas le seul saltimbanque qui avait du mal à faire régner l’ordre absolu sans sa petite troupe. C’était un détail intéressant et amusant. Une sorte de revanche : C’est un chien de garde qui répondait au nom de Watchdog qui était cette fois installé dans la puce et non le contraire !

Et si la puce se mettait en tête de ne pas obéir au doigt et à l’œil du dresseur et à la vigilance du chien de garde, c’était le chien qui en toute discrétion, lui montrait les crocs et le programme pouvait reprendre comme il avait déjà été maintes fois répété….

>.<

Note : Cet article n’est que le récit du chemin tortueux qui m’avait mené vers le dessin de l’article suivant

>.<

Anatomie et portrait de l’une de mes puces à chien, fabriquée à base de sable :

( Un document qui date de 2002 )

>.<

Les écumeurs de votre substance

Ils captent la substance de votre attention

Directement à la source et à toutes les sauces

Ils vampirisent la sève de vos réflexions

Sans que ça repousse vu que tout est gratos

>.<

Ils téléchargent la formule votre alchimie

Échantillonnent votre salive et vos larmes

Ils pompent les indices de vos maladies

Numérisent les valeurs de vos diagrammes

>.<

Ils absorbent les révélateurs de votre personnalité

Quitte à se permettre de les influencer juste ce qu’il faut

Et ils jettent du gros sel sur leurs soifs de données

En inondant de dopamine votre brillant cerveau

>.<

Ils savent vous persuader que vous n’avez rien à cacher

A croire que tout livre ouvert l’est pour être déchiffré

Ils vous manipulent sans que vous n’espériez le remarquer

C’est tellement normal d’abuser de votre simple gratuité

>.<

Un truc comme ça, soudain sorti de nulle part, 
vite fait comme ça en un quart d'heure (hormis les finitions) 
alors que je n'étais même pas un tout petit peu fâché, 
contre personne...

Mais je dois bien reconnaitre que j'adore visiter cette zone 
de petits délires inattendus lorsque j'y ai un accès.