Author Archives: SunOf

Note de service (avril 2021)

Salut ! C’est moi, le blog.

Ça fait une dizaine d’années déjà que je suis l’assistant en créativité délirante de SunOf. J’avais remplacé au pied levé un prédécesseur hébergé ailleurs qui avait pris la fuite avant qu’il ne pète une virgule.

Je vous écris pour vous informer que je sens que ça commence à sentir le sapin pour moi ! Lui me dit qu’il a vingt ans cette année. Enfin le nouveau lui. Et que ce serait l’âge idéal pour penser à s’envoler du nid, toutes plumes déployées.

Ce n’est pas qu’il se serait fumé le bulbe à comptabiliser les anniversaires ou qu’il soit particulièrement attaché aux jubilés : C’est parce qu’il se souvient que l’année où il est né, une bande de secoués avaient décidé d’encastrer des avions de ligne dans les tours qu’il avait visitées dix ans auparavant.

Ce n’est que bien plus tard, qu’il m’avait engagé en qualité de suppléant pour m’occuper de la mise en page et de la publication de ses nombreux délires. Il m’avait confié que ce serait une stratégie de survie destinée à encadrer les nouveaux emmerdements de sa seconde vie. Que ça devait éventuellement canaliser sa tendance à l’emballement de ses perceptions et transformer une hyperactivité stérile en un outil de progression et de positivité. Et je peux confirmer que ça n’a pas été tous les jours facile pour moi de collaborer avec cet auteur fantasque et imprévisible. Sans mises à jour régulières, je crois que j’aurais pris un sacré coup de vieux !

Il m’a confié que depuis un certain temps, il doit de plus en plus souvent se forcer la main pour maintenir et prolonger notre entreprise commune. Qu’il était temps pour nous de remettre en question l’avenir de notre partenariat et de penser à rédiger nos dernières volontés.

Évidement, j’ai protesté ! Surtout que je le vois régulièrement pondre des textes et griffonner des crayonnés. Je ne sais pas s’il a chopé un melon ou quoi, mais il prétend qu’il est entré dans une nouvelle ère et que celle-ci touche de très près au domaine l’intime. Que cette évolution serait plutôt de l’ordre du vrai journal intime. Que les développements et les plaisirs qu’il en retire restent du même ordre, mais que ces explorations-là, ne feront jamais l’objet de la moindre publication. Que les buts fixés au début de cette fructueuse expérience seraient atteints voire largement dépassées pour certains. Que les enseignements tirés de cette aventure ont été considérables et inattendus. Que ses périodes de répit se sont allongées et qu’elles sont de moins en moins productives. Que ses crises ne durent maintenant plus qu’une petite heure et se sont espacées de plusieurs mois. Qu’il a enfin trouvé une véritable paix intérieure et blablabli et blablabla…

Qu’il est temps d’envisager le baisser du rideau , de filer avec la caisse et de se projeter dans la perspective d’un après, qu’il faudrait encore inventer.

Depuis le bon vieux temps où nous les blogs, étions très à la mode, j’ai vu dépérir un grand nombre de confrères. Et le plus souvent c’était pour aller s’égarer sur des réseaux sociaux encombrés. Et je savais que mon tour viendrait. Bien sûr, je m’y suis intéressé moi aussi, mais à chaque fois pour finalement en revenir libéré. J’avoue que je ne m’y sens toujours pas très à l’aise car manipulé, épié, influencé etc… J’y navigue volontiers encore un peu à reculons par curiosité, avec une voilure très réduite. Mais je n’ai pas l’intention de laisser ces plateformes s’accaparer le temps de cerveau que je destine en priorité à d’autres activités plus passionnantes. De toute manière, je suis de la vieille école et je préférais la convivialité des bons vieux forums de discussion que je fréquentais assidument avant de devenir un tout jeune blog.

Bien sûr, je resterai à sa disposition pour publier les derniers articles qu’il voudra encore laisser paraître ici. Pour le moment, il ne m’a pas viré et ne m’a pas encore réclamé ma démission.

Je ne sais pas encore très bien si je vais partir à la recherche d’un autre auteur ou carrément changer d’orientation. On verra bien ! Haaa ! Mais que c’est libérateur d’enfin pouvoir lâcher le morceau !

>.<

Madame Lelivre et Monsieur Lecahier

Il était une autre fois et il y a fort longtemps, un grand soir où j’étais de sortie dans le grand jardin des péchés de toute nature. J’y avais fait la rencontre de deux personnes que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam. L’homme était assez calme et la femme un peu foldingue. Elle semblait bien partie pour croquer une récolte entière de fruits défendus. Il s’est avéré que ces deux-là n’étaient pas en couple.

Au cours d’une conversation avec le gars en question, me voyant intrigué par les sursauts excessifs de la dame assise à proximité, il m’a confié à peu près la phrase suivante :

-Alors elle, si on veut, c’est un peu comme un drôle de livre : Elle a toutes les pages, mais pas dans le bon ordre…

Cette représentation surprenante est depuis à jamais restée gravée dans ma mémoire. D’ailleurs il arrive que je m’en serve en pensée dans certaines situations. Et avec ma manie de tout visualiser, je l’ai imaginée en album psychédélique haut en couleurs, saturé en rebondissements anarchiques. Je l’ai simplement référencé du titre de Madame Lelivre.

J’avais par la suite un autre soir sympathisé avec elle. Son interprétation m’avait parue moins chaotique qu’ils avaient pu me la laisser entrevoir. Mais elle avait assurément une personnalité discordante d’avec les standards les plus répandus. Je me rappelle encore qu’elle méritait tout à fait sa deuxième lecture !

Cette circonstance peu ordinaire m’a rappelé ce type singulier, qu’on avait invité à venir avec nous dans une discothèque lointaine. Lui, c’était sur la piste de danse, qu’il faisait soudainement des bonds en se livrant à des gesticulations excentriques. Tout cela en vociférant une phrase aussi étrange que comique. Et ainsi, il libérait naturellement tout l’espace nécessaire autour de lui sous la boule à facettes. Et puis, une fois sa chorégraphie d’extra-terrestre qui se lâche terminée, il retrouvait toute sa réserve. Quand on a percuté que ce n’était pas des clowneries intentionnelles, on s’est évidemment amusés à spéculer sur l’origine de ces effets secondaires. Qu’il avait probablement dû chuter de la table à langer. Et certainement la tête en bas, le pauvre !

Je l’avais ensuite revu un autre jour par hasard dans un train. Il m’avait alors présenté son cahier rempli de poèmes manuscrits. C’était un recueil d’impressionnantes envolées lyriques très bien et très proprement écrites, truffées de mots savants qui m’ont ensuite encouragé à ouvrir plus régulièrement mon dictionnaire. Monsieur Lecahier, cet alien qui dansait comme un pied, était donc loin d’être complétement frappadingue !

Ce sont deux personnes que je n’ai plus jamais revues après notre deuxième rencontre.

Et moi alors dans tout cela, que suis-je ? Un carnet de notes, un roman à l’eau de rose, un guide touristique ou un bouquin de recettes ? Ou peut-être une compilation de tout ça ?

Je sais qu’il m’est arrivé de me mélanger les chapitres. De m’égarer dans ma propre lecture. Mais j’ai également démêlé des intrigues. Tiré des énigmes au clair. Biffé des passages nébuleux et sans grand intérêt. Surligné des paragraphes importants. Et aujourd’hui, il m’arrive de penser que j’en sais déjà presque trop sur moi-même.

>.<

Le balayeur endormi

>.<

Ceci est l’étonnant résultat d’un processus expérimental hasardeux. A la base c’était un dessin basique au trait avec quelques aplats de couleurs, mais dépourvu de fioritures, que j’ai ensuite juste pour voir, traité avec de nombreux filtres et effets numériques…

Et c’est donc l’algorithme d’un filtre informatique qui a déterminé son âge, la couleur de sa peau et qui m’a indiqué une probabilité de vécu de ce personnage : Un vieil homme fatigué qui s’offre une micro-sieste en exerçant le troisième job précaire de sa longue journée.

>.<

La Dream Team [#4] : Teodor

>.<

Quatrième membre d’une troupe qui en comptera cinq, peut-être même six.

Parmi les disciples de sa clique, il est celui qui a le fin nez pour tout et aussi celui qui flaire les entourloupes à distance.

Il est le garant d’une atmosphère respirable au sein du groupe. Il n’hésite jamais à mettre son nez dans les affaires et veille à ce qu’on ne le prenne pas pour une truffe.

S’il a souvent tendance à avoir le nez dans le guidon, à ses heures, il sait aussi le lever pour l’avoir dans les étoiles.

Il porte le numéro 4, un détail qui est sans importance. Mais sachez quand même qu’il préfère que vous ne lui parliez jamais de pic ni de péninsule.

>.<

Poisson d’avril 2021

>.<

Si on y regarde d’un peu plus près, tout semble toujours un petit peu à la base être une question de bigorneau…

>.<

La chaine alimentaire est un concept en principe bien connu de tous. La chaine du bigorneau quant à elle, est une notion encore mal connue du grand public, quand bien même, elle lui est très intimement liée. On pense que c’est dû au fait qu’on tend généralement à ne voir dans le bigorneau qu’un mollusque qui roupille en boule la plupart du temps, pour ne se redresser qu’à des fins de reproduction.

On sait aussi que certains spécimens d’espèces terrestres peuvent en arriver à se mélanger les tentacules dans les entrelacs de ces différentes chaines. Une aberration qui peut les conduire à penser qu’ils pourront favorablement fortifier la vivacité de leur bigorneau en consommant des substances soutirées à de puissants prédateurs.

Ils croiront ensuite qu’ils graviront sans peine les maillons de la chaine du bigorneau en consommant, par exemple du potage de requin, en s’enduisant de sueur de buffle, en sniffant de la poudre de corne de rhinocéros ou en ingurgitant des extraits de testostérone de tigre.

Dans le cas des squales, ces croyances souvent aussi ancestrales qu’infondées ont d’ailleurs fortement contribué à leur surpêche ! Ils leur coupent les ailerons puis les rejettent à l’eau pour qu’ils aillent lentement agoniser au fond de la mer ni vu ni connu. On le sait bien , tout ce qui est sous la surface, doit rester sous la surface.

La finalité de la raréification de ces gardiens, c’est qu’elle engendre une altération de la régénération des fonds marins. La repousse de la végétation sous-marine et autres algues est entravée par la voracité des brouteurs, des poissons gloutons débarrassés de leur principal prédateur naturel. Ces derniers ont donc tout loisir de bouffer tout ce qui pousse et de participer activement à la désertification de leur propre environnement.

Pour terminer cet article, il faut également noter qu’il existe un championnat du monde annuel de lancer du bigorneau dans le Finistère. Mais dans ce cas précis, c’est bien de l’escargot de mer qu’il s’agit.

>.<

Retrouvailles qui vaillent

-Hé mais, ça faisait un sacré un bail

-Ho ben, dans les dix ans, je dirais…

-Et alors, depuis tout ce temps, tout va bien ? La famille, le boulot, la santé ?

-Je n’ai pas trop à me plaindre ! Ma femme s’est barrée avec un jeune et mes enfants ont tous quitté le nid. Et je suis “déjà” trop vieux pour espérer trouver un job stable, intéressant et régulier…

-Aïe ! Mais, reste la santé alors ? Ah mais attends, que je me souvienne : Tu entendais des voix il me semble ?

-Heum… Non, aucune idée où t’as vu ça : Je n’ai jamais entendu de voix ! C’était un problème de gestion du stress.

-Ah bon, j’ai cru que…

-Non non, vraiment ! Pas de voix… Mais à bien y réfléchir, ça aurait peut-être pu être sympa que Freddie Mercury vienne me chanter un « we are the champions » dans ma tête de temps en temps ! Mais et puis toi alors, tout va bien ?

-Moi c’est un peu pareil que toi. Mes gamins sont mariés et parents. Et je vis chez ma mère parce que je suis au chômage et qu’elle se sent seule, la pauvre…

-Houlà c’est rude ! Mais reste au moins la santé alors … Ah mais attends… tu n’avais pas des hallucinations toi ?

-Haha, mais non t’es con… Je n’ai jamais eu le moindre problème de vision. Quoique, j’ai évidement perdu quelques dioptries dans l’exercice. Mais pour l’instant, rien de trop préoccupant à ce qu’on m’a raconté…

>.<

Le dresseur de puces

Avant de jongler avec des plumes et des crayons, j’ai été dresseur de puces. De minuscules bestioles qui n’ont pas été faciles à apprivoiser. Des créatures plus complexes qu’elles n’en avaient l’air et avec qui, il était pour moi loin d’être évident d’entrer en bonne communication.

J’allais devoir m’introduire dans leur microcosme et acquérir de la technique. Tout apprendre de leur anatomie. M’enquérir de leur savoir-faire et m’intéresser à leurs personnalités.

C’était une activité passionnante, même s’il m’est arrivé de jongler avec des dizaines de points d’interrogation en simultané pour n’obtenir qu’un petit bond en avant. Et le plus souvent, c’était encore moi le dompteur, qui alignais des séries de sauts désordonnés dans ma cuisine…

Il pouvait arriver comme ça sans raison qu’au milieu d’une représentation, elles me plantent-là, interrompant brutalement leur numéro ! Ou alors que subitement elles aient un coup de folie et adoptent un comportement anarchique inattendu.

Alors j’ai évalué l’éventualité d’adopter un chien. C’est bien connu, les puces ça apprécie de se défouler sur des chiens ! J’avais pensé qu’à cette condition peut-être, elles arrêteraient de me lâcher sans prévenir en plein spectacle au moment où il commençait à être rôdé…

Puis un jour, j’ai déniché une variété de puces qui étaient livrées avec le chien. Je n’étais donc pas le seul saltimbanque qui avait du mal à faire régner l’ordre absolu sans sa petite troupe. C’était un détail intéressant et amusant. Une sorte de revanche : C’est un chien de garde qui répondait au nom de Watchdog qui était cette fois installé dans la puce et non le contraire !

Et si la puce se mettait en tête de ne pas obéir au doigt et à l’œil du dresseur et à la vigilance du chien de garde, c’était le chien qui en toute discrétion, lui montrait les crocs et le programme pouvait reprendre comme il avait déjà été maintes fois répété….

>.<

Note : Cet article n’est que le récit du chemin tortueux qui m’avait mené vers le dessin de l’article suivant

>.<

Anatomie et portrait de l’une de mes puces à chien, fabriquée à base de sable :

( Un document qui date de 2002 )

>.<

Les écumeurs de votre substance

Ils captent la substance de votre attention

Directement à la source et à toutes les sauces

Ils vampirisent la sève de vos réflexions

Sans que ça repousse vu que tout est gratos

>.<

Ils téléchargent la formule votre alchimie

Échantillonnent votre salive et vos larmes

Ils pompent les indices de vos maladies

Numérisent les valeurs de vos diagrammes

>.<

Ils absorbent les révélateurs de votre personnalité

Quitte à se permettre de les influencer juste ce qu’il faut

Et ils jettent du gros sel sur leurs soifs de données

En inondant de dopamine votre brillant cerveau

>.<

Ils savent vous persuader que vous n’avez rien à cacher

A croire que tout livre ouvert l’est pour être déchiffré

Ils vous manipulent sans que vous n’espériez le remarquer

C’est tellement normal d’abuser de votre simple gratuité

>.<

Un truc comme ça, soudain sorti de nulle part, 
vite fait comme ça en un quart d'heure (hormis les finitions) 
alors que je n'étais même pas un tout petit peu fâché, 
contre personne...

Mais je dois bien reconnaitre que j'adore visiter cette zone 
de petits délires inattendus lorsque j'y ai un accès.

Un prince charmant bio

Une roturière célibataire a eu l’heureuse surprise de trouver un prince charmant bio dans son sachet de salade fraîche prélavée. Par miracle, il a survécu à une journée passée au frigo sans toucher aux bières ! Après s’être laissée confirmer pendant cinq minutes, compte tenu de son mode de livraison novateur, qu’il n’était pas trop du genre à lui raconter des salades, elle l’a adopté conformément aux traditions en lui collant un smoutch retentissant sur le museau.

Si la métamorphose prévue devait se réaliser sans complications, nous sommes en droit d’imaginer qu’ils vont vécurent heureux et n’aurons aucune hésitation à eurent beaucoup de petits têtards…

>.<

Photo et fait divers tirés du 20minutes

Un Hôtel qui voulait attirer mon attention

J’ai récemment gagné le premier prix d’un concours de circonstances un peu flippant. Une suite de coïncidences en série qui, une fois réunies, convergeaient toutes pour m’inviter à la visite guidée d’une maison hantée…

En son temps, j’aimais beaucoup me faufiler à toutes fins d’exploration dans des bâtiments désertés et des ruines à l’abandon. J’ai un truc un peu mystique avec les murs chargés d’histoire. Et cette fois-ci, j’ai été copieusement servi, avec insistance, et sans avoir à quitter le confort de mon fauteuil.

Pour commencer, j’ai très récemment vu le film « Dark Water » (le remake américain de 2005). C’est le drame d’une mère et de sa fille qui déménagent ensemble dans un immeuble locatif des plus lugubres. Un édifice dont la tronche de la façade à elle seule, suffiraient à faire pâlir d’effroi toute succube gothique expérimentée.

On dirait presque un building construit avant l’invention de la lumière du jour ! Oser y inviter sa belle-mère pour un brunch un dimanche matin ensoleillé équivaudrait en points de cruauté, au minimum à un ticket premium pour l’enfer. Cette sinistre bâtisse avait pour particularité de chouchouter ses nouvelles locataires en leur proposant de mystérieuses fuites d’eau brunâtre. Mais voilà, le solide crépi du plafond de la chambre à coucher et la dissémination au sol de l’intégralité de la batterie de casseroles ne viendront jamais à bout de cette malédiction liquide…

Au départ déjà, le bailleur de ces quatre murs peu étanches n’avait pas l’entregent du représentant d’une agence immobilière de haut standing. Il voulait simplement fourguer l’objet embarrassant au premier gogo venu s’il devait y en avoir un et se barrer vite fait. Alors en spectateur, on écarte d’emblée son éventuelle candidature surprise pour un rôle de futur colocataire et de beau-père pour la gamine. Le concierge de la place n’a pas non plus tout à fait la dégaine du bellâtre aimable de lagon bleu. En plus il est taciturne, borné et donne à penser qu’il pourrait être né d’une légende moyenâgeuse de Transylvanie. (Comme c’est d’ailleurs parfois également le cas dans la vraie vie…)

– Allons, signez ce contrat ici et là et je nous épargne une promenade dans le coupe-gorge de la buanderie commune…

Dix ans après le film d’origine du remake résumé ci-dessus, des faits réels présentant de nombreuses et troublantes similitudes se produisaient à Los Angeles, dans l’hôtel Cecil situé dans le quartier chaud-bouillant de Skid Row. Il s’agit d’un vieil établissement de 700 chambres, bien centré mais aussi réputé bigrement mal fréquenté. Une jeune canadienne d’origine chinoise âgée de 21 ans, Elisa Lam y disparaît. La dernière fois qu’elle avait été vue, c’était sur une vidéo de surveillance de l’ascenseur de l’hôtel. Son étrange attitude sur les lieux laissera les enquêteurs perplexes. Elle pressait subitement un à un toute une colonne des boutons d’étages de l’ascenseur et se cachait dans l’ angle mort de la cabine. Mais cette fichue porte coulissante ne se fermait jamais ! Alors elle s’avançait pour regarder dans le couloir, semblait parler à quelqu’un d’invisible posté à l’extérieur en agitant ses bras et ses mains. Elle se livrait à un étrange manège, puis finissait par définitivement disparaitre sans laisser de traces dans le couloir …

Je pensais qu’il n’y aurait à jamais qu’un seul hôtel qui m’aura vraiment foutu les chocottes : Celui de l’adaptation de Shining de Stanley Kübrick. Vous me direz, ça parait normal, c’était le film que j’avais vu près les Aristochats, alors ça m’a fait un choc. Mais il y a peu, s’est ajouté celui de la cinquième saison d’American Horror Story : Hotel. J’avais dû abréger mes souffrances après deux ou trois épisodes. Pour ménager mes nerfs et préserver la qualité de mes nuits de sommeil. J’ai demandé le room-service, l’addition et me suis empressé de rendre la clé de ma chambre à la réception…

Ce que je n’avais pas encore compris à ce moment-là, c’est que cette saison-là de cette série télé était elle-aussi basée sur les nombreuses légendes louches et morbides du Cecil Hôtel : Le désormais fameux palace glauque des bas quartiers de la Cité des Anges.

Ah tiens dans le lot, j’avais failli oublier de compter le célèbre motel de Norman Bates !

Ces nombreuses sollicitations à une visite guidée semblaient donc toutes tirées ou dérivées de l’histoire d’un même lieu ?

Et qu’est il arrivé à Elisa ? Cette jeune touriste qui a subitement disparu après être ressortie de cet ascenseur récalcitrant à l’intérieur de cet établissement ?

Pourquoi les eaux s’écoulant à la fois des robinets des chambres de cet hôtel ainsi que celles suintant des murs et s’échappant de la plomberie du film Dark Water étaient-elles toutes à ce point saumâtres ?

>.<

Il n’y a pas très longtemps de cela, j’avais consulté un article sur l’encyclopédie en ligne qui mentionnait ce même lieu d’hébergement en voulant en savoir plus sur l’affaire du Dahlia Noir.

Et cette semaine, je me retrouve par hasard devant un documentaire très détaillé sur la disparue qui séjournait au Cecil.

Malheureusement, Elisa a été retrouvée sans vie 19 jours après sa disparition par un employé technique de l’Hôtel. Elle s’était noyée dans l’un des quatre grands réservoirs d’eau situés sur le toit de l’établissement. Ce sont des clients de l’hôtel qui s’étaient plaints de la teinte anormale et du goût désagréable de l’eau. La malheureuse avait échappé à toutes les recherches organisées dans ce vaste bâtiment durant dans ce laps de temps.

Selon les conclusions de l’enquête, elle était souffrante et n’avait pas suivi à la lettre les prescriptions de sa médication. C’est probablement à la suite d’un épisode psychotique qu’elle aurait tenté de fuir un quelconque danger imaginaire. Qu’elle serait montée sur le toit en empruntant l’échelle de secours et se serait jetée dans ce réservoir en passant par la petite trappe d’accès. Une citerne dépourvue d’échelle intérieure, dont il ne lui aurait ensuite été possible de ressortir que lorsqu’elle était remplie à son niveau maximal. Ses habits étaient ceux visibles dans la séquence de la vidéo de surveillance et elle ne portait aucune trace de blessure, pas même une ecchymose.

Elisa était une blogueuse. Ses écrits reflétaient qu’elle cherchait à surmonter ses problèmes et qu’elle souhaitait se projeter dans la vie. Une existence avec des hauts et vraisemblablement des très bas. Son histoire si tragique m’a profondément touché et rempli de tristesse.

>.<

A une époque maintenant lointaine, j’avais moi aussi connu des troubles pouvant par moments brutalement déformer ma réalité tout en imaginant avoir en tout temps la liberté de me passer de mon traitement. Mais si j’ai finalement pu connaître cette chance-là, qui n’est probablement pas offerte à tout le monde, c’était au bout d’une bataille rigoureuse qui aura duré plus de quinze ans !

Voilà ! Ayez une pensée pour le repos d’Elisa et soyez très prudents avec vos hantises si vous en avez !

>.<