Author Archives: SunOf

Profondément optimiste

C’est mon optimiste qui est le plus fort ! Mon pessimiste ne fait pas vraiment le poids !

Mon optimiste l’est peut-être même un peu trop ! Il est du genre très confiant. C’est un curieux et un passionné. Parfois excessif, un peu trop insouciant et téméraire peut-être aussi. Mais avec un petit côté piquant et philosophe.

Et je ne peux pas dire que mon pessimiste ne le soit pas assez ! Il est tellement sceptique et méfiant. Il m’arrive de penser qu’il ne croit même pas en lui-même. Au point d’être défaitiste d’entrée de jeu lorsqu’il s’agirait pour lui de devoir faire face à mon optimiste.

Mais il arrive que mon optimiste soit un peu anesthésié lorsqu’il a été malmené sur ses points faibles. Que mon pessimiste en profite pour occuper tout l’espace, pour se lâcher et faire son catastrophiste. C’est là que mon optimiste reste en retrait et laisse mon pessimiste exprimer toutes ses inquiétudes jusqu’à ce que ce dernier retrouve son calme et se fasse à nouveau un peu oublier…

Mon optimiste l’est tellement, qu’il pense vraiment être en mesure de rendre mon pessimiste plus optimiste !

>.<

Mon optimiste vs. mon pessimiste

>.<

Papouille ardente d’une grande affectueuse

Il m’arrive de parvenir à remonter jusqu’à la source précise d’un j’aime ou d’un je n’aime pas. Et ce, même si les événements ayant conduit à ce genre de point de bascule étaient bien cachés dans l’ombre d’un passé lointain. Le degré d’appréciation d’origine est souvent simplement resté bloqué dans l’état depuis la période en question. Parce que rien de nouveau ni de contradictoire n’est jamais venu renverser ma position depuis. Mais aussi que je n’ai pas fourni le moindre effort pour y changer quoi que ce soit.

Ça reste souvent pour moi un cheminement amusant que de retrouver les raisons profondes et enfouies, qui ont un jour pu conduire à un j’aime ou à un je n’aime pas, surtout à tendance marquée et à caractère définitif.

Je pourrais commencer par citer deux exemples de la catégorie je n’aime pas : Il y a une marque automobile que je n’achèterai jamais ! Pas même d’occasion. Et je ne peux pas blâmer ce constructeur ou son designer pour ça, parce qu’ils n’y sont pour rien ! (voir *1) Un autre exemple est que je n’ai jamais pu me faire à cette soudaine starification des DJ (Disc Jockey). Et ce n’est pas parce que j’ai eu à trop en subir qui enchaînaient des séquences musicales qui n’étaient pas à mon goût, non ! (voir *2) Dans ces deux cas, mon fort sentiment de déplaisance indélébile est à chaque fois du à des interventions malheureuses de tiers impliqués ! Ce n’était donc rien que des accidents avec dommages collatéraux.

Mais bon… passons plutôt à un autre exemple :

A une époque où je n’avais peut-être pas encore tout à fait pris conscience que je présentais des dispositions naturelles pour devenir une bête de cirque, je me suis trouvé dans une situation peu banale à deux bouses d’éléphant d’un grand chapiteau.

En visitant la ménagerie, j’ai subitement été goulument embrassé par une girafe. Je ne sais pas ce qu’elle avait vu en moi qui avait pu déclencher pareille motivation à perdre autant d’altitude pour venir me lécher la moitié du visage de sa grosse lavette saliveuse ! Moi, en nabot impressionné, même si j’étais clairement à ses pieds, je n’avais pas encore osé imaginer une seconde, aller lui sauter au cou, comme ça sans prévenir !

Mais voilà, ensuite entre nous, c’est resté une aventure sans lendemains. Mais depuis ce jour-là, c’est vrai que j’aime beaucoup les girafes et que j’avais bien failli oublier pourquoi à la base…

>.<

>.<

Précisions :

*1) Il s’agissait de la marque-passion d’un collègue de travail et voisin d’atelier, qui par ailleurs était très sympathique et avec qui nous entretenions aussi plein d’échanges de qualité. Mais qui faisait aussi qu’il en parlait tout le temps. J’ai enduré les prêchiprêchas quasi quotidiens de sa religion mécanique durant des mois, voire des années. Son but probablement quelque peu paternaliste, devait être de vouloir me transmettre son virus automobile. J’étais encore très jeune mais déjà vacciné et volontiers à l’écoute. Je n’ai jamais vraiment trouvé comment lui signaler clairement que dans les faits, j’étais plutôt favorable à ce qu’il aborde à volonté, des sujets mieux cadrés me concernant. Un jour, il m’avait invité en qualité de passager VIP à bord de sa caisse ripolinée à la peau de couille de daim, pour aller défier les lois de la physique sur une longue ligne droite enduite de bitume frais. J’ai accepté le galop d’essai pour lui faire plaisir, espérant que l’expérience se termine au plus vite et qu’elle ne se reproduise plus jamais ensuite. Aujourd’hui encore, les modèles de cette marque peuvent me rappeler des haut-le-cœur du passé. Même immobilisés dans un parking.

*2) J’avais fait la rencontre, puis fait plus ample connaissance, puis carrément sympathisé avec un joli brin de fille sur laquelle j’avais flashé à mort. Elle travaillait dans un magasin de musique et donc en plus d’être tout à fait à mon goût, elle y connaissait un rayon en disques vinyle. Elle m’avait invité chez elle, m’avait entre autre fait découvrir Bohemian Rhapsody. Évidement je m’étais enflammé comme un cocktail Molotov et m’étais laissé pousser quelques solides espoirs. Elle m’avait prévenu que les soirs de week-end, elle avait pour habitude d’aller danser dans une ville voisine dans la discothèque d’un certain DJ Trucmüche. Alors le samedi suivant, je m’y étais rendu pour découvrir cette fameuse boîte de nuit et lui faire le coup fumant de mon apparition surprise. En arrivant sur place, j’ai retrouvé ma dulcinée mélomane pas vraiment seule au beau milieu de la piste de danse : Ils étaient en train de se bouffer le museau, elle et celui qui s’est vite révélé être le fameux DJ Trucmüche en personne et pas vraiment à sa place de travail. Évidement l’avantage du DJ, c’est qu’il n’a pas vraiment besoin de s’évertuer mille ans à jouer d’un quelconque instrument : une fois que le disque sur la platine et la boule à facettes tournent bien rond, que le maître de cérémonie en chef qu’il est, a ajusté avec précision la vitesse de défilement du chenillard, il reste encore du temps libre à meubler. Et c’est donc sans avoir à du tout à casser l’ambiance, qu’il peut aller apporter un peu d’assistance respiratoire aux clientes qui se sont épuisées sur sa piste de danse…

>.<

Une solution à presque tous nos problèmes

Tout comme vous, il m’est déjà arrivé de me sentir bien seul au monde. Mais ça, c’était avant l’internet et les réseaux sociaux qui m’ont permis de prendre conscience de plusieurs choses :

  • Que les opinions des terriens sur à peu près tous les sujets, sont polarisées. Des divergences de convictions et de priorités qui menacent l’avenir de nos civilisations, assombrissent les perspectives d’une paix durable et font trembler jusqu’aux fondements de la démocratie.
  • Qu’il y a évidence d’une absence totale d’une planète de rechange à aller coloniser et que de toute manière, nous savons déjà par expérience, qu’une seule ne nous suffirait pas.

C’est après avoir vu un documentaire consacré à la géo-ingénierie et aux apprentis sorciers du climat en général, [lien] que je me suis moi aussi soudain senti investi d’un pourvoir d’expert et me suis livré à ma petite étude personnelle à la recherche d’une solution qui pourrait enfin mettre d’accord entre-eux, le maximum de bipèdes terrestres. Le moyen le plus efficace pour sauver la paix, la démocratie, le dérèglement climatique et garantir une ressource illimitée en énergie verte non polluante etc…

J’ai évidement déjà déposé le brevet de cette invention. Contactez-moi avant d’entreprendre les travaux afin de négocier mes royalties.

>.<

É(tr/ch)anges complices

Accorde-moi une autre chance de l’emporter à l’un de tes petits jeux

Permets-moi d’aller encore à la cueillette de tes fruits les plus délicieux

Encourage-moi une fois de plus à me perdre dans mes risques et périls

Souffle-moi encore ces quelques mots-clé qui me rendent plus éloquent et fertile

Joue-moi un autre de tes tours qui parviennent à me garder captif et étourdi

Anime-moi d’improvisations audacieuses qui se fondent dans un croquis

Surprends-moi encore que je te prouve à jamais à quel point tu m’intéresses

Tire-moi au sort, à pile ou face ou à quitte ou double et rends-moi la pièce…

Dépistage virologique en direct

Je n’ai pas à ce jour du passer de test virologique PCR, mais quelque chose me dit que j’aurais certainement été un peu agité sur ma chaise au moment de l’opération-écouvillon, comme peut en témoigner ce dessin de pure fiction, inspiré d’une réalité plus que probable.

Et maintenant que je sais que je maîtrise haut la main l’opération-aiguillon dans le bras, j’espère ardemment, pour la suite de cette crise là du moins, pouvoir en rester aux habituelles opérations-écouvillon sans assistance et dans chaque oreille uniquement !

>.<

Je manque cruellement d’imagination en ce moment... 
C'est probablement pour cela que je me prépare à un de ces 
jours prochains, devoir aller me faire "tester" le cortex 
préfrontal à l'aide d'un coton-tige de 50 centimètres de long !

Le vrai du faux

Je pense qu’il va me falloir une assistance qui m’aiderait à mieux distinguer le vrai du faux.

Quelque chose comme une bonne paire de lunettes, qui corrigerait le flou qui se trouve entre les deux.

Un dispositif qui pourrait me confirmer que ce que j’ai estimé être vrai l’est bel et bien.

Un filtre qui séparerait plus efficacement l’authentique, le véridique, l’irréfutable, le tangible et le sincère de toutes chimères et autres pépins du fruit de mon imagination.  

Un ressort qui saurait me rappeler avec souplesse que ce qui parait incroyable n’est pas forcément faux par défaut.

Un épurateur dont la compétence serait d’écarter en finesse le moindre doute.

Et aussi un adoucisseur de contradictions.

Tout ceci monté dans un coffre solide étanche et sûr, pour mieux traverser des orages de remises en question…

>.<

Un article qui décrit ce qui aurait au départ du devenir 
un dessin ou un croquis, mais rien de convaincant n'a 
pris forme. Je voulais illustrer une sorte de "machinerie" 
complexe symbolisant ma capacité naturelle à distinguer 
le vrai du faux qui doute et qui redoute...

Un peu comme une intervention divine

-Chef ! On a une alerte !

-Et voilà ! juste avant la pause !!! Pffff ! Et c’est où ?

-Sur la planète Terre !

-Encore ??? Non mais sérieux ??? Ils abusent là-bas !

-On fait quoi ? On envoie d’urgence une équipe sur place ?

-Holà tout doux ! Vous avez déjà vu dans quel état ils reviennent ? Il faudrait aussi qu’on pense un peu à ménager nos effectifs. Vous avez essayé de régler cette affaire au travers de la télémaintenance ?

-Oui on y a pensé, mais l’origine de l’alerte est humaine ! Et ce canal ne fonctionne jamais vraiment très bien avec eux. Trop de lignes… c’est compliqué…

-Ho-làlaaa !!! Mais ce boulot va finir par me rendre chèvre !!!

-Attendez que je vérifie… Non non… Tout est au vert pour les chèvres : Aucune alerte. Et je confirme, c’est bien les humains !

-Mais c’est toujours les humains nom de Dieu ! Laissez-moi réfléchir… Vous leur avez déjà conseillé de bricoler une solution temporaire sur place ? Avec les moyens du bord, ils ont de quoi faire là-bas, il me semble…

-Bien sûr ! Ils ont répondu qu’ils ont déjà tout essayé mais sans succès.

-Et si pour changer on n’intervenait pas ! Si pour une fois, on laissait juste pisser le mouton ?

-Je vérifie… Oui c’est ok. Pour les moutons tout est au vert aussi …

>.<

Les confidences d’Ectoplus

Hé toi !

Approche ! Viens voir par ici.

J’aurais une confidence à te faire. Tu es prêt ? Alors écoute moi bien…

Tu as devant toi un fantôme ! Mais un fantôme pas comme les autres.

A un moment de mon existence, j’ai reçu une proposition alléchante pour participer à un projet pilote. Naturellement, je restais libre de refuser cette offre si je préférais rester dans le cadre de la tradition.

Le projet était que je devienne un fantôme de mon vivant. Le tout premier, semblerait-t-il.

La voie traditionnelle comme celle de cette variante novatrice présentaient des avantages et des inconvénients qu’il a d’abord fallu décortiquer. Et ce, bien avant de signer le contrat.

Par exemple, en tant que fantôme vivant, je suis dispensé à vie d’un boulet au pied mais le jour du trépas venu, c’est fini, terminé. Aucun retour spectral n’est possible. Même pas dans le genre chaînes, drap blanc à trous et panoplie de bruitages embarrassants. Et je peux aussi mettre une croix définitive sur toute participation distrayante à d’éventuelles invitations à des séances de spiritisme. C’est ça ou alors comme tout le monde, prendre le risque à la fin d’aller subir l’une de ces interminables errances dans une forêt de marécages enveloppée par une brume épaisse et permanente.

En tant que fantôme vivant, j’ai obtenu la capacité de laisser mon corps vaquer à des occupations simples et répétitives pendant que j’effectuais des sorties sous ma forme invisible. Évidemment tout ceci nécessite un complément de self-contrôle et une certaine capacité de gestion. Parce qu’on en voit et on en entend beaucoup plus que si on était simplement resté enfermé derrière ses yeux et entre ses oreilles. Et le principe c’est qu’ils ne doivent pas savoir qu’on sait, pour que ça passe inaperçu. Il faut éviter de semer le doute partout… Tu captes un peu l’esprit ?

Et je ne te parle même pas des moments de tension et des pics de stress : je dois en tout temps me tenir prêt à rentrer immédiatement dans mon enveloppe en cas d’imprévu là-bas sur place. Ce qui limite mon rayon d’action en mode furtif à quelques dizaines de mètres carrés grand max dans les meilleures conditions. Bon, comme cette débauche d’énergie et de stress, ce n’est pas pour toute l’éternité, ça devrait rester un sacrifice supportable…

Un truc vraiment sympa contrairement à la voie traditionnelle, c’est qu’on ne perd pas son sens de l’humour au change. On peut par exemple déplacer ou faire tomber des objets à distance, juste comme ça pour le fun. On peut faire grincer et claquer une porte ouverte tout en simulant un sursaut d’étonnement en étant présent en personne dans la même pièce que les autres invités d’une grande fête.

On peut aussi jouer aux courants d’air qui font frissonner, au karma et à plein d’autres petites choses follement amusantes…

Évidement il y a un certain nombre de règles strictes à respecter. Et surtout ne jamais se laisser tenter de vouloir outrepasser les droits attribués au niveau observateur/influenceur. Par exemple, provoquer des accidents de destin est formellement interdit. Sans quoi je finirais immédiatement à la poubelle à fantômes. Et c’est paraît-il, le pire des endroits à aller hanter.

Voilà c’est tout. Malheureusement, je ne peux pas t’en révéler plus. Tout ça doit rester un secret bien gardé. Et je compte sur toi, ne le dis à personne. Si je devais apprendre que tu as cafté, je pourrais bien venir te pincer les orteils dans ton sommeil plusieurs fois par nuit pendant au moins un siècle. Et ce serait rédhibitoire pour tes chances d’être éligible lors d’une future sélection.

Et puis de toute façon tu sais, je ne sais pas moi-même selon quels critères j’ai été retenu. Je n’ai encore jamais rencontré ceux qui tirent vraiment les ficelles. J’imagine qu’ils défrichent de nouvelles pistes dans le but de faire évoluer leur concept d’origine. Les temps sont durs parce qu’au fond, les gens n’y croient plus vraiment aux ectoplasmes. Alors c’est peut-être aussi parce qu’ils ne savent plus très bien quoi faire de tous leurs fantômes et là je pense en particulier aux plus encombrants d’entre-eux…

>.<

Mon système immunitaire est à jour

>.<

Ça y est, mon système immunitaire a bien reçu son deuxième gant.

Approche un peu pour voir, virus …

Ha ! Je devrais me reconvertir en testeur d’effets secondaires bizarres et rares pour les Big Pharma. J’ai un peu d’expérience là-dedans :

J’ai eu une légère fièvre le lendemain des deux injections anticovid. D’autres personnes m’ont dit en avoir eu qu’une seule. Pas étonnant vu qu’il ne s’agit pas d’un placebo et que le corps doit y réagir pour se prémunir. Et l’effet un peu désagréable disparait vite le jour suivant. Mais après la deuxième, je me suis réveillé en pleine nuit avec tous les orteils froids à l’intérieur mais chaud-bouillants au toucher comme tout le reste de la bête à l’extérieur. Une drôle de sensation ! J’ai essayé la gymnastique intensive des graillons (toutouilloutoumdr-) et même prévu d’aller me prendre un bon bain de pieds bien chaud si nécessaire. Environ une heure plus tard, c’était terminé. Et ils sont toujours là, tous les dix !

Je n’ai jamais eu la moindre crampe de toute ma vie ! Mais je sais ce que c’est parce que j’en ai vu certains se tordre de douleur à l’apparition d’une crampe. J’avais même “sauvé” un nageur de la noyade mortelle dans une piscine en Allemagne. Il m’avait fichu une monstre trouille cette andouille : il avait l’air de vouloir m’agresser en gesticulant et en beuglant “Mein Krampf” . Et ça sonnait quand même un peu inquiétant comme appel au secours, je dois dire. Il voulait seulement que je le soutienne pour l’accompagner au bord du bassin. Il avait des orteils d’un pied qui s’étaient un peu emberlificotés. C’était visiblement râpé pour les tongs.

Et la seule fois ou j’ai cru en subir une de crampe , c’était dans la langue ! Moi je ne fais que dans le bizarre ou alors je ne fais pas. C’était très désagréable et douloureux, elle était hors de contrôle et se tordait toutes les trois secondes pour se mettre à la verticale. Ce qui de toute évidence ne sert absolument à rien. Je ne pouvais plus parler normalement. J’ai d’abord cru à un sérieux problème neurologique et on m’a conduit aux urgences. L’urgentiste a mené son enquête pendant que j’essayais de communiquer avec lui en gémissant. Il s’agissait d’un épisode parkinsonien dû à une modification récente de ma médication. On m’avait supprimé l’un des médoc de mon petit cocktail. Celui qui annulait les effets secondaires possibles d’un autre, pour seulement 3 % des cas. Et moi évidement je comptais parmi ces 3% de vainqueurs. Mais qu’est ce que ça fait du bien, quand ça s’arrête ! Et le même soir j’ai quand même pu me rendre comme prévu avec un ami au festival de rock et même me livrer sans entraves au headbanging et à l’air guitar

>.<

>.<

Une Déprime Climatique

J’ai récement traversé une déprime climatique !

C’était suite et à cause d’une longue addition de catastrophes qui sont arrivées et de projections d’autres encore à venir. Ne rester simplement que dans le déni en regardant ailleurs n’est pour moi pas une chose acceptable. Alors j’ai seulement adapté mon seuil de tolérance pour que ce genre d’événements ne m’affectent pas trop souvent ni trop gravement.

Bon sang ! Mais qu’est ce qui va encore nous tomber sur la tête ???

Au-dessus de lui, j’avais prévu de dessiner à choix : un gros nuage très humide et menaçant chargé d’éclairs, un gros cafard dans une bulle de bédé ou une épée de Damoclès… Ou peut-être même un peu tout ça à la fois…

Hier soir, j’étais déjà ressorti de ma déprime, ce qui m’a étonné. Surtout que je regardais une mini-série qui a viré tristoune. Alors cette nuit, en oubliant de dormir, j’ai retracé ma journée pour comprendre ce qui avait si bien pu contribuer à repositionner mon moral plus haut, au dessus-des nuages. Et c’était tout simple et ça explique beaucoup de choses.

Avec les gens, je suis principalement basé sur la présence d’une alchimie mesurable ou mesurée. Et si j’ai des contact même très brefs même avec des inconnus qui en contiennent ne serait-ce qu’un petit peu, ça me procure de précieux éléments de bien-être. C’est ce qui s’est passé hier en quantité suffisante pour me rebooster.

J’en suis arrivé à la théorie suivante qui mérite certainement d’être approfondie : il y des gens qui sont basés “arrangement” et d’autres qui sont basés “alchimie” comme moi. Ou évidement aussi un savant mélange des deux et avec encore des influences d’autres paramètres.

Il y a quelques années j’avais assisté sans vraiment le demander à la première rencontre d’un couple qui avait matché sur une appli de rencontre. C’était carrément un entretien d’embauche et ils avaient l’air totalement en phase sur le principe. Un arrangement de vie commune, quoi. Évidement, j’ai compris que n’aurais jamais matché dès le départ. Et ça m’est déjà arrivé. Même si j’ai connu des couples qui marchaient très bien et pour longtemps se basant sur ce principe là et ma foi tant mieux.

Si je fouille un peu dans mes expériences passées, il est maintenant clair comme de l’eau de roche que sans suffisamment d’alchimie avérée, je ne me lancerais plus dans un espoir de relation. Parce que c’est très important pour moi qu’il y en ait !

Il en est de même de l’endroit ou je vis. Si la mentalité locale me permet de capter beaucoup de moments d’alchimie, je m’y sentirai bien mieux. Et c’était pareil pour la vie d’entreprise.

Je ne sais pas à quel point je fais partie d’une minorité avec cette spécificité et cette vision des choses. Ni vraiment ce que je devrais en conclure…

Et maint’nant tormir ! [Little big Man]

>.<

Pour information : Je reprends officiellement mon activité d’illustrateur sur commande avec effet immédiat ! J’estime avoir fait pas mal de progrès depuis ma première période et les dernières illustrations sur demande ont été concluantes.

Navigateur d’archives graphiques et Contact, ici à droite (Sur PC) ou plus bas (Menu + Go Sidebar) sur smartphone

>.<