Category Archives: Bricolages (dessin sur photo)

Outil de réinterprétation

Au tout début des années 2000, à la suite d’un affolement consécutif à un crash existentiel, le thérapeute chargé de me ramener les pieds sur terre m’avait annoncé que j’étais sujet au “délire interprétatif”.

C’est en grande partie ce diagnostique là, qui avait donné naissance à ce blog et à son titre. Et ma foi, une fois la phase de panique, celles des souffrances et celles des inquiétudes surmontées, je dois avouer que j’apprécie aujourd’hui de “devoir endurer” ces symptômes et souhaite ne jamais avoir à en guérir complètement ! Ce sentiment reste évidement plus facilement dans les limites de l’agréable, si une tierce personne ne provoque pas une surcharge de confusion inutile !

Ce thérapeute, le docteur Musique, m’a alors patiemment donné des soins et des outils nécessaires à comprendre et à gérer ce qui m’arrivait. D’un côté, ces couleurs et ces sensations nouvelles pouvaient dans mon cas du moins, être intéressantes, appréciables, drôles, voire carrément jouissives et passionnantes à vivre ! Mais de l’autre, elles n’étaient pas compatibles avec cette société qui n’aime pas trop ceux qui disjonctent et surtout, elles pouvaient décupler les niveaux de stress habituellement admissibles et raisonnables : Ce qui pouvait conduire à l’épuisement.

Pour corriger mes potentielles erreurs d’interprétation , j’ai du mettre en place une palette de mesures correctives. Comme par exemple, augmenter la part de mise en doute de celles qui peuvent me paraître louches, augmenter les niveaux de méfiance de base, ajuster le seuil de crédibilité des données à interpréter, me livrer à des analyses plus fouillées, avec l’espoir de mettre à jour des interprétations alternatives etc… Tout cela combiné avec une réalité parallèle de déni total dans laquelle je pouvais glisser en cas de nécessité.

Il m’arrive donc de devoir soumettre la première interprétation d’une donnée ou d’une situation à une rotation progressive, jusqu’à ce qu’elle atteigne les 180 degrés. Pour qu’elle se transforme en une option de version diamétralement opposée. La durée nécessaire à l’accomplissement de cette performance est totalement aléatoire.

Voilà l’une des raisons pour laquelle, j’ai développé l’outil de réinterprétation qui apparaît sur la photographie ci-dessus. Selon les situations et leur degré de complexité, le processus de réinterprétation emprunte le chemin le plus direct et rapide ( flèche verte, lecture de gauche à droite ) et dans d’autres cas, c’est le chemin le plus long qui sera préféré (flèche bleue, lecture dans le sens horaire) Il peut arriver que le processus tourne un peu en rond et se déroule de manière hésitante, saccadée ou répétitive. A ce moment là, c’est le petit cercle rouge qui fait office d’axe principal de toute l’opération.

Bien sûr, il arrive fréquemment que la toute première appréciation d’une donnée ou d’une situation ait été la bonne. L’instinct est resté intact. Mais qu’un léger doute soit la source d’un cheminement de réinterprétation dont le résultat sera juste surprenant, farfelu, amusant, impossible etc…

A partir de là, il est assez facile de deviner quels sont les types d’environnements et de situations susceptibles de me plonger dans les pires des inconforts ! Des éventualités qu’une prudence protectrice pour moi comme pour les autres, me conseille de limiter ou d’éviter !

Ça faisait très longtemps que je souhaitais enfin me libérer de ce récit ! Ce projet m’aura demandé un temps fou et une énergie folle ! C’est maintenant enfin chose faite ! Yeah !

>.<

J’en profite pour remercier chaleureusement le docteur Musique de m’avoir ramené les pieds sur terre, mais pas trop ! Cette manie souvent nécessaire de second décodage me complique peut-être parfois un peu l’existence, mais elle me garantit tout au moins, une vie intérieure très riche si ce n’est d’augmenter mes chances à la fin de ne pas avoir tout compris de travers.

Avec le temps passé à observer avec un peu plus d’attention ce qu’il se passe dans ce vaste monde, j’ai pu constater que des délires interprétatifs, il me semble qu’on en fait tous un peu !

>.<

Égaré dans les faubourgs du rêve

Lors d’une nuit vagabonde à mi-chemin entre somnolence et insomnie, je me suis prêté à l’invention d’un néologisme susceptible de baptiser cette zone qui se situe entre rêve et réalité.

Le mot le plus intéressant qui m’est apparu et qui m’a paru taillé pile sur poil a été « Rêvalité. »

Il sonne bien et penche en faveur de l’inutilité de s’enquérir de plus intuitif. Bien plus, par exemple, que « Réalêve. »

J’ai dans la minute souhaité vérifier l’originalité de ma noctambule trouvaille dans le moteur de recherche et dans les bases de données de la propriété intellectuelle.

Mais de toute évidence, je n’avais pas été le plus prompt à innover dans ce domaine.  Le moteur de recherches avait déjà eu vent du résultat de mes recherches ! Un fabricant de matelas haut de gamme et une firme produisant des somnifères, s’affrontaient probablement déjà à grands renforts de juristes dans les tribunaux pour s’approprier et déposer cette marque fort prometteuse !

Persuadé de l’existence d’une alternative moins évidente mais néanmoins méritante, je n’ai pas renoncé a mon potentiel inventif sur cette affaire. J’ai enchaîné une autre nuitée de brainstorming intensif, pour finalement ne rien composer de plus plaisant ou de plus convaincant que « Lucitasme. » C’était un peu comme lorsqu’on sèche son tour au cours d’une partie de scrabble, en déplaçant une à une toutes ses lettres alignées sur le support, sans rencontrer le succès escompté…

J’ai évidemment encore vérifié dans le moteur de recherche et dans les bases de données de la propriété intellectuelle et en effet, personne sur la surface connue du globe, n’avait encore jusqu’ici inventé, ni envisagé protéger ce terme-là !

C’est ma foi toujours assez agréable et rassurant de se dire qu’il reste encore des choses à inventer au 21e siècle ! J’en ai conclu, en bâillant d’une fatigue légitime, que mon idée de vouloir donner un nouveau nom à la zone qui se situe entre rêve et réalité n’avait pas d’urgence et me suis glissé sous les plumes pour m’aventurer dans ladite zone pour encore quelques bonnes heures…

>.<

Le promeneur au chapeau

C’est au début de cet été, que j’ai croisé le chemin de cet homme.

Il déambulait en tenant son chapeau de cette manière …

Mais ce n’est que bien plus tard que j’ai pu faire sa connaissance,

En étudiant de plus près la photo ratée que j’avais prise à cet instant.

C’était un soleil couchant en bord de mer à un contre-jour …

L’homme se tenait là, aux frontières de l’invisible, tapis dans l’ombre

C’est la teinte de son couvre-chef ainsi porté en évidence,

Qui a attiré mon attention et qui m’a incité à le mettre en lumière

Le Poisson Zombie ( the zombie fish )

J’avais dessiné ce poisson mort-vivant peu de temps avant d’aller passer quelques jours au bord de l’océan. Si je ne l’ai pas terminé ni publié à l’époque, c’était dans l’unique but de partir en vacances dans les meilleures conditions, sans être hanté. Vous comprenez ?

Et si je publie ce dessin aujourd’hui même, ce n’est absolument pas pour gâcher les vacances de qui que ce soit qui passerait enfin du bon temps sur la plage en ce moment même.,,

 

Elliot et Darlene

Voici le résultat d’une autre recherche de cette série d’expérimentations à l’aide de procédés de conversions successives d’une photographie en couleur vers le quasi-monochrome.

( Ainsi ici, que d’un léger détournement assumé par rapport au matériel original )

Il s’agit de Darlene en compagnie de son frangin Elliot Alderson de la série télé Mr. Robot voyageant ensemble en métro pour se rendre, je l’imagine, de A à B…

Ne me demandez pas ce qui leur passe par la tête à ce moment précis !

..

.

Faux Billet

Aujourd’hui, j’ai fait un peu le tour du point de tout ce que je pourrais encore faire d’excitant dans ma vie cette année. Pas vous ?

Alors j’ai ressorti ma ToDo-List, ai retrouvé ma Wish-List et réuni toutes mes Other-Lists retrouvées dans mes tiroirs et puis, en procédant à quelques recoupements, j’ai constaté avec effroi que ma List-de-Courses-à-faire était assez longue …

Aussi, dans le but de ne pas grever outre mesure le budget du ménage déjà vampirisé, les jours de grand soleil compris,  par ce bon vieux Franc fort, j’ai entrepris de faire fonctionner la planche à billet et donc d’imprimer une série des tout nouveaux billets de banque de ma conception …

..

.

La citrouille mécontente

halloween-pumpkin_sunof-netCette année, pour marquer la tradition de Halloween, j’ai choisi de dessiner une citrouille qui n’a pas, selon mes sources, été invitée pour illuminer la nuit de la fête. C’est sans nul doute cette discrimination qui fait qu’elle affiche ici, un fort désappointement !

Elle ne présenterait pas le calibre requis, n’arborerait pas les rondeurs régulières ni les couleurs parfaites… des spécificités semble t’il toutes absolument nécessaires pour être retenu pour le défilé des petits monstres.

Pire, elle serait tout juste acceptable, pour préparer une soupe de courge à la grimace…

Railway to Hell

 

Railway_to_Hell_SunOf.net

Au départ, pour accompagner cette idée de travail graphique réalisée à partir d’une photo nocturne dénichée sur un site, j’avais rédigé sur une feuille de papier l’ébauche d’une  histoire courte inspirée du concept …

Je me rappelle que la tournure que prenait mon récit manuscrit me paraissait être sur la bonne voie ! Ensuite, je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qu’il s’est passé mais, devant mes yeux, mon document s’est subitement embrasé et à la seconde suivante, ne subsistait de mon histoire qu’un tas de cendres ….

 

Plus jamais trop tard

Plus jamais trop tard

Aujourd’hui pour changer, nous publions un petit délire utile !

Voici notre tout nouveau disque de stationnement de zone bleue “automatique“. Plus besoin de tourner la roue , car la roue, les laboratoires SunOf la réinventent pour vous !

Vous n’aurez dès lors plus non plus à lorgner nerveusement votre montre toutes les cinq minutes lorsque vous avez pris le risque de garer votre véhicule dans une zone bleue pervenche…

Notez qu’il s’agit ici pour l’instant d’un prototype sans garantie de résultats, que vous pouvez imprimer vous même librement chez vous. Bien entendu, s’il s’avère prochainement que constatez des économies substantielles sur votre budget “prunes  et contredanses” et avez réalisé une épargne conséquente grâce à ce disque révolutionnaire,  les laboratoires SunOf acceptent volontiers les donations en liquide ! ( Des précisions à ce sujet se trouvent dans la colonne de droite de ce blog )

Et maintenant, allez et parquez en paix mes amis !

Attention : La photo ci-dessous est non contractuelle haha moufmouf…

disque de stationnement_sunof.net

 

 

 

Selfish

Selfish_SunOf.net

Note importante :

Ce selfie a été réalisé à l’aide d’un smartphone étanche

monté sur un stick en acier inoxydable !

Propre en ordre !

Propre en ordre_sunof.net

Chute sans gravité

chute sans gravité_sunof.netPas de quoi alerter Youston ! crrrr tchip !

Je répète … tchip kkr tchh.. kkrr

Pas de quoi alerter Youston ! tchiiip …

Il paraît qu’on devrait consommer cinq fruits et légumes par jour

et que l’espace proche est encombré de nos déchets, alors forcément ….

Godefroi Delaglisse est en ce moment un peu ailleurs mais se sent libre comme l’air !

Life is a beach_sunof.netAfter all, life is a beach … and waves

Note à tous ceux qui suivent : Voyez comme j’ai quand même trouvé un moyen de régater pour le baby on board hein ouais ?