Category Archives: Persifflages

#Conte-de-fées @myHappy-end.com

[Note]
A la lecture de ce texte, le @ devrait en principe 
être un"erobase" et se prononcer "i" comme le "e" 
de e-mail. Le # quant à lui peut se prononcer 
hashtag mais ça en compliquera la compréhension...

Il était une fois une @-princesse qui rêvait qu’un beau jour, un merveilleux @-prince-charmant lui fasse parvenir une @-déclaration d’#amour avec en pièces-jointes, son portfolio de photographies récentes non-photoshopées, son #pedigree officiel garanti sans #mensonge, son dossier répertoriant l’essentiel de ses goûts et de ses préférences, une #infographie portant sur son encombrement et ses mensurations, le manifeste de son régime alimentaire, son Curriculum-Vitae avec références, un extrait de solvabilité récent ainsi qu’un #certificat médical actualisé et complet .

Espérant rapidement pouvoir concrétiser son #rêve d’être heureuse et d’avoir beaucoup d’enfants princiers, elle se serait inscrite sur plusieurs sites de #jeux-en-ligne. Et c’est là, qu’elle se serait enfermée au sommet d’un @-donjon défendu par un @dragon-à-sept-têtes. Qu’elle aurait été faire semblant de dormir au milieu des ruines d’un @-château difficile d’accès, envahi par de la #végétation. Qu’elle se serait intéressée à des sites de #lap-dance et de #lambada et qu’elle y aurait abandonné plusieurs #espadrilles sur les douze coups de #minuit. Qu’elle aurait en toute innocence été se #promener dans une @-forêt-enchantée, avec au bras un petit panier et son #petit-pot-de-beure , avec l’#intention, faute de mieux, d’y rencontrer un @-loup-solitaire en chaleur, assez glouton pour au besoin bouffer toute crue une @-grand-milf.

Mais la malheureuse @-princesse ne tombait que sur des @-fake-prince, des @-maîtres-du-contact-sans-contact ainsi que sur quelques @-rois-charmeurs en chasse d’une #relation-extraconjugale.

Faute de résultats et perdant patience , elle s’était inscrite sur un site de @-rencontres.com. Elle avait consciencieusement répondu un à un à tous les points du @-questionnaire précis indispensable à son #inscription et optimisé pour #booster ses chances de #succès. Elle avait bien coché toutes les @-cases-à-options, avait passé commande et payé d’avance sur @-RaquePal, un @-forfait pour une sélection de 10 @-princes-charmants correspondant pile-poil à ses #critères et étant #dispo pour le meilleur et jusqu’au pire, pour une @-durée-contractuelle fixée au moment de la signature de la #convention.

Malheureusement pour elle, les serveurs du site de @-rencontres.com sur lequel elle venait de s’#inscrire avaient surchauffé durant la procédure d’examen et de croisement des #informations-de-profils de ses nombreux #adhérents. Avant même de parvenir à finaliser le #miracle d’extraire une @-sélection de 10 @-candidats prometteurs, les serveurs avaient été détruits par une incendie et toutes les #données-utilisateurs récentes avaient été perdues. Les #paramètres relatifs à l’inscription de notre @-princesse avaient disparus sans laisser de #traces.

A cet instant de son #existence, notre @-princesse malchanceuse en #amour, avait réalisé qu’elle ne serait de cette manière, pas prête de croiser la route d’un @-prince-charmant qui répondrait à #100% de ses désirs et qui tomberait son #genou-sur-le-pavé, dans des #délais raisonnables. Au lieu de cela, c’est elle qui était tombée en #dépression (ou en #burn-out) et qui était allé consulter le site d’un @-coach-de-vie réputé. Aux dernières nouvelles, ce dernier lui aurait conseillé de tourner une #sextape avec un #sexfriend puis de la publier sur @-Myskills.com et en parallèle de s’inscrire sans tarder dans la catégorie #premium sur le site @-myHappy-end.com…  

>.<

[Note] Pas de #commentaires réfléchis à ajouter pour le moment 

Visite guidée ( Zone 51 )

J’ai appris qu’il y aurait des centaines de milliers de terriens qui seraient partants pour rejoindre une expédition destinée à s’introduire en masse et de force dans la zone 51. (Le 20 septembre 2019)

C’est une zone d’une surface d’environ 155 km2 avec base secrète/discrète située à un peu plus de cent bornes au Nord-Ouest de Las Vegas. C’est là que le gouvernement étasunien (qui se verrait volontiers grand à nouveau) abriterait des preuves de l’existence de.. / retiendrait prisonnières des.. / disséquerait des .. créatures extra-terrestres. Parmi celles-ci, on compterait les malheureuses victimes d’un crash de soucoupe volante en 1947 à Roswell. Des entités tombées des étoiles, aux corps entièrement recouverts d’écailles grisâtres, empêchées par tous les moyens depuis la date de leur arrivée en lounge de transit, de téléphoner à la maison pour appeler une dépanneuse.

Cette expédition a été annoncée deux mois à l’avance. il ne s’agit donc plus vraiment d’un raid surprise. Ça laissera le temps nécessaire aux responsables de la base d’organiser une journée portes ouvertes avec visites guidées, après avoir évacué le matériel sensible, organisé pour les pensionnaires une excursion de terrain hors périmètre et remplacé le personnel habituel par des temporaires, des étudiants en marketing formés à la vente de souvenirs, de produits dérivés et pour distribuer quelques échantillons gratuit de jetons pour jouer à la roulette.

Ma curiosité me pousserait volontiers à me joindre à ce groupe d’investigateurs, par exemple pour une fois dans ma vie, pouvoir vivre intensément un lâcher de missionnaires de galaxie lointaine et aussi pour me laisser badigeonner la peur naturelle de l’inconnu de leur sagesse interstellaire.

Mais malgré le grand optimisme naturel dont j’ai été doté, je doute encore qu’on découvrira sur place quoi que ce soit, qui soit un jour tombé du ciel et qui ne soit pas d’origine terrestre.

Et je peine à croire que même il y a déjà plusieurs décénnies, des entités extra-terrestres intelligentes avancées et donc prudentes, auraient sélectionné en priorité les USA comme destination de rencontre avec l’humanité : Ce n’est pas parce qu’on exhibe volontiers un peu partout sa bannière étoilée, qu’on attirera plus facilement un peuple des étoiles dans sa région. Et aussi parce que le rêve américain n’est qu’une notion purement terrestre voire continentale et que, judicieusement informées par un bon guide touristique, elles ne se lanceraient pas aveuglément dans un survol de l’une des vastes étendues désertiques de leur territoire, à risquer un crash fortuit ou une collision frontale avec un missile.

Imaginez que ces visiteurs d’un autre monde débarquent en Amérique sans la moindre intention de faire un minimum de business, ni pour se porter acquéreurs d’un portefeuille d’actions à Wall Street. Qu’ils ne souhaitent pas une seconde créer une startup terrienne. Qu’ils soient allergiques aux défilés de militaires et à toute forme d’armement. Que l’usage intempestif du mot « fuck » les mette mal à l’aise ou détraque en partie leurs brillantes capacités cognitives. Qu’ils rejettent toute manifestation de brutalité physique et verbale y compris les grosses tapes viriles dans le dos. Que leur sensibilité politique pencherait plutôt à gauche et que, bien qu’ils nous aient été envoyés en paix, c’est par une fraternité de galaxies anticapitalistes, écologistes, socialistes et communistes !!!

Admettons pour terminer, que nos pèlerins spatiaux soient naturellement branchés humour pince-sans-rire et qu’à l’accueil, pensant pouvoir mieux sympathiser en décrispant l’atmosphère terrienne, la première chose qu’ils trouveraient marrant, c’est de reprocher, sans clin d’œil aux ambassadeurs des États hôtes de saloper l’espace, à envoyer juste pour la frime, comme ça sans demander l’avis de quiconque, un véhicule publicitaire routier inutile sur orbite aléatoire…

Cette mission pourrait alors déjà sur plans, se trouver être vouée à un échec certain.

Mais peut-être que je me trompe sur toute la ligne et de ce fait, n’étant en définitive sûr de rien du tout, j’ai quand même réalisé une plaquette signalétique aisément compréhensible par tous, à apposer en nombre et à intervalles réguliers, sur les grilles d’accès et sur les clôtures électrifiées de la zone 51. Mais faudra vous magner les tentacules : c’est dans l’intérêt de tous les mondes, que tout soit prêt le jour de cette fameuse journée portes ouvertes.

>.<

Crime de lèse-majesté

Pendant que je dispose encore d’un petit peu de mordant en rab, j’en profite pour enfin royalement me foutre de la gueule de l’enfant roi, ainsi que de l’ensemble de sa dynastie et de sa suite…

>.<

Au début du projet de cet article, l’enfant roi caricaturé devait être représenté en entier. C’était toute la splendeur du petit dragon de la tête aux pieds, planté au milieu d’un décor somptueux, ou rien. Ceci au tout début de son règne, c’est-à-dire bien avant qu’à sa majorité, il ne soit adoubé Abruti 1er par le chef de sa garde rapprochée et à l’unanimité par ses vassaux.

Il devait être assis sur un grand Trône-Pot-de-Chambre en contreplaqué chêne bicentenaire et faux marbre de Carrare, incrusté de moult verroteries imitation opale et tourmaline.

L’oppressif leader installé sur son royal séant, devait tenir d’une poigne de fer, un impressionnant sceptre à tête de cochon en pleurs.

Dans son autre main, il devait maintenir fermement au bout d’une laisse en cuir de rhinocéros, une mère agenouillée à même le sol en signe de totale soumission, les bras tendus dans la souveraine direction. Elle devait se tenir là, disposée à intercéder, en toute immédiateté à tous désirs même futiles, de l’infantile majesté. Qu’il doive tambouriner frénétiquement le sol de ses si jolis petits pieds magiques où exprimer une légère pointe de désappointement. A toute heure, elle devait pouvoir être intimée de se montrer plus prompte à bercer l’épatant roitelet, s’il devait être assailli le pauvre, de quelque crise hurlante et caractérielle.

Au pieds du tyran modèle-réduit héritier du trône, c’est au bout d’une chaine en acier que devait s’ auto-flageller un esclave paternel bâillonné, réduit à son entière domination. Ce géniteur devait être ganté de moufles de velours et entravé à chaque pied d’un boulet d’acier. Ce dernier pouvait également en tout temps être astreint au contage d’histoires pouvant aider l’adorable successeur de la dynastie à s’endormir .

On devait apercevoir sur la droite de la scène, le grand chancelier et frère ainé du précoce monarque suprême, affublé d’une épaisse armure se tenant prêt, depuis le jour du sacre et pour la bonne cause, à s’éclipser en direction des écuries pour se barrer en croisades, et en terres les plus lointaines possibles.

Sur la gauche de la scène, on aurait dû voir une servante portant sur un plateau d’argent, un biberon de faïence peint à la main et un hochet d’or blanc rempli de pierres précieuses.

Le grand Doudou, le plus proche conseiller du despote couronné, devait murmurer quelques recommandations stratégiques à l’oreille de son altesse, pouvant lui permettre de tirer plus d’avantages pour mieux tracer sa voie royale et de bénéficier de plus de privilèges dû à son rang ainsi qu’à consolider sa mainmise sur les destinées de son empire.

Le chat de la famille royale devait apparaître paniqué et accroché en haut des rideaux du berceau à baldaquins du divin guide en demi-portion et la salle du trône devait naturellement être jonchée de milliers de jouets.

>.<

Même en étant prolifique, j’en aurais eu pour des semaines à dessiner tout ça ! Et je me suis dit que je n’allais tout de même pas me laisser terroriser et dicter mes petits délires par ce genre de graine d’emmerdeur en couches-culottes !  

Que je serais plus inspiré de consacrer du temps à des mômes bien sympas pouvant attester d’une éducation ferme et de qualité et qui font beaucoup mieux que de rester assis sur des chiottes à poser pour la postérité…

>.<

SpongeBoob à la manif

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter SpongeBoob ( Boube l’éponge , en français )

C’est l’une des deux cousines jumelles du célèbre Bob. (Mais à ne pas confondre avec l’une des sœurs Boob les bricoleuses avec qui elle n’a aucun lien de parenté)

Il s’agit d’une fervente militante de la cause boob et on la voit ici, marcher lors d’une manifestation pour réclamer avec fermeté, le droit et la liberté de pouvoir se gorger d’eau et de se baigner “topless” dans les plans d’eau publics, si d’aventure elles le souhaitent. En même temps, elles réclament également le droit et la liberté de pouvoir allaiter un nourrisson au sein dans des endroits publics, même si comme ça, de prime abord, ça a l’air trop demandé.

Si vous ne pouvez pas voir l’image ci-dessus sur votre ordinateur, essayez de désactiver votre filtre parental. Il se pourrait fort bien qu’une AI ( Artificieuse Intelligence ) ait automatiquement détecté une alerte “tét*n” et que selon la règle en vigueur du « cachez moi vite ce tét*n que l’on ne saurait voir » vous aura préventivement mis à l’abri d’un choc visuel dont vous auriez pu avoir eu de la peine à vous remettre !

>.<

Blague à part, il s’agit là à la base d’une réponse ciblée à un private joke et je ne sais pas si cette lamentable parodie pourra être tolérée par les autorités bien pensantes et classée sans trop de véhémentes oppositions dans la catégorie FanArt

>.<

Contenant pas contenu

Je me suis longtemps demandé si j’étais plutôt le genre de bipède avec un verre à moitié vide ou plutôt celui avec un verre à moitié plein.

C’est donc pour en savoir plus long, que j’ai procédé à une analyse en profondeur. Résultat des courses : Je suis un bipède avec un gobelet en plastique jetable.

C’est plus léger en main, j’évite des corvées de vaisselle fastidieuses, ça ne se casse pas facilement par maladresse, ça peut s’abandonner n’importe-où sur place. Et c’est mieux pour ma conscience, car aucun imprudent ne risque par ma faute, de se couper avec !

Hé ouais, c’est clair comme pouvait l’être à l’époque, de l’eau de roche ! Je suis un bipède qui n’est pas à moitié vide de capacité de réflexion et qui n’a pas qu’à moitié soif!

Parce que mon gobelet, il est toujours plein et à ras-bord. Franchement, je ne vois pas pourquoi sous-doser et aller se prendre la tête avec des questions philosophiques soûlantes !  C’est la lune qui peut parfois être à moitié pleine ! Fin des élucubrations !

Mon premier gobelet de la journée déjà, un café trente-huit pourcents arabica allongé lait d’ânesse, sucré, vanillé mais sans mousse, il risque à tout instant de déborder ! Déjà rien que les jours d’abondante rosée du matin ! Mon sport matinal favori est d’aller courir avec. Mon bras porteur en guise de parfait amortisseur gyroscopique, se mouvant avec agilité dans la foule dense de ceux qui sont déjà en retard ou empressés d’aller glander au bureau. Je le sais, c’est ridicule, mais je ressens un certain plaisir à aller éviter des collisions, manœuvrer finement, me déplacer avec efficacité et rapidité comme le fait une fourmi ouvrière modèle ! Tout cela sans renverser une seule goutte de mon précieux chargement. Et à la fin, le jus de chaussettes, je ne le bois même pas : il n’est plus à la température de service requise et il bien trop dégueulasse.

Mon gobelet de l’apéro ne reste pas longtemps à moitié plein en fluide anisé en provenance du marché parallèle de la Zone 51 ! Je complète le breuvage avec un prélèvement d’un volume d’eau trouble du robinet. Ça c’est les jours où il y en a. Comme en dehors des périodes de sécheresse. Paraît qu’elle serait opaque à cause des additifs riches en oligo-éléments qu’ils ajoutent dedans. Mais elle est certifiée potable et c’est la raison pour laquelle elle coûte un bras et même un assez long. C’est le porte-parole en l’air de la multinationale qui a racheté les droits d’exploitation de l’ensemble des sources, des nappes phréatiques et des puits du pays, qui l’a officiellement déclaré. Mais comprenez, moi ce que j’en dis : Tant que je suis content de pouvoir remplir mon gobelet et de me désaltérer à ma juste soif ! Je serais plutôt bon client et comme je n’ai pas le niveau, je ne vais pas me mettre à tarir des éloges ni à monter des barricades !

De nature, je fais partie des optimistes de taille moyenne. Et lorsque je sens pointer en moi une once de pessimisme qui monte en pression, je me verse un grand gobelet de remontant et c’est assez rapidement que je recommence à optimiser. Avant l’absorption du jus de vertus calmantes, il n’y a plus place pour la moindre goutte de pluie dans le récipient ! D’ailleurs c’est déconseillé par le porte-parole en l’air de la multinationale qui a clairement communiqué là-dessus : Il faudrait considérer l’eau de pluie comme étant le plus souvent présumée impropre à la consommation. Qu’il est naturellement plus prudent de savoir se méfier de tout ce qui est trop gratuit !!!

Le soir avant de me coucher, je me prépare un gobelet composé d’un subtil mélange de mes gouttes médicinales et de mes élixirs revigorants. S’il reste un ou deux doigts de mesure au sec, je complète la recette miracle avec juste ce qu’il faut d’un bon petit alcool fort pour, entre autres, en atténuer le goût de chiottes. Et puis comme ça, en même temps j’en profite pour bien me rincer et me fortifier les gencives. Et le petit coup d’assommoir qu’il réserve, m’évite de n’avoir à dormir qu’à moitié bien !

Pour terminer, il faut que je confesse qu’il m’arrive encore parfois d’être canette en aluminium plutôt que d’être gobelet en plastique jetable. Je sais, c’est moche ! Surtout que j’ai la flemme une fois vides, de les apporter au poste de recyclage. Ça fait au moins dix ans que j’essaie d’arrêter et que ça se solde à chaque fois par un échec. Que je retombe lamentablement dans le piège de cette vilaine addiction. Je crois que c’est à cause d’un sérieux manque de volonté. Mais c’est promis : Si une prochaine tentative devait être couronnée de succès, vous serez cordialement invités à arroser ça avec moi !

>.<

>.<

[Note] : Je me sers un ou deux gobelets de thé vert et ensuite   
j'apporterai peut-être encore un certain nombre de retouches 
à ce texte..  A votre bonne santé a tous ! 

Ultimate Chaos in the Sky

Une photo compromettante prise depuis ma fenêtre !

J’ai lu dans un journal qu’un panel non négligeable de terriens écoresponsables ont décidé de renoncer à prendre l’avion à tout bout de piste, dans le but d’alléger leur bilan carbone, et je les en félicite !

Rien qu’hier, j’ai été le témoin direct d’une situation inédite, qui prouve que même les couloirs aériens en orbite basse et en rase-motte sont désormais saturés d’appareils ! Heureusement, cet embouteillage spatial n’a cette fois-ci, pas eu de conséquences dramatiques !

Toutefois, cette démonstration me fera dorénavant privilégier le train électrifié, quitte à devoir casquer le juste prix et lui accorder une proportion raisonnable de patience, que sans m’acharner à être le pire des mangetout, j’estimerai volontiers aussi plus convenable.

>.<

La Roue de la Fortune ( Version classe moyenne )

La Roue de la Fortune pour les Classes Moyennes (The Wheel of Fortune – Middle class Edition) était un jeu télévisé populaire au 21ème siècle. Cette émission avait été créé dans le but de déclencher une vague d’espoir dans la classe moyenne. Une couche de la population qui avait à cette époque tendance à se plaindre de devoir racler les fonds de tiroir à la fin de chaque mois en espérant parvenir à joindre les deux bouts.

Déroulement de la partie :

Les candidats au pactole devaient solutionner des énigmes proposées dans divers thèmes . Ils devaient proposer des lettres afin de trouver le mot ou la phrase caché(e)/affiché(e) sur un tableau situé en face d’eux, en tournant avant chaque proposition une roue composée de cases sur lesquelles étaient inscrites des coquettes sommes ainsi que les cases “PASSE” et les cases “BANQUEROUTE”. La case “RELANCE” et la case “BONUS” avaient été supprimées dans la version du jeu réservée aux candidats de la classe moyenne pour des raisons de maîtrise des coûts. L’atout charme sexy en diable chargé(e) de manuellement retourner les lettres cachées du tableau dans la version haut de gamme du jeu avait été remplacé(e) par un bras robotisé pour des motifs économiques.

Les candidats devaient, lorsqu’ils avaient tourné la roue donner une consonne pour tenter de compléter l’énigme. En cas d’erreur, ben.. c’était pas de bol et ils devaient simplement retenir leurs larmes en passant la main au candidat suivant. Ensuite s’ils avaient pu économiser assez de fric (dans les 1000 ou 2000 balles hors taxes) et qu’ils avaient pu payer loyer, primes d’assurances maladie, pensions alimentaires et toutes les autres factures courantes, ils pouvaient se payer le luxe d’acheter une voyelle. Quand le candidat pensait avoir trouvé la solution, il pouvait faire une proposition. S’il trouvait la bonne réponse, il accédait au distributeur de cadeaux avec une carte prépayée et pouvait s’offrir quelques biens de première nécessité ou des vêtements et des chaussures neuves.

Lorsque toutes les manches de la partie étaient terminées, celui ou celle qui n’était pas encore ratiboisé(e) et a qui il restait quelque menue monnaie en poche allait en finale avec l’espoir de gagner un magnifique cadeau, comme par exemple des bons pour, en cas de nécessité, pouvoir se faire soigner chez un médecin ou un dentiste.

À la fin de l’émission, le candidat victorieux obtenait le droit de revenir pour une deuxième participation à la condition qu’il porte ses chaussures et ses vêtements neufs…

>.<

Un article réalisé à partir du butin résultant de 
trois piratages perpétrés le même jour sur la toile.
La roue, le smiley et le texte sont tous des
éléments que j'ai détournés.
J'avoue que pour l'heure, je n'éprouve aucun sentiment
de culpabilité de m'être livré à ce type de pillages
et de sabotages !

Attention encravatés !

En parcourant un article de presse, je suis tombé sur un terme que je ne connaissais pas. Le papier faisait allusion à une catégorie d’individus bien fagotés mais peu recommandables, qui étaient désignés par “les encravatés“. J’avais déjà entendu parler des encagoulés, mais jamais encore des encravatés, que jusqu’ici, je surnommais les « encravateux ».

J’avais été prévenu que l’habit ne fait pas le moine, que le costume ne fait pas le super-héros, que l’accoutrement ne fait pas le gentilhomme, que la défroque ne fait pas le mousquetaire ! J’avais également été prévenu que les temps changent ! Par exemple, il était une fois où il y avait des chances qu’un jour un encagoulé fasse irruption dans l’agence d’un encravaté dans le but de le truander ! La fonction de chaque protagoniste porteur de l’un ou l’autre de ces accessoires vestimentaires était claire. A notre époque, c’est devenu plus compliqué, parce qu’il peut arriver qu’on tombe sur un encravaté-encagoulé et qu’on se laisse encore surprendre (ou impressionner) par la combinaison des deux dans un unique individu.

>.<

Alors, j’ai jugé opportun de me livrer à un peu de prévention. Simplement pour que sur notre route, on n’oublie jamais trop facilement, qu’un encravaté, ça peut aussi nous enfumer, nous entourlouper et nous entuber !

>.<

Parking encore gratuit à deux pas

Parking encore gratuit à deux pas

C’est avec une extrême prudence, que lorsque j’arrive dans un lieu très fréquenté, je cadenasse le SunBike à une solide barrière, si possible exempte de rouille, scellée en plusieurs points dans un épais mur de béton, lui-même armé du meilleur acier et solidement arrimé au revêtement d’un trottoir bien entretenu ! Et tout cela si envisageable, dans un endroit bondé ou au contraire le plus à l’abri possible des regards de possibles envieux …

C’est que de nos jours une bicyclette, c’est devenu un luxe mais aussi le seul moyen d’arriver à peu près à proximité de notre destination, sans devoir nous soumettre à l’appétit gargantuesque de la florissante industrie des parcmètres croisée avec celle de la voracité croissante au mètre-carré du percepteur communal. Un vélo ça n’a pas d’essuie-glace pour y coincer une lourde contravention et ne dispose pas d’espace clos vitré pour y exposer bien en vue un ticket valable de stationnement.

Lorsque vous avez trouvé un espace libre pour votre bécane, vous n’avez pas à vous souvenir par cœur de son numéro d’immatriculation, n’êtes pas forcé d’apprendre sur le champ à vous servir d’une nouvelle vision technologique pour obtenir un droit au stationnement, n’êtes pas bêtement limité en terme de durée, au cas où vous souhaiteriez rester sur place sans vous stresser, plus longtemps que prévu qu’au moment de vous soumettre à la taxe. Vous ne risquez jamais de devoir aller retrouver votre véhicule à la fourrière avec le chéquier provisionné du plus fortuné membre de votre famille. Pouvoir disposer d’une bicyclette en milieu urbain, c’est tout simplement diminuer d’un facteur AAA, le risque potentiel d’emmerdements…

Récemment, je m’étais rendu en ville pour visiter un zoo en garant la SunMobile sans trop me soucier du tarif en vigueur dans un rutilant parking sous-terrain. Au final, c’est ce dernier qui s’est avéré être plus onéreux que le prix du billet d’entrée du parc zoologique. Même constatation, lors de la visite d’un musée. Peut-être doivent-ils régulièrement « pour notre sécurité » faire effacer à la main une à une par des spécialistes, toutes les traces de pneu et d’huile au sol. Ce qui forcément à un moment donné se répercute sur le tarif de la location à la case…

C’est pour toutes ces raisons et autant que possible, pour épargner ma tension nerveuse que j’ai opté pour la solution du SunBike : Un modèle qui fonctionne à l’énergie solaire gratuite dont le seul désavantage reste son manque d’autonomie les jours de pluie ainsi que tout au long de la saison d’hiver…

C’est donc avec une extrême prudence, que je cadenasse mon précieux deux-roues aux plus robustes des mobiliers urbains. En revanche, je ne dispose encore que d’un cadenas d’entrée  de gamme, un peu court pour sécuriser d’un seul coup tout ce qui le compose. Pour être tranquille, il faudrait faire slalomer le câble à l’intérieur des deux roues, en passant par le cadre, puis l’enrouler trois fois autour du guidon et même en plus le passer au travers d’un trou dans la selle…

A chacun de mes verrouillages, j’étudie encore quel sera le meilleur moyen de ne pas m’en faire filouter une fraction… Aussi bien qu’il y a deux jours en voulant repartir, j’ai constaté que je n’avais sécurisé que le cadenas à la barrière, sans y inclure la moindre partie de mon cycle que personne ne m’avait pourtant volé ! Visuellement, ça ressemblait fort à un antivol efficace ! Bah, ma foi dans le pire des cas, j’aurais au moins sauvé mon cadenas !

 

Photo : source internet

 

 

Les invités virtuels

Les invités virtuels

Aujourd’hui, John et Mary sont sortis prendre un verre ensemble au Pub.

Attablés, John et Mary se sont montrés intarissables à propos de David et Jenny.

David et Jenny étaient les invités de John et Mary, même si David et Jenny ne les avaient pas rejoints en personnes à leur table.

John et Mary semblaient avoir connaissance d’énormément de détails sur les existences de David et Jenny.

Il se pourrait même que David et Jenny n’en savaient eux-même pas aussi long que John et Mary à propos de leur propres vies.

John et Mary devaient tenir le sujet de conversation idéal, le sujet qui pouvait les passionner tous les deux au même instant…

Au bout d’une heure, lorsque John et Mary avaient épuisé les derniers racontars concernant les péripéties de David et Jenny, ils ont réglé leurs consommations, se sont levés et sont partis.

En une heure, John n’en avait pas appris beaucoup plus sur Mary.

En soixante minutes, Mary n’en savait pas plus à propos de John.

C’est en terminant mon verre que je me suis demandé si John et Mary avaient des vies bien remplies. Et j’ai imaginé John et Mary rentrés chez eux, s’installer devant leur poste de télévision pour  consommer la réalité d’une insolite et intrigante famille…

.

Un récit basé sur quelques histoires vraies et fraîchement vécues. Les prénoms utilisés sont évidement des prénoms d’emprunt.

Quand le sage regarde la terre, l’étourdi regarde son doigt

 

planète jetable_sunof.net

Ce matin j’écoutais à la radio une émission sur le thème de la décroissance : Était interviewé un économiste qui m’a semblé plus clairvoyant que ceux qui ne paraissent qu’obsédés par la croissance, le produit intérieur brut et les leviers de la mondialisation.

Le thème de cette émission m’a inspiré le panneau de signalisation ci-dessus.

Pour le titre, j’ai trouvé pertinent de détourner le proverbe suivant :

“Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.”

qui se métamorphose en :

“Quand le sage regarde la terre, l’étourdi regarde son doigt”

Une ironie frappante c’est que l’origine du proverbe original se trouve en Chine ! Justement là ou nous avons délocalisé la production, la pollution et l’esclavagisme exigés par notre indispensable croissance et notre capricieuse et copieuse soif de jouets jetables. Et j’ai cru comprendre que là-bas, depuis que la pollution masque la clarté de la lune , il ne reste que des doigts à contempler…

Une autre ironie, mais cette fois située sur la signalétique est que certains ne reconnaitront peut être pas le symbole situé à droite au-dessous de la planète car il n’ont jamais dans leur existence pris la peine de parcourir les dix pas qui les séparent de la poubelle la plus proche pour y déposer leurs déchets, prétextant que du personnel rémunéré sera ravi de leur intention de déléguer le plaisir de redonner une apparence accueillante à la pelouse, la plage ou le trottoir qu’il viennent de souiller.

 

Dollar Impulse

Dollar Impulse_sunof.net

Le but de ce dessin n’est pas d’égratigner le projet Solar Impulse

J’ai simplement imaginé que dans notre société actuelle, un projet “Dollar Impulse” promu par une émission de téléréalité diffusée en prime time aurait su hypnotiser plus d’une poignée d’ambitieux …

Contradiction Administrative Insurmontable (ou presque)

Je crains fort qu’il vous manque un document important et officiel,

Je pense que vous allez devoir revenir pour compléter votre dossier personnel !

..

Oh, mais notre système m’indique des contraventions impayées ?

Que vous auriez voté pour le parti de l’opposition en début d’année ?

Vous seriez instable et auriez montré un certain penchant pour la bouteille ?

Que vous auriez dilapidé dans des jeux de hasard vos dernières payes !!!

Vous traîneriez souvent du côté des banlieues insoumises et défavorisées

Ne vous cacheriez plus de vos entrées dans les milieux mal fréquentés !

..

Pour tout vous dire, vous affolez les statistiques dans notre base de données

Vous y apparaissez comme individu trop peu enclin à vouloir se conformer !

A refuser ainsi de vous fondre dans notre moule de maintien de l’ordre

A contester notre vision qui empêchera notre belle société de se perdre…

..

Je regrette mais il vous manque toutes ces attestations importantes et officielles !

Mais vous allez revenir nous voir pour mettre en conformité votre

dossier personnel !

..

..

A la tienne, ma liberté !

Liberté_des_pressions_sunof.net

Au risque de heurter des complotistes,

Je décompresse d’une semaine plus que triste !

Ne cherchez pas à me joindre, je suis parti en piste

Avec ce qu’il reste de boute en train et d’artistes …

Au secours ! On a arrêté le progrès !

mission grave impossible

Pour le générique cliquer ici

On n’arrête pas le progrès, ricanaient parfois nos respectables aînés, perchés sur un socle constitué de solide expérience mélangé au ciment du vécu !

Sans doute vivaient-ils avec l’espoir que les nombreux progrès en chantier, régleraient un jour ou l’autre leur compte à la plupart des emmerdements du quotidien avec lesquels ils devaient déjà batailler !

Sans doute imaginaient-ils que grâce à leur longue contribution à ce fameux progrès, leurs descendants eux, au moins, pourront un beau jour pas si lointain que ça, vivre dans un monde futuriste peu contraignant, un monde merveilleux dans le style conte de fées, un monde paisible et agréable, un monde où personne n’aurait jamais à perdre ses nerfs, un monde sans cons et donc forcément sans conneries, un monde savoureux avec un véritable avant-goût de paradis avant l’heure…

C’est n’est pas que je souhaite vous plomber votre moral de consommateur cher lecteur, surtout si vous êtes dans une période ou tout marche comme sur des roulettes bien rondes, mais … ma foi, si , désolé, aujourd’hui je vais déclarer tout net qu’on a tellement progressé, que de nos jours,  on est même devenu capables de le stopper net à volonté, voire même de le faire reculer  le progrès !

Un exemple concret pour étayer cette théorie :

Hier, j’ai commandé en ligne deux batteries pour smartphone (vous savez le téléphone futé là)

Alors le téléphone il est futé. Çà j’ai pu le vérifier plus d’une fois, et ma foi, rien d’anormal à ce que les batteries soient un peu fatiguées à force de contribuer à l’efficacité d’une technologie qui pour but de se montrer à la fois utile et smart !

Revenons à nos moutons ! Sur le site de commerce en ligne du fournisseur officiel, j’ai rempli les petites cases habituelles, j’ai complété la transaction et au moment de spécifier l’adresse de livraison, impossible de modifier celle apparaissant sur la page web qui est obsolète…

Je me dis : (Confiant dans la fameuse course du progrès maintes fois rappelée par les fameux aînés)  probablement que je vais pouvoir spécifier mon adresse de livraison plus tard, quelque part dans la suite du processus… On est quand même au 21e siècle que diable !

– Et paf, transaction terminée !  Oups ! Me dis-je considérablement frustré dans l’exercice  de ma maîtrise toute personnelle du progrès …

Une minute plus tard, j’envoie un email au fournisseur pour qu’ils modifient l’adresse de livraison du matériel vu qu’il y a comme une coucougnette dans le potage et que personne ne répondant à mon signalement ne sera présent à cette adresse là pour accueillir le colis …

– Désolé mais ça n’est pas possible, me répond Brenda Cruise ! (Probablement la petite sœur de l’acteur Tom Cruise, bien connu pour son rôle dans le film mission impossible)

– Il nous est impossible de modifier l’adresse de livraison !

Dans un vacarme assourdissant, le progrès venait de freiner et rétropédaler sévère !

Je râle un bon coup par email en leur disant que leur site pourrait être un poil amélioré en ce qui concerne l’adresse de destination.. Autant me rendre utile et chiant lorsque c’est possible !

Le lendemain, Brenda me répond qu’elle est fort désolée et me demande si je veux maintenir la commande.

Agacé par le peu de progrès réalisé, je lui réponds que je souhaite annuler tout le binz et que je préfère encore cent fois me mettre en quête d’un moyen simple et convivial pour me procurer de simples batteries …

Plus de réponse immédiate, mais je reçois un email m’annonçant que mon colis vient de partir, avec me rappelant en caractères gras, sa destination, celle qui est obsolète !

Sur quoi par email séparé, Brenda m’informe que mon colis est déjà parti et que c’est trop tard pour annuler la commande !

Puis la frangine de Tom m’envoie quand même un « tracking number » et me conseille de dépatouiller moi-même mon problème d’adresse de destination …

A ce moment-là, mon ordinateur m’annonce qu’il s’autodétruira dans dix huit secondes et j’entends le générique d’un nouvel épisode de  mission impossible marteler mes tympans…

Pendant ce temps, dans un univers parallèle, ma chérie reçoit un message de son opérateur, qu’il est grand temps d’opter pour un smartphone neuf, car les batteries de rechange pour “l’ancien modèle vieux de deux ans” seraient très difficiles à obtenir (n.d.l.r authentique)

Je réalise que le progrès promis par nos respectés aînés, c’est un peu comme le père Noël, il est factice ! Il avait de fort bonnes intentions au départ, mais il s’est arrêté pour boire un coup quelque part aux confins de la Laponie du Nord… Mais on espère toujours qu’il arrivera un jour sous nos latitudes …

Le lendemain, je reçois trois SMS de la société en trois lettres sensée me livrer mes accumulateurs d’énergie, avec un numéro de colis… Je note le numéro, j’appelle, et la standardiste, qui me dit que mon numéro est incomplet, trop court, et avec mon seul nom, pas de dépatouillage possible…

Je rappelle, ayant vérifié le numéro, que j’avais correctement noté, rien à faire… Je reprends l’email de Brenda qui par bonheur ne s’était pas encore autodétruit, et je remarque qu’en effet qu’il manquait les deux derniers chiffres du code colis dans le SMS … Une autre preuve qu’on peut geler le progrès à volonté à tout moment !

Bref, finalement, je fais changer l’adresse de livraison, puis pour que je puisse recevoir le fameux colis même en cas d’absence de mon domicile, je vais devoir rédiger une missive dûment  signée et la poser dans ma boîte à lait, pour que le gentil livreur soit autorisé à le laisser dans la boîte à lettres, sans quoi il pourrait bien repartir avec et je devrais organiser un autre rendez-vous …

Aaaaarg Grrrrr & Pfffff ! Ca devient compliqué là !

Entre temps ma notion personnelle du progrès parcouru avait bel et disparu au-delà de l’horizon avec dans son sillage, une autre part de mon intention de rester client de toute forme de commerce en ligne dans le futur…

Pour le générique cliquer ici