Category Archives: Surmenages

Encéphalogrammes en pente douce

La capture d’écran qui illustre cet article est celle d’un programme que je viens de coder. Sur le graphique de droite, ce ne sont pas du tout les courbes actuelles de mes électro-encéphalogrammes ! Parce qu’en ce moment, elles seraient plates comme un banc de limandes ! Et je ne peux que m’en réjouir ! C’est une sensation très agréable.

L’autre jour, suite à une alarme de niveau de surcharge, le disjoncteur chimique automatique de mon hémidroit s’est activé (voir cet article) et il a enclenché une procédure d’urgence. Mon hémidroit est immédiatement passé en standby et c’est mon hémigauche qui a repris le contrôle des opérations. (voir aussi cet article)

Depuis cette relève, je n’ai pas eu à fournir le moindre effort pour me vider la tête. Je me sens complétement à court d’idées. Je n’ai pas même la mauvaise idée d’aller me prendre la tête avec celles que je pourrais retrouver dans mes notes. J’ai vérifié dans le miroir : je n’ai pas repéré la moindre trace d’une idée derrière ma tête. Si je devais aujourd’hui être assailli par des idées noires, je pense qu’elles ne pourraient pas être plus sombres que grises clair.

Lorsque je traverse ces phases-là, je peux à nouveau me régaler de délicieux rêves chaque nuit. Si ça se trouve, je pourrais me remettre à bouquiner, sans avoir à perdre le fil du récit avant d’atteindre la fin de la page.

Et j’ai eu beau tenter de titiller des neurones encore fringants , de m’inciter à stimuler des synapses chargés d’électricité  : Absolument rien n’a été en mesure de perturber ce grand calme ambiant.

Mais j’ai quand même déjà une toute petite idée ce qui m’attend : Je vais finir par craindre que ma fantaisie et mon imagination m’ont désertées pour toujours. Je recommencerai à me trouver fade et monotone. Une inquiétude grandissante m’envahira peu à peu. Et à la fin, je n’aurai d’autre choix que d’en arriver à faire le tintamarre nécessaire pour tirer mon grain de folie de sa torpeur…

Mais en ce moment même, je ne souhaite pas me mettre en quête d’une source d’inspiration qui pourrait me faire évader de ce bien-être qui me paraît encore si confortable !

>.<

My dead Laptop

Voilà, l’autopsie de mon laptop principal est terminée. S’agissant d’une mort suspecte l’enquête continue.

Il était beaucoup trop jeune pour rendre l’âme et était loin d’être obsolète. Au moment de passer la souris à gauche, il était gorgé de bons souvenirs trop récents pour avoir été sauvegardés.

Le jour où il s’est endormi, j’ai commencé par diagnostiquer un problème de sablier : L’étroit conduit bouché par un grain de sable trop volumineux. Je l’ai secoué, retourné, supplié mais il ne s’est jamais réveillé. Une série de vigoureux massages cardiaques sur le mousepad n’ont pas relancé la machine.

Alors j’ai placé le patient au repos forcé durant deux jours. Je dois avouer à demi-mots que ces derniers temps, je l’avais mis à rude épreuve. Sans jamais déceler les prémices d’un éventuel burn-out fatal. Dans les cas où il se sentait un peu à plat, je lui prescrivais une pleine recharge.

Mais deux jours de permission n’ont pas ressuscité le moribond.

Les seuls signes de vie encore visibles étaient un peu d’hyperventilation et un pouls irrégulier visible sur la LED de la touche caps lock. Cinq clignotements lents suivis de trois rapides. Un peu comme si le comateux voulait me lancer un S.O.S, mais qu’une forte fièvre l’empêchait de se décider à le faire en employant des majuscules ou des minuscules.

Renseignement pris auprès d’un spécialiste, il s’agissait d’un appel au secours manifestant une carte-mère à l’agonie. Que les chances de succès d’une réanimation classique étaient minces. Qu’il faudrait envisager une opération à cœur ouvert et faire appel à un don d’organe.

Bien sûr, j’ai culpabilisé ! Cette affaire m’a rappelé le siècle dernier et ce client qui affichait habituellement un caractère calme, mais qui pouvait parfois partir dans de si intenses crises de colère, qu’il lui arrivait de pulvériser le filament des ampoules à incandescence allumées dans les alentours immédiats de son déchaînement de fureur. Celles logées dans le tableau de bord de sa voiture n’échappaient pas à cette malédiction. Et juste avant le trépas de mon laptop, j’avais dû subir un épisode de très forte irritation après avoir séché des heures sans succès sur la résolution de l’installation de deux programmes incompatibles. En réalité, je crois que je suis coupable d’un laptopicide ! Je l’ai trucidé en l’exposant à un bombardement intensif de mauvaises ondes !

>.<

Dernières prévisions du Crétacé

Dans notre approche de la fin du monde, il m’arrive parfois de penser à la disparition des dinosaures !

J’ai trouvé très cruel de la part de leur destin, de leur avoir infligé une pareille avalanche de catastrophes et d’avoir provoqué leur extinction totale ! Surtout qu’au cours de cette ère-là, ils étaient encore l’espèce à la mode.

Quelle ignominie de leur avoir fait subir les effets dévastateurs d’une série d’éruptions volcaniques d’une ampleur inédite ! Pile-poil au passage d’un phénomène de fortes perturbations : Un vent solaire à décorner les triceratops assorti de fortes pluies d’astéroïdes ! Un temps à ne pas sortir son vélociraptor.

A cette époque, la météo existait déjà. Mais elle n’annonçait que les pluies de météorites. Si le nom de l’émission est resté, le dino lambda du Crétacé s’en tapait comme de sa première coquille, des normales saisonnières, des hectopascals, de la pluviométrie, des cumulo-nimbus, des éphémérides, de l’échelle de Richter et de la prévisions à cinq jours des éruptions. Il ne cultivait pas de laitues bio dans son potager de sédentaire lui. Qu’il pleuve ou qu’il vente, il boulottait sa portion de végétation chemin faisant ou plantait ses crocs dans le cou d’un voisin.

Les plus futés d’entre les reptiles fossiles de l’ère secondaire soutenaient qu’un réel danger ne pourrait venir que du ciel, et qu’à la surface, il n’y avait pas de quoi fouetter un chasmosaure ou de se ronger les griffes. Ici un volcan se réveillait pendant que là-bas, un autre partait en sieste pour des lustres. Ici un bon feu d’artifice réchauffait le palpitant du plus mollasson des diplodocus pendant que là-bas une embellie dégageaient de nouveaux horizons pour un vol de ptéranodons

Haaa, mais on aimerait presque y être et voir tout ça de nos propres yeux, non ?

 >.<

A la base, l’article que je comptais écrire devait traiter d’un tout autre sujet. Mais c’est encore un projet qui est parti en vrille. C’est en rédigeant le paragraphe d’introduction que j’ai réalisé que le thème envisagé et son développement, risquait fortement de me faire passer pour un affreux dinosaure. Alors réjouissez-vous un peu ! Vous venez sans doute d’échapper au pire ! Pas comme eux !

>.<

Un peu crevé quand même !

>.<

Je savais déjà que j’étais un peu déjanté !

Mais là en plus, je suis un peu crevé !

Jusqu’ici je n‘avais jamais manqué d’air !

Droit dans des bottes en deux exemplaires …

Mais depuis je titube sur un monde qui vacille

Je me déplace en clopinant comme une chenille !

Impossible dès lors de garder les pieds sur terre

Je me traine sur les autoroutes de la fourmilière !

Inutile en fin de compte de n’avoir qu’en mains

De bonnes cartes pour arpenter la marche du destin !

>.<

Hier j'ai délogé une vis de 12 mm de longueur plantée à la verticale 
la tête en bas dans la semelle de ma chaussure. Heureusement, elle 
n'avait pas traversé ! Mais depuis, lorsque je marche sur sol lisse,
ça fait un bruit gênant un pas sur deux... 
On peut donc en conclure que j'ai été victime d'une crevaison. 
Cette mésaventure est à la base de l'inspiration de cet article 
qui, dans la foulée, a débouché sur cette parodie d'une 
des cartes d'atout du jeu des 1000 bornes qu'on appelle aussi 
"une botte".

Sortie de secours pour pessimistes

On dit parfois qu’il existe seulement deux catégories de personnes, les optimistes et les pessimistes

Même si pour ma part je suis de nature plutôt optimiste, il y a des périodes où c’est clairement ma part de pessimisme qui prend le dessus :

On ne va jamais s’en sortir ! Aucune chance ! C’est perdu d’avance ! C’est irréparable ! C’est trop tard ! A quoi bon ! Non mais ça!: ça ne va pas être possible ! C’est déjà parti en carafe, il n’a plus rien à faire ! etc … etc… et blablabla

C’est là que mon optimisme peu disposé à se laisser déborder sans réagir, se moque ouvertement de mon pessimisme et reprend naturellement sa place derrière le gouvernail.

>.<

Solution : Alors depuis l’entrée du parcours, vous allez tout droit. Lorsque vous vous trouverez face à un mur, ne restez pas planté là ! Prenez à droite puis immédiatement à gauche et puis tout droit. Puis vous prendrez cinq fois à droite sans jamais prendre à gauche sauf si à un moment donné, vous n’avez pas d’autre possibilité. Et après c’est super facile, vous verrez ! Sinon ça ne serait pas une sortie de secours.

>.<

#Conte-de-fées @myHappy-end.com

[Note]
A la lecture de ce texte, le @ devrait en principe 
être un"erobase" et se prononcer "i" comme le "e" 
de e-mail. Le # quant à lui peut se prononcer 
hashtag mais ça en compliquera la compréhension...

Il était une fois une @-princesse qui rêvait qu’un beau jour, un merveilleux @-prince-charmant lui fasse parvenir une @-déclaration d’#amour avec en pièces-jointes, son portfolio de photographies récentes non-photoshopées, son #pedigree officiel garanti sans #mensonge, son dossier répertoriant l’essentiel de ses goûts et de ses préférences, une #infographie portant sur son encombrement et ses mensurations, le manifeste de son régime alimentaire, son Curriculum-Vitae avec références, un extrait de solvabilité récent ainsi qu’un #certificat médical actualisé et complet .

Espérant rapidement pouvoir concrétiser son #rêve d’être heureuse et d’avoir beaucoup d’enfants princiers, elle se serait inscrite sur plusieurs sites de #jeux-en-ligne. Et c’est là, qu’elle se serait enfermée au sommet d’un @-donjon défendu par un @dragon-à-sept-têtes. Qu’elle aurait été faire semblant de dormir au milieu des ruines d’un @-château difficile d’accès, envahi par de la #végétation. Qu’elle se serait intéressée à des sites de #lap-dance et de #lambada et qu’elle y aurait abandonné plusieurs #espadrilles sur les douze coups de #minuit. Qu’elle aurait en toute innocence été se #promener dans une @-forêt-enchantée, avec au bras un petit panier et son #petit-pot-de-beure , avec l’#intention, faute de mieux, d’y rencontrer un @-loup-solitaire en chaleur, assez glouton pour au besoin bouffer toute crue une @-grand-milf.

Mais la malheureuse @-princesse ne tombait que sur des @-fake-prince, des @-maîtres-du-contact-sans-contact ainsi que sur quelques @-rois-charmeurs en chasse d’une #relation-extraconjugale.

Faute de résultats et perdant patience , elle s’était inscrite sur un site de @-rencontres.com. Elle avait consciencieusement répondu un à un à tous les points du @-questionnaire précis indispensable à son #inscription et optimisé pour #booster ses chances de #succès. Elle avait bien coché toutes les @-cases-à-options, avait passé commande et payé d’avance sur @-RaquePal, un @-forfait pour une sélection de 10 @-princes-charmants correspondant pile-poil à ses #critères et étant #dispo pour le meilleur et jusqu’au pire, pour une @-durée-contractuelle fixée au moment de la signature de la #convention.

Malheureusement pour elle, les serveurs du site de @-rencontres.com sur lequel elle venait de s’#inscrire avaient surchauffé durant la procédure d’examen et de croisement des #informations-de-profils de ses nombreux #adhérents. Avant même de parvenir à finaliser le #miracle d’extraire une @-sélection de 10 @-candidats prometteurs, les serveurs avaient été détruits par une incendie et toutes les #données-utilisateurs récentes avaient été perdues. Les #paramètres relatifs à l’inscription de notre @-princesse avaient disparus sans laisser de #traces.

A cet instant de son #existence, notre @-princesse malchanceuse en #amour, avait réalisé qu’elle ne serait de cette manière, pas prête de croiser la route d’un @-prince-charmant qui répondrait à #100% de ses désirs et qui tomberait son #genou-sur-le-pavé, dans des #délais raisonnables. Au lieu de cela, c’est elle qui était tombée en #dépression (ou en #burn-out) et qui était allé consulter le site d’un @-coach-de-vie réputé. Aux dernières nouvelles, ce dernier lui aurait conseillé de tourner une #sextape avec un #sexfriend puis de la publier sur @-Myskills.com et en parallèle de s’inscrire sans tarder dans la catégorie #premium sur le site @-myHappy-end.com…  

>.<

[Note] Pas de #commentaires réfléchis à ajouter pour le moment 

Une trop bonne idée

-Bonjour ! Qu’est-ce qu’on a aujourd’hui ?

-On a une bonne idée !

-Oh vraiment ? Eh bien en voilà une bonne surprise : Ce n’est pas tous les jours ! Faites voir, que je la lise… … … Mais en effet ! Ça a même l’air d’être une excellente idée… D’où vient-elle ?

-Du fichier central ! 

-Mais non ?

-Hé si je confirme : du fichier central !

-Mais qu’est ce qui leur passe par la tête ? D’habitude ils ne nous transmettent que des idées à la con ! Et il nous suffit de systématiquement leur répondre qu’on étudie déjà une meilleure idée que la leur, en les remerciant de leurs efforts. Après trente ans de service dans la gestion d’idées sans la moindre embûche, voilà que le fichier central a la mauvaise idée de nous encombrer d’une bonne idée ! Non mais là vraiment, tout fout l’camp !

-Mais vous connaissez le fichier central : ils n’ont peut-être même pas remarqué que c’était une bonne idée ! Et ils nous l’ont envoyée en pensant que c’était encore une de leurs idées à la con, comme d’habitude…

-En effet ça pourrait être une explication plausible. J’imagine mal devoir féliciter le fichier central de nous avoir livré une très bonne idée et de devoir rejeter tous les approvisionnements de notre réseau approuvé de fournisseurs habituel. Ça pourrait créer un précédant incommodant. Notre service pourrait dès lors être mis sous pression. Alors, et on en fait quoi maintenant ? Avez-vous une idée ?

-J’ai beau chercher, mais je n’en trouve pas ! Pas même dans les idées préconçues ni dans les idées contradictoires ni dans les loufoques. Et en ce moment nous sommes à court d’idées lumineuses en magasin. Et d’expérience, je peux affirmer qu’aucune de nos idées stupides ne pourra faire l’affaire dans cette affaire…

-Ah mince ! Pourtant il nous en faudrait une et au plus vite, auquel cas cette bonne idée pourrait bien nous rester sur les bras.

– J’ai bien une petite idée derrière la tête : Il pourrait « nous échapper » qu’elle est bonne et nous la classifions comme médiocre, comme on le fait d’habitude avec toutes leurs idées à la con.

-Oui mais comme ça, juste une idée en l’air : Si un jour, « on » devait découvrir en haut lieu que c’était l’idée du siècle et que l’on a intentionnellement fermé les yeux… Nous serions accusés d’incompétence. J’ai dans l’idée que ça aurait des conséquences encore plus désastreuses pour notre service.

-Ou alors on pourrait la garder au frais durant quelques jours. Et on voit si elle se met à germer, ou si le fichier central nous transmet une autre idée susceptible de nous mettre sur la piste de ce qu’on pourrait en faire. Comme la bonne idée vient déjà de chez eux, j’estime qu’on est en droit d’espérer qu’ils nous livrent enfin de bonnes idées en cascade.

-Ok, mais si ces jours prochains, nous constatons que le fichier central ne nous a encore envoyé que des idées à la con, nous risquons de nous retrouver avec une idée fixe sur les bras ! Une de ces idées, dont nous aurons toutes les peines du monde à nous débarrasser.

-En effet, moi non plus je n’aime pas trop cette idée. Et puis, il nous serait alors difficile dans ces conditions, de garder les idées claires.

-Vous savez quoi ? Je vous propose que nous allions simplement nous livrer à un bref échange d’idées au service de gestion des négligences. Nous changer les idées, c’est encore souvent la meilleure des solutions….

>.<

Rattitudes

Je suis rat d’égout depuis des générations.

C’est comme un rat des villes, mais en plus ratiboisé. Qui se sent à l’aise dans la figuration.

Une face de rat. Un ingrat. Un irrationnel. Un raté.

Un pirate. Du baratin à tous les râteliers pour gratter sa ration gratuite.

Un malfrat. Un scélérat. Un découragement pour votre odorat.

A force de ratures, de frustrations et d’embarras, je suis arrivé à saturation !

C’est un raton-laveur rationnel qui m’a conseillé de ratisser plus large !

Rat de laboratoire ? Faire un doctorat ? Signer plein de contrats ? Me lancer dans une activité lucrative rémunératrice ? Viser le gratin, la magistrature, l’aristocratie ou même la stratosphère ? Convaincre un électorat depuis le sommet d’un gratte-ciel ?

Et pourquoi pas ? Qui vivra verra !

Il y a peu, j’ai manqué un rendez-vous important avec une très belle souris à l’opéra. Je la portais en grande admiration. J’étais pétri d’inspiration pour lui fredonner ma déclaration. Mais on s’est ratés de peu. J’ai dû manquer de moderato ou de vibrato ou peut-être s’attendait-elle de ma part à une aura et à une stratégie d’extraterrestre !

Alors j’ai pris le chemin de la migration pour devenir rat des champs.

Je ne suis pas encore assez ratatiné pour abandonner l’élaboration de nouveaux stratagèmes !

Et pourquoi pas ? Qui vivra verra ! Même si pour un temps, ça devait encore être un peu par procuration…

>.<

>.<

Silences et apparences

Elle pensait sans me le demander, que je souhaitais qu’elle réduise son tour de taille. Elle croyait deviner que j’attendais d’elle qu’elle perfectionne ses talents sous les draps et en cuisine. Elle imaginait que j’espérais qu’elle augmente un jour son tour de poitrine. Elle supposait que je lui réclamais d’estomper les manifestations des étapes de la vie et les indices de l’âge. Elle se figurait que j’exigeais d’elle qu’elle change de style, de couleur et de maquillage. Elle présumait que quoi qu’elle fasse, je lui préférerais toujours d’autres femmes que je croise …

Elle s’est créé une projection silencieuse de mes préférences. Elle définit mes attentes et place très haut la barre de mes exigences. Peut-être préfère-t ’elle que l’on en parle le moins possible ? Il se pourrait aussi qu’elle redoute une quelconque confirmation de l’une ou l’autre de ses préoccupations sensibles !

Devrais-je à mon tour me torturer d’inquiétude quant à un éventuel manque de revendications et de sollicitations ?

>.<

Ceci n'est pas une fiction autobiographique, même si elle est parsemée 
d'un petit peu de vécu par-ci par-là. Nous sommes passés dans une 
époque d'image ou les apparences ont pris plus d'importance.
J'ai pensé que cela pourrait bien introduire au sein des couples 
de plus lourds silences ... Mais comment traiter ce sujet de 
manière un tant soit peu "artistique" ? ...
Bien entendu, ce texte n'a pas pour vocation de déclencher des 
discussions pouvant déboucher sur des disputes ! ;-)

La Porte du Canal

Ce matin, j’ai retrouvé ce brouillon griffonné au crayon de papier dans mes archives. Aucune idée de quand il date. Cet endroit existe-t’il vraiment ? Toujours est-il que ce dessin m’a plu alors j’en ai profité pour me défouler un peu en le mettant à l’encre de Chine.

Une réalisation qui avait avant tout pour but de fermer la porte d’une courte mauvaise passe que je viens de franchir couplée à l’ambition de réparer une panne d’inspiration et de motivation qui en découle…

>.<


Vilain mousticot !

Musique : Celle du générique de début de la série télé Dexter

La police scientifique a trouvé un insecte mort à l’intérieur d’une voiture volée.

Le prélèvement ADN effectué sur l’insecte leur a permis de clairement identifier le coupable du vol de ce véhicule ! Les preuves accablaient le moustique à 99.89% ! Si vous aussi, à l’instar de cet insecte, êtes sur le point de commettre un larcin, soyez prévenu que de nos jours, les moyens dont dispose la police pour vous coincer ont fortement progressé !

Avec la prolifération des tests ADN pour raisons médicales, si votre grand-père, votre demi-sœur ou votre petit-fils font un jour l’un de ces tests, les enquêteurs seront en mesure à partir de son échantillon de remonter le pédigrée de votre matériel génétique et vous mettront tôt ou tard le grappin dessus !

Alors faites comme vous le sentez, mais je crois qu’il sera désormais préférable de la louer ou de l’acheter plutôt que de la chourer cette caisse…

>.<

Il y a aussi d’honnêtes moustiques qui en été, vont à la plage comme tout le monde !

>.<

L’insecte qui a du piquant, est un thème récurrent sur ce blog :

Il faut le lui dire !

Il faut le lui dire !

L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui a commencé il y a de cela plusieurs années lorsque je résidais à Genève.

Avec ma compagne d’alors, nous prenions part à la traditionnelle fête de la musique qui se déroulait, entre autres, en plein air dans un grand espace vert de la ville. Les festivités étaient disséminées dans différents quartiers de la cité et de nombreux musiciens interprétaient divers genres de musique sur plusieurs scènes et dans diverses salles de spectacle.

En début de soirée, lors de l’un de nos déplacements depuis un concert à destination d’un autre, nous avons improvisé un inévitable arrêt dans une caravane WC temporaire.

Alors que j’attendais le retour de ma compagne, seul au bord d’un chemin à quelques mètres de ladite caravane, deux jeunes femmes âgées d’environ 18 ans sont passées près de moi en me dévisageant d’une étrange manière. Elles semblaient me connaître, alors qu’en ce qui me concerne, j’étais certain de ne jamais les avoir rencontrées auparavant.

L’une d’entre elles s’est brusquement arrêtée en questionnant sa copine – C’est bien lui ? Suite à la réponse affirmative de l’autre femme, elle continua – Mais, il faut le lui dire ! tout en me fixant avec une sorte de compassion dans le regard et en parcourant quelques pas décidés dans ma direction. C’est alors que l’autre femme a attrapée dans ses bras sa copine qui parlait trop pour opérer un rapide repli stratégique, l’entraînant dans la direction opposée.

La suite de leur désaccord m’est alors devenu inaudible. Un peu décontenancé par cette  situation en les regardant s’éloigner, j’ai pu voir la femme qui avait quelque chose d’important à m’apprendre à mon sujet, insister et se retourner une fois de plus dans ma direction.

Je n’ai jamais oublié cet étrange incident de parcours et me suis depuis dix mille fois demandé ce que cette jeune femme aurait voulu me dévoiler !

Inévitablement, cet événement a durablement ajouté dans mon existence un supplément de méfiance entraînant son lot de désagréments. Si deux parfaites inconnues semblent en savoir plus long sur mon compte que moi-même, alors quels moyens devrais-je mettre en œuvre en qualité de citoyen le plus concerné pour entrer dans la confidence?

Je vous avoue que je n’avais pas vraiment durant toutes ces années, pour couler des jours heureux, besoin de devenir plus suspicieux. Mon imagination de base et ma fantaisie naturelle étant déjà assez fertiles comme ça !

Malheureusement depuis ce soir là, il ne s’est jamais sur ma route trouvée d’autre alliée, animée de cette belle compassion, désireuse de se dévoiler pour me dévoiler ce que je n’étais pas sensé savoir …

>.<

Il fallait que je te le dise !

>.<

 

Le conflit biochimique

Hier, j’avais l’intention d’écrire un billet basé sur le thème de la dopamine. C’est la molécule biochimique du plaisir ! J’avais une trouvaille importante à vous dévoiler à ce sujet, mais je suis désolé de vous décevoir, j’ai dû reporter ce projet à la suite d’un problème technique. Je crains d’ailleurs que vous allez vous aussi devoir suspendre votre production de dopamine le temps de lire ceci.

Il arrive parfois que la molécule biochimique de l’emmerdement, la samemine, ennemie jurée de la dopamine, se permette de venir perturber la félicité de mon équilibre chimique en la provoquant en duel.

Lorsque l’emmerdement se confirme, il peut arriver que ce soit la fulmine, la molécule biochimique de l’exaspération qui prenne le relais. Et lorsque les effets indésirables de la fulmine s’estompent, c’est la rumine, la molécule biochimique de l’amertume qui la remplace. C’est également parfois une trop longue période de production de rumine qui peut s’avérer annonciatrice et génératrice de fulmine.

Des années durant, j’ai dû faire face à une production régulière de samemine, déclenchée parfois par de simples petits tracas de la vie quotidienne, pouvant conduire à une surproduction trop expéditive de rumine ou de fulmine

Comme il est impossible d’enrayer définitivement le cycle des embêtements de la vie, j’ai dû agir en procédant à quelques réglages, sur l’influence de ces neurotransmetteurs. J’ai naturellement augmenté ma production quotidienne de dopamine, ennemie jurée de la samemine dont j’ai de ce fait automatiquement réduit la fabrication.

Hier donc, j’ai une fois de plus pu vérifier l’efficacité de mes nouveaux réglages biochimiques suite à un problème technique : Mon disque dur externe pour toutes mes sauvegardes a cessé de tourner rond ! Je m’évertue des années durant à faire des sauvegardes et voilà soudain, qu’on ne peut plus sauver les sauvegardes !!!

Vous imaginez que ce déboire ne m’a pas du tout fait plaisir (zéro dopamine) mais j’ai rapidement pu stabiliser le temps nécessaire, ma réaction biochimique à un niveau acceptable de samemine en sortant de chez moi pour aller prendre au plus vite un peu de plaisir

 

C'est bien sûr également en rédigeant ce type de délire que je me défoule
et produis en moi des doses salvatrices de dopamine...

Rêve numéro 78b

Rêve numéro 78b

La légende voudrait qu’il faille tout mettre en œuvre pour réaliser ses rêves ! Qu’il faille croire en ses rêves et blablabla !

En temps normal, je vois les rêves comme une forme d’excentricité d’un cerveau laissé trop longtemps sans surveillance. Le pur produit d’une cervelle se livrant à quelques sottises dans le but de se chauffer avant de passer aux choses sérieuses… Les rêves parfois, c’est sympa justement sous forme de rêve, mais il me semble raisonnable de se méfier de leur potentiel développement dans la réalité.

Mais comme dans la légende, à force parfois d’y croire dur comme fer à cheval, j’en ai récemment réalisé un ! Et il ne s’agissait pas de celui qui figurait en tête de liste ni même du plus accessible de ma collection !

Ce rêve pour le réaliser, j’allais devoir payer le prix fort !  Car c’était un rêve qui devait se payer en rêves !

Pour qu’il devienne réalité, je devrais accepter, peut-être pour le restant de mes jours, d’en diminuer dramatiquement le nombre ! Et là, je parle de ceux du petit matin, qui comptent parmi les meilleurs en termes d’intensité et de qualité !

Pour une explication détaillée cher lecteur, remontons ensemble le temps d’à peine quelques décennies…

Fringant jouvenceau, je nourrissais la folle ambition d’être un beau jour d’un siècle prochain, capable « comme les autres » de me lever aux aurores ! J’avais à l’époque pleine conscience de ne pas avoir été doté par la nature d’un don particulier en matière d’auto-réanimation matinale.

A cette époque là, il m’arrivait d’être capable de retourner dans le rêve brusquement interrompu par un réveil n’ayant pas obtenu mon consentement ! Et ce pouvoir particulier des plus délicieux, n’était pas négociable.

Et ce n’était pas du tout pour faire partie de l’élite des lève-tôt à qui, selon le fameux proverbe, appartiendrait ce monde. J’ai toujours pensé que ce dicton avait été breveté entre deux guerres par un militaire de carrière souffrant d’une dépression existentielle.

Sur ma Dream List, c’était l’un des rêves classé science-fiction : Je m’imaginais un jour, dans une station spatiale, gaillardement sauter du lit au premier chant du coq, plutôt que de m’isoler de la prestation karaokesque matinale de l’emplumé, en me réfugiant sous l’oreiller, pour être au mieux à même de consommer, avec la délectation qui s’impose, un supplément de silence et de sommeil !

Maintenant cher lecteur, revenons à la date d’aujourd’hui …

C’est donc sans prévenir, que ce rêve-là , s’est soudain matérialisé alors que je ne lui avais imposé aucun délai de livraison, ni ne l’avais jamais menacé d’aucune sommation.

Soudain dans la vraie vie comme dans mon vieux rêve, il m’arrivait à l’aube d’être le premier du secteur à poser le pied sur la planète terre, le premier arrivé au bureau. Puis je me suis vu consciemment renoncer, sans contrainte nit menace aucune, à une grasse matinée sacrée du week-end !

Aaaaaaaaaaaaarg ! ( effets écho et reverb à fond )

Réveillez-moi, s’il vous plaît ! Il crois comprendre qu’en ce moment même, je rêve que ce vieux rêve utopique s’est brusquement réalisé…