Category Archives: Barbouillages (dessin)

Vous aviez du courrier !

Ça fait plusieurs années déjà que j’assume pleinement mes prédispositions naturelles à l’exagération en matière d’associations d’idées. Et je pense que pourrait bien être imminente et entière, mon acceptation de l’extravagance de mes associations d’idées ET de lieux.

1er exemple : Je me suis récemment arrêté en passant, dans un très bel endroit où j’avais par le passé eu la chance de vivre quelque chose d’extraordinaire et d’inoubliable. Alors que j’avais jusque-ici exclu d’y remettre les pieds ! Ce bannissement avait pour seul but, de ne pas estomper voire de briser le lien qui pouvait exister entre cet endroit et l’évocation du moment fort que j’y avais vécu.

Une manière aussi pour moi, une nouvelle fois sur place dans des circonstances moins réjouissantes, d’éliminer tout risque de coup de blues nostalgique. D’exclure d’emblée la perspective d’un pèlerinage à grimaces dans un sanctuaire de la boule au ventre. Voilà pour l’endroit.

L’idée ultime alors encore seule associée à ce lieu, était que j’avais fait une rencontre nous ayant conduit à cet endroit splendide pimenté de conditions idéales. Une rencontre que j’avais un peu plus tard finalement perdue sur un modeste score de 1:0 sur autogoal, à quelques minutes du temps additionnel des prolongations accordé en cas d’égalité. Et comme j’avais conscience, qu’on n’obtient pas une victoire à tous les coups de sifflet et n’étant pas mauvais perdant, j’avais préféré ranger ce maillot, que je ne m’étais pas retenu de mouiller avant de m’incliner, dans la vitrine des souvenirs précieux. Parce qu’il ne devait en aucun cas se couvrir de la même poussière que moi, j’avais été mordre…

Si j’ai fini par retourner hanter cette zone interdite, c’est que mes associations d’idées ET de lieux, peuvent au-delà d’un délai raisonnable, se trouver prescrites et entraîner une annulation des pressentiments du 3ème paragraphe…

>.<

2ème exemple, et deuxième lieu de référence de cet article, qui a la particularité de ne pas être un point fixe et définitif sur une carte, mais de déménager aussi souvent que moi. Il s’agit d’un emplacement mobile, qui se débrouille toujours pour ne pas aller s’égarer assez loin de chez moi, puisqu’il s’agit de ma boîte à lettres. Dans le passé, mes rapports au quotidien avec ce réceptacle de tôle s’étaient subitement envenimés. Et depuis, à chacun de mes passages devant sa petite porte, je rechigne à m’en approcher lorsque je ne fais pas carrément mine d’ignorer son existence. Et aujourd’hui encore, je ne lui accorde plus guère d’autre qualité, que celle de savoir retenir en captivité pour une durée indéterminée, mon contingent de contaminations de papier !

L’idée excessive que j’y ai associée, c’est que nos interactions passées n’ont le plus souvent eu pour incidence sur mes journées, que celle de me les gâcher !

Malheureusement, l’association d’idée ET de lieu dont il est question ici, semble avoir été garnie d’un délai de prescription de très longue durée…

On pourra aisément imaginer quelques déconvenues pouvant découler d’une telle inhibition :

Exemple : Supposons qu’une admiratrice romantique se saisisse de sa plus belle plume et m’envoie une déclaration manuscrite enflammée ? Il serait alors fâcheux, qu’au fond de la caissette, n’en reste qu’un petit tas de cendres, le jour de l’imprédictible relève.

>.<

Le réveil de ma boîte à lettres

>.<

Vol au-dessus d’un coucou suisse

Jamais je n’aurais imaginé un jour dessiner/peindre quelque chose qui ressemble de près ou de loin à un coucou suisse !

Ce délire-là est parti de l’une de mes séries de notes. En particulier de cette phrase composée d’un proverbe bien connu et de mon petit grain de folie additionnel :

Plus on est de fous, plus on rit, le soir dans le grand dortoir !

>.<

Je m’intéresse à ce qui touche à l’urbex (L’exploration urbaine). J’apprécie particulièrement les documentaires et les photographies d’endroits, d’installations et de bâtiments désaffectés et abandonnés. Je pratiquais volontiers l’exploration de maisons et d’usines désertées quand j’étais gosse. Il y avait même un bâtiment presque en ruine et inhabité de cinq ou six étages juste à côté de chez moi. Je crois me souvenir que le propriétaire en avait hérité, mais ne disposait pas des moyens nécessaires pour l’entretenir et le rénover. A cette époque-là, on ne vivait pas encore dans cette société ultra-sécurisée et hyper-rentabilisée. Les lieux délaissés ne manquaient pas, même au village. Et trainait toujours sur place, quantité d’objets divers et variés, comme si les occupants avaient du partir précipitamment ou n’avaient pas eu les moyens de financer une déménageuse. Je me créais moi-même mes frissons, mes scénarios et mes films d’épouvante en me faufilant dans des greniers et des caves sombres. Souvent sans même me rassurer d’une lampe de poche. La règle était de ne jamais rien vandaliser : Pour que d’autres, puissent eux aussi ressentir l’impression grisante d’être les premiers à investir les lieux, depuis au moins… des décennies. Je me suis réellement construit durant l’enfance avec ce type d’exploration. Parce que le train-fantôme de la fête foraine une fois l’an, c’était insuffisant, trop concentré, trop guidé et manquait de réalisme !

L’illustration du coucou ? C’est parce que je suis tombé sur la photo en noir et blanc d’un grand dortoir d’hôpital psychiatrique. Deux rangées de lits vides et bien alignés mais que j’ai animés d’une ambiance imaginaire : Je me suis dit qu’on devait y passer des nuits de folie ! Qu’à l’heure du couvre-feu, on y passait du côté obscur de la camisole de force ! Qu’on y chuchotait des petites phrases électrochoc pour faire rire les autres pensionnaires de la chambrée ! Et qu’on devait certainement y voler au-dessus d’un nid de coucou…

>.<

Gare aux coups de soleil !

Méfiez-vous ! En ce moment le soleil tape dur !

Hier j’avais piscine en plein air pendant à peine une petite heure et il m’avait semblé qu’il ne faisait pas si beau temps que ça.

C’est seulement de retour chez moi, en passant devant mon miroir, que j’ai constaté que ma couleur de peau avait changé pour celle de ses gants de boxe…

>.<

No Futur Antérieur !

J’avais fait la rencontre de mon premier Punk dans les pages d’un magazine d’une salle d’attente. Il avait été photographié dans les rues de Londres.

Ma réaction fût d’abord négative. Je m’étais demandé par quel miracle ensuite, un jeune énergumène aussi bizarrement sapé et coiffé au bâton de dynamite et à la gouache aura-t’il un jour encore une chance de se métamorphoser en un citoyen britannique conforme à mon standard de raffinement de référence d’alors qu’était John Steed.

Et puis je suis tombé sur ce slogan : NO  FUTURE ! Il était facile à décrypter pour un francophone pour l’heure encore chaste de toute leçon d’anglais. Sauf que dans ma jeune insouciance continentale, difficile d’en saisir toute l’étendue ! Comment ça, NO FUTURE ? Mais qu’est ce qui cloche avec le futur ? Rien de plus simple, il me semble, que d’assimiler le futur ! A mon avis en tout cas, bien plus que le plus que parfait !

L’autre slogan que j’avais pu lire plus loin était : Le monde est moche, alors soyons moches ! Là, il m’était venu à l’idée que cet extravagant individu avait peut-être juste des goûts de chiotte et que ça ne pouvait que s’arranger.

S’il ne devait plus exister de futur ? Inutile dès lors et au présent, d’encore me rendre sur les bancs de l’école ! Surtout si ce n’est que dans l’unique but de compléter ma collection de mauvaises annotations en matière de discipline dans mon bulletin scolaire ! Pas de futur ? Alors autant sécher les cours de français et de grammaire et je ne sais pas moi : Par exemple, fonder un mouvement de grève que je baptiserais “Fridays for NO Future !”  

>.<

Depuis que j’avais fait cette découverte, c’est avec régularité que j’ai réévalué mon interprétation de cette devise négative et défaitiste et ai volontiers revisité le style qui y est associé. Ce messager à la crête de coq avait-il tort ou raison en brandissant cet inquiétant slogan ? Et s’il était con comme un râteau à gazon et qu’il lâchait ces mots là juste pour faire chier le monde ? Et si il n’avait simplement pas su inventer de code vestimentaire plus élégant pour être bien certain d’attirer l’attention du plus grand nombre et se trouver en position de délivrer efficacement son message d’alerte prémonitoire ?

>.<

< Seriously >

Au moment de rédiger cet article, l’humanité ne savait pas encore exactement comment elle allait se sortir de la crise sanitaire du COVID-19. Il s’agissait d’une pandémie due à un coronavirus. Et la crise était encore d’actualité …

Il y a quelques jours, j’ai regardé une émission thématique qui présentait une série de documentaires sur une chaine de télévision franco-allemande (Arte). Le sujet du dernier film était la résistance progressive et irréversible de bactéries aux différents antibiotiques. Un énorme problème d’ordre mondial là aussi. C’est parce qu’on est assez cons, depuis des dizaines d’années pour donner des antibiotiques destinés aux humains en pâture préventive aux animaux d’élevage, pour des raisons de rendement productif et de rentabilité ! Et cette pratique suicidaire inclut même les antibiotiques de dernier recours ! Ainsi les bactéries ont tout le loisir de se parer des résistances les plus efficaces et un jour viendra, où il n’y aura plus aucun antibiotique sur le marché qui sera assez efficace pour prévenir ou guérir des infections humaines. Les industriels de la pharma qui restent actifs sur le marché des antibiotiques sont en diminution pour des questions d’objectifs de rentabilité. Pour les mêmes raisons, les recherches pour découvrir de nouvelles molécules efficaces se font plus rares. Alors en gros, on en reviendra un jour au stade d’avant l’invention de la pénicilline ! Je vous laisse imaginer le calvaire que pourront vivre nos enfants et nos petits-enfants !

< Finally >

J’espère avoir assez fidèlement, correctement et sérieusement pu résumer l’essentiel de ce documentaire qui était de très grande qualité. J’ai pensé important d’en relayer le signal d’alarme ici. Parce qu’il me semble qu’on a de plus en plus tendance à attendre la catastrophe avant d’y réagir en catastrophe…

Pour ma part, j’en suis ressorti plus blême que le punk du magazine. Ça ne s’est certainement pas arrangé en y additionnant les angoisses des autres alertes qui sont actuellement en rouge. Et naturellement, je trouve son choix de slogan tout à fait approprié  !

J’espère ne pas vous avoir gâché cette journée ! Allez à plus, bande de punks !

>.<

Le petit chaperon gris

Source des cliparts : Merci le Web !

Il était une fois, un gentil petit chaperon Gris qui patientait en attendant que soit levé un décret ministériel d’urgence, qui à cause de la propagation d’un virus, lui interdisait d’aller folâtrer dans la nature et d’aller voir Mère-Grand comme elle en avait l’habitude. Elle en était d’ailleurs fort triste et inquiète, la pôvrette !

Chaque jour, elle nourrissait l’espoir que feu vert lui soit accordé ! Et qu’elle puisse, avec son petit panier rempli de bonnes choses, se rendre chez son aïeule en s’aventurant dans les profondeurs de la forêt. Et chemin faisant avec plaisir, y surmonter quelque peur et y affronter moult dangers.

Chaque jour ou presque, dans l’idée de tantôt pouvoir partir en livraison, elle préparait avec amour à l’attention de Mère-Grand, une grande galette aux fruits de saison, ainsi qu’un petit pot de beurre frais du terroir.

En attendant sa liberté retrouvée, le petit chaperon Gris occupa ses journées de son mieux. Elle participa en toute discrétion à toutes les marches et manifestations qui lui étaient proposées en centre-ville et dont les revendications visaient à préserver les ressources, la santé et la vie de la planète, à améliorer son quotidien, celui de Mère-Grand, celui de l’ensemble de ses congénères et celui des générations futures. Il faut dire qu’en ce temps-là, les cortèges d’interpellation et de protestation, ce n’était pas ce qui manquait …

>.<

Un remake du crapaud vilain (v2.2)

Une première tentative de “remake” d’un vieux truc que j’avais bricolé en 2013, ou même avant (publication en lien en bas). il s’agit d’un essai de curiosité d’une mise au goût du jour. J’ai d’ailleurs failli abandonner assez vite en cours de route : Parce-qu’en temps normal, mes priorités seraient naturellement plutôt orientées vers la spontanéité des inspirations du jour et vers la création de nouveautés ! Donc, repêchage, in extremis !

>.<

Il s’agit ici d’une mise à jour qui intègre le progrès que j’ai pu faire depuis cette époque là et le résultat de ma familiarisation progressive avec l’utilisation d’un outil informatique de dessin vectoriel (Inkscape). Le premier crapaud vilain séducteur, avait été dessiné à la main et scanné, puis tracé en matriciel avec GIMP. Il avait ensuite été vectorisé avec Inkscape / Potrace. Pour info : Un dessin vectoriel peut être incliné / mis à l’échelle à volonté sans perte de qualité (donc sans pixellisation ) parce qu’il ne s’agit pas d’un fichier contenant une grille de pixels fixes, mais d’un “programme de traçage” qui contient les coordonnées et les courbes de Bézier qui relient des points. Ces points peuvent donc être recalculés avant d’être affichés/imprimés proprement au format souhaité. Plus d’infos ici > SVG.

>.<

>.<

Un petit détour au service comptabilité

>.<

Entre deux prises de tête “comptables“, je n’ai évidement pas pu résister à aller faire un petit galop d’essai avec la toute dernière évolution du logiciel libre et open source de dessin vectoriel Inkscape v1.0 ( inkscape.org )

>.<

Mondays For Future

En tant que nul en maths et en cheveux, celle-ci, je ne pouvais pas la manquer !

Les vendredis sont réservés par d’autres manifestants. Mais les lundis c’est bien aussi.

Sinon, j’aurais évidement plutôt choisi les vendredis.

>.<

Boarding pass(e) ton tour

>.<

S’il fait un peu la grimace, ce bon vieux moyen-courrier

C’est qu’au sol durant des semaines, il est resté cloué !

Et si la taxe de séjour de l’aéroport est aussi élevée

Que celle de son parking longue durée au forfait journalier

Il ne semble pas près de pouvoir la payer avant de redécoller !

>.<

Il se prend à rêver de se recycler en navette spatiale à dos de fusée

Pour aller plus loin encore, en embarquant plus de passagers

Et si une taxe sur le kérosène n’en venait pas soudain à tout encadrer

Il ira jusqu’à vendre des looping lunaires et des piqués dans la voie lactée !

Mais il ne semble pas près de vouloir se poser pour se reposer…

>.<

Je profite de l'actualité inédite pour me permettre un petit délire 
aéronautique pas vraiment supersonique, mais qui peut conduire à
un moment de réflexion. C'est parce que j'ai une pensée profonde 
pour tous ces pendulaires qui habituellement vont bosser au 
quotidien en aéroplane ou ceux qui retournent chaque semaine en vol 
low-cost passer le week-end dans leurs foyers en pays voisin. 
Je compatis aussi avec tous ceux qui sont privés d'une ou 
l'autre de leurs journées de shopping express dans une capitale 
étrangère et qui prennent des avions comme on prendrait des  
escalators de supermarché...

Le pion scorpion

Mieux vaut ne pas sous-estimer ceux qui s’alignent en première ligne

>.<

C’est un peu une manie chez moi de bricoler autour de pièces de jeu d’échecs.

Ci-dessous quelques liens vers des anciens articles qui en témoigne !