Category Archives: Témoignages

Vous aviez du courrier !

Ça fait plusieurs années déjà que j’assume pleinement mes prédispositions naturelles à l’exagération en matière d’associations d’idées. Et je pense que pourrait bien être imminente et entière, mon acceptation de l’extravagance de mes associations d’idées ET de lieux.

1er exemple : Je me suis récemment arrêté en passant, dans un très bel endroit où j’avais par le passé eu la chance de vivre quelque chose d’extraordinaire et d’inoubliable. Alors que j’avais jusque-ici exclu d’y remettre les pieds ! Ce bannissement avait pour seul but, de ne pas estomper voire de briser le lien qui pouvait exister entre cet endroit et l’évocation du moment fort que j’y avais vécu.

Une manière aussi pour moi, une nouvelle fois sur place dans des circonstances moins réjouissantes, d’éliminer tout risque de coup de blues nostalgique. D’exclure d’emblée la perspective d’un pèlerinage à grimaces dans un sanctuaire de la boule au ventre. Voilà pour l’endroit.

L’idée ultime alors encore seule associée à ce lieu, était que j’avais fait une rencontre nous ayant conduit à cet endroit splendide pimenté de conditions idéales. Une rencontre que j’avais un peu plus tard finalement perdue sur un modeste score de 1:0 sur autogoal, à quelques minutes du temps additionnel des prolongations accordé en cas d’égalité. Et comme j’avais conscience, qu’on n’obtient pas une victoire à tous les coups de sifflet et n’étant pas mauvais perdant, j’avais préféré ranger ce maillot, que je ne m’étais pas retenu de mouiller avant de m’incliner, dans la vitrine des souvenirs précieux. Parce qu’il ne devait en aucun cas se couvrir de la même poussière que moi, j’avais été mordre…

Si j’ai fini par retourner hanter cette zone interdite, c’est que mes associations d’idées ET de lieux, peuvent au-delà d’un délai raisonnable, se trouver prescrites et entraîner une annulation des pressentiments du 3ème paragraphe…

>.<

2ème exemple, et deuxième lieu de référence de cet article, qui a la particularité de ne pas être un point fixe et définitif sur une carte, mais de déménager aussi souvent que moi. Il s’agit d’un emplacement mobile, qui se débrouille toujours pour ne pas aller s’égarer assez loin de chez moi, puisqu’il s’agit de ma boîte à lettres. Dans le passé, mes rapports au quotidien avec ce réceptacle de tôle s’étaient subitement envenimés. Et depuis, à chacun de mes passages devant sa petite porte, je rechigne à m’en approcher lorsque je ne fais pas carrément mine d’ignorer son existence. Et aujourd’hui encore, je ne lui accorde plus guère d’autre qualité, que celle de savoir retenir en captivité pour une durée indéterminée, mon contingent de contaminations de papier !

L’idée excessive que j’y ai associée, c’est que nos interactions passées n’ont le plus souvent eu pour incidence sur mes journées, que celle de me les gâcher !

Malheureusement, l’association d’idée ET de lieu dont il est question ici, semble avoir été garnie d’un délai de prescription de très longue durée…

On pourra aisément imaginer quelques déconvenues pouvant découler d’une telle inhibition :

Exemple : Supposons qu’une admiratrice romantique se saisisse de sa plus belle plume et m’envoie une déclaration manuscrite enflammée ? Il serait alors fâcheux, qu’au fond de la caissette, n’en reste qu’un petit tas de cendres, le jour de l’imprédictible relève.

>.<

Le réveil de ma boîte à lettres

>.<

L’incroyable sort d’un citron non traité et pas pressé

Alors que je n’en avais jamais connu une seule durant les premières décennies de mon existence, j’ai un jour commencé a développer ici et là quelques allergies alimentaires. Au début, c’était uniquement avec certains ananas ! Un fruit dont je raffolais particulièrement. Et puis ensuite, même chose avec les agrumes. Et un jour ce fût pareil avec un melon de Cavaillon !!! C’est là que j’ai sonné l’alerte ! Comment allais-je pouvoir survivre, si je ne pouvais plus librement consommer au moins une variété saisonnière de cinq fruits et légumes chaque jour ?

Et puis je me suis souvenu que par le passé, j’avais connu une personne allergique qui finissait à l’hôpital, si par malheur elle ingurgitait de l’ananas, ne serait-ce que sous forme d’extrait ou d’additif ! Et c’était dans un pays où il en poussait et des bien délicieux !

C’était devenu une sorte de loterie : Ça pouvait passer du fruit dégusté avec plaisir et sans avoir ultérieurement à pâtir de la moindre gêne , au déclenchement d’une inflammation de gorge persistante qui par la suite, se convertissait encore en “rhube” pour ne pas se laisser oublier trop facilement.

Après avoir enquêté là-dessus, j’ai décidé de modifier certaines de mes habitudes alimentaires. J’en étais arrivé à suspecter des effets indésirables dus à certains produits chimiques agroalimentaires. Les agrumes comptant parmi les produits intensément traités, j’ai par exemple, commencé à acheter des citrons non traités, malgré le fait qu’ils étaient conditionnés dans des sachets en plastique scellés. Et vérification faite : jamais plus aucune réaction allergique à déplorer avec ces fruits-là !

Mais voilà, n’étant pas traités après récolte, ils moisissent un peu plus vite. Et je n’ai pour le moment pas trouvé d’autre alternative que de les acheter par emballage de quatre pièces. C’est du gaspillage, car il y en aura toujours un qui finira par moisir avant usage et qui passera à la poubelle. Sauf aujourd’hui ! Parce que ce citron-là, qui commençait à peine à blanchir, c’est en personne que je me suis chargé de bien le traiter ! Mais à ma manière.

Voilà. Il se pourrait peut-être qu’un de ces jours, je vous parle de kiwis. Un fruit, avec lequel, j’ai toujours pu me flatter d’entretenir des relations sans histoires …

>.<

70 ans d’âge et pas une ride !

L’autre jour, je suis tombé sur une vieille bagnole de collection garée sur le parking d’un garage. Il s’agissait d’un modèle dont je n’avais jamais vu un seul exemplaire ni une seule photo avant ce jour là. Alors je me suis arrêté pour satisfaire ma curiosité : Il s’agit d’une voiture française de marque Panhard, modèle Dyna X de 1950, surnommée “Louis XV” par certains à cause de son style particulier, et “le crapaud” par d’autres…

On était vraiment encore très loin à cette époque du format exubérant genre SUV devenu la norme aujourd’hui et on devait se sentir serrés comme des sardines là dedans ! Le trou là-devant, au centre de la calandre, ce n’était pas pour le style, mais pour insérer la manivelle de démarrage manuel en cas de problème de batterie, de démarreur etc..

La raison principale qui m’a poussé à publier cette photo ici, c’est que sa carrosserie est entièrement en ALUMINIUM ! Il s’agit de ce matériau léger et qui ne rouille pas , avec lequel aujourd’hui, on fabrique volontiers des canettes de boissons à usage unique jetables !!!

Une matière première aux propriétés très particulières, qui à fabriquer à partir de la bauxite coûte très cher en énergie, mais qui serait recyclable presque à l’infini, pour autant qu’on prenne tous la peine de la considérer comme une matière plus précieuse qu’un simple contenant de boisson à balancer dans la nature ou dans la première la poubelle ! On devrait d’ailleurs sensibiliser notre jeunesse déjà à l’école à ce type sujet ! Savoir identifier les matières, les matériaux et leurs ressources naturelles et encourager la prise de conscience qu’elles ne sont pas illimitées. Histoire de peut-être encore éviter qu’ils ne s’en mordent les doigts, quand il n’y en aura plus !

>.<

Plaque commémorative du second trimestre 2020

>.<

C’est avant-tout le sens du devoir de mémoire qui m’a poussé à bidouiller cette plaque commémorative en faux bronze coulé. C’est pour ne jamais oublier sur le long terme si en fin de compte, il s’agissait d’une crise de la quarantaine ou de la quarantaine d’une crise.

>.<

Ma galerie de petits monstres

Je possède ma propre galerie de petits monstres. Sans eux, je ne serais rien. Je les trimballe avec moi partout où je vais.

En ce moment même, mes petits monstres sont bien installés, alignés sur une étagère de mon living room, un peu à l’image d’une collection de petites créatures en peluche.

D’un commun accord, nous avons fait le choix de nous montrer plus disciplinés qu’à notre habitude. Nous ne sortirons plus qu’en cas d’absolue nécessité et le temps qu’il faudra. Une menace mortelle rôde à l’extérieur. Et nous avons décidé que ne souhaitions pas inviter ce monstre là à se joindre à notre famille. Et ce n’est pas parce qu’on l’a baptisé d’un sobriquet d’exoplanète lointaine qui ne déclenche pas d’insurmontable terreur, que nous devrions prendre le moindre risque d’accueillir ce braconnier.

Parmi mes petites canailles, il y a l’angelot et le diablotin. Ces deux-là sont présents depuis le jour de ma naissance. Ensuite au fil des années et au gré de mes rencontres, j’en ai adopté d’autres. Je peux citer des exemples comme le timide, l’imprudent, le trouillard, l’insolent et le rebelle.

Je les consulte tous très régulièrement mes petits larrons. Même si le philosophe est d’avis que dans la précipitation j’aurais trop souvent tendance à n’écouter en priorité que le sourdingue, le frappadingue, l’épicurien et l’instinctif.

Sans cesse je rappelle à l’amnésique que je consulte également les archives de l’inaltérable. Et je négocie des compromis avec le nostalgique et le responsable lorsqu’ils sont opposés à laisser libre cours aux hardiesses de l’ambitieux et de l’avant-gardiste.

J’avoue éprouver une sympathie particulière pour le curieux, le rêveur, le clown, le fantaisiste, l’équilibriste, l’imprudent, l’extravagant, le compulsif,  l’hyperactif  et le contemplatif.

Le moraliste lui me répète que je laisse trop de place tout en haut de l’étagère à l’obstiné, à l’intrépide et au hasardeux, tout en m’approuvant d’avoir su bâillonner l’égoïste et décourager l’arrogant. D’avoir su tisser des liens étroits avec l’optimiste. Le consciencieux me félicite encore pour la décision d’avoir dissout le groupe de pression formé entre autres à l’origine par l’impatient et le négligent.

J’en ai encore plein d’autres de ces petits monstres dans ma collection personnelle. Je ne vais pas tous pouvoir les mentionner un à un dans ce texte. Même si ça ne va plaire du tout au prétentieux, au fanfaron et au susceptible…

J’ai du finir par céder aux insistances de l’excentrique. Il ne pouvait pas s’imaginer une seconde de pas apparaître en personne dans ce récit.

>.<

Micro-pile et poil à gratter

Je me suis réveillé trop tôt ce matin et malgré le déploiement d’une variété d’efforts, cette affaire a pris une tournure définitive. Alors j’ai entrepris de mémoriser ma liste de courses à faire en ce jour. Quelque chose d’un peu assommant : Parfois ça peut encore marcher…

Aujourd’hui, pour une fois, je vais faire la sourde oreille à mon indécrottable optimisme et me forcer à constituer quelques réserves alimentaires de base. Parce que dehors, une vilaine grippe fourbe et mutante a entrepris de se propager. Personne ne sait encore avec grande certitude si dans la durée, elle se contentera de n’être que saisonnière. Mais parmi les trop nombreux malheureux qui l’ont attrapée, certains n’ont pas pu terminer la saison !

Alors que nous étions de plus en plus enclins à nous unir sur la place publique pour militer en faveur de notre survie existentielle et climatique et de protester contre de multiples inégalités et autres menaces d’extinction, voilà qu’un agent infectieux aux prédispositions virulentes surgit sans prévenir pour museler les mobilisations ! Un fléau-surprise qui essaime plus précipitamment qu’un réflexe de freinage d’urgence d’une mondialisation engraissée aux profits et biberonnée aux flux tendus.

Mais non pas du tout ! Je ne panique ni crie au loup trop facilement !!! Et ce, même si je me considère faire partie des paranoïaques de haute-voltige avec une capacité de suspicion naturelle supérieure à la moyenne ! Il y a longtemps déjà, j’avais même expérimenté un épisode où j’avais quelques TOCs un peu à l’image d’Adrien Monk de la série télé. Mais ce n’est pas pour autant qu’aujourd’hui je vais d’urgence devoir engager pour m’aider à survivre, une assistante qui me rassure et me distribue des lingettes anti-bactériennes…

Mais non ! Ma très vive réaction est principalement due à un très mauvais souvenir qui me hante : Il n’y a pas deux ans, je me suis coltiné dix jours d’agonie presque sans aucun répit : Une grippe saisonnière de pic de canicule. La plus violente de toute la carrière de mon système immunitaire. Une fièvre de bourrin dans une fournaise estivale agrémentée de l’une des plus inapaisable soif de damné. A ce moment-là, je voyageais avec ma tente de camping et ne disposais d’aucun domicile fixe de repli. J’étais parfois condamné à aller chercher un peu de fraîcheur et d’improviser des mini-siestes derrière mon volant au fond du premier parking souterrain de supermarché que je dénichais. Alors forcément, je préfèrerais ne plus avoir à revivre ce type de torture, ni à l’identique, ni à proximité encore plus immédiate des fourneaux du diable !

Alors sur ma liste de courses, j’ajoute une micro-pile LR41 neuve pour mon thermomètre qui n’affiche plus mes chaleurs. Ce serait un comble de contracter une fièvre contagieuse fatidique en allant me fournir en pile pour mon thermomètre ! Mais je vais quand même courir ce risque pour pouvoir au besoin prendre des mesures préventives. Et puis des pâtes, du riz, des patates et des boîtes de conserves pour tenir deux bonnes semaines en état de siège viral et sans ravitaillement… Et surtout beaucoup de mayonnaise en tube. Parce que si cette épidémie devait s’aggraver, je pourrais devoir en arriver à abréger moi-même mes souffrances et celles que je pourrais potentiellement infliger à mes congénères ! Éradiquer le virus avec son biotope. Dans ce cas de figure extrême, pour ne pas infecter mon prochain, j’envisagerais un suicide à la mayonnaise. Une overdose fatale administrée en douceur accompagnée de fines lamelles de légumes croquants de saison. Et pour cela, il me faudra aussi quelques romans à l’eau de rose pour aborder de la manière la plus romantique possible, l’incontournable fatalité de mon sacrifice et la tragédie de l’issue dramatique de l’alchimie d’une relation passionnelle mais toxique, qui ne saurait augurer de guillerets lendemains…

>.<

>.<

Me voici de retour de mon centre commercial de survie. Je ne ressens aucun assaut fiévreux et je ne toussote pas. Il y a avait des distributeurs de solution désinfectante pour les mains à l’entrée !

Pour ce qui était des pâtes, des patates et du riz, les étalages n’étaient déjà plus vraiment bien achalandés. En tout cas pas comme ils l’étaient à la grande époque des profusions. Au niveau alimentaire, je dispose maintenant de quoi survivre à une quarantaine, même si jusqu’ici je n’ai jamais encore de ma vie du me limiter à ne croquer qu’un ou deux spaghettis par jour.

Je n’ai pas pu trouver de pile LR41 pour revitaliser mon thermomètre digital. Une rupture de stock ? Alors en attendant je continue de me fier à mon traditionnel capteur biologique.

Mon moral se porte bien. Surtout que ce matin, j’ai trouvé une nouvelle réjouissante dans ma boîte à surprises. Un petit message personnel très rassurant qui arrivait au bon moment et qui a boosté mon envie de survivre aussi longtemps qu’il le faudra et à à peu près n’importe quel cataclysme.

J’ai déniché un emporte-pièce assez sympa au marché noir (photo). Il illustre assez bien mon état d’esprit actuel malgré cette ambiance pesante et pré-apocalyptique. Et si la situation mondiale devait devenir encore plus dramatique, je boufferai des smilies comme antidote à la grimace. Note pour ma liste de courses de demain : Acheter de quoi faire de la pâte à biscuits et tous les ingrédients pour cuisiner un bon gratin de smilies !

>.<

Quelques conseils pour booster vos chances de survie

  • Évitez les bombardements de postillons contagieux ! ( bouclier en plexiglas )
  • Lavez-vous régulièrement les paluches ! ( Respectez la durée minimale prescrite )
  • Toussez/éternuez dans le creux de votre coude, à la cave, mais pas à la buanderie
  • Remettez vos réunions physiques à plus tard (passez à la vidéoconférence)
  • N’encombrez plus les urgences hospitalières pour des petits bobos à la con
  • Gardez vos distances, un mètre minimum entre bipèdes
  • Ne vous caressez pas la bobine,
  • Ne vous frottez pas les mirettes,
  • Ne vous rongez pas les griffes,
  • Laissez couler vos larmes,
  • Ne faites plus tourner le pétard,
  • Ne vous partagez plus la même brosse à dents
  • Ne vous claquez plus la bise et ne vous serrez plus la pince
  • Pratiquez le signe de la tête ou/et la courbette de politesse
  • Ne roulez des pelles qu’à des personnes certifiées 100% OK
  • Redécouvrez les privilèges des plaisirs solitaires
  • Ne vous grattez plus le tarin ( sauf gants en latex )
  • Pensez au télétravail et aux grandes vacances
  • Négociez une prime de risque et contractez une assurance vie risque pur
  • Désinfectez plus régulièrement vos poignées de porte, télécommandes et claviers
  • Désertez les openspace ( vous en rêviez ? Enfin une excuse officielle ! )
  • Rédigez votre testament (Acte souvent équivalent à une demande de prolongation)
  • Soyez psychologiquement préparé à devoir vivre dans un scaphandre
    etc…

>.<

Retour de manivelle

Retour de manivelle

>.<

Quand la vie prenait un malin plaisir à me mettre des bâtons dans les roues,

Le plus souvent, je m’en emparais pour aussitôt les projeter le plus loin possible.

Au besoin je disposais de roues de secours et des quelques outils indispensables.

Je m’occupais de resserrer solidement les boulons pour mieux repartir droit devant.

>.<

Puis un jour j’ai à mon tour pris un malin plaisir à jouer un mauvais tour à la vie.

A ma façon je lui ai envoyé un retour de bâton, lui ai adressé un retour de manivelle.

J’ai démonté toutes mes roues et les ai remplacées par autant de coussins d’air.

Depuis je survole la cible de ses assauts lorsqu’elle s’imagine pouvoir m’entraver.

>.<





>.<

Les 50 coqs du voisinage 2, le retour

https://www.laregion.ch/wp-content/uploads/2102.jpg

Ils sont revenus ! Mais maintenant ils sont plus de 100 ! (Voir l’article d’origine en lien tout en bas)

Je ne sais pas si finalement il s’agit bien de corneilles ou plutôt de corbeaux freux. Mais j’ai lu dans la presse, qu’ils en agaceraient plus d’un dans les quatre coins du pays. ( n.d.l.r : pour cacophonies et aussi pour cacochieries )

En ce qui me concerne, c’est avant le lever du soleil que je me passerais volontiers de leur “atroces vocalises matinales”. Ne me dites pas que c’est une de leurs meilleures stratégies de drague ??? Siii ? Mais nooon !

Après avoir pu facilement les envoyer croasser ailleurs durant deux jours d’un simple claquement de mains, la moitié d’entre eux se sont ensuite habitués. L’effet dissuasif original a vite perdu de son efficacité sur le nombre. Au moins, lorsqu’il pleut ou que la météo ne leur convient pas, ils ne se déplacent plus sous mes fenêtres et je peux profiter pleinement jusqu’à la toute dernière phase de mon sommeil paradoxal.

L’autre matin, ne se contentant plus de squatter l’arbre aux mille branches d’en face (que je ne vais pas aller élaguer moi-même) , depuis mon oreiller, je les ai vus s’aligner serrés tout le long du faîte du toit de l’immeuble d’en face. Un peu comme pour me signifier à grands renforts de participants, que mes petites manœuvres dissuasives précédentes n’avaient pas du tout été à leur goût ! Que comme que je les avais fait s’envoler sans raisons valables, j’allais maintenant devoir déguster un petit déjeuner qui se mange froid ! Et ils se sont mis à s’égosiller comme jamais encore jusque là. On va dire qu’ils sont allés jusqu’à m’étaler de la moutarde forte sur les tartines.

C’est là que j’ai pris la décision de prendre le taureau par les “bornes” : A agression sonore, réplique très sonore ! Parce que je préfère réserver mes mains aux applaudissements d’artistes agréables à entendre et les mettre à contribution pour concevoir et bricoler le “canon sonore” qui les fera tous franchir le mur du son à la verticale ! J’ai vite rédigé la liste du matériel nécessaire et me suis rendu au magasin de bricolage. De retour chez moi, j’ai immédiatement usiné et assemblé le premier prototype de ma pièce d’artillerie et ai procédé à un premier tir d’essai en intérieur et en toute discrétion. En espérant que les grandes puissances en réaction, ne déclenchent pas encore une autre de ces troisièmes guerres mondiale par erreur. Puis j’ai préparé mon arme de dissuasion massive avec la munition nécessaire pour un déploiement rapide et efficace à l’heure de l’aube suivante…

Mais le lendemain était un dimanche et un dimanche ça se respecte ! Je n’allais pas tirer tous mes voisins de leurs grasses matinées respectives et respectables pour mon seul plaisir de faire à mon tour du tapage. De plus il faisait un temps à ne pas planter un coq sur un tas de fumier. Donc pas le moindre gueulard ailé à signaler et à déloger dans les alentours. Et un jour de trêve dans un conflit, c’est toujours bon à prendre. Alors ce jour là, j’ai pu me réveiller de la manière la plus naturelle et agréable qui soit !

Le lundi matin, les volatiles hostiles m’ont signalé la fin du cesser le feu dominical par quelques cris inhabituellement timides en prenant place dans un certain calme sur le sommet du toit d’en face. C’est là que j’ai également perçu les miaulement courts et répétés d’un allié à moustaches dont la présence sur les lieux contribuait vraisemblablement à contenir l’excitation des pires solistes de l’ensemble. “Si la nature vient à mon secours pour rétablir le calme, alors laissons la faire! “ Ai-je pensé en réfrénant un certain instinct guerrier et en retournant me laisser envelopper par les bras de Morphée… Mais au bout d’un quart d’heure, avec le nombre d’interprètes sans cesse en augmentation, le pauvre matou n’avait presque plus voix au chapitre au milieu de ce concerto de casse-couilles pour lève-tôt. J’ai chargé ma bombarde bruyante,ouvert ma fenêtre et “fait feu” sans sommation dans leur direction : Pas un seul d’entre eux n’est resté impassiblement perché le bec ouvert à beugler son irritant refrain ! Il y en a même certains qui ont fait des loopings impressionnants…

Le mardi matin, je n’ai pas eu à sortir du lit pour combattre. Une fois de plus la nature s’était montrée plus clémente avec votre narrateur qu’avec l’escadrille d’enquiquineurs à plumes. Durant la nuit, une tempête à décorner les bouquetins baptisée d’un prénom féminin d’origine grecque les a privés de toute autorisation de décoller de l’enfer.

Le mercredi matin, il était tombé une dizaine de centimètres de neige. Et chacun sait que la neige absorbe et amortit très bien les sons et que donc, ces jours là, il n’y a pas de récital prévu. Plutôt que de rester à glander sur leur branche devant ma machine à café à faire cuicui à leur rebutante manière, ils concentrent enfin dès la première heure, tous leurs efforts dans la recherche de nourriture planquée sous la couche de poudreuse.

Hier, je suis tombé par hasard sur un sujet ou un internaute se demandait ce que les oiseaux pouvaient bien vivre de si excitant vers 5h du matin. Et il y avait plusieurs réponses très drôles, dont celle que les oiseaux seraient plutôt du matin pour s’accoupler. L’un d’entre eux pour les décrire a utilisé le terme de “Morning-Woodpecker”, ce qui m’a évidement beaucoup amusé…

Par contre avec tout ça, j’ai du repousser la série d’essais prévus de mon “canon spécial“. Et tant que je n’ai pas confirmation de sa réelle efficacité sur le long terme et qu’il n’aura plus à être amélioré, je ne vais pas pouvoir en publier les plans ici… Mais pour une fois que de ne pas pouvoir tenir les délais ne m’empêche pas de dormir, je ne vais quand même pas râler !

Je n’ai plus eu à me plaindre des cris de guerre de ces rapaces du sommeil jusqu’au vendredi inclu. Je suis prêt à parier cent appétissantes graines de tournesol que c’est le froid sibérien qui s’était employé à refroidir les ardeurs de chaque représentant de ces émoustillés du point du jour. Le samedi, certains soupirants n’avaient pas pris la peine de refaire le déplacement. Leur nombre s’était réduit à une petite cinquantaine et l’ouverture de leur oratorio troppo furioso repoussée aux environs de sept heures du matin. Mais leur tentative de vouloir négocier avec moi l’heure du grand ramdam en baissant le volume de moitié et en réduisant la durée de leur prestation n’a pas été de nature à me convaincre. C’est encore dans un état de demi-sommeil que je me suis levé et que j’ai pour la seconde fois, fait usage de mon tromblon détonnant. Pas un seul de ces piafs de purgatoire n’a raté le signal de départ ! Et ce n’est pas qu’ils partent faire un tour de quartier pour mieux revenir ! D’ailleurs à l’heure où j’ai ajouté ces quelques lignes, c’est ce qui ressemblait au plus agréable gazouillis de printemps qui parvenait à mes oreilles. Le genre de voisins mélomanes à plumes dont je n’interromprais les couplets pour rien au monde. Suite à mon intervention, il m’a fallu une bonne heure pour repartir en hibernation. J’ai mis cet intervalle de tranquillité retrouvée à profit pour échafauder le concept théorique d’un nouveau mécanisme de “mise à feu” pour mon arsenal d’épouvantail.

Comme le soir précédant, j’avais considérablement abusé de tisane de fleur d’oranger, mon réveil plus matinal que souhaité de ce jeudi, n’avait cette fois pas à être mis sur le râble des ténors noirs. D’ailleurs ils n’étaient plus venus se réunir dans la brise matinale sur le platane aux milles trapèzes voisin pour répéter leur déplaisante aubade. Je me suis dit que le chef d’orchestre devait souffrir d’une subite extinction de voix ou devait avoir paumé sa baguette. Une indisposition quelconque suffisant à clouer le bec de toute une fanfare. J’entendais toujours au loin, jouer d’autres formations : Il ne s’agissait donc pas pour cette fois de l’extinction de toute une espèce. Il arrivait qu’une formation de chasse de trois ou quatre appareils, lâchent quelques vagissements provocateurs en passant presque furtivement derrière mes fenêtres. La possibilité que le douloureux souvenir de quelques déculottées sur le champ de bataille aient été gravées au fer rouge dans leurs cervelles d’oiseaux n’était pas à exclure. Malgré une paix relative de quelques matinées, j’avais continué de peaufiner techniquement mon arquebuse déflagrante. C’était bien connu : vouloir posséder une arme c’est avant tout un acte destiné à se défendre ! Et moi je serais plutôt du genre à ne pas faire de mal à une mouche, sauf si elle devenait vraiment super chiante ! Alors pour les cas d’urgence, j’ai une tapette à mouches de secours. Donc en ce jeudi, de retour soulagé de ma salle d’eau, au lieu que de me jeter sans attendre sous une couette encore à température idéale, c’est pour satisfaire à ma curiosité que j’ai risqué un crochet par la fenêtre pour jeter un coup d’œil sur le poulailler. Et de constater qu’ils étaient tous bel et bien là, mais que seul un seul d’entre eux prenait encore la liberté de tirer sur sa corde vocale distendue. C’est à cet instant précis que j’avais cédé à la tentation de me livrer à une guerre préventive. L’attaque serait la meilleure défense contre ceux qui pourraient s’en prendre à nos défenses ! Et comme maintenant je suis armé jusqu’aux gencives, que j’ai de la munition à profusion qui pourrait être frappée d’obsolescence avant usage, que je n’ai pas d’autre ennemi tout désigné à affronter en ce moment et puis que finalement l’autre jour, ils l’avaient bien cherché… D’ailleurs je n’ai aucun drapeau vierge de couleurs de prévu ni même à disposition. Un seul tir a suffi à expulser, presque en silence de mon territoire d’influences, la clique de ténébreux passereaux. Parce que ce n’est quand même pas du gibier à plumes qui pourrait me mettre de mauvais poil avant l’heure de mon œuf à la coque !

Voilà et maintenant je me sens prêt à prochainement pouvoir publier les plans de mon dispositif de dissuasion dont l’efficacité a pu être prouvée. Cette description fera sans doute l’objet d’un article séparé…

A suivre !

Interface homme-machine

Parmi les moyens prévus pour permettre le dialogue entre un être humain et une machine, il existe ce qu’on appelle l’interface graphique (en anglais GUI) pour Graphical User Interface.

En 2006, j’avais commencé à coder un programme. Un outil logiciel graphique et technique destiné aux ingénieurs/développeurs en électronique. Une profession que j’ai exercé durant des années. J’avais toujours souhaité un jour créer mon propre “produit”, en explorant et en expérimentant en autodidacte, divers domaines comme la programmation. Petit à petit, avec les années, ce programme est devenu ce qu’on appelle une véritable “usine à gaz”. Mes idées additionnées à celles que me soumettaient des clients utilisateurs du monde entier, ont fini par faire gonfler ce projet jusqu’à ce qu’il atteigne des proportions allant au delà du raisonnable.

J’implémentais régulièrement à la va-vite des fonctionnalités supplémentaires ici et là. Tant et si bien que “le poste de pilotage” de l’utilisateur a fini par ressembler à celui de la photo de gauche. Et pour chaque fonction nouvelle ou extension, d’ajouter un icône ou un élément de menu par ici et de rédiger un autre petit tutoriel par là. Expliquer comment faire ceci ou cela et tout ça dans la langue de milkshakes-pire que je maîtrise que partiellement. Je finissais par moi-même après quelque temps d’inactivité sur ce projet, ne plus très bien savoir ou trouver ou comment me servir des mille manettes de mon usine.

J’avais lu dans certains articles de presse que la programmation de logiciels ne serait bientôt plus un métier d’avenir parce que la fameuse intelligence artificielle deviendrait plus compétente que nous pour réaliser de ce type de tâches. Mais j’ai aussi parcouru d’autres articles qui déclaraient que les jeunes enfants devraient “tous” apprendre à coder dès leurs années d’école. Et pour ma part je soutiens clairement cette idée là. Parce que je pense que la programmation et le débogage (la recherche et la résolution de dysfonctionnements et de bugs) peuvent à mon avis activer et développer plusieurs régions cognitives de notre cerveau et réveiller beaucoup de créativité. Ce qui ouvre un accès à des capacités qui peuvent nous compléter et qui se révèlent également efficaces dans bien d’autres domaines que la maîtrise et l’utilisation de l’informatique. Et je fais partie de ceux qui ont du lutter pour un jour se sentir vraiment à l’aise dans la programmation. Ceci bien que j’aie commencé assez tôt dans ma jeunesse à m’y intéresser et à me débrouiller avec ce type de techniques. (Je reviendrai sur ce point dans un prochain article)

Ces temps-ci, j’ai retrouvé le feu sacré pour continuer de faire évoluer le poste de pilotage de mon bon vieux programme qui affiche “déjà” à l’écran ses presque quinze ans de maturation. J’aimerais que petit à petit, il ressemble de plus en plus au cockpit de l’encadré de droite sur la photo. Une interface homme-machine plus épurée, agréable et intuitive…

Les programmes que je crée aujourd’hui, sont tous des héritiers des nombreuses expériences accumulées en développant ce projet ludique et extravagant. Alors il mérite bien que je prenne tout le temps nécessaire pour lui offrir quelques élégantes finitions.

>.<

Les 50 coqs du voisinage

Je vis dans un endroit très calme et la plupart du temps durant la nuit,

Je ne perçois pas un bruit qui perturberait mon sommeil ou mon insomnie.

Et pourtant chaque matin d’hiver peu avant que le soleil se lève

Dans le jardin d’un immeuble voisin de l’autre côté de la rue

Perchés dans un grand arbre aux centaines de branches sans feuillage

Une cinquantaine de corneilles chantent toutes à tour de rôle le jour nouveau !

Et ceci bien plus tôt que je ne souhaiterais aller les imiter sous ma douche !

Que pourrais-je alors entreprendre pour dissuader ces noirs volatiles

D’élire en particulier ce perchoir nocturne là pour fermer l’œil et le bec ?

J’ai pensé à des pétards ou à un puissant haut-parleur sans fil accroché à une branche

Pour leur diffuser à distance des grognements ou des miaulements de prédateurs…

Je fomentais les plans des plus fantaisistes pour chasser ces braillards matinaux.

J’ai aussi bien sûr imaginé prendre une sévère revanche sur tout gibier à plumes

Forcerais à s’envoler tout pigeon avoisinant que je trouverais posé sur ma route

Laisserais bredouille tout moineau suppliant une miette qui croiseraient mon chemin

Mais ce serait injuste de faire payer un rossignol pour la cacophonie de ces corneilles !

Et c’est à l’aube encore tiré de mon somme par cette volaille déterminée à crailler

Que j’ai trouvé une réponse beaucoup plus simple pour mettre fin à leur tintamarre.

Je me suis déguisé en épouvantail aussi matinal qu’elles et j’ai ouvert ma fenêtre.

J’ai tapé bien fort dans mes mains et avec la complicité de l’écho nocturne de la rue

Tous les membres sans exception de cette chorale de casse-pieds se sont envolés !

Et c’est un assez joli spectacle dont je peux maintenant me délecter chaque jour

En espérant qu’elles comprennent qu’elles s’envolent beaucoup mieux qu’elles ne chantent !

>.<

Des pieds des mains…

Lorsque je n’applaudis pas, je lève mon pouce à l’intention de cette jeunesse planétaire d’ aujourd’hui qui ose faire des pieds et des mains pour secouer ces barrières qui encerclent nombre de consciences engourdies. Qui se sont décidés comme jamais encore jusqu’ici, à mettre en évidence l’évidence de lendemains difficiles. Qui se serrent les coudes ! Appuient là où ça fait mal ! Se saisissent avec courage de toutes les opportunités pour reprendre en mains sans attendre, les rennes de leur futur !

Un texte qui a l'origine était nettement plus long, mais 
dont la finalisation m'a paru trop laborieuse.
Je voulais poursuivre dans l'élaboration de cette idée 
mais je viens de changer d'avis...

Mon petit musée (4)

Dans mes cartons d’archives inexplorés depuis de maintes rotations autour de notre bonne étoile, c’est sans doute le grand nombre de stylos-à-bille desséchés, de crayons vingt fois retaillés et de portes-mines délaissés qui m’intrigue le plus. On pourrait me suspecter d’avoir mené une existence de junkie des papeteries. Que lorsque le réservoir d’un taille-crayon était rempli de copeaux, j’en achetais un autre. Que si un crayon de papier faisait mine de faire grise mine, je lui trouvais un remplaçant qui contraste. Que quand l’extrémité d’un stylo à bille était trop rongé par les pauses d’inspiration, j’en perdais l’appétit. Je devais probablement aussi égarer mes stylos-feutres dans la jungle d’un relatif désordre et ne jamais m’accorder ni les moyens ni le temps nécessaire pour les y rechercher. Et puis, saviez-vous déjà qu’il peut arriver qu’un feutre indélébile sur le tard, ne le soit plus vraiment ?

Puis j’ai aussi retrouvé une pile d’enveloppes de toutes les couleurs. Mon courrier du cœur d’antan. Celui qui date d’avant la dématérialisation des enveloppes parfumées. Celui qui précéda la désintégration des patiences. Celui des tendresses manuscrites appliquées et exemptes de toutes ratures. Celui des déclarations enflammées authentiques et calligraphiques.

Bien sûr, je me suis demandé s’il était souhaitable de parcourir ne serait-ce qu’en diagonale, l’expression de ces sentiments amoureux aujourd’hui périmés qui m’avaient été adressés à chaud. A cette époque, on s’envoyait des petits mots doux faits-main et timbrés par la poste, même si on s’était câlinés la veille. Et d’un simple coup de langue sur la bande adhésive, on expédiait un extrait de notre code génétique en annexe. Et ma foi, dans cette redécouverte, j’ai retrouvé quelques bonnes surprises qui n’avaient pas réservé de place en évidence dans ma mémoire. Ce n’est pas pour autant que j’ai été saisi d’une pointe de nostalgie de par leurs chaleureux contenus. Vivre avec son temps n’est plus une simple option. C’est cette pile d’enveloppes de provenances, de formats, de décorations inventives et de couleurs variées que j’ai trouvé symboliquement et visuellement particulièrement touchante. Il y a des jours comme ça, où il est bon de se sentir avoir pu faire partie de la vielle école !

Mais tout ça c’était avant que je passe moi aussi de la plume à large bec et à l’encre violette aux lettres blanches sur fond noir d’un clavier. Que je sacrifie mon inimitable jeu de caractères propriétaire au simple choix d’une police courante et impersonnelle. Que je me soumette à l’agaçant correcteur automatique d’orthographe s’acharnant à vouloir souligner les quelques égarements de ma patte naturelle. Que je me conforme aux courriels du cœur avec des pièces jointes autres que quelques graines de tournesol , un trèfle à quatre feuilles ou des pétales de rose. Que je ne me laisse aspirer dans la spirale des applis cannibales en chatouillant le petit écran tactile et que j’accepte le plus souvent à contre-cœur de me livrer sur des réseaux sociaux à des pitreries modernes et indiscrètes, faisant l’impasse sur la belle exclusivité d’une adresse exacte inscrite sur un bel écrin de papier de couleur pastel.

Les plus récents de mes billets-doux n’iront jamais hiberner à l’abri de la lumière dans des cartons d’archives. Ils sommeilleront dans les entrailles d’un disque magnétique ou sur une puce de sauvegarde matérielle qui s’autodétruiront contre mon gré. Ou alors ils reposeront relativement en paix et hors de ma portée dans un data center surchauffé à l’autre bout du monde. Et c’est à jamais que j’en perdrai peu à peu la substance.

>.<

Mon petit musée (3)

Les voitures c’est naze ! Je l’ai toujours dit …

Les voitures c’est naze, parce qu’il n’y a même pas un lit dedans. Alors ça ne sert que pour aller plus ou moins vite de A à B sans pouvoir passer par le ZZzz… Une voiture ça dort désespérément seule, dehors dans la moiteur, le froid ou dans un garage sombre et exigu, alors qu’une cahutte à roulettes, ça se repose en abritant son conducteur (et ses passagers) jusqu’au premières lueurs du jour.

Mon père avait toujours une camionnette de livraison pour travailler. Il a entre-autre roulé les légendaires : VW T1, Renault “Estafette” et même un “Bedford CF” qui pouvait changer de couleur selon sa volonté.

Alors très inspiré mais beaucoup plus tard, J’ai d’abord été le détenteur privilégié d’un FORD Transit vintage surélevé de couleur chocolat fondu (à gauche) dans lequel j’avais installé un grand lit et deux ou trois autres trucs pratiques, et plus tard, d’un BEDFord, donc un Ford avec un lit déjà installé dedans (Lit = BED in english) … (à droite)

J’avais oublié que le Choco-Transit avait des rétroviseurs extérieurs placés si loin de l’habitacle, presque au bout des ailes. Je ris encore en repensant à la tête de ceux qui me voyaient aller ouvrir le capot un marteau à la main, lorsqu’il refusait de démarrer. Je lui mettais un bon coup sur le démarreur et à mon retour à la clé de contact, il partait au quart de tour. Et on me regardait comme si j’étais le maître incontesté du fantôme dans la machine.

Et de nos jours, je circule avec la SunGonette qui est un VW T4 blanc clair qui n’apparaît pas sur cette photo parce qu’il n’y avait plus assez de place devant cette maison…

>.<

Mon petit musée (1)

En ce moment et ce n’est pas par élan de nostalgie, il m’arrive de revisiter mon petit musée. Ça faisait des décennies qu’il était fermé au public et à moi le premier.

Je redécouvre de vieux albums de photos de famille avec un regard différent et ouvre des cartons oubliés avec une curiosité d’archéologue. Des cartons stockés et déménagés ici et là pour la plupart sans les avoir rouverts durant une bonne vingtaine d’années.

Ces trois pièces de monnaie sont deux dinars et demi irakiens, qui selon des sites spécialisés, ont été frappées dans les années 1981/1982. C’est une irakienne qui me les avait offertes en échange de pièces suisses dans le restaurant où nous déjeunions en 1989 environ. Je les avais trouvées superbes et originales au niveau de leur forme. A cette période là, j’étais formateur en programmation de commande numérique de machines-outil. On pouvait encore changer de profession sur une simple opportunité. Chaque semaine ou presque, je recevais des personnes venues d’un peu partout dans le monde et ce fût une aventure très enrichissante. Je voyageais sans partir. J’en conserve une collection de souvenirs absolument magnifiques. De plus à la base, je n’étais pas du tout un orateur né et il m’a fallu dépasser nombre de mes limites pour assurer la délicate mission. Je m’occupais aussi des visites d’usine, avec les “suivez le guide” et tout ça !!

Contre toute attente de ma part, ce simple échange de quelques pièces de monnaie avait provoqué à table une situation assez conflictuelle. Les deux irakiens qui accompagnaient la dame, tous participants à mon cours et convives de ce repas, ne semblaient pas pouvoir se mettre d’accord pour approuver l’idée de procéder à ce type d’échange…

Leur pays venait de sortir d’une guerre et forcément, certaines tensions pouvaient être compréhensibles, mais pour moi elles n’avaient rien de facilement prévisible.

Voilà un peu pourquoi ces trois belles pièces ne sont pas juste … trois pièces !

>.<

Maman j’ai raté le train !

Je suis né optimiste, souriant, honnête, authentique et altruiste. (Bon ok, on a toujours un peu tendance à embellir son CV. Biffez ce qui ne vous convient pas ou ajoutez un « plutôt » devant chaque adjectif qualificatif cité)

Jusqu’à l’âge de 8 ans, j’aurais encore facilement pu être sélectionné pour jouer le rôle principal dans le remake européen de « Maman, j’ai raté le train ! »

Mais je soupçonnais le père Noël de m’avoir enfumé pendant des années avec son incroyable légende. Surtout que j’avais découvert qu’il s’était acquis la complicité de mes deux parents pour écouler sa production de cadeaux. Moi je comprenais difficilement pourquoi il fallait absolument me faire gober qu’il ne ferait qu’une seule tournée par année et surtout, toujours au tout dernier moment. Surtout qu’à ma connaissance, aucune illustration et aucun film ne mettait en scène de traineau supersonique.

Je pouvais en partie comprendre que quand on bosse la nuit on fait plus d’avance parce qu’on n’est ni déconcentré ni dérangé dans l’accomplissement de sa tâche. Qu’on peut s’éviter nombre de politesses d’usage et qu’on n’a pas à refuser mille invitations à boire du vin chaud. Qu’on peut atteindre des objectifs de productivité très élevés. Qu’on peut livrer le carton et se barrer fissa sans souffler. Un peu comme tous les livreurs de colis d’aujourd’hui d’ailleurs. Et puis la planification logistique est importante : il faut éviter des trajets avec un traineau à moitié chargé et en pleine nuit, les pertes de temps dans la circulation sont réduites. On peut se garer en double file sans trop culpabiliser.

Mais alors pourquoi se limiter à une seule distribution la toute dernière nuit ? C’est assez risqué, le sympathique barbu pourrait se retrouver avec des rennes très enrhumés, se plaignant d’indigestion, ou risquer d’avoir à affronter des conditions météorologiques défavorables. Un cocktail d’impondérables pouvant empêcher l’équipage de partir sur le terrain la nuit N.

Je connais l’explication logique qui résout ce mystère et il est temps pour moi de vous dévoiler ce secret : Le pourquoi du comment le père Noël a décidé de toujours s’y prendre à la dernière pour effectuer sa tournée :

Cette année-là, chez nous du moins, il était passé déposer des paquets une ou deux semaines avant la fameuse date officielle. C’est en ouvrant la porte d’une grande armoire, que j’étais tombé sur son espace de stockage intermédiaire. La légende de barbe-blanche venait de se détraquer. J’ai aussi appris que mes parents ne me disaient pas la stricte vérité à tous les coups.

Et le conte de Noël s’est transformé en impossible décompte de Noël. La lente édification de ma propre légende allait être stoppée nette. Je ne me souviens plus si j’ai résisté deux minutes, deux heures ou deux jours avant de me livrer au pré-déballage des cadeaux de Noël. Ça partait d’un bon sentiment : Je voulais vérifier si l’inventaire correspondait bien à la liste des articles espérés commandés. J’ai ensuite minutieusement replié et recollé tout ça.

Les probabilités que ma mère (dont la réputation de toujours tout voir n’étant plus à faire) ne remarque rien étaient évaluées au mieux à 0,8 % . Et elle a immédiatement annulé la fête de Noël. Elle a eu autant les boules que j’avais peu brillé. Elle m’a signalé au père fouettard qui m’a collé un carton jaune-orangé. Je crois que notre famille n’a jamais consommé aussi peu de bougies que cette année-là. Ensuite les rois-mages ont quand même fait un saut à la maternité en janvier. Naturellement, ils en ont profité en passant pour ajouter une couche supplémentaire à la quadruple épaisseur de ma lourde culpabilité.

>.<

Cette année-ci pas de guirlandes ni de boules peintes à la main sur ce blog. Et pas de dessin de père-Noël non plus. A la place, ce petit conte de Noël un peu fâcheux pour ma réputation et qui d’une certaine manière a forcé le Père Noël à tenir compte de ce type de risque et de ce fait a du réadapter son système de livraison express dans le monde entier…

>.<