Category Archives: Dévergondages

Un automate à bonbons pour Halloween

Notice d’utilisation de l’automate :

  1. Insère une pièce de monnaie en (1) ( Pour ton information, dès 2020, les sucreries gratuites c’est terminé ! C’est ou tu claques ton argent de poche, ou ça sera toi le produit.) Si tu n’as pas de pièce ou que tu as même pas peur, prends le risque de sacrifier ton index en appuyant sur le bouton de sonnette rouge. Il se trouve tout au fond de la cavité supérieure du monnayeur de l’automate (1).
  2. Sans retirer ta pièce ou ton doigt, tourne la manette rotative (2) dans le sens horaire jusqu’à la butée. Attention ! Ne te trompe pas de sens de rotation dans la manœuvre, auquel cas ton doigt pourrait se voir être croqué par l’automate ou ta pièce avalée d’un seul trait par le trou du dimanche de la machine et il n’y aurait alors plus de distribution de récompense à la clé.
  3. Actionne le bras gauche vers l’avant. On parle ici de celui en (3) de l’automate bien sûr !
  4. Si ton doigt est resté intact, sélectionne les 3 bonbons de ton choix parmi ceux qui défilent, en pressant au bon moment les 3 boutons rouges situés sous les écrans mécaniques en (4). Mais non, pas tous en même temps !!! Cette sélection doit s’opérer sans précipitation, une à une et dans le bon ordre, de gauche à droite. Chaque faux bonbon marqué “perdu” ou “fantôme” qui s’afficherait au-dessus de chaque bouton, sera un bonbon dont tu ne verras pas la couleur. Ouais je sais, c’est cruel, mais on s’en fout, non ? C’est la fête …
  5. Si tu as tout fait juste et que tu as mérité une rétribution, dépêche toi de récolter ton lot de bonbons dans le bac de distribution de l’automate rempli de sucs gastriques situé en (5). Mais attention, si tu devais tarder à les repêcher, c’est l’automate qui se ferait un plaisir de digérer ton butin !

Joyeux Halloween !

>.<

Désolé, mais ce bien n’est pas à vendre !

A ce jour encore, aucun trader envoyé des enfers ne s’est jamais présenté à ma porte pour négocier l’acquisition de mon âme ! Quant à moi, je n’ai même jamais pensé fixer de tarif de base en prévision d’une occasion où je me sentirais vaciller dans la perspective d’envisager la vendre.

Vu d’ici et sauf imprévus, je crois que lorsqu’il s’agira pour moi de rendre l’âme, ce sera sans avoir d’abord à rembourser une hypothèque la mort dans l’âme. Et s’il devait subsister un reste de supplément d’âme alors ça sera cadeau, pour la maison !

Un commercial malin aurait habilement pu placer son offre à des moments où j’avais du vague à l’âme, quand j’errais comme une âme en peine dans une impasse sans âme qui vive ou quand je manquais désespérément de force de l’âme. Il aurait pu me faire miroiter un contrat préférentiel aux conditions des plus alléchantes, comme la promesse d’une âme sœur, un élargissement de grandeur d’âme, un adoucissement de servitudes.

Je devais certainement être absent de mon domicile à chaque fois qu’ils sont passés prospecter dans mon quartier. Ou alors il se pourrait que je sois répertorié sur leur liste noire de débiteurs déconseillés pour tout projet d’investissement. Si elle existe, je remercie la bonne âme qui m’aurait dénoncé et qui m’a évité de devoir me montrer désagréable en leur claquant la porte au nez.

Je n’en ai pas la preuve concrète, mais je suspecte leurs services de renseignements de s’être permis de m’accabler d’idées noires en des temps difficiles. Probablement dans le but d’évaluer d’éventuelles disponibilités de ma part. Et je m’amuse aujourd’hui à croire que j’ai certainement fini par obtenir la classification définitive de client indésirable. Une mise à l’index dans la catégorie des collaborateurs potentiels peu maniables et insuffisamment disciplinés pour envisager une quelconque exploitation productive sur le terrain.

Pour terminer, je vous refile un tuyau utile pour le cas où l’un de ces agents des abîmes devait passer vous rendre une visite surprise avec sa mallette remplie de biffetons lorsque vous n’êtes pas vendeur : Prouvez-lui simplement que vous n’avez pas perdu votre âme d’enfant et c’est probablement sans même enchérir, qu’il s’en ira très vite poursuivre sa sinistre récolte ailleurs.

>.<

Allez plus haut !

Il y a environ une semaine, j’ai modifié mon lit.

J’ai surélevé le sommier de 10 cm.

Comme je ne suis jamais tombé du lit depuis que j’ai fait son acquisition, j’ai décidé que je pouvais enfin courir le risque de tomber de haut.

On pourrait penser que 10 cm dans ce domaine ne sont que quantités négligeables ! Mais ça faisait déjà près d’un an que j’envisageais ce changement d’altitude. Et 365 nuits à 10 cm l’unité, ça représente quand même un cumul de plus de 36 mètres ! Ce sont plusieurs niveaux d’espace vital. Étant locataire d’une mansarde qui comme son nom l’indique est nichée sous les toits de mon immeuble, impossible dès lors sans déménager dans une tour, de me rapprocher de la stratosphère et des étoiles autrement qu’en adaptant ma literie ou en allant camper sur une cheminée.

C’est d’ailleurs à la suite d’un rêve étrange dans lequel, j’étais perché sur la pointe de mes pieds et que ma main n’est jamais parvenue à atteindre un objet important pour la suite, que j’ai entrepris cette fois sans plus attendre de me lancer dans cette périlleuse aventure.

Quand la modification fût terminée, je fus stupéfait de m’apercevoir que visuellement déjà, ma couche aurait toujours dû être ajustée de la sorte ! Piqué par la curiosité, je me suis assis sur le matelas pour en mesurer le confort inédit. Je fus très étonné de constater que mon plumard était dès lors mieux adapté à ma morphologie. Lorsque je me trouvais le cul sur le matelas et les pieds plaqués au sol, se dessinait de parfaits angles droits sous mes genoux. La position idéale pour enfiler mes chaussettes sans risquer un lumbago ! Et pour couronner le tout, pas trace du moindre tourbillon de vertige ! Et dire que par excès de prudence, j’ai au départ failli décomposer cette acrobatie en deux étapes de 5 cm et de faire appel à un cascadeur professionnel !

Enthousiasmé par les résultats positifs de mes premières observations, je me suis empressé d’avancer l’heure de ma sieste. J’ai disposé à distance encore raisonnable, une descente de lit bien épaisse. Un dispositif susceptible d’amortir efficacement la finalité de la glissade accidentelle d’un corps en mode veille. Et je me suis offert le festin d’un premier roupillon de niveau supérieur !

>.<

Le jour de la pension alimentaire

Juste un petit rappel pour tous ceux qui sont concernés : N’oubliez pas de verser l’intégralité de la somme convenue en toute sécurité. Parce que mine de rien, aujourd’hui on est déjà le 30 décembre et que la trêve des fêtes de Noël, ça ne peut durer qu’un temps. Mais comme c’est la toute dernière livraison de l’année, il est recommandé de fêter ça !

>.<

Il s'agit bien évidement ici d'un simple gag qui n'est 
destiné ni aux âmes sensibles ni aux personnes facilement 
offusquées par toutes formes de sarcasme. Il ne se base même
pas sur une expérience personnelle douloureuse. 
Dire que de nos jours, on devrait toujours prendre des 
pincettes stérilisées après avoir enfilé des gants à usage 
unique sur des mains savamment désinfectées avant d'oser 
administrer la moindre petite piquouse intramusculaire 
d'extrait de vitamines...
 

Les ailes du favoritisme

L’autre soir après le travail, j’avais un rendez-vous pour aller boire une bière avec Cup, un ami de longue date !

Cup, avec un peu de chance, vous en avez déjà entendu parler : On l’appelle aussi un peu pompeusement « l’archer ailé de l’amour ». Quand on avait sympathisé lors de notre toute première rencontre, il m’avait lancé en redécollant qu’on allait probablement être appelés à se revoir et que ce serait plus simple de se tutoyer…  

Bien sûr au téléphone au moment de convenir d’une date et d’un endroit, lorsque je lui avais glissé avoir besoin de ses services, il n’avait pu s’empêcher de se laisser aller à quelques sarcasmes :

« Quoi.. Encore ??? Mais tu dois être en passe de devenir mon meilleur client ! Une carte de fidélité ça t’intéresserait ? Comment veux-tu que j’accomplisse efficacement ma mission, si tu ne me laisses pas cinq minutes pour affûter mes flèches ! »

Ensuite, il s’est mis à râler. Que de plus en plus souvent, il en avait plein le carquois. Qu’administrativement ça devenait ingérable avec la liste officielle de combinaisons d’orientations qui ne cessait de s’allonger. Que c’était plus simple avant : Dans les cas d’erreurs professionnelles, il pouvait s’appuyer sur l’excuse qu’il n’était pas encore au courant des dernières révolutions. Que son taux de réussite dans les interventions de transformation de coups d’un soir en passion dévorante avait tendance à chuter chaque année. Qu’il commençait à souffrir d’un tennis elbow  à force de devoir recharger après avoir manqué ses cibles en opérant dans la précipitation. Qu’il songeait de plus en plus sérieusement à se retirer du business et d’aller s’isoler au calme pour se consacrer à l’écriture de romans d’amour.

Et puis il a repris :

« Alors si je t’ai bien compris, tu aurais encore besoin d’une paire de flèches et sous le prétexte qu’on est potes, tu rechignes à t’inscrire sur la liste d’attente ? Tu aimerais passer en priorité et être vite servi ? Je vais voir ce que je peux arranger. Mais je suppose que tu sais déjà qu’avec moi, ce n’est jamais le premier soir ?

>.<

Un Conte de fées

Il était une fois un jouvenceau, et c’était moi, votre narrateur.

Je tombas raide-dingue d’une sublime jeune fille qui montait à cheval avec une élégance rare. Elle ne m’avait pas encore remarqué. Mais c’est enivré de fougue, que je ne comptai dès lors plus d’autre intention, que celle de tout mettre en œuvre pour m’en aller, me dépeindre à ses yeux, en valeureux et fringant cavalier.

J’investis de modestes économies dans quelques leçons d’équitation et trouva un arrangement avec un ami de mon paternel, pour lui emprunter faute de mieux, mais à ma guise, une mule docile et fatiguée. Il parvint à mes oreilles que la belle cavalière qui m’avait tapé dans l’œil soit aussi une danseuse passionnée et que son intention d’honorer de sa divine présence, le bal annuel de la cour, était désormais rumeur confirmée.

Alors chaque soir, une fois mon labeur accompli, j’entrepris de perfectionner l’assurance de mes pas de danse, afin de comparaître le soir des festivités venu, en cavalier aussi remarquable, avec sa monture que sans elle.

Pour magnifier mon apparat, je fis appel à la magie d’une fée réputée loin à la ronde pour son habileté à ressusciter le lustre de n’importe quel costume de seconde main. Elle fit appel à l’une de ses consœurs qui sût redonner un spectaculaire coup de fraîcheur à mon destrier. Elles m’éclairèrent de précieux conseils destinés à renforcer mes chances de succès.

C’est animé de la conviction d’émaner une aura d’irrésistible prétendant que je me rendis en temps et en heure et fort impatient de la revoir, à la salle des fêtes du palais. C’est en vagabondant au cœur des attroupements que j’aperçus la demoiselle qui m’animait d’une folle passion et que je tombai en arrêt : La belle était plus séduisante que jamais. Mais elle se trouvait accompagnée de ce prince que d’aucuns qualifient de charmant. Ce dernier, à qui je préjugeais un penchant exclusif pour des candidates de sang bleu, avait peu avant la tombée de la nuit, organisé à son unique intention, une visite des écuries royales. En outre, il en avait profité pour lui demander de lui accorder l’intégralité du premier tour de danse.

Bien que paré d’un courage certain, je jugeai préférable de me contenir dans une relative discrétion et d’éviter de provoquer tout tumulte. Une mise en évidence de mes aspirations profondes risquant fort de me conduire dans l’un des cachots du château.

Malgré moult implorations intimes, l’importun monarque ne relâcha pas son emprise sur la belle. C’est peu avant minuit, soudainement, comme saisie d’un ultime élan de liberté, que la troublante créature prit congé et se précipita en direction de la sortie. Mon rival suite à un moment d’hésitation, tenta sans succès de se lancer à sa poursuite. Penaud et désenchanté, mon cœur n’étant plus à la fête, je ne tardai pas à quitter le bal à mon tour.

Le lendemain je retournai voir les fées pour leur raconter ma soirée. Elles me consolèrent avec deux ou trois coups de baguette magique.

Plus tard j’appris que le prince rechercha et retrouva sa dulcinée. Le soir du bal, elle avait perdu l’un de ses escarpins dans le grand escalier en s’enfuyant et il se déplaça en personne dans le but de le lui rendre en mains propres. Il lui fît le coup de la chaussure qui lui allait comme un gant. Conquise, la délicieuse lui tomba dans les bras. Et il se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

Cette princesse n’eut jamais vent de mon existence et de ce fait à aucun moment, ne sut que j’osai nourrir l’espoir qu’elle devienne ma reine.

>.<

A suivre !

Parce qu’il faudrait aussi envisager un happy-end pour le narrateur, à cette histoire…

>.<

La malédiction du campagnol

Respectant une tradition d’amitié établie depuis fort longtemps, un hamster et un campagnol se retrouvaient pour un repas à l’occasion des fêtes de fin d’année. Et c’était au tour du campagnol d’accueillir le hamster dans son repaire.

Dès son arrivée, le hamster se montra volubile en racontant au campagnol son récent bonheur de partager son habitat urbain avec l’élue de son cœur. Qu’ils couraient ensemble des jours heureux dans leur roue géante.

En pénétrant dans l’antre de son hôte, il avait admis que comme lors de sa précédente visite, le campagnol vivait seul. Et c’est à ce sujet que le hamster choisit de lui faire part de son inquiétude…

Alors le campagnol lui raconta que ses journées étaient si chargées qu’à la nuit tombée, il croulait sous la fatigue. Il argumenta que dans l’agriculture, les temps étaient devenus plus durs qu’autrefois et qu’il y était déconseillé de compter ses heures. Qu’il ne restait que peu d’autres choix que de se lever et de se coucher avec le premier et le dernier rayon de soleil…

Mais qu’à de rares occasions, il échappait à sa trépidante vie souterraine et parfois même, faisait la rencontre d’une souris prompte à lui faire frémir les moustaches. Mais qu’il ne parvenait jamais à éviter que la charmante candidate soit une citadine convaincue et se montre peu enthousiaste à l’idée d’une existence champêtre. Que cette malédiction n’eût de cesse de le poursuivre depuis ses premières amours de jouvenceau. Que malheureusement, même animé des intentions les plus langoureuses, il se sentait fort désarmé pour s’en aller pulluler dans des galeries de béton, pour aller frétiller dans des tunnels de plastique ou pire encore, d’aller se laisser incarcérer à perpétuité derrière un grillage métallique.

Mais que depuis qu’il avait entrepris de s’inscrire dans un réseau de rencontres international, il avait misé toutes ses chances sur l’espoir d’attirer à ses côtés, une rongeuse susceptible d’envisager de s’installer avec lui quelque part au grand air d’une campagne luxuriante. Que sa recherche s’accompagnait naturellement de cours de perfectionnement en langues dans le but de favoriser la communication avec des prétendantes natives de toutes contrées.

Le hamster se montra ravi d’entendre son ami le campagnol lui témoigner les yeux brillants d’un tel entrain et il l’en félicita.

Le campagnol sur le ton de la confidence lui révéla qu’il venait justement, quelques jours auparavant, d’avoir la chance de faire une rencontre particulièrement prometteuse. Que la séduisante candidate venait d’Allemagne et résidait à Düsseldorf. Et que pour une fois il se sentait vraiment rassuré parce que malgré ses notions en langue allemande encore faibles , il savait déjà au moins que « dorf » en français, ça veut dire village

>.<

C'est une rencontre pleine de magie avec une jeune femme fort 
séduisante et sympathique qui m'a inspiré cette histoire. 
Notre conversation n'a duré qu'une dizaine de minutes. 
( Dans la vraie vie je parle couramment la langue de Goethe )
si je n'avais pas eu un peu la tête ailleurs à ce moment-là, 
je pense que j'aurais beaucoup aimé tenter l'impossible pour 
lui faire rater son envol à destination de Düsseldorf..

Mais je l'ai laissée filer 

Un délire atypique

>.<

Ce qu’elle était magnétique

Cette sarabande élastique

Ce qu’il était boulimique,

Cet appétit fantastique !

Ce qu’elles étaient magiques,

Ces étreintes idylliques !

Ce qu’il était euphorique,

Ce beau rêve érotique !

Mais ce qu’il a pu être impudique,

Le coupable de ce réveil machiavélique !

>.<

Le diagramme du cœur

Aujourd’hui les laboratoires de recherches SunOf vous proposent le diagramme de Venn du cœur à quatre secteurs.

Ce type de représentation graphique peut vous être utile pour vous guider, dans le cas ou vous seriez toujours à la recherche du grand amour.

Il peut aussi vous permettre de procéder à une simple auto-analyse de vos réelles préférences et attirances dans l’unique but de mieux vous connaître.

Il n’est également qu’un simple jeu, qui peut se révéler amusant.

Attention ! Les laboratoires SunOf déclinent toute responsabilité en cas de dispute ou de rupture consécutive à une auto-analyse basée sur cet article ou effectuée en couple.

Règlement

Ce diagramme est entièrement libre et totalement ré-définissable par vos soins !  

Vous pouvez éliminer, ajouter et réorganiser à votre convenance tous les critères de base qui se trouvent dans les quatre secteurs de mon exemple. Vous êtes autorisé à ajouter des ” very ” devant les critères de votre choix ou de les souligner.

N’y figurent par exemple pas, les critères plus précis de préférences physiques, de niveau d’intelligence, ceux de milieu social, de niveau de réussite, de passions ou de compétences particulières, de richesse culturelle ou pécuniaire. Vous en trouverez très vite d’autres qui vous importent en priorité !

Le symbole du cœur qui rassemble vos préférences les plus importantes et qui sur mon exemple se trouve en plein centre du diagramme, peut-être lui-aussi déplacé à votre guise à l’intérieur de l’une des 8 autres intersections de secteurs.

Bonus

Si dans un deuxième temps vous deviez affiner votre recherche du grand amour ou pousser encore plus loin votre auto-analyse, sachez qu’il existe des diagrammes de Venn avec plus que quatre secteurs…

>.<

Mystérieuse et furtive

>.<

Attitudes audacieuses

De moi tu ferais ton passager clandestin

Tentation mystérieuse

Tu sais que tu pourras toujours t’en repentir demain

>.<

Tempérament alchimique

De toi je ferais mon aventurière sans lendemain

Nature énigmatique

Je sais que je ne pourrai jamais m’en réveiller serein

>.<

Approche impertinente

Tu arrangerais une opportunité de nous revoir

Rencontre troublante

Tu sauras m’avouer un jour que ce n’était pas un hasard

>.<

Fascination imprudente

Je consentirais à ce que tu me fasses prisonnier

Ivresse insolente

Tu sais que tu ne voudrais pas me laisser m’évader

>.<

Sensations brûlantes

Je chercherais à multiplier nos escales intimes

Passion ardente

Tu feras du visiteur confidentiel ton partenaire légitime

>.<

Site de rencontres explicite et Low Cost

Un détournement d’un joli logo de site de rencontres très amusant à réaliser.

Idéalement, il faudrait ajouter une flèche qui décolle en prolongement du “t”

Mais on ne vas pas surcharger la soute n’est ce pas ?

Allez, bon vol à tous et merci d’avoir choisi notre compagnie pour vous envoyer en l’air aujourd’hui !