Category Archives: Déballages (poésie modeste)

Poésie pour un naufrage

Hier à la téloche, j’ai revu le film documentaireAvant le Déluge” qui date de 2016.

Nommé en tant que Messager de la Paix sur les questions climatiques aux Nations Unies, Leonardo DiCaprio avait parcouru le globe pendant deux ans pour faire un état des lieux environnemental.

Aujourd’hui, 3 ans plus tard, je constate qu’une part non négligeable et grandissante de la population mondiale se réveille avec une gueule de bois et se regroupe un peu partout pour réclamer des réactions immédiates et concrètes ! Je propose aux sceptiques qui préféreraient peut-être encore profiter de la “fête” et à tout ceux qui roupillent encore, de se donner une chance supplémentaire durant une heure et demie de remettre en question leur vacillante ou embarrassante conviction. Ensuite il existe bien sûr encore beaucoup d’autres enquêtes et témoignages de ce genre disséminées ici et là et il sera toujours possible encore, aux plus obstinés d’entre nous, d’approfondir le sujet et de recouper toutes les informations qu’ils contiennent…

C’est encore imprégné et inspiré par ce poignant documentaire que ce matin, j’ai rédigé tout un un poème portant sur l’avidité capitaliste que vous pourrez lire plus bas. Je ne sais pas si ça avait déjà été tenté auparavant et si non, eh bien en voilà déjà au moins un pour la route !

>.<

Poésie pour un naufrage

>.<

A l’escalade du pinacle de mon propre intérêt

A la poursuite d’ivresses conduisant au “sommet

Je n’ai pas accumulé de capital sympathie

De bienveillance je n’ai fait que l’économie !

Obsédé de vouloir tirer bénéfice du doute

Convertissant en déluge ma future banqueroute

Je n’ai su être qu’un capitaine au “meilleur” cours

D’une poigne d’avidité dans un faux gant de velours

>.<

Un peu crevé quand même !

>.<

Je savais déjà que j’étais un peu déjanté !

Mais là en plus, je suis un peu crevé !

Jusqu’ici je n‘avais jamais manqué d’air !

Droit dans des bottes en deux exemplaires …

Mais depuis je titube sur un monde qui vacille

Je me déplace en clopinant comme une chenille !

Impossible dès lors de garder les pieds sur terre

Je me traine sur les autoroutes de la fourmilière !

Inutile en fin de compte de n’avoir qu’en mains

De bonnes cartes pour arpenter la marche du destin !

>.<

Hier j'ai délogé une vis de 12 mm de longueur plantée à la verticale 
la tête en bas dans la semelle de ma chaussure. Heureusement, elle 
n'avait pas traversé ! Mais depuis, lorsque je marche sur sol lisse,
ça fait un bruit gênant un pas sur deux... 
On peut donc en conclure que j'ai été victime d'une crevaison. 
Cette mésaventure est à la base de l'inspiration de cet article 
qui, dans la foulée, a débouché sur cette parodie d'une 
des cartes d'atout du jeu des 1000 bornes qu'on appelle aussi 
"une botte".

L’invité à s’en aller

L’invité à s’en aller

>.<

Je me permettrai encore de me défiler

A l’écart des tenues de soirée exigées 

Je disparaîtrai encore sur la pointe des pieds

A bonne distance des cortèges de mondanités

Je me considérerai encore comme l’invité

A la dérobade et à la belle échappée !

>.<

>.<

Lorsque j'étais adolescent, j'ai fait deux fugues marquantes !
A la première, j'avais été repris le soir même par les autorités 
parentales et à la seconde, je m'étais perdu et avais manqué de 
crever de soif dans l'exploration d'un grand désert aride d'Espagne...
J'avais aimé ça : C'était des expériences très grisantes et cette 
poudre d'escampette avait ma foi bien plus qu'un simple arrière-goût 
d'aventure ! 
S'agissant ici d'un article parti d'une toute autre idée de départ, 
Une ébauche dont il ne reste plus grand chose au final,
Je viens en quelque sorte de me livrer à une fugue créative ! 

Un délire atypique

>.<

Ce qu’elle était magnétique

Cette sarabande élastique

Ce qu’il était boulimique,

Cet appétit fantastique !

Ce qu’elles étaient magiques,

Ces étreintes idylliques !

Ce qu’il était euphorique,

Ce beau rêve érotique !

Mais ce qu’il a pu être impudique,

Le coupable de ce réveil machiavélique !

>.<

Violation de domicile

Violation de domicile

>.<

Je vous défends de lire ainsi dans mes pensées !

D’en tirer vos conclusions ciblées sans rien me demander

De vous immiscer à mon insu dans mon jardin privé

Je ne ferai que vous ajouter à tout ce qu’il vaut mieux rejeter !

>.<

Je vous interdis de bafouer mon espace de liberté !

De vous faufiler en moi avec vos déplorables procédés

De vous introduire contre mon gré dans un territoire réservé

Je ne ferai que vous greffer sur tout ce qu’il vaut mieux détester !

>.<

Je vous somme de cesser de jouer de votre fausse complaisance

Sans quoi un jour, au besoin d’une quelconque assistance

Vous trouverez porte close, du moins en apparence

>.<

>.<

Je me demande parfois si je ne devrais pas aller 
m'introduire et fureter un peu dans les belles villas 
des fouineurs qui s'autorisent à venir farfouiller dans 
nos vies privées. Ce serait un peu œil pour œil, il 
me semble.

J'en connais qui vont vite renforcer leurs clôtures 
et engager plus de vigiles !

En attendant, tout cela m'aura au moins procuré le plaisir 
d'écrire ce texte...

Boucle temporelle

Boucle temporelle

..

Il y a bien dix minutes environ,

Que le temps est en dérangement

Dix minutes n’est qu’une estimation !

Plus de périodes ni d’empressements

..

Ça doit faire plus d’une heure

Que je n’ai pas vu le temps qui passe

Une heure en simple spectateur !

Plus en retard ni en avance

..

Ça fait une poignée de minutes

Que j’ai perdu toute notion de durée

Un festin d’instants sans contraintes !

Plus à en perdre ni à en gagner

..

Ça faisait bien trop longtemps  

Qu’il m’avait imposé sa cadence

A en ignorer d’intimes battements !

Plus d’impatience ni d’urgence

>.<

Connexions

Durant quelques jours, un profond calme inhabituel s’était emparé de moi. J’avais été saisi d’une forme insolite de béatitude ! La course du temps s’était soudain arrêtée. Le temps d’isoler mes capteurs et de méditer. En échange, j’ai concédé à une certaine absence de créativité.

Mais aujourd’hui , j’ai décrété que ça ne pouvait plus durer ! Alors j’ai rédigé une dizaine de vers connectés avec des rimes en “…ence” et en “…ive“.

A vous de les mettre dans le bon ordre …

>.<

De la discrétion à discrétion

> . <

Un double fond

Une surprenante cachette

Un faux plafond

Une pièce secrète (?)

Une porte dérobée…

Un passage introuvable (!)

Un compartiment dissimulé

Un repaire indétectable !

>.<

C’est promis, je ne prendrai pas trop de place

Je n’occuperai que les contours de ton espace

>.<

>.<

La terre est ronde ET plate !

La bande annonce / the trailer

>.<

Une preuve irréfutable que la planète Terre est ronde ET plate !
Notez que la lune est plate elle aussi ! Mais ça, tout le monde s’en contrefiche.

>.<

Est-ce une sphère qui ne tourne pas rond ?

Ou est-ce un disque qui plane vers l’horizon ?

Ne serait-ce qu’une pièce fétiche lancée dans l’espace ?

Un franc symbolique qu’on peut jouer à pile ou face ?

>.<

Une vague d’indifférence

>.<

>.<

Un flot d’illusions

Un déluge d’ignorance

Un torrent d’incompréhension

Une vague d’indifférence

>.<

Si tu retiens ton souffle au moment de son passage

Elle ira s’écraser telle une déferlante sur le rivage …

>.<