Category Archives: Cadrages (photographie)

Une mosaïque numérique

>.<

Résultat d’une série de traitements numériques appliqués à une photo que j’avais prise d’une plage de cailloux tout sauf carrés. (Dimensions et résolution réduites de moitié)

Il y a une dimension visuellement intéressante ici, celle de pouvoir pointer sur une zone et de zoomer pas à pas pour aller découvrir l’endroit visité jusque dans ses moindres détails. Mais il faut pouvoir le faire avec un logiciel qui en permet l’agrandissement “illimité” et sans flou.

>.<

Mon petit panier d’optimisme

Ma petite réserve personnelle pour couvrir les cas où ça devait partir en cacahuète ou partir en sucette. Et si ça devait partir en vrille, je n’aurai pas d’autre choix que d’improviser. Mais j’espère surtout que ça ne partira pas en couille, parce que je n’ai pas beaucoup de stock !

>.<

De la végétation venue d’un autre monde

Je viens de voir un excellent mais inquiétant documentaire sur les implications de l’industrie de l’agrochimie dans la disparition massive de la biomasse des insectes !

Lien vers ce documentaire sur le Play RTS

J’ai repensé à cette photo que j’avais prise début octobre : J’étais tombé par hasard sur une très grande haie bien ensoleillée dans laquelle grouillait une diversité d’insectes. ( Vous pouvez vous amuser à les repérer et à les compter sur cet extrait )

Ça m’avait paru inhabituel de nos jours, de voir encore tout ce beau petit monde virevolter et bourdonner aussi joyeusement autour de ces boules de fleurs, à l’aspect presque viral.

Ce grand mur de verdure avec la vie foisonnante qui l’habitait, m’avait laissé l’impression de venir d’un autre monde, un espace naturel vivace et préservé…

Je ne suis malheureusement pas très calé en botanique mais J’ai fini par trouver ce que c’était sur internet : Du lierre grimpant en fleur ! ( on l’appelle aussi le lierre des poètes )

Lien Wikipedia : lierre grimpant

>.<

Ma bonne vieille machine à voyager dans le temps

>.<

Ma bonne vieille machine à voyager dans le temps

aurait peut-être besoin d’une grande révision et d’une mise à jour ?

Mais alors quelque chose de fiable, qui aura déjà fait ses preuves !

>.<

Mon tout premier téléphone portable

C’était à l’occasion de fêtes de Noël que J’avais reçu mon tout mon premier téléphone portable. Il était temps car j’avais déjà deux ans d’âge révolus au compteur !

Au prime abord c’est vrai, j’avais l’air ravi de ce cadeau… Mais le modèle en question n’avait pas d’écran tactile, était dépourvu de caméras et était exempte d’interface sans fil Bluetooth !!! Pire, il fallait carrément une sacoche de bûcheron pour le trimballer sur le terrain. Et j’étais sensé retenir par cœur tous les numéros de mes futurs interlocuteurs !

Alors évidement, je n’avais pas attendu une seconde de plus pour tenter de contacter ma planète d’origine à l’aide de cette technologie primitive, faute de mieux. J’avais insisté pour qu’on m’envoie une soucoupe volante de sauvetage dans les plus brefs délais…

>.<

Rien que des mots !

Quelqu’un avait murmuré dans mon dos :

Ce ne sont peut-être que des mots !?

Mais se pourrait-il alors qu’à la place

Quelques images à elles seules les satisfassent ?

C’est par la suite que j’ai choisi de me taire

Que j’ai fait la sourde oreille aux commentaires

Que j’ai délaissé les beaux discours et évité les ragots

Pour mieux voir ce qui est plus fort que tous les mots

>.<

Quelqu’un s’était permis de chuchoter là derrière :

Que mes mots ne seraient que des paroles en l’air !

Alors j’ai laissé s’envoler tous ceux qu’il me restait

Peut-être qu’aidés d’un peu de silence ils se tairaient ?

>.<

>.<

Aïe ! Je crois que j’ai la grosse tête !

Je ne sais pas exactement où ni quand j’ai chopé la grosse tête,

Mais il était temps pour moi de m’offrir un lavage de cerveau.

>.<

Je me devais de me faire dé-boursoufler la citrouille.

De baisser le nez pour mieux m’aérer la tête !  

De me désenfler le melon, de m’oxygéner le bocal.

Le moment ou jamais de me laisser dépoussiérer le caillou…

Et voyez déjà, comme je ne bombe plus le torse !

Comme j’ai tout oublié de mes attitudes cabotines

Comme je sais ignorer l’existence de mon nombril !

Comme je peux admettre que je ne paye pas de mine…

Et admirez aussi ma capacité à avoir le triomphe modeste…

>.<

Convoitise sur un coin d’herbe

Une pâquerette esseulée que j’avais rencontré l’été dernier à deux pas d’un plan d’eau dans lequel je m’apprêtais à me jeter pour me rafraichir.

Elle ne pouvait encore se prévaloir d’avoir le bon compte en pétales pour laisser un courtisan lui conter fleurette. Mais elle semblait savourer la compagnie d’un trèfle à trois feuilles un brin intrépide et prétentieux.

>.<

Un ciel de fin d’un monde

Probablement le ciel le plus menaçant qu’il m’ait été donné de contempler jusqu’ici de toute ma vie.

C’était il y a plusieurs années déjà. J’étais parti à la dérive et conscient que cette période précise de mon existence, ne compterait pas parmi les plus exaltantes d’entre-elles. D’ailleurs ce soir là, je broyais du noir tout autant que le ciel. Alors, plutôt que d’aller me mettre à l’abri, je suis resté planté là, à contempler le spectacle que m’offrait cette monumentale animation. Et puis, il y avait cette lueur d’espoir : Celle que cette énorme bouche là-haut, s’approcherait encore un peu, s’ouvrirait en grand pour m’aspirer et m’avaler. Pour ensuite me recracher dans un monde parallèle…

Et vous n’allez peut-être pas le croire, mais c’est exactement ce qui est arrivé !

>.<

Évasion estivale

Après trois ou quatre mois de semi-confinement, je méritais un grand bol d’air frais !

Et aussi quelques promenades à vélo et à pieds dans la nature lorsque les températures sont assez clémentes pour ça. Et de constater ensuite, qu’il y avait des muscles dont j’avais oublié l’existence et l’utilité… J’étais bien plus rouillé que je l’imaginais !

Et là, je me dis qu’il pourrait me falloir plus de trois mois pour m’en remettre !

>.<