Category Archives: Chroucroutages (peinture)

D’un monde à un autre

On entend souvent dire que nous allons tous droit dans un mur.

Cette vision des choses pourrait laisser sous-entendre

Que chacun d’entre nous est en mesure d’adapter sa vitesse

Et de prendre tout son temps, avant l’heure fatidique de l’impact …

Mais en réalité, je pense que c’est un mur qui fonce droit sur nous !

Et chacun croit qu’il lui suffira de peindre son échelle dessus …

D’un monde à un autre – Work In Progress 2 –
Changer de monde, nous ne sommes vraiment pas très 
doués pour ça !
Encore une de ces idées qui m'a inspiré de m'adonner 
à la peinture.
Mais cet article pourrait bien lui aussi disparaître 
au débarras. 
Si par malheur je devais finalement en 
rater la caricature.
...
2ème étape : Ajouts d'une tyrolienne, d'un toboggan 
et d'une balançoire/trapèze en dessin vectoriel avec 
Inkscape par dessus la peinture juste comme ça 
pour voir...  

A suivre !
 

Pas à la baguette ni avec des pincettes

>.<

Ne me menez pas à la baguette, mais ne me prenez pas avec des pincettes !

>.<

>.<

Définitions :

Mener à la baguette [ diriger fermement ]

Prendre avec des pincettes [ Prendre avec beaucoup de précaution ]

Je ne parviens pas à me décider entre la version paysage 
et la version portrait !
La première fait barrière et l'autre fait prison...

>.<

Temps lourd sur la grange

Une improvisation qui date de 2016, réalisée un peu à l’aquarelle et aussi un peu à l’arrache, dont il a longtemps été question de faire un jour, un meilleur “remake” .

Et puis, réflexion faite, dans cette tentative originale, ce jour là, il y avait cette ombre étrange, inquiétante, intéressante, qui se dressait devant la grande porte de la grange. Ce voile sombre qui témoignait d’un environnement chargé d’électricité …  

Les nuages lourds ont déserté ce ciel là depuis … Mais je n’en ferai pas de copie décorée d’un ciel bleu.


>.<


Après la pluie …

Une improvisation picturale instinctive à l’aquarelle “épaisse” réalisée il y a déjà quelque temps.

Je projetais encore de la finaliser, mais ça ne devait être qu’un simple exercice pour me défouler, destiné à atterrir au fond de la corbeille. Au final le résultat est pas trop mal… Alors j’ai préféré ne plus y toucher. ( Le rendu de l’original est plus flashy , plus orangé )

>.<


Coups de cœur sur toile

Portrait de Kristen Stewart réalisé sur toile à l’acrylique à partir d’une photographie dénichée sur la toile.

Kristen est une brillante actrice et réalisatrice de cinéma américaine, étincelante également dans la mode en qualité de modèle et égérie.

J’ai fait sa connaissance il y a une dizaine d’années dans une salle obscure sur la grande toile,  dans le rôle de Tracy dans le film Into the Wild. J’ai été frappé par sa beauté hors du commun et par l’extraordinaire intensité émotionnelle qui se dégageait d’elle.  

Par la suite, j’ai retrouvé sa trace sur le grand écran d’une autre séance, incarnant une jeune adolescente qui tombait sous le charme d’un végétarien aux dents longues et aux yeux injectés de jus de tomate. Je crois me souvenir que je n’avais pas tout de suite percuté qu’il s’agissait de la même actrice, mais je me rappelle avoir imaginé que si je m’étais trouvé dans le rôle du prévenant bellâtre, je n’aurais probablement pas trouvé la force nécessaire à contenir mes ardeurs ! Même pas dans les smoothies mangue-rhubarbe. Il n’y aurait donc pas eu matière à envisager une trilogie à rallonge, un suspense susceptible de tenir en haleine et faire rêver plusieurs générations de jeunes romantiques. Je pense que j’aurais un peu vite fondu sur cette irrésistible et consentante ingénue et aurais enchaîné un gros plan en lui collant l’incisif bisou fatal dans le creux de la nuque. J’aurais craqué avant même d’être brutalement réveillé par l’écran glaçant et inanimé annonciateur de l’entracte…

Ce n’est qu’au terme de la projection, que j’ai naturellement pondéré ma fougue imaginaire et ai repris le chemin de mon rôle de père de famille séparé, qui se paye une toile en compagnie de ses enfants. Mon commentaire lors de notre discussion d’après-séance : – J’ai trouvé l’actrice qui tenait le rôle principal ma-gni-fique !

Malgré la troublante fascination qu’elle avait encore suscité en moi, je n’ai pas été fidèle à la suite d’épisodes de la saga crépusculaire. Mais j’ai gardé un œil attentif et intéressé sur les distributions des sorties au cinéma. Un beau jour, j’ai retrouvé Kristen à l’affiche de Sur la Route (On the Road). Plutôt friand de road trips et de road movies que ce soit au cinoche ou dans la réalité, je comptais deux raisons évidentes de ne pas rater ce rendez-vous en salle.

Je me suis pris une bonne grosse paire de baffes en réalisant une fois de plus l’ampleur de ce que je pouvais ressentir au fond de moi pour cette créature de rêve. Mes sentiments ressemblaient plus à un béguin bien réel qu’à une simple session d’évasion affective !  En même temps, j’imaginais facilement qu’à l’échelle de la planète, nous devions être au bas mot dans les huit cents cinquante mille à nous trouver dans la même situation d’extase.

<.>

Je ne me rappelle plus exactement à partir de quel moment, j’ai décerné à Kristen la distinction officielle de « Celebrity Crush » ! Un premier rôle dans mon petit univers personnel , qu’à ce jour, elle n’a jamais eu à remettre sur le tapis rouge.

A cette période-là, j’ai radicalement changé de vie et ne me suis pas laissé glisser vers une obsession ou une addiction. Par précaution, j’ai installé une série de petites résistances destinées à modérer son pouvoir de séduction sur moi. J’avais loin de la lumière des projecteurs, une vie amoureuse à savourer, de nouvelles stratégies de survie à élaborer mais aussi à faire plus ample connaissance avec moi-même.

J’ai laissé le soin à la part de hasard d’organiser au mieux nos éventuelles rencontres et c’est pourquoi j’en ai manqué plusieurs. Je n’ai cessé de suivre l’évolution de sa carrière et parfois également les réactions du public, que je trouvais trop souvent désespérément tièdes.

Je voyais en elle un talent d’exception, une présence des plus étourdissantes à l’écran et me délectais de sa bouleversante capacité à faire passer des émotions par des expressions faciales naturelles plutôt qu’au travers d’œillades convenues d’acteurs ou de longs palabres !

En même temps, j’ai conscience depuis belle lurette que mon idéalisme forcené ne suffit jamais à me faire ignorer complétement que dans ce monde barré, les meilleurs espaces ne sont pas toujours occupés par les meilleurs talents ! Et donc aussi que les scènes qui se tournent dans les coulisses de l’industrie du rêve, sont toutes soigneusement coupées au montage.

Je crois que c’est du côté de la médiathèque que j’ai obtenu un nouveau rendez-vous avec l’envoûtante comédienne. Elle était de passage en Suisse du côté de Sils Maria. Puis elle m’a filé un étrange rencard dans les murs d’une sinistre prison (Camp X-Ray). En principe, j’évite les films à forte présence d’uniformes militaires ou à visées patriotiques : Je ne concède d’exception à ce niveau-là, que si la frangine ou la gardienne est super canon !

<.>

Maureen m’a captivé et offert un enthousiasme considérable lors de nos retrouvailles dans un salon capitonné blindé de fauteuils orientés droit devant. (Personal Shopper).

C’était peu avant avant de m’aventurer en solitaire, sans chameau ni dromadaire, dans une longue traversée du désert.

J’ai amélioré un concept bricolé à la hâte lors d’une traversée précédente : J’allais cette fois emporter dans mon balluchon, un sujet d’étude susceptible de me passionner jusqu’à destination ainsi que la flamme d’une présence capable de me décongeler le palpitant.

C’est qu’on ne tombe pas sur une oasis ou sur une brasserie tous les trente mètres dans les entrailles du désert et je n’allais pas m’en tirer si facilement, sans emporter aussi une grande quantité d’eau pour apaiser ma soif (Come Swin)

Chemin faisant, entre deux tempêtes de sable fin, j’ai suivi les yeux fermés la recommandation d’un nomade qui avait apprécié American Ultra. C’est une sublime et ultra-combative Phoebe, capable d’encaisser des coups sans se répandre en pleurnicheries, qui m’a insufflé sa détermination et son courage communicatifs.

Dans l’optique de compenser le précieux temps perdu, j’ai entrepris de me régaler de tout ce qui comptait au générique, la signature de l’artiste. La genèse d’une belle obsession venait d’éclore en moi.

Dans le long métrage « Speak », Melinda est adorable et prodigieuse ! Et ce n’est pas tous les jours que je me verrais accepter de retrouver les bancs de l’école et mon gros cœur intact et vulnérable de galopin. J’ai pris un coup de jeune bienvenu.

C’est dans un parc d’attraction que j’ai rencontré la très attractive Emily (Adventureland). J’aurais bien aimé lui offrir un tour de manège. Mais il y avait un autre prétendant sur le coup.

Dans l’intervalle, j’avais également largement outrepassé mes limites habituelles en matière de voyeurisme sur les réseaux sociaux, mais c’est de cette manière que j’ai découvert qu’à son catalogue fort bien garni d’époustouflantes qualités, j’allais devoir ajouter la rumeur qu’elle serait une personnalité hyper-sympa !

C’est là qu’un rebondissement est venu semer le trouble dans le merveilleux film que j’étais en train de me faire : Kristen Stewart ne serait-elle pas tout simplement une créature d’origine extra-terrestre ?

<.>

Mon enquête m’a ensuite conduit dans un monde où le sentiment amoureux et les ailes du désir sont indésirables et considérés comme pathologique. N’ayant été préparé au préalable, il ne m’a pas fallu attendre une orbite martienne complète avant de tomber raide-dingue de Nia et de me laisser consumer par les flammes du désir défendu. Malgré l’interdiction, j’étais prêt à braver le danger, que ce soit de suite ou sur simple rendez-vous, pour aller lui frotter le dos avec délicatesse sous la douche (Equals)

Lors d’un séjour prolongé dans le désert, il peut arriver qu’on soit victime d’une crise de manque de rock : C’est là que Joan m’a emballé d’une divine rock n’roll attitude amplifiée d’un riff de guitare à démêler les tripes les plus emberlificotées ! Si j’ai pu lui résister une heure ou deux, c’est parce qu’elle ne m’a pas tout de suite adressé le clin d’œil ravageur m’enjoignant à la rejoindre dans sa baignoire après le concert pour lui frotter le dos ! (The Runaways)

Lors de mon périple, j’ai également eu la chance de rencontrer Vonnie, Elisabeth, Lydia, Jessica, Sophie, Georgia, Lucy, Allison et Kathrin. Et vous allez penser que j’en rajoute, mais j’ai aussi croisé blanche-neige qui avait besoin de se ressourcer et de prendre quelque distance d’avec les sept nains.

Vous n’imaginez peut-être pas les belles rencontres qu’on peut faire lorsqu’on crapahute la boule au ventre dans des contrées reculées. Jamais jusqu’ici, je ne m’étais vu tomber amoureux aussi souvent sur une aussi courte période !

Très récemment, j’ai été hypnotisé d’un coup de foudre pour Martine. Évidemment, elle n’en a rien su parce qu’elle était encore très jeune et que j’aurais pu être deux fois et demi son père (The Yellow Handkerchief) C’est un peu ce jour-là que s’est confirmée l’évidence que je devais avoir court-circuité plein de petites résistances tout au long du chemin et que la destination de mon voyage était à portée de mains

Surtout n’allez pas croire qu’au long cours de cette traversée, je n’ai fait que de me rendre de cinémas en salles obscures de manière compulsive ou que je me suis contenté de multiplier les histoires de cœur ! Je poursuivais d’autres buts en parallèle. Mais je suppose qu’il ne vous a pas échappé qu’ils ne sont pas du tout le thème central de cette histoire…

>.<

Je n’aurais pas considéré cette excursion comme accomplie si je n’avais pas également rencontré Madeline, Maya, Robin, Zoe et Lila : Toutes jolies à croquer et prêtes à croquer la vie à pleines dents ! Je ne vais pas omettre de mentionner Lisa qui, même si elle s’est montrée un peu froide et en pleine crise d’adolescence, ne m’a pas laissé de glace pour autant (Zahtura)

>.<

Aujourd’hui, je suis convaincu que les nombreux talents de cette perle rare du septième art finiront par être révélés et surtout reconnus par le plus grand nombre. Elle est à mon avis trop longtemps restée associée à la saga qui certes, lui a apporté la célébrité mais l’a également faite prisonnière de son sillage.

C’est qu’elle en a fait du chemin depuis et dans des rôles plus exigeants ! Il se pourrait que vous ne soyez pas au bout de vos surprises !

Et il y a Valentine, qui a été récompensée du César largement mérité, de meilleure actrice dans un second rôle ! (Sils Maria)

Quant à moi, je ne peux que me réjouir de tous les rencards qu’elle me proposera à l’avenir !

>.<

Pieces ( Titrus provisorium )

Je promets juré craché les doigts dans le nez que je n’ai pas consommé la moindre drogue hallucinogène lors de la phase d’inspiration ni même lors de celle de la très longue réalisation de ce tableau. Et je tiens à préciser que la ligne d’horizon semble plus “de niveau” sur la toile que sur la photographie ci-dessus. Il s’agit d’une déformation involontaire et inattendue. Mais sans vouloir vous paraître pédant, lorsqu’on a la chance “de faire” dans l’art pictural, il nous est alors permis de nous affranchir des repères et de réinventer ce monde, sans jamais rien bousiller du fragile équilibre planétaire ! Essayez vous-même, vous verrez : La tondeuse à gazon et le taille-haie peuvent attendre…

Hé oui vous imaginez ? Même “la platitude habituelle” d’un lointain horizon peut être remodelé à l’envi ou posé de traviole !  Et au pire si ce troublant détail optique devait gâcher tout ou partie de votre plaisir, vous pouvez toujours choisir de reculer d’un ou deux pas et compenser cette sensation de détresse en penchant légèrement la tête. Je vous laisse juger sur pièce. Soudain : Shazam ! VOUS faites en personne partie intégrante de l’œuvre ! Flash interactivité ! Trop cool hein ?

Bon, mais ne tardez pas trop pour tenter cette expérience, parce qu’un coucher de soleil, même sur une pièce de puzzle, ça ne dure qu’un temps ! Et la nuit pourrait tomber…

Contrairement à ce que vous avez éventuellement cru comprendre de prime abord, le concept et la composition de ce tableau possèdent une réelle signification qui devrait si possible, rester mystérieuse et secrète. Très peu de personnes dans ce monde seront en mesure d’en apprécier pleinement le message qui, soit dit en passant n’est en rien élitiste. Les autres pourront se gratter la tête, penchée ou pas. A part ça, l’auteur des moult coups de pinceaux préférerait que vous passiez plus de temps à contempler la riche pigmentation de la toile et à en analyser les effets de relief, de lumière et de mise en scène, plutôt que de lire et relire les conneries qu’il a pu écrire en dessous.

J’ai conscience après tout cela que si vous avez aimé la photographie, vous risquez d’être fort déçu si un jour vous vous trouvez devant l’œuvre originale accrochée au mur. La ligne d’horizon pourrait alors vous paraître bien conventionnelle. Et de mon côté, je vais devoir entamer  un travail sur moi pour ne plus regretter de ne pas avoir à l’origine pensé à l’incliner ! Je compenserai probablement le souvenir de ce léger revers artistique lors d’une prochaine création.

Maintenant prenez un peu de recul, car ce texte s’autodétruira sans prévenir à un moment donné d’ici vendredi minuit CET.

Autoportrait (1ère partie)

Pour la petite histoire :

Ce n’est pas que sois subitement devenu plus égocentrique, qui fasse que je me sois lancé dans le thème de l’autoportrait . Hier, je suis tombé dans mes cartons sur un gros tube de peinture acrylique de couleur chair et m’est venu l’idée saugrenue de m’en faire au sol dans la minute, une empreinte de pas sur papier épais. Ensuite, dans ce carton, il y avait d’autres tubes, d’autres couleurs et je dois dire que j’ai éprouvé un sacré panard à simplement rehausser cette trace au départ un peu terne, de couleurs et de fantaisie. Aussi, dans le but de multiplier l’intense facteur plaisir ayant résulté de ce concept simplissime, je nourris dès lors le projet de réaliser un triptyque (pied, main et autre encore à définir) en approfondissant au passage l’exploration de divers styles tout en préservant une certaine unité.

Ceci dit, vous* ne trouvez pas qu’il est sexy mon pied droit ?

* Cette question s’adresse exclusivement aux filles ! Ce n’est pas parce qu’il m’arrive parfois d’abuser de couleurs et de patiences, que j’aurais viré de bord !