Category Archives: Griffonages (croquis)

Retour de manivelle

Retour de manivelle

>.<

Quand la vie prenait un malin plaisir à me mettre des bâtons dans les roues,

Le plus souvent, je m’en emparais pour aussitôt les projeter le plus loin possible.

Au besoin je disposais de roues de secours et des quelques outils indispensables.

Je m’occupais de resserrer solidement les boulons pour mieux repartir droit devant.

>.<

Puis un jour j’ai à mon tour pris un malin plaisir à jouer un mauvais tour à la vie.

A ma façon je lui ai envoyé un retour de bâton, lui ai adressé un retour de manivelle.

J’ai démonté toutes mes roues et les ai remplacées par autant de coussins d’air.

Depuis je survole la cible de ses assauts lorsqu’elle s’imagine pouvoir m’entraver.

>.<





>.<

Les noces capitalistes

Lorsque Monsieur Capitaliste avait rencontré Madame Démocratie, ça avait été un coup de foudre réciproque !

Monsieur Capitaliste avait un caractère dominant. Il pouvait facilement se montrer assez égoïste, arrogant voire sauvage. Entre deux affaires un peu louches, il s’était mis en quête d’un mariage bien arrangé. Dans un premier temps, il avait rencontré Madame Anarchie. Mais plus encore que lui-même, elle ne voulait en faire qu’à sa tête. Puis il avait décroché un rencart avec Madame Monarchie. Mais elle ne rêvait que d’un beau prince au grand cœur qui pour ses beaux yeux, mettrait toutes ses grandes ambitions de côté. Il n’avait pas été séduit lors d’un speed dating en compagnie de Madame Bureaucratie : Monsieur Capitaliste avait pour credo de ne jamais avoir à y aller par quatre parchemins. Quand Madame Dictature, à l’occasion d’un bal masqué lui avait fait du charme, il ne s’était pas laissé corrompre. Même si dans un premier temps il avait hésité, car son offre lui avait paru plus qu’alléchante.

Malgré ses tentatives infructueuses, il n’abandonna pas son rêve de vivre le bonheur de fonder une ploutocratie florissante et prospère.

Quand Monsieur Capitaliste s’était épris de Madame Démocratie, elle se montrait bienveillante, compréhensive et équitable. Durant les premières décennies de leur union, il avait su se montrer très prévenant, respectueux et courtois avec elle. Madame Démocratie paraissait radieuse et l’harmonie qui se dégageait de ce couple, faisait la joie de tout le peuple.

Puis un jour, on a appris que leur relation n’était plus au beau fixe. Monsieur Capitaliste s’entêtait à vouloir tirer de plus en plus de profit personnel du caractère malléable et arrangeant de Madame Démocratie. De son côté, elle ne perdait pas l’espoir que son insatiable époux en revienne naturellement à des aspirations plus raisonnables. Plusieurs fois, elle lui avait tendu la main, espérant qu’il y dépose un baiser comme il le fît, lors de leur première rencontre. Mais au lieu de cela, le boulimique avait continué de lui manger le bras…

Des rumeurs prétendent que Monsieur Capitaliste aurait récemment été aperçu dans des soirées libertines en train de fricoter avec une certaine Madame Oligarchie !

Aux dernières nouvelles, Monsieur Capitaliste et Madame Démocratie ne font plus bon ménage. Ils ont tenté plusieurs thérapies de couple qui n’ont pas abouti à leur réconciliation. Quelque chose me dit qu’un de ces jours prochain, ils finiront par divorcer.

>.<

Un drôle de petit manège

>.<

Je me vois bien encore me permettre quelques autres approches

Jubiler des heures pour quelques minutes que rien ne surpasse

Inventer d’autres excuses peu crédibles en guise d’accroche

Manigancer vertigineusement pour voir si le courant passe !

>.<

Je me vois bien me permettre encore quelques ingérences

Tourner des heures pour que tu repères mon petit manège

Savourer d’autres rencontres hésitantes en tentant ma chance

Conspirer en imaginant pouvoir t’envoyer sur un petit nuage

>.<

Je te vois bien encore te permettre nombre d’autres fantaisies

Rêvasser des heures à préparer ton prochain numéro de charme

Provoquer d’autres hasards animés d’une belle pointe de comédie

Comploter audacieusement pour que je déborde d’enthousiasme !

>.<

Les ambitions de Julie l’Esquisse

Julie l’Esquisse sur le papier, serait née d’une succession de coups de crayon sans prétentions. Elle m’était sympathique, alors je l’avais invitée à s’installer dans un coin de l’atelier sur une pile de croquis improvisés. Nous ne manquerions certainement pas de faire plus ample connaissance, au cours des semaines à suivre.

A chaque fois que je me trouvais à proximité, elle tentait d’attirer mon regard en agitant vigoureusement ses bras en l’air.

Forcément à ce stade, fraîchement crayonnée, aucune parole ne pouvait encore sortir de sa bouche. Aucune bulle lisible ne pouvait apparaître au-dessus de sa tête. Pourtant elle semblait déjà fort désireuse de vouloir établir une communication. Lorsqu’au meilleur moment mon attention lui fût totalement acquise, elle s’est mise à mimer son message à mon intention à la lumière d’une série de gesticulations corporelles.

J’ai pu, je le pense, saisir l’essentiel de ses revendications : Elle se montrait impatiente que je la passe à l’encre. Que sans attendre, je gomme certains de ses petits défauts. Que ses besoins de s’exprimer, d’évoluer dans de grands espaces et de rayonner de centaines de nuances de couleurs lui paraissaient vitaux. Que je ne pourrais pas plus longtemps encore, la retenir ainsi prisonnière d’une seule case trop étroite. Que je devrais lui aménager sans attendre, une plus grande liberté de mouvements. Qu’elle se verrait bien un jour récompensée de ses nombreux efforts par un premier rôle dans une belle animation

J’ai malheureusement du lui répondre, que dans l’immédiat, il m’était impossible de répondre favorablement à l’ensemble de ses grandes ambitions. Mais que pour commencer, ce serait avec grand plaisir que je lui accorderais quelques solides traits de caractère

>.<

Sticky Notes (rangements)

Résultat d’une improvisation dérivée d’une espèce de “vision créative” que j’ai eu au saut du lit ce matin là. C’était juste supposé être “* joli *”. Je n’ai jusqu’ici jamais tenté d’approcher le domaine de la bijouterie, mais ça pourrait faire une sorte de pendentif verni…

Un post-it que j’avais griffonné le jour précédant mon départ pour me rendre à un premier rendez-vous. Je m’y rendais en train. C’est plus tard que j’ai remarqué par hasard que j’avais involontairement tracé les lettres I.R.L au Tipex sur la chaudière de la loco. ( IRL = In Real Life)

Ce post-it (triché parce qu’il n’est que virtuel) est un dérivé de ce que j’avais trouvé sur internet en langage des signes pour désigner la ville de Paris. Et naturellement, je n’ai pas pu résister à aller y passer un petit séjour ensuite…

>.<

Une inconnue en robe (2)

2ème croquis de ma série spéciale d’exercices “nul en cheveux”.

( Je suis rarement satisfait des coupes de cheveux que je dessine à mes personnages et il faut que je travaille en priorité là-dessus)

L’attitude de l’inconnue ci-dessus aurait du être fidèle à celle ci-dessous. J’ai donc recyclé l’esquisse de cette attitude mal respectée dans cet autre dessin de silhouette.

>.<

Une inconnue en robe (1)

Croquis d’une inconnue en robe (recherche de style)

Je dispose d’un stock de quelques croquis de visages féminins, provenant d’une série d’exercices destinés à améliorer mes faibles compétences en dessin et style de coupes de cheveux. Et tant qu’à faire, je vais aussi en profiter pour leur donner un corps, une attitude et des fringues … Un petit clin d’œil sans prétention aux croquis de mode. Maintenant que j’ai annoncé cela ici, je vais vraiment devoir m’y coller !

>.<

De la discrétion à discrétion

> . <

Un double fond

Une surprenante cachette

Un faux plafond

Une pièce secrète (?)

Une porte dérobée…

Un passage introuvable (!)

Un compartiment dissimulé

Un repaire indétectable !

>.<

C’est promis, je ne prendrai pas trop de place

Je n’occuperai que les contours de ton espace

>.<

>.<

Tombé dans le panneau 2

J’ai cette fois l’intime conviction d’être entré par la grande porte dans la quatrième dimension ! Ce dessin avait été publié sans ce texte pour la toute première fois le 30 mars 2019. Il ne reposait alors dans le monde réel sur aucune intervention policière récente ni même sur le souvenir précis d’une répression mal vécue. Il n’était basé que sur une série de coups de crayons combinés au fruit mûr et croquant de mon imagination.

>.<

Le 3 avril 2019, (soit cinq jours plus tard) dans un pays francophone voisin, une patrouille de police m’arrête à environ 150 mètres de la sortie du parking du supermarché. N’étant pas, à ce moment là en possession de mon lance-flamme et n’étant pas particulièrement un mordu des poursuites en automobile, j’ai décidé d’obtempérer à la sollicitation des forces de l’ordre et ai immobilisé la SunMobile en bordure de la chaussée. L’un des trois agents chargés de me prendre en chasse dans le but de me verbaliser, me demande alors si je sais déjà pourquoi je les aurais invités à faire usage de quelques rotations de gyrophare.

En quittant le parking, j’avais bel et bien repéré la Kangoo joliment décorée tapie dans l’ombre du giratoire, mais c’est sans avoir à cacher un nez qui s’allongerait d’un seul millimètre que j’ai répondu par la négative !

J’avais semble-t’il grillé un STOP situé juste à la sortie du parking. N’étant pas encore en possession d’une dashcam ni doté d’une mémoire cinématographique, je pouvais difficilement à moi seul contredire le témoignage accablant et concordant de trois jeunes “oeils” assermentés. En même temps, ils m’ont aussi laissé la vague (et la mauvaise) impression d’être en formation et dans le feu de l’une de leurs toutes premières expériences pratiques à chaud sur le “terrain”. L’un des leurs, semblait être chargé d’aiguiller les deux autres dans le “dépatouillage” du cas particulier que pouvait leur poser mon permis de circulation exotique et mon immatriculation étrangère…

>.<

Soyons deux secondes un peu réaliste : Dans la vie il faut parfois se résoudre à prendre les choses avec un certain recul prémonitoire. Ces trois jeunes agents là, ils seront peut-être un jour destinés à passer les menottes à une figure du grand banditisme ou à un criminel d’envergure ! Lorsqu’ils seront mutés dans les quartier chauds d’une grande ville où ça chauffe bien plus qu’à la sortie du parking du supermarché local. Il faut bien qu’ils se fassent la main et je pense que nous devrions tous contribuer sans rechigner à la réalisation de leur potentiellement héroïque destin !

Et moi, je crois qu’à l’avenir, je devrais faire plus attention à ce que je dessine. Si ça va jusqu’à provoquer des bouleversement prémonitoires dans ma fatalité spatio-temporelle !!!

Ça restera un passe-temps très sympa mais qui pourrait aussi finir par me coûter bonbon en amendes d’ordre !

>.<

La Porte du Canal

Ce matin, j’ai retrouvé ce brouillon griffonné au crayon de papier dans mes archives. Aucune idée de quand il date. Cet endroit existe-t’il vraiment ? Toujours est-il que ce dessin m’a plu alors j’en ai profité pour me défouler un peu en le mettant à l’encre de Chine.

Une réalisation qui avait avant tout pour but de fermer la porte d’une courte mauvaise passe que je viens de franchir couplée à l’ambition de réparer une panne d’inspiration et de motivation qui en découle…

>.<