Mon rideau d’acier (super-pouvoir)

Hier, je me suis couché juste après avoir survolé un article sur la disparition imminente du Gulf Stream. C’est un courant océanique qui contribue de manière très importante à la régulation du climat. Ce qui a réactivé une séquence incrustée dans ma mémoire : Celle de l’un de mes profs à l’école, qui nous avait brillamment expliqué ce phénomène assisté de sa carte du monde géante. Il insistait déjà sur son extrême importance pour l’équilibre climatique planétaire. Cet instituteur avait à ce moment particulier également trouvé une faille dans le système : Comment me faire passer de maître-chahuteur à élève-modèle parfaitement calme et studieux. Ce cours et ce courant sont naturellement tous deux restés gravés à vie dans un recoin de ma tête.

Le Gulf Stream, c’est aussi la voie rapide maritime dans laquelle circulent à toute berzingue sans bouder leur plaisir, les tortues baba cool du film d’animation le monde de Nemo. L’histoire de ce poisson-clown qui va aller jusqu’à s’aventurer au milieu des algues en plastique d’un aquarium de salle d’attente de dentiste ! Bien loin de son anémone protectrice natale.

Comme ce n’était de loin pas la seule news plombante de cette fournée tardive, il y a mon rideau d’acier qui s’est brusquement abaissé : Comme pour dire : ça y est, on ferme la boutique ! Le capital-cata de ce jour est maintenant épuisé : Va plutôt te planquer sous les plumes ! Et si ça se trouve demain ce sera dimanche et au réveil, “on” te révélera enfin que ce monde en panade n’était en réalité rien d’autre qu’une grosse farce expérimentale.

J’avais découvert que je pouvais disposer d’un rideau d’acier à l’occasion d’une visite chez mon psychiatre. Il pratiquait sa science suivant un principe d’échange thérapeutique. J’étais installé dans le fauteuil du (plus) patient dans le but de recalibrer un peu ma boussole pour ne plus perdre le nord. A un moment, il m’a confié ce qui le rongeait et qui était en train d’arriver à l’un de ses proches. C’était un récit totalement inédit pour moi, absolument glaçant, et une situation qui, je pouvais le confirmer, ne pouvait que ronger ! S’est alors déclenchée en moi une puissante réaction chimique. Un fluide bien frais me remplissant lentement de haut en bas. C’était comme mon machin-trucstream interne à moi. Une espèce de phénomène de régulation, d‘isolation émotionnelle, à la suite duquel, j’étais soudain comme paré pour entendre et supporter n’importe quelle torture psychologique. Et tout ça sans même avoir à enfiler un costume flashy ni prononcer de mot magique !

C’était chez un autre docteur mais en biologie cette fois, que j’avais remarqué, affichée au mur une carte très impressionnante au format poster qui ressemblait (pour moi) un peu à celle des transports publics d’une mégapole. Mais avec nettement plus de lignes de bus. C’était en gros le schéma ou la carte de tous les flux chimiques et autres biomolécules qui naviguent dans le corps humain. Ça c’était le nom que j’avais donné à ce document que je ne saurai jamais lire, ni interpréter et ce n’est pas grave. Mon système de rideau d’acier apparaît sûrement quelque part sur ce plan. Et pour le moment, le souvenir même très vague de cette vue d’ensemble me convient toujours et au pire si ça coince et que je devais avoir besoin d’une précision d’expert, je n’aurai qu’à aller demander au docteur bio.

Bon voilà. Et maintenant alors on est bien d’accord ? On est dimanche et tout ceci n’était bel et bien qu’une grosse farce expérimentale ? N’est-ce-pas ? Allez ?

>.<

Quatre Objets Volants Clairement Identifiés

En ce moment, ça parle à nouveau beaucoup d’Objets Volants Non Identifiés. Et moi ça me va, car c’est un sujet que j’apprécie depuis longtemps.

Alors voici mes deux témoignages portant sur des faits qui datent de plusieurs décennies :

Une nuit, alors que je circulais en voiture en rase campagne, j’ai vu, de mes yeux vu, trois soucoupes volantes sur ma droite qui dansaient d’une manière étrange au-dessus des montagnes. C’était des lumières très blanches qui tournoyaient et qui tour à tour changeaient brusquement d’altitude. Je me suis immédiatement arrêté au bord de la route et ai quitté mon véhicule afin de pouvoir évaluer sereinement la situation. Évidement je ne vous le cache pas, en nourrissant aussi l’espoir que ces visiteurs venus de l’espace étaient en phase d’approche et n’attendaient plus que mon signal de ralliement pour venir m’enlever et me sauver des griffes de ce monde de brutes.

Malheureusement mon espoir d’un exil salvateur a vite été balayé. Il s’agissait au sol de puissants projecteurs articulés pointés vers le ciel, dont les faisceaux n’étaient pas visible et dont seuls se reflétaient les points de contact des rayons sous les nuages invisibles de la nuit noire. L’origine de ces objets lumineux étaient probablement des festivités qui avait lieu dans une localité située derrière la chaîne de montagnes. Bref, pas vraiment de quoi alerter les Bogdanov brothers, la Nasa ou le Gepan.

>.<

La deuxième fois, ça m’est arrivé en plein jour ! L’objet volant qui n’émettait aucun son m’a pris complétement par surprise. C’était une grosse soucoupe de couleur blanche, brillante, en rotation sur elle-même et elle fonçait droit sur moi à grande vitesse à hauteur d’yeux avec un angle d’inclinaison d’environ 30 degrés. Le pilote de l’objet volant n’avait sans doute pas vu la vitre qu’il y avait sur sa trajectoire et n’a pas pu éviter le crash. Tout a volé en éclats dans un fracas épouvantable. Je crois que j’ai eu la vie sauve grâce à cet écran protecteur qui séparait l’espace cuisine-salle-à-manger du hall d’entrée de notre appartement. Le pilote malchanceux, n’était autre que ma compagne, visiblement fâchée à l’encontre de sa cible, suite à un profond désaccord au sujet de notre petite chienne âgée d’à peine un an (un cocker roux). J’étais pour ma part opposé à son projet viscéral et précipité de lui faire avoir une portée aussi jeune. Pourtant en rentrant du boulot pour le repas de midi, je n’ai pu que constater qu’elle avait quand même organisé chez nous la présence surprise d’un jeune mâle de taille similaire pour procéder à la petite affaire. Je ne vais pas décrire ici la séquence galipette à laquelle j’ai eu droit en dégustant mon plat, ni dépeindre la scène finale quelque peu embarrassante, mais je pense que j’ai dû lâcher un gros commentaire moqueur à l’intention de l’organisatrice de ces ébats canins au moment où que je quittais la pièce. Et cette créature d’origine humaine contrariée n’a rien trouvé de plus terrestre que de riposter par un tir d’assiette spatiale d’une précision diabolique. Et tout ça pour rien du tout, à part traumatiser ces pauvres animaux domestiques qui venaient juste de vivre l’expérience de leur toute première fois et terroriser un terrien rescapé ! Parce qu’il n’y a pas eu de naissance(s) à la suite de ce rendez-vous galant fort mouvementé. Mais au moment du bilan négatif de l’exercice, j’ai cette fois choisi de m’abstenir de ramener ma fraise pour éviter de me prendre une soupière brûlante sur le coin du casque.

>.<

>.<

La poisse du requin-scie

Ceci est un dessin de projet qui a fuité des archives du laboratoire de design de la création. Il s’agissait d’une étude de requin-scie à lames interchangeables. Un concept-animal qui n’a finalement jamais été produit en grande série, le département du marketing n’étant pas en mesure de lui prédire un avenir suffisamment prédateur pour être rentable. C’était donc le requin-marteau qui lui aura été préféré, malgré l’évidence d’une absence encore totale à l’époque, de clous à enfoncer sur le marché du désert économique des fonds marins.

En principe, vous ne risquez pas de rencontrer l’un des rares prototypes encore en circulation de cette espèce obsolète si vous êtes en vacances à proximité des plages. Mais pour assurer le coup quand même si vous tenez un tant soit peu à votre peau, allez-y mollo avec la crème solaire. ( Ok ça bousille les coraux mais en même temps, ça peut aussi attirer des requins-scie dans votre secteur)

>.<

Des carottes plein la prairie

-…

-Tu vis une relation stable et durable en ce moment ?

-Oui, mais elle est virtuelle. On tchatte presque quotidiennement et depuis de nombreux mois…

-Et ça n’a encore jamais abouti au moindre rendez-vous en tête-à-tête dans le monde réel ?

-Ma foi non. Mais c’est le principe de base de notre site de non-rencontres animalier : le réseau intermédiaire qui nous permet de communiquer…

-Animalier ???

-Tu ne connais pas encore ? Je t’explique : moi je suis un bison et elle, c’est une gazelle. Et c’est vraiment chouette : on échange comme des bêtes dès les premières heures où tous les chats sont gris et ça peut se prolonger jusqu’au chant des oiseaux. Parfois il nous arrive même de compter les moutons ensemble… Crois-moi, depuis que nous avons établi ce contact privilégié, je me sens comme un poisson dans une piscine olympique…

-Et tout ça, sans jamais avoir été tenté de faire une entorse à ce fameux règlement ?

-Hé si ! Il nous est déjà arrivé de craquer et de vouloir aller plus loin. D’ailleurs, notre score officiel actuel sur le site est de trois lapins à un, en sa faveur.

-Aaah là tu me rassure. C’est comme le grand retour du printemps, hein… impossible de résister aux sollicitations de mère nature, n’est-ce pas ?

-Tu sais, dans cette histoire, nous sommes deux adultes qui ne perdons jamais de vue qu’en tant que gazelle et bison, bien que nous soyons tout à fait sur la même longueur d’onde et nous sentons complémentaires, ça ne pourrait pas coller… Tu vois, d’un point de vue physique, on ne joue pas dans la même ligue. Et puis heureusement, lorsque l’un de nous perd la tête, c’est l’autre qui maîtrise les chevaux d’une éventuelle débauche de passion. Tu comprends, je ne suis pas l’un de ces kangourous prêts à sauter sur tout ce qui bouge. Alors pour concrétiser un éventuel rapprochement, ce n’est dans la poche quoi…

-Mais dans ce cas, à quoi bon poursuivre cette relation incomplète ? A la place, tu pourrais par exemple concentrer tes efforts sur une dulcinée au pedigree compatible ? Ou alors même s’il le fallait… courir deux lièvres à la fois ?

-Oh tu sais, je crois que suis fait comme un rat ; parce que je me suis fait prendre au jeu. Tu peux certainement imaginer à quel point un bison, ça ne rentre pas volontiers bredouille après avoir fait le pied de grue dans la prairie à l’occasion d’un rencart manqué. Sinon, j’aurais plutôt opté pour pigeon ! Et une raison de plus pour poursuivre cette liaison, c’est que je compte bien lui poser les deux prochains lapins. Au moins pour essayer de recoller au score…

>.<

T’es en retard, en retard…

>.<

La Déesse de la Motivation

Il m’a fallu plusieurs jours de réflexion pour trouver quel rôle attribuer à cette élégante archère ailée.

Elle sera la Déesse de la Motivation ! Hé ouais, rien que ça !

Et ça tombe bien, j’ai justement besoin de ses services ces jours prochains pour me pousser à prendre enfin quelques décisions importantes et m’aider à les mettre en œuvre sans attendre. Et pour ce faire, quelques-unes de ses flèches enduites de remède anti-nonchalance ne seront certainement pas de trop…

>.<

La nostalgie de la nostalgie

J’ai réalisé qu’avec les années, je me sentais de moins en moins nostalgique !

Alors que je m’attendais à ce que ce soit le contraire…

Devrais-je m’en inquiéter et ne pas le prendre à la légère ?

Pour en savoir plus, je vais mettre cette série de post-It aide-mémoire bien en vue et au frais sur la porte de mon réfrigérateur et mener ma petite enquête…

Idéalement, il serait préférable de disposer d’une machine à remonter le temps pour faire mes recherches. Mais dans un premier temps, je vais me contenter d’investiguer avec les moyens du bord en restant dans l’instant présent.

>.<

Formulaire d’enquête

—————————————————————————————————

Le “Bon Vieux Temps” pour toi c’était :

Quand ? :

Comment ? :

Où ? :

Pourquoi ? :

Avec qui ? :

Autres remarques, critères et appréciations :

————————————————————————————————

*1) Il est autorisé de remplir plusieurs formulaires par personne

*2) Nous déclinons toute responsabilité dans les cas de crise de mélancolie, de déprime ainsi que de toute autre réaction suivie d’effets indésirables dégoulinant de la lecture de cet article.

>.<

Le post-It Bonus, à coller par exemple dans l’agenda courant

Remuant le passé

Chose étonnante hier, c’est en remuant le passé entassé dans un carton d’archives, que j’ai retrouvé mon carnet de vaccination. S’agissant d’un thème brûlant en ce moment et puisqu’on me l’avait demandé le jour de ma première injection anti-covid-19, cette trouvaille inattendue a été l’occasion d’une petite réflexion…

Je constate que ce carnet est quand même assez bien rempli en fin de compte. A part celles qui me paraissent évidentes, je ne sais même pas exactement contre quelles maladies j’ai été protégé. Mais dans mes souvenirs, mon préféré était celui contre la poliomyélite, parce qu’il suffisait d’avaler le contenu d’un petit gobelet de liquide sans avoir à me soumettre au supplice de l’aiguille. Je me rappelle aussi qu’en ces temps-là, à mes yeux en tout cas, les bénéfices de la vaccination ne prêtaient pas tellement à discussions et qu’on s’y pliait avant tout pour le bien collectif.

Ceci me laisse l’impression que dans le passé, la population était particulièrement disciplinée et consciencieuse et que de nos jours, on dirait que tout ça, c’est un peu devenu le foutoir.

>.<

Dans le même carton d’archives, il y avait également mes carnets de notes scolaires. En y jetant un coup d’œil curieux, j’y ai décodé des annotations manuscrites de mes profs que je n’avais encore jamais lues jusqu’ici.

Et là, c’est une autre impression qui m’a sauté à la figure :  Apparemment à l’école, c’était moi qui étais très indiscipliné et loin d’être consciencieux. C’était moi qui mettais le foutoir dans la classe. Alors qu’il me semblait comme ça en toute innocence que je n’avais été qu’un gamin lambda sans problèmes ou presque… En réalité, j’étais passé à deux doigts d’une prescription de Ritaline ou équivalent…

>.<

Et sur le thème brûlant de la vaccination en ce qui me concerne, je préférerais ne pas voir apparaître un mutant encore plus dévastateur de ce virus. Une erreur de copie nettement plus virulente que l’original qui décimerait la moitié de la population mondiale en quelques semaines… Mais il est fort possible aussi, que je regarde bien trop de films d’épouvante et que ça biaise tout ou partie de mes capacités de jugement.

>.<

Le variant classique
Le variant rock
Le variant punk
Le variant anglais

>.<

Mon tout premier téléphone portable

C’était à l’occasion de fêtes de Noël que J’avais reçu mon tout mon premier téléphone portable. Il était temps car j’avais déjà deux ans d’âge révolus au compteur !

Au prime abord c’est vrai, j’avais l’air ravi de ce cadeau… Mais le modèle en question n’avait pas d’écran tactile, était dépourvu de caméras et était exempte d’interface sans fil Bluetooth !!! Pire, il fallait carrément une sacoche de bûcheron pour le trimballer sur le terrain. Et j’étais sensé retenir par cœur tous les numéros de mes futurs interlocuteurs !

Alors évidement, je n’avais pas attendu une seconde de plus pour tenter de contacter ma planète d’origine à l’aide de cette technologie primitive, faute de mieux. J’avais insisté pour qu’on m’envoie une soucoupe volante de sauvetage dans les plus brefs délais…

>.<

En flagrant délire

-Et ton épouse, elle se porte bien elle-aussi ?

-Oui, aux dernières nouvelles du moins. Mais peut-être n’as tu pas encore eu vent de la nouvelle : Nous avons divorcé !

-Mais non ?! Tu m’en vois sincèrement désolé ! Mais que s’est-il passé ? Si ce n’est pas chose trop indiscrète de te le demander …

-J’ai tout d’abord constaté qu’elle était à l’origine de nombreuses dépenses inhabituelles. Et ensuite, j’ai trouvé très louche que pour aller faire du shopping en ville, elle ne se serve plus que du SUV familial plutôt que de sa citadine compacte. Et elle se faisait coquette, en plus. Peu à peu, ses sorties hors du domicile ont commencé à se multiplier et à se prolonger. Alors pour découvrir le pot aux roses, j’ai engagé un détective privé pour qu’il se charge discrètement de la prendre en filature

-Aïe mon pauvre ! Tu suspectais donc une aventure extraconjugale ?

-Affirmatif ! Mais ce que je comprends mal au final, c’est que son soupirant là, ce n’était ni un bad boy irrésistible et fauché, ni un bellâtre charmeur et sans-le-sou. Et pourtant, elle l’avait déjà quasiment recouvert de pièces d’or, ce larron opportuniste  !!!

-Mais as-tu tenté d’en discuter avec elle ? De la retenir ? De la reconquérir ?

-J’ai absolument tout tenté, cher ami ! Arguments en béton et photos compromettantes à l’appui ! Mais hélas, ce ne furent que démarches sans succès : l’asticot s’était déjà installé dans la pomme !

-Tu veux dire que ton détective était parvenu à les surprendre en flagrant délit ?

-Oh que oui ! Et à pas moins de cinquante reprises. Et tiens toi bien, c’était un peu comme si elle avait cherché à me pourfendre le cœur, mais ces rapports tactiles et tarifés, c’était avec un parcmètre qu’elle les partageait ! Et toi aussi tu le sais bien, à quel point je les déteste, ces saletés qui par les temps qui courent, poussent comme des champignons un peu partout…

>.<

>.<

>.<

>.<

Le canard botté

Suite à cette interminable série d’intempéries estivales en Europe, toutes ces crues d’une ampleur record et toutes ces inondations dévastatrices et meurtrières, je suis tombé sur un article de presse qui parlait d’un boom des ventes de bottes en caoutchouc. J’ai imaginé que même les canards étaient prêts à tout pour avoir les palmes au sec…

>.<

L’envol du variant delta

Je me suis enfin inscrit pour la première piquouse ! J’avais un peu temporisé pour complément d’informations. Et puis la liste d’attente s’est raccourcie depuis ma première intention avortée. Et comme il n’y aura pas foule au portillon, je serai peut-être piqué plus en douceur, selon des critères de productivité réduits.

Je préfère ne pas trop penser à ce que ça pourrait donner, mais une mutation en un variant SunOf+ pourrait s’avérer bien plus efficace encore, pour anéantir le fabuleux destin de l’humanité ! [ rire démoniaque ]

>.<