Le Super Déneigeur

Dorénavant vous pouvez m’appeler Super Déneigeur !

Car nul autre au monde peut se targuer de posséder un tel niveau d’équipement pour déneiger une SunGonette qui doit, l’hiver venu (à défaut de SunCave disponible à un prix abordable) dormir dehors à la dure, sous des déluges de flocons !

Je me suis librement inspiré de l’épisode 1 ( celui après le 3 ) pour customiser mon balai de sorcière et ainsi me rendre doublement imbattable en intervention urgente.

>.<

Note : Je m’étais auparavant porté acquéreur d’un balai lambda tout en plastique, peu résistant. C’était l’un de ces articles conçu pour être vendu en magasin, mais pas pour être utilisé de manière fiable dans les rudes conditions du terrain.

>.<

Un penseur qui gamberge

Une libre appropriation de la célèbre sculpture en bronze d’Auguste Rodin.

L’œuvre originale représente un homme dévêtu en pleine méditation. Il semble devoir faire face à un profond dilemme.

Ce dessin n’a absolument rien à voir avec mon état d’esprit actuel. Je n’ai en ce qui me concerne en ce moment à faire face à aucun dilemme en particulier. Et vous ?

>.<

Une mosaïque numérique

>.<

Résultat d’une série de traitements numériques appliqués à une photo que j’avais prise d’une plage de cailloux tout sauf carrés. (Dimensions et résolution réduites de moitié)

Il y a une dimension visuellement intéressante ici, celle de pouvoir pointer sur une zone et de zoomer pas à pas pour aller découvrir l’endroit visité jusque dans ses moindres détails. Mais il faut pouvoir le faire avec un logiciel qui en permet l’agrandissement “illimité” et sans flou.

>.<

Mon petit panier d’optimisme

Ma petite réserve personnelle pour couvrir les cas où ça devait partir en cacahuète ou partir en sucette. Et si ça devait partir en vrille, je n’aurai pas d’autre choix que d’improviser. Mais j’espère surtout que ça ne partira pas en couille, parce que je n’ai pas beaucoup de stock !

>.<

Ma décoration de Noël de crise

Alors cette année, j’ai décidé de fêter Noël sans faire trop de fioritures : Un tout petit sapin, dans le genre celui que personne d’autre ne voudrait, quatre bougies de l’année passée et une boîte de boules. Et c’est tout ! Et ma foi, pour une fois (et aussi parce que c’est la crise) tant pis pour les guirlandes…

>.<

De la végétation venue d’un autre monde

Je viens de voir un excellent mais inquiétant documentaire sur les implications de l’industrie de l’agrochimie dans la disparition massive de la biomasse des insectes !

Lien vers ce documentaire sur le Play RTS

J’ai repensé à cette photo que j’avais prise début octobre : J’étais tombé par hasard sur une très grande haie bien ensoleillée dans laquelle grouillait une diversité d’insectes. ( Vous pouvez vous amuser à les repérer et à les compter sur cet extrait )

Ça m’avait paru inhabituel de nos jours, de voir encore tout ce beau petit monde virevolter et bourdonner aussi joyeusement autour de ces boules de fleurs, à l’aspect presque viral.

Ce grand mur de verdure avec la vie foisonnante qui l’habitait, m’avait laissé l’impression de venir d’un autre monde, un espace naturel vivace et préservé…

Je ne suis malheureusement pas très calé en botanique mais J’ai fini par trouver ce que c’était sur internet : Du lierre grimpant en fleur ! ( on l’appelle aussi le lierre des poètes )

Lien Wikipedia : lierre grimpant

>.<

Panique à bord

Je me sentais en forme pour un lundi matin d’été. Je m’en allais travailler à la mine, au volant de ma berline. Mon trajet sur la route de campagne comprenait la traversée d’une dizaine de petites agglomérations.

A cette heure là, il n’y avait vraiment pas foule sur les trottoirs et sur la route. Difficile dans ces conditions de ne pas remarquer un gendarme immobile, ses mains accrochées à sa ceinture, jetant un regard circulaire sur mon passage …

Un coup d’œil prioritaire sur le compteur de vitesse et un autre sur le commutateur des phares : Ouf ! Rien de répréhensible à signaler !  

Je m’éloigne, laissant tout de même trainer un œil intrigué dans le rétroviseur…

Et ce fût rebelote en arrivant au centre du village suivant : Un autre planton en uniforme avait l’air d’avoir pris pour mission d’inspecter mon passage avec circonspection…

Alors un c’était très inhabituel, mais alors deux ? Que se passe t’il ?

Et de poursuivre ma route… Mes papiers sont-ils en règle ? Mes contraventions acquittées ? Mon triangle de panne est-il réglementaire ? Mon gilet à bandes réfléchissantes est-il à ma taille ? Un problème d’ampoule de feu arrière, peut-être ?

Dans le village suivant, encore un regard appuyé surmonté d’un képi réglementaire qui me dévisage dans mon habitacle !!!

Et voilà que je commence à stresser derrière mon pare-brise. Mais que se passe-t-il ? Peut-être qu’un dangereux psychopathe en cavale a été signalé dans les parages ? Un quadrillage du territoire en vue d’une chasse à l’homme ? Mais si ça se trouve, c’est moi qu’ils traquent tous ?

Et dans chaque commune que je traversais, il y en avait un autre exemplaire tout aussi vigilant et affichant une expression faciale non moins soupçonneuse !

Passablement perturbé par l’envergure de cette curieuse opération policière, heureusement qu’à mon arrivée à la mine, il n’y avait pas de déploiement surprise d’agents de sécurité à l’entrée ! Sans quoi j’aurai pu disjoncter, pensant réellement m’être rendu coupable d’un quelconque délit…

Quelques jours plus tard, c’est en allant chercher mes enfants chez leur mère, que je lui ai raconté cette mystérieuse expérience qui avait déclenché chez moi un certain stress paranoïaque. A cette période de ma vie, je me faisais régulièrement aspirer dans ce genre de spirale psychotique. C’est elle qui m’a dévoilé le pot aux roses : Ce lundi là était tout simplement le jour de la rentrée scolaire après les grandes vacances d’été. Et la police était présente à cette occasion aux alentours des écoles, pour veiller à ce que les automobilistes redoublent de prudence et modèrent leur vitesse de croisière !

Et voilà une affaire qui celle-ci, n’est pas allé s’éterniser dans les dossiers non-classés.

>.<

>.<

Un monde parallèle insipide

C’est un monde où jamais personne ne rit

Où on ne s’adresse pas le moindre sourire

Où on ne se livre jamais à la plaisanterie

On s’y verrait condamné pour un fou-rire

>.<

Un monde qui ne se prête guère aux pitreries

Où on aurait oublié le sens du ton de la satire

Où il serait mal vu de vouloir manier l’ironie

On s’y ferait soigner pour dérision par plaisir

>.<

Un monde immunisé contre tous les comiques

Où on ne trouverait plus trace d’un seul éclat de rire

Où on aime se passer de tout commentaire sarcastique

On y courrait le risque de mourir de tout sauf de rire

>.<

>.<

Allons du calme en cabine s’il vous plaît ! Je suis là !

>.<

Bienvenue dans l’exigüité de cet espace, tantôt inconfortable, tantôt étouffant

Vous pouvez ignorer vos compagnons de voyage puisqu’il ne durera pas longtemps !

>.<

Je vous présente Elevatorman

C’est le super-héros de l’ascenseur

Je l’ai rencontré et en à peine quelques secondes

Il m’avait démontré qu’il pouvait sauver le monde !

>.<