Déplacements d’anxiétés

J’ai enfin ces dernières semaines, trouvé une réponse à l’une de mes vieilles questions qui était restée ouverte. Il y a de cela deux décennies, j’avais dû commencer à prendre des anxiolytiques prescrits par mon psychiatre. Au départ, c’était vraiment des doses de cheval et avec le recul, je n’ai rien à redire là-dessus. Ça a réellement permis de calmer la bête, a contribué petit à petit à re-stabiliser la boussole et à me remettre les idées bien en place.

Beaucoup plus tard, la ration quotidienne est tombée à des valeurs, disons… d’entretien. Ça douillait quand même encore 10.— par jour pour un seul cachet. Sur un an, ma petite dépendance aux molécules magiques engloutissait quelque chose comme un budget de vacances de rêve sur une île paradisiaque. L’ombre des palmiers sur une plage de corail, je pouvais donc mettre une croix dessus pour raisons de santé. ( Je vous épargne les petits calculs en matière de primes d’assurance maladie, décomptes d’honoraires et de franchise pour ma pomme etc… )

Je n’avais jamais eu à rouspéter non plus face aux compétences sensibles de mon thérapeute. Il m’avait fourni des outils théoriques efficaces et m’avait guidé pour que je puisse aux mieux me dépatouiller avec la confusion de ma situation.

Mais une chose qui m’avait frappé, c’est qu’il me répétait toujours exactement la même phrase à chacune de nos séances mensuelles et qui ne cadrait pas avec le reste, alors qu’il n’avait pas autrement pour habitude de radoter :

– C’est comme l’insuline pour un diabétique, c’est à prendre à vie…

J’avais trouvé très louche et même parfois agaçante, cette phrase récurrente martelée en dehors de nos échanges intéressants. Pour les non-initiés, ces crises étaient entrecoupées de longues phases de répit complet. Et mon problème n’avait évidement rien d’aussi dangereux dans mon cas au moins, qu’un diabète mal soigné. Mais il fallait avaler le bonbon quotidiennement pour me prévenir d’éventuels déclenchements. Et il était semble t’il écrit quelque part que je risquais même un jour de me retrouver enfermé dans une crise sans fin. Un billet aller simple pour le nid de coucous on va dire.

Bien sûr, j’avais tenté d’interrompre mon traitement et connu quelques rechutes bien glaçantes. Ce n’était donc pas la bonne solution. Et si c’était pour m’entendre encore répéter en boucle la fameuse comparaison avec l’insuline du diabétique…

Ces derniers temps je retombe justement souvent sur le scandale des prix de l’insuline aux USA. Il y a là-bas beaucoup de diabétiques qui n’ont pas les moyens de se payer ce produit vital pour eux ! Il n’y a que trois sociétés qui la distribuent et ils en ont “artificiellement” gonflé les prix. Quand on s’y intéresse un peu, ce n’est franchement pas du tout le rêve américain ! Et c’est là que j’ai découvert que l’une de ces sociétés-là, était la même que celle qui produisait aussi ma dragée journalière à dix balles !! Et moi les coïncidences, on peut dire que ça me parle…

Donc mon psy avait certainement du être travaillé par “un -e influenceur – euse de ces laboratoires pharmaceutiques“. Un(e) délégué(e) commercial(e) très au fait de deux traitements, très rentables sur le long terme et volontiers fournis à volonté par leurs soins…

J’ai tout de même fini par pouvoir arrêter ce traitement par moi-même, en adaptant ma manière de le prendre et en diminuant petit à petit son dosage. Cela ne s’est évidement pas fait en quelques mois, c’est sans doute ce qu’on appelle prendre son mal en patience. Par chance, les comprimés faisaient de plus en plus d’effet et je pouvais donc en réduire progressivement et prudemment la posologie. Vers la fin, je devais même couper mes petites pilules en deux au canif, parce qu’il n’y avait rien de plus petit de disponible en pharmacie.

Ça fait pas mal d’années maintenant que je n’en ai même plus en réserve dans ma pharmacie. Et j’en ai jeté pas mal à la poubelle sans trop compter.

Mes dix balles d’aujourd’hui, tant qu’à faire, je préfère les investir dans le plaisir d’un bon produit de brasserie. Tout en espérant qu’en appliquant cette réaffectation, mon divorce pharmaceutique n’aura pas pesé trop lourd dans la décision en faveur d’une augmentation massive des prix de l’insuline au pays de la liberté de baiser ses compatriotes jusqu’à l’os…

>.<

Un texte encore en cours de finition

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *