La bête de course

Mon chériiii ? As-tu pensé à aller faire les courses aujourd’hui ??

-Évidemment ma colombinette ! J’ai passé l’essentiel de mon après-midi à faire les 500 miles d’Indianapolis et les 24 Heures du Mans…

-Oui, mais non… Je veux dire… As-tu pensé (- et même éventuellement pas que – ) à t’occuper du ravitaillement ?

-Je confirme ! Mais après ces moults saisons de championnat, comment peux-tu encore douter de mon esprit d’équipe : Alors je résume pour toi: le premier Pit-Stop, c’était au 29ème tour et puis, changement des pneumatiques au 58ème , un coup de torchon anti-moustique sur la visière et puis après, à fond les papillons, dès la sortie des stands…

Halala ! Non mais non, Là moi je te parle de la nourriture et des boissons, tu sais… ces autres choses essentielles à notre survie, quoi !!!

-Mais je crois me souvenir ma colombinette, que c’est justement pour ça que tu as épousé THE BEST champion du monde du circuit, celui qui connait toutes les tactiques de course sur le bout de ses gants à cinq doigts:  Alors je résume pour toi : un centimètre de barre de céréales chocolatée tous les deux tours quand il n’y a pas de duel engagé et une petite lichette de boisson énergisante en synchronisation millimétrée avec le petit coup de gaz qui fait toute la différence à la sortie de la dernière chicane avant de pouvoir enfin aplatir le champignon dans le fond du châssis, pour assurer au plus grave, dans la longue ligne droite…

Dis-moi mon chéri, histoire de maintenir le régime moteur de ton ingénieure de course préférée en dehors des limites de la zone rouge, pour notre repas du soir, il ne nous resterait pas encore une dernière botte de paille au fond de ton écurie, avec éventuellement pour l’arroser, un petit fond de bidon d’huile pas trop dégueulasse ?

>.<

Comme toujours, Je me décline toute responsabilité dans 
le cas où suite à la lecture de cet article, un divorce 
devait être déclaré dans une quelconque écurie du monde !

Leave a Reply

Your email address will not be published.