Le Golden Six-Pack

J’ai déniché un fournisseur qui m’autorise à réussir mes œufs sur le plat comme un chef ! Et ceci et c’est très inhabituel, presque à tous les coups ! Et je m’interroge depuis sur la nature particulière du savoir-faire de ces poules. Selon la pancarte, il semblerait qu’elles évoluent en liberté et sont autorisées à pondre à l’endroit où ça leur chante. Donc pas trace de cage à poules exiguës et pas de tapis roulants pour la collecte. Alors j’imagine de fringantes et heureuses gallinacées avec du vent dans les plumes, picorant de succulentes graines de premier choix, gambadant sur des pelouses verdoyantes et écoutant du rock progressif à longueur de journée…

C’est suite à la délicate manœuvre de l’ouverture d’une large brèche dans la coquille, suivi du processus d’extraction du fragile contenu, puis de sa dépose dans la poêle que le miracle d’un jaune qui reste parfaitement intact se produit !

Est-ce la coquille brisée qui serait moins tranchante ? Ou alors est-ce cette pellicule de protection gélatineuse qui serait plus résistante ? Ou même les deux ? Mystère ! Moi jusque-là, j’avais toujours attribué mon ridicule taux de réussite à mon manque de technique et de dextérité. Je n’avais jamais même pensé laisser endosser une part de la responsabilité de mes ratages à tout autre drôle d’oiseau que moi-même.

Depuis que j’ai découvert cette nouvelle source d’approvisionnement, je peux en général me délecter de mes deux “sunny side up” à l’esthétique irréprochable. Et de plus, ils sont délicieux. La première déception de la journée le ventre vide , c’est désormais du passé !

Il arrive que mon dealer soit en rupture de stock lorsque je passe me refournir en prodigieux ovoïdes. C’est signe qu’il fourgue un produit très demandé ! Il les revend à la pièce et c’est un plaisir de remplir moi-même mon six-pack en carton-pâte avec la récolte de mon choix.

Hier matin, en attrappant mon carton d’œufs frais, le caissier de mon dealer m’a demandé si j’en avais bien six pièces à l’intérieur. Ce que je lui ai immédiatement confirmé. Et c’est là que j’ai vu sur l’affichage digital situé devant moi que mon ticket de caisse venait de bondir en un seul bip de 294 € !!!

Hou-là ! Les poules aux œufs d’or avaient considérablement augmenté leurs prix depuis ma dernière visite et comptaient visiblement faire de moi une victime du capitalisme poulailler ! Certaines poules auraient donc vraiment déjà des dents et de sacrément longues ! Mon addiction naissante à leurs produits increvables allait donc me coûter une aile et une cuisse !  Mais heureusement, c’était le caissier de mon dealer qui s’était emmêlé les orteils sur son clavier ! Il s’est ravisé en riant pour aussitôt me consentir son rabais habituel.

Ce matin je vais quand même théoriquement m’offrir le luxe d’un œuf au plat ou deux à 49 € l’unité ! Et à ce prix-là, je vais plus que jamais m’assurer, de ne pas les rater !

>.<

La tête de mon dealer quand le business n’est pas assez florissant

>.<

Leave a Reply

Your email address will not be published.