Maman j’ai raté le train !

Je suis né optimiste, souriant, honnête, authentique et altruiste. (Bon ok, on a toujours un peu tendance à embellir son CV. Biffez ce qui ne vous convient pas ou ajoutez un « plutôt » devant chaque adjectif qualificatif cité)

Jusqu’à l’âge de 8 ans, j’aurais encore facilement pu être sélectionné pour jouer le rôle principal dans le remake européen de « Maman, j’ai raté le train ! »

Mais je soupçonnais le père Noël de m’avoir enfumé pendant des années avec son incroyable légende. Surtout que j’avais découvert qu’il s’était acquis la complicité de mes deux parents pour écouler sa production de cadeaux. Moi je comprenais difficilement pourquoi il fallait absolument me faire gober qu’il ne ferait qu’une seule tournée par année et surtout, toujours au tout dernier moment. Surtout qu’à ma connaissance, aucune illustration et aucun film ne mettait en scène de traineau supersonique.

Je pouvais en partie comprendre que quand on bosse la nuit on fait plus d’avance parce qu’on n’est ni déconcentré ni dérangé dans l’accomplissement de sa tâche. Qu’on peut s’éviter nombre de politesses d’usage et qu’on n’a pas à refuser mille invitations à boire du vin chaud. Qu’on peut atteindre des objectifs de productivité très élevés. Qu’on peut livrer le carton et se barrer fissa sans souffler. Un peu comme tous les livreurs de colis d’aujourd’hui d’ailleurs. Et puis la planification logistique est importante : il faut éviter des trajets avec un traineau à moitié chargé et en pleine nuit, les pertes de temps dans la circulation sont réduites. On peut se garer en double file sans trop culpabiliser.

Mais alors pourquoi se limiter à une seule distribution la toute dernière nuit ? C’est assez risqué, le sympathique barbu pourrait se retrouver avec des rennes très enrhumés, se plaignant d’indigestion, ou risquer d’avoir à affronter des conditions météorologiques défavorables. Un cocktail d’impondérables pouvant empêcher l’équipage de partir sur le terrain la nuit N.

Je connais l’explication logique qui résout ce mystère et il est temps pour moi de vous dévoiler ce secret : Le pourquoi du comment le père Noël a décidé de toujours s’y prendre à la dernière pour effectuer sa tournée :

Cette année-là, chez nous du moins, il était passé déposer des paquets une ou deux semaines avant la fameuse date officielle. C’est en ouvrant la porte d’une grande armoire, que j’étais tombé sur son espace de stockage intermédiaire. La légende de barbe-blanche venait de se détraquer. J’ai aussi appris que mes parents ne me disaient pas la stricte vérité à tous les coups.

Et le conte de Noël s’est transformé en impossible décompte de Noël. La lente édification de ma propre légende allait être stoppée nette. Je ne me souviens plus si j’ai résisté deux minutes, deux heures ou deux jours avant de me livrer au pré-déballage des cadeaux de Noël. Ça partait d’un bon sentiment : Je voulais vérifier si l’inventaire correspondait bien à la liste des articles espérés commandés. J’ai ensuite minutieusement replié et recollé tout ça.

Les probabilités que ma mère (dont la réputation de toujours tout voir n’étant plus à faire) ne remarque rien étaient évaluées au mieux à 0,8 % . Et elle a immédiatement annulé la fête de Noël. Elle a eu autant les boules que j’avais peu brillé. Elle m’a signalé au père fouettard qui m’a collé un carton jaune-orangé. Je crois que notre famille n’a jamais consommé aussi peu de bougies que cette année-là. Ensuite les rois-mages ont quand même fait un saut à la maternité en janvier. Naturellement, ils en ont profité en passant pour ajouter une couche supplémentaire à la quadruple épaisseur de ma lourde culpabilité.

>.<

Cette année-ci pas de guirlandes ni de boules peintes à la main sur ce blog. Et pas de dessin de père-Noël non plus. A la place, ce petit conte de Noël un peu fâcheux pour ma réputation et qui d’une certaine manière a forcé le Père Noël à tenir compte de ce type de risque et de ce fait a du réadapter son système de livraison express dans le monde entier…

>.<

Leave a Reply

Your email address will not be published.