Panique à bord

Je me sentais en forme pour un lundi matin d’été. Je m’en allais travailler à la mine, au volant de ma berline. Mon trajet sur la route de campagne comprenait la traversée d’une dizaine de petites agglomérations.

A cette heure là, il n’y avait vraiment pas foule sur les trottoirs et sur la route. Difficile dans ces conditions de ne pas remarquer un gendarme immobile, ses mains accrochées à sa ceinture, jetant un regard circulaire sur mon passage …

Un coup d’œil prioritaire sur le compteur de vitesse et un autre sur le commutateur des phares : Ouf ! Rien de répréhensible à signaler !  

Je m’éloigne, laissant tout de même trainer un œil intrigué dans le rétroviseur…

Et ce fût rebelote en arrivant au centre du village suivant : Un autre planton en uniforme avait l’air d’avoir pris pour mission d’inspecter mon passage avec circonspection…

Alors un c’était très inhabituel, mais alors deux ? Que se passe t’il ?

Et de poursuivre ma route… Mes papiers sont-ils en règle ? Mes contraventions acquittées ? Mon triangle de panne est-il réglementaire ? Mon gilet à bandes réfléchissantes est-il à ma taille ? Un problème d’ampoule de feu arrière, peut-être ?

Dans le village suivant, encore un regard appuyé surmonté d’un képi réglementaire qui me dévisage dans mon habitacle !!!

Et voilà que je commence à stresser derrière mon pare-brise. Mais que se passe-t-il ? Peut-être qu’un dangereux psychopathe en cavale a été signalé dans les parages ? Un quadrillage du territoire en vue d’une chasse à l’homme ? Mais si ça se trouve, c’est moi qu’ils traquent tous ?

Et dans chaque commune que je traversais, il y en avait un autre exemplaire tout aussi vigilant et affichant une expression faciale non moins soupçonneuse !

Passablement perturbé par l’envergure de cette curieuse opération policière, heureusement qu’à mon arrivée à la mine, il n’y avait pas de déploiement surprise d’agents de sécurité à l’entrée ! Sans quoi j’aurai pu disjoncter, pensant réellement m’être rendu coupable d’un quelconque délit…

Quelques jours plus tard, c’est en allant chercher mes enfants chez leur mère, que je lui ai raconté cette mystérieuse expérience qui avait déclenché chez moi un certain stress paranoïaque. A cette période de ma vie, je me faisais régulièrement aspirer dans ce genre de spirale psychotique. C’est elle qui m’a dévoilé le pot aux roses : Ce lundi là était tout simplement le jour de la rentrée scolaire après les grandes vacances d’été. Et la police était présente à cette occasion aux alentours des écoles, pour veiller à ce que les automobilistes redoublent de prudence et modèrent leur vitesse de croisière !

Et voilà une affaire qui celle-ci, n’est pas allé s’éterniser dans les dossiers non-classés.

>.<

>.<

Leave a Reply

Your email address will not be published.