Quatre Objets Volants Clairement Identifiés

En ce moment, ça parle à nouveau beaucoup d’Objets Volants Non Identifiés. Et moi ça me va, car c’est un sujet que j’apprécie depuis longtemps.

Alors voici mes deux témoignages portant sur des faits qui datent de plusieurs décennies :

Une nuit, alors que je circulais en voiture en rase campagne, j’ai vu, de mes yeux vu, trois soucoupes volantes sur ma droite qui dansaient d’une manière étrange au-dessus des montagnes. C’était des lumières très blanches qui tournoyaient et qui tour à tour changeaient brusquement d’altitude. Je me suis immédiatement arrêté au bord de la route et ai quitté mon véhicule afin de pouvoir évaluer sereinement la situation. Évidement je ne vous le cache pas, en nourrissant aussi l’espoir que ces visiteurs venus de l’espace étaient en phase d’approche et n’attendaient plus que mon signal de ralliement pour venir m’enlever et me sauver des griffes de ce monde de brutes.

Malheureusement mon espoir d’un exil salvateur a vite été balayé. Il s’agissait au sol de puissants projecteurs articulés pointés vers le ciel, dont les faisceaux n’étaient pas visible et dont seuls se reflétaient les points de contact des rayons sous les nuages invisibles de la nuit noire. L’origine de ces objets lumineux étaient probablement des festivités qui avait lieu dans une localité située derrière la chaîne de montagnes. Bref, pas vraiment de quoi alerter les Bogdanov brothers, la Nasa ou le Gepan.

>.<

La deuxième fois, ça m’est arrivé en plein jour ! L’objet volant qui n’émettait aucun son m’a pris complétement par surprise. C’était une grosse soucoupe de couleur blanche, brillante, en rotation sur elle-même et elle fonçait droit sur moi à grande vitesse à hauteur d’yeux avec un angle d’inclinaison d’environ 30 degrés. Le pilote de l’objet volant n’avait sans doute pas vu la vitre qu’il y avait sur sa trajectoire et n’a pas pu éviter le crash. Tout a volé en éclats dans un fracas épouvantable. Je crois que j’ai eu la vie sauve grâce à cet écran protecteur qui séparait l’espace cuisine-salle-à-manger du hall d’entrée de notre appartement. Le pilote malchanceux, n’était autre que ma compagne, visiblement fâchée à l’encontre de sa cible, suite à un profond désaccord au sujet de notre petite chienne âgée d’à peine un an (un cocker roux). J’étais pour ma part opposé à son projet viscéral et précipité de lui faire avoir une portée aussi jeune. Pourtant en rentrant du boulot pour le repas de midi, je n’ai pu que constater qu’elle avait quand même organisé chez nous la présence surprise d’un jeune mâle de taille similaire pour procéder à la petite affaire. Je ne vais pas décrire ici la séquence galipette à laquelle j’ai eu droit en dégustant mon plat, ni dépeindre la scène finale quelque peu embarrassante, mais je pense que j’ai dû lâcher un gros commentaire moqueur à l’intention de l’organisatrice de ces ébats canins au moment où que je quittais la pièce. Et cette créature d’origine humaine contrariée n’a rien trouvé de plus terrestre que de riposter par un tir d’assiette spatiale d’une précision diabolique. Et tout ça pour rien du tout, à part traumatiser ces pauvres animaux domestiques qui venaient juste de vivre l’expérience de leur toute première fois et terroriser un terrien rescapé ! Parce qu’il n’y a pas eu de naissance(s) à la suite de ce rendez-vous galant fort mouvementé. Mais au moment du bilan négatif de l’exercice, j’ai cette fois choisi de m’abstenir de ramener ma fraise pour éviter de me prendre une soupière brûlante sur le coin du casque.

>.<

>.<

Leave a Reply

Your email address will not be published.