Tag Archives: enfant gâté

Crime de lèse-majesté

Pendant que je dispose encore d’un petit peu de mordant en rab, j’en profite pour enfin royalement me foutre de la gueule de l’enfant roi, ainsi que de l’ensemble de sa dynastie et de sa suite…

>.<

Au début du projet de cet article, l’enfant roi caricaturé devait être représenté en entier. C’était toute la splendeur du petit dragon de la tête aux pieds, planté au milieu d’un décor somptueux, ou rien. Ceci au tout début de son règne, c’est-à-dire bien avant qu’à sa majorité, il ne soit adoubé Abruti 1er par le chef de sa garde rapprochée et à l’unanimité par ses vassaux.

Il devait être assis sur un grand Trône-Pot-de-Chambre en contreplaqué chêne bicentenaire et faux marbre de Carrare, incrusté de moult verroteries imitation opale et tourmaline.

L’oppressif leader installé sur son royal séant, devait tenir d’une poigne de fer, un impressionnant sceptre à tête de cochon en pleurs.

Dans son autre main, il devait maintenir fermement au bout d’une laisse en cuir de rhinocéros, une mère agenouillée à même le sol en signe de totale soumission, les bras tendus dans la souveraine direction. Elle devait se tenir là, disposée à intercéder, en toute immédiateté à tous désirs même futiles, de l’infantile majesté. Qu’il doive tambouriner frénétiquement le sol de ses si jolis petits pieds magiques où exprimer une légère pointe de désappointement. A toute heure, elle devait pouvoir être intimée de se montrer plus prompte à bercer l’épatant roitelet, s’il devait être assailli le pauvre, de quelque crise hurlante et caractérielle.

Au pieds du tyran modèle-réduit héritier du trône, c’est au bout d’une chaine en acier que devait s’ auto-flageller un esclave paternel bâillonné, réduit à son entière domination. Ce géniteur devait être ganté de moufles de velours et entravé à chaque pied d’un boulet d’acier. Ce dernier pouvait également en tout temps être astreint au contage d’histoires pouvant aider l’adorable successeur de la dynastie à s’endormir .

On devait apercevoir sur la droite de la scène, le grand chancelier et frère ainé du précoce monarque suprême, affublé d’une épaisse armure se tenant prêt, depuis le jour du sacre et pour la bonne cause, à s’éclipser en direction des écuries pour se barrer en croisades, et en terres les plus lointaines possibles.

Sur la gauche de la scène, on aurait dû voir une servante portant sur un plateau d’argent, un biberon de faïence peint à la main et un hochet d’or blanc rempli de pierres précieuses.

Le grand Doudou, le plus proche conseiller du despote couronné, devait murmurer quelques recommandations stratégiques à l’oreille de son altesse, pouvant lui permettre de tirer plus d’avantages pour mieux tracer sa voie royale et de bénéficier de plus de privilèges dû à son rang ainsi qu’à consolider sa mainmise sur les destinées de son empire.

Le chat de la famille royale devait apparaître paniqué et accroché en haut des rideaux du berceau à baldaquins du divin guide en demi-portion et la salle du trône devait naturellement être jonchée de milliers de jouets.

>.<

Même en étant prolifique, j’en aurais eu pour des semaines à dessiner tout ça ! Et je me suis dit que je n’allais tout de même pas me laisser terroriser et dicter mes petits délires par ce genre de graine d’emmerdeur en couches-culottes !  

Que je serais plus inspiré de consacrer du temps à des mômes bien sympas pouvant attester d’une éducation ferme et de qualité et qui font beaucoup mieux que de rester assis sur des chiottes à poser pour la postérité…

>.<

Le code d’honneur de l’enfant roi

enfant roi_small_sunof.net

A mon avis, il est pas né dans un chou celui-là, même s’il est un peu dans les choux au niveau de l’attitude…

Il suçotte la tchoupa qu’il préfère, il exibe fièrement un ballon de sa couleur favorite et des fringues de la marque qui en jette et il est atteignable partout et en tout temps sur son portable.

Au moins, pas de risque qu’on doive se rendre en pleurnichant notre énorme inquiétude au service client du centre commercial, si le pauvre bout de chou sans défense devait par malheur s’égarer en dehors du rayon jouets…